Brancourt-en-Laonnois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Brancourt (homonymie).
image illustrant une commune de l’Aisne
Cet article est une ébauche concernant une commune de l’Aisne.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Brancourt-en-Laonnois
Vue de Brancourt-en-Laonnois
Vue de Brancourt-en-Laonnois
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Aisne
Arrondissement Laon
Canton Laon-1
Intercommunalité Picardie des Châteaux
Maire
Mandat
Francis Kock
2014-2020
Code postal 02320
Code commune 02111
Démographie
Population
municipale
709 hab. (2014)
Densité 108 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 30′ 55″ nord, 3° 25′ 10″ est
Altitude 80 m (min. : 63 m) (max. : 179 m)
Superficie 6,56 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aisne

Voir sur la carte administrative de l'Aisne
City locator 14.svg
Brancourt-en-Laonnois

Géolocalisation sur la carte : Aisne

Voir sur la carte topographique de l'Aisne
City locator 14.svg
Brancourt-en-Laonnois

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Brancourt-en-Laonnois

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Brancourt-en-Laonnois

Brancourt-en-Laonnois est une commune française, située dans le département de l'Aisne en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Entrée de Brancourt-en-Laonnois

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
  1878 Villay[1]    
1879   Villain[2]    
mars 2001 en cours
(au 1er novembre 2015)
Francis Kock PS Fonctionnaire
Réélu pour le mandat 2014-2020[3], [4]

président de la communauté de communes des Vallons d'Anizy.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du milieu des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[6],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 709 habitants, en augmentation de 7,59 % par rapport à 2009 (Aisne : -0,02 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
610 680 734 753 892 829 841 838 792
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
741 695 680 629 612 557 492 465 460
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
501 427 391 228 265 236 253 305 329
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2012 2014
345 374 415 536 710 675 640 706 709
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La première église de Brancourt-en-Laonnois, dédié à Saint-Maurice, fut fondée au XIe siècle. La seconde, toujours sous le même patronyme, fut construite entre 1873 et 1875 en lieu et place de l'ancienne dans laquelle furent intégrés le porche et le clocher datant du XIe siècle ainsi que les croisillons du transept, de style ogival, datant du XIIIe siècle, de l'ancienne église. Cette dernière est détruite comme tant d'autres lors des bombardements de la Première Guerre mondiale. Après le conflit, la Coopérative de reconstruction de Brancourt décide de reconstruire l'église. En 1928, c'est l'architecte Albert-Paul Müller qui réalise les plans de la nouvelle église dans un style alliant des références Art Déco et régionaliste, tout en s'inscrivant dans le mouvement du renouveau de l'art sacré[9].

L'église est également liée par l'architecte et par son décor à deux autres églises axonaises : l'église Saint-Martin de Monthenault et l'église Saint-Martin de Martigny-Courpierre, toutes deux protégées aux titres de monuments historiques (la première est inscrite[10] et la seconde est classée[11]).

Les travaux s'achèvent en 1931 par le décor de l'intérieur de l'édifice cultuel. Comme pour les églises de Monthenault et de Martigny-Courpierre, l'église Saint-Maurice de Brancourt-en-Laonnois est embellie par des fresques d'Eugène Chapleau et des vitraux de Louis Barillet. En outre, les huit anges ornant le clocher sont l'œuvre de Gabriel Dufrasne[9].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Almanach historique administratif et commercial de la Marne de l'Aisne et des Ardennes, Matot-Braine, Reims, 1878, p221.
  2. Almanach historique administratif et commercial de la Marne de l'Aisne et des Ardennes, Matot-Braine, Reims, 1879, p239.
  3. Préfecture de l'Aisne consulté le 7 juillet 2008
  4. « Liste des maires de l'Aisne » [xls], Préfecture de l'Aisne, (consulté le 26 juillet 2014)
  5. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  9. a et b Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées Berthelot.
  10. « Église Saint-Martin », notice no PA02000030, base Mérimée, ministère français de la Culture
  11. « Église Saint-Martin », notice no PA00132909, base Mérimée, ministère français de la Culture

Liens externes[modifier | modifier le code]