Saint-Thomas (Aisne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Thomas.
Saint-Thomas
Mairie
Mairie
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Aisne
Arrondissement Laon
Canton Guignicourt
Intercommunalité Chemin des Dames
Maire
Mandat
Hervé Girard
2014-2020
Code postal 02820
Code commune 02696
Démographie
Population
municipale
92 hab. (2014)
Densité 37 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 29′ 53″ nord, 3° 49′ 20″ est
Altitude Min. 88 m
Max. 207 m
Superficie 2,5 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aisne

Voir sur la carte administrative de l'Aisne
City locator 14.svg
Saint-Thomas

Géolocalisation sur la carte : Aisne

Voir sur la carte topographique de l'Aisne
City locator 14.svg
Saint-Thomas

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Thomas

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Thomas

Saint-Thomas est une commune française, située dans le département de l'Aisne en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Entrée de Saint-Thomas

Histoire[modifier | modifier le code]

Camp des Romains avec le mur gaulois

Le lieu-dit Camp des Romains est l'oppidum du Vieux-Laon qui domine le village. C'est sûrement le fameux Bibrax (et non pas Bibracte) cité par Jules César dans sa Guerre des Gaules .
L'oppidum de Saint-Thomas frappe par son étendue et constitue un site historique de premier ordre, sa flore particulière et son orientation raviront également les amateurs de nature et de randonnées.
Conquête de la Gaule par Jules César sur le site du ministère de la culture et de la communication du gouvernement

Avant 1081, le territoire de Saint-Thomas, inhabité, appartenait à la seigneurie de Berrieux. Un prieuré bénedictin est installé à Saint-Thomas en 1081 par l'abbaye Saint-Vincent de Laon. L'église Saint-Thomas est mentionnée en 1151, les murs du nef en arêtes de poisson de l'actuelle église datent de cette époque[1].

La seigneurie de Saint-Thomas dépendait de ce prieuré. Le prieuré est supprimé à la Révolution et transformé en une pension de famille, où l'écrivain Anatole France a séjourné. Le 14 octobre 1918, le village, totalement détruit, est libéré par le 320e régiment d'infanterie.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
septembre 1840 janvier 1871 Jean Louis Famelart   Vigneron
février 1871 février 1874 Auguste Froment    
mars 1874 avril 1884 Ernest Émile Famelart   Cultivateur
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 réélu mars 2008 Hervé Girard DVG Retraité de l'enseignement
Réélu pour le mandat 2014-2020[2], [3]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[5],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 92 habitants, en augmentation de 3,37 % par rapport à 2009 (Aisne : -0,02 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
269 269 256 244 247 237 222 200 204
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
188 185 185 171 168 167 154 131 143
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
146 133 119 101 107 106 113 107 109
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
97 98 81 91 80 66 77 97 92
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. [Dictionnaire topographique du département de l'Aisne comprenant les noms de lieu anciens et modernes, 1871, p. 253 [lire en ligne]
  2. Préfecture de l'Aisne consulté le 7 juillet 2008
  3. « Liste des maires de l'Aisne » [xls], Préfecture de l'Aisne, (consulté le 12 août 2014)
  4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .