Chermizy-Ailles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Chermizy-Ailles
Mairie.
Mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Aisne
Arrondissement Laon
Canton Guignicourt
Intercommunalité CC du Chemin des Dames
Maire
Mandat
Johnny Moglia
2014-2020
Code postal 02860
Code commune 02178
Démographie
Gentilé Chermizyacois et Chermizyacoises
Population
municipale
110 hab. (2015 en augmentation de 14,58 % par rapport à 2010)
Densité 10 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 28′ 09″ nord, 3° 43′ 34″ est
Altitude Min. 78 m
Max. 198 m
Superficie 10,95 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aisne

Voir sur la carte administrative de l'Aisne
City locator 14.svg
Chermizy-Ailles

Géolocalisation sur la carte : Aisne

Voir sur la carte topographique de l'Aisne
City locator 14.svg
Chermizy-Ailles

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Chermizy-Ailles

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Chermizy-Ailles

Chermizy-Ailles est une commune française située dans le département de l'Aisne, en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Carte de la commune de Chermizy-Ailles et des communes limitrophes.

Chermizy-Ailles se situe au centre-est du département de l'Aisne.

La commune se trouve à 13,2 km au sud-est de la ville préfecture, Laon[1], à 113,3 km au sud-est de la capitale régionale, Amiens[2], à 32,2 km au nord-ouest de Reims[3], et à 120,9 km au nord-est de la capitale, Paris[4].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Chermizy-Ailles
Martigny-Courpierre Bièvres Ployart-et-Vaurseine
Neuville-sur-Ailette Chermizy-Ailles Bouconville-Vauclair
Cerny-en-Laonnois Paissy, Oulches-la-Vallée-Foulon Bouconville-Vauclair

Relief et géologie[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune se situe dans la vallée de l'Ailette. La partie sud du territoire se situe sur le flanc nord du plateau du Chemin des Dames.

L'altitude maximale du territoire est de 198 m, au sud-ouest de la commune sur le plateau du Chemin des Dames, et l'altitude minimale est de 78 m, à l'ouest de la commune au niveau de la rivière l'Ailette.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune est traversé d'est en ouest par la rivière l'Ailette, affluent de la rive gauche de l'Oise et qui se déverse dans le lac éponyme à la limite ouest de la commune.

Voies de communications et transports[modifier | modifier le code]

L'entrée nord de Chermizy-Ailles.

Chermizy-Ailles est accessible par :

  • la route départementale D 19, traversant la commune d'ouest en est et reliant Chermizy-Ailles à Neuville-sur-Ailette (à l'ouest) et à Bouconville-Vauclair (à l'est) ;
  • et par deux routes communales, l'une au nord en provenance de Bièvres et Ployart-et-Vaurseine, l'autre au sud en provenance de la route départementale D 18CD (le Chemin des Dames).

Toponymie[modifier | modifier le code]

Les première traces du nom Chermizy datent du Moyen Âge avec Kermisi et Kermesium (XIIe siècle), Calmisiacus en 1145 , Chermisiacus en 1183[réf. nécessaire].

Histoire[modifier | modifier le code]

Flodoart[Qui ?] rapporte[Où ?] que saint Remi, évêque de Reims de 459 à 533, faisant la visite des paroisses de son diocèse, s'arrêta à Chermizy et y rendit la vue à une aveugle. L'église de Chermizy a pour saint patron Évence[réf. nécessaire].

En l'année 948, les troupes d'Hugues le Grand, duc des Francs, passant dans ce village, s'y portèrent à de grands excès et tuèrent plus de 40 habitats[réf. nécessaire].

Chermizy fut encore le théâtre d'une action sanglante en 1656. Une partie des troupes de Henri-Jules de Bourbon-Condé, prince de Condé, s'étant présentée devant ce village, commença par y mettre le feu, puis attaqua l'église fortifiée, dans lequel les habitants s'étaient réfugiés ; s'en étant emparé, elles se saisirent de 37 d'entre eux pour les conduire à Rocroy. Le reste des habitants exaspérés de voir emmener leurs concitoyens, se ruèrent sur l'ennemi et le mirent en fuite ; mais ayant eu l'imprudence de le poursuivre dans la campagne, ils tombèrent dans une embuscade où ils furent tous tués ou faits prisonniers[réf. nécessaire].

L'exploitation des carrières de Chermizy est très ancienne. En 1205, le seigneur de ce village permit au chapitre de Laon d'y tirer des pierres, notamment pour édifier la cathédrale Notre-Dame de Laon[5]

Mémorial en souvenir du village d'Ailles, édifié en 1932 par le Touring-Club de France.
Première Guerre mondiale

La zone est entièrement occupée par l'armée allemande, lui servant de seconde ligne de défense derrière la crête du Chemin des Dames[6], jusqu’en octobre 1917, date à laquelle elle se retire sur l’Ailette.

Chermizy reste en leur possession, tandis que les ruines d’Ailles (dont les habitants ont été évacués dans la région de Fourmies). redeviennent françaises d'avril à mai 1917, puis lors du repli allemand sur l'Ailette, le 2 novembre. L'armée française bombarde les deux villages avant le 16 avril (début de l'offensive Nivelle) puis pendant plusieurs semaines dans le courant de l’été 1917. De nouveaux combats ont lieu en 1918, notamment en septembre lors de la contre-offensive alliée[7],[8].

À l'issue de la Première Guerre mondiale, les alentours du Chemin des Dames sont détruits en quasi-totalité[9] ; c'est ainsi qu'en 1923, la commune de Chermizy absorbe le village voisin d'Ailles entièrement rasé[10] et situé en zone rouge, et devient Chermizy-Ailles[11].

Un mémorial édifié à l'endroit de l'ancien bourg rappelle cet événement par ces mots « ICI FUT AILLES, détruit en 1914-1918 pendant l'invasion allemande »[12].

Chermizy et Aillez ont été décorées de la Croix de guerre 1914-1918 le [13].

La reconstruction de Chermizy est menée par la Société coopérative d’Aizelles, Aubigny, Sainte-Croix, Chermizy et Bouconville, qui bénéficie des dommages de guerre dus à Ailles, ainsi que de l'aide de Monaco et de la Tunisie, mais la travaux, menés par l'architecte A. Bonnet et l'entreprise Gaston Bernard[14] et tous les projets ne sont pas menés à bien avant la deuxième guerre[7]. Ailles est abandonnée et seules quelques traces de fondations des maisons sont encore visibles dans les champs[8].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement de Laon du département de l'Aisne (département). Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 1958 de la première circonscription de l'Aisne.

Elle faisait partie depuis 1793 du canton de Craonne[11]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune est désormais intégrée au canton de Guignicourt.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune est membre de la communauté de communes du Chemin des Dames, créée fin 1995.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs de Chermizy, Ailles et Chermizy-Ailles[15]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1790   Sebastien Debacq    
1799   Charles Warnet    
1804   M. Mesureur    
1807   M. Demoury    
1828   Nicolas Boucher    
1832   Hubert Saudron    
1866   Ernest Boucher    
1890   M. Hubert    
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2008 Pierre Dalkowski    
mars 2008[16] en cours
(au 12 mai 2014)
Johnny Moglia DVD Artisan
Réélu pour le mandat 2014-2020[17]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[18]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[19].

En 2015, la commune comptait 110 habitants[Note 1], en augmentation de 14,58 % par rapport à 2010 (Aisne : -0,34 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
440 480 478 420 452 473 466 453 421
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
369 339 308 257 256 264 247 251 224
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
224 207 196 120 123 119 128 122 119
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
97 80 87 76 79 70 81 83 107
2015 - - - - - - - -
110 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[20].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • La mairie, édifiée en 1925 par l'entreprise J . Hesbert sur les plans de l'architecte A. Bonnet[22]
  • Église Saint-Évence, construite par les entrepreneurs Gaston Bernard et J. Hesbert sur les plans de l'architecte A. Bonnet, achevée en 1927 et située sur les hauteurs du village[7],[23].
  • Nombreuses maisons et fermes datant de la Reconstruction
  • Monument aux morts, édifié en 1925 et décoré par le sculpteur Gustave Maily[24].
  • Monument allemand de 1915 en l’honneur de son 159e RI, ainsi que des victimes des deux camps, construit sur le territoire d’Ailles. Bombardé et laissé à l'abandon, il est en très mauvais état et ses sculptures et inscriptions ont disparu[8],[25].
  • Monument français édifié en 1917 à Ailles à la mémoire du sous-lieutenant du 70e régiment de tirailleurs sénégalais Louis Astoul, porté disparu près du village de Paissy le 16 avril 1917[26],[27].
  • Des croix de chemin aux entrées de Chermizy.
  • Un circuit de randonnée pédestre[28].
  • Pelouse calcicole ( ou savart) de Chermizy-Ailles, héritée des anciennes pâtures de chèvres et moutons, ainsi que de l'exploitation à ciel ouvert des carrières à calcaire depuis l'époque médiévale, gérée depuis 1993 par le Conservatoire d'espaces naturels de Picardie. On y trouve sur huit hectares environ, une flore, comprenant notamment sept espèces d'orchidées et une faune riche, avec une dizaine d'espèces rares et protégées[29],[6].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Orthodromie entre Chermizy-Ailles et Laon », sur le site lion1906.com de Lionel Delvarre (consulté le 24 août 2015).
  2. « Orthodromie entre Chermizy-Ailles et Amiens », sur le site lion1906.com de Lionel Delvarre (consulté le 24 août 2015).
  3. « Orthodromie entre Chermizy-Ailles et Reims », sur le site lion1906.com de Lionel Delvarre (consulté le 24 août 2015).
  4. « Orthodromie entre Chermizy-Ailles et Paris », sur le site lion1906.com de Lionel Delvarre (consulté le 24 août 2015).
  5. Source : Le dictionnaire historique de l'Aisne[réf. insuffisante]
  6. a et b « Les pelouses de Chermizy-Ailles, un savart célèbre ! » [PDF], Conservatoire des sites naturels de Picardie (consulté le 3 février 2018).
  7. a, b et c Gil Alcaix, « C comme Chermizy-Ailles », Dictionnaire du Chemin des Dames, (consulté le 3 février 2018).
  8. a, b et c Gil Alcaix, « A comme Ailles », Dictionnaire du Chemin des Dames, (consulté le 3 février 2018).
  9. Carte spéciale des régions dévastées, document mentionné en liens externes, 1920.
  10. Section photographique de l'armée, « Photo aérienne : Ailles (est d') (Aisne) », Fonds des Albums Valois - Photographies aériennes 2, Argonnaute - Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, (consulté le 2 février 2018).
  11. a, b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. « Monument commémorant l'emplacement du village détruit d'Ailles », notice no IA02001787, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  13. Journal officiel du 21 octobre 1920, p. 16155.
  14. « Le village », notice no IA02001784, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  15. « Les maires de Chermizy-Ailles », sur http://www.francegenweb.org (consulté le 3 février 2018).
  16. Préfecture de l'Aisne consulté le 7 juillet 2008
  17. « Liste des maires de l'Aisne » [xls], Préfecture de l'Aisne, (consulté le 26 juillet 2014)
  18. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  19. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  20. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  21. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale d'Ailles », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales
  22. « La mairie », notice no IA02001791, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  23. « Église paroissiale Saint-Evence », notice no IA02001785, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  24. « Le monument aux morts », notice no IA02001799, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  25. « Monument aux morts du 159e Régiment d'Infanterie allemande », notice no IA02001786, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  26. « Monument à la mémoire de Louis Astoul », notice no IA02001788, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  27. Alain Pouteau, « Monument à la mémoire de Louis Astoul - Chemin des Dames », Monuments individuels, sur http://www.picardie1418.com, (consulté le 3 février 2018).
  28. Circuit pédestre à Chermizy-Ailles sur le site randonner.fr
  29. « Pelouse calcicole de Chermizy-Ailles », Sorties et divertissements, Tourisme en Soissonnais (consulté le 3 février 2018).
  30. Marc Durand, « Nécrologie de Jean-René Courtois », Revue archéologique de Picardie, nos 1-2,‎ , p. 5-6 (ISSN 2104-3914, lire en ligne).