Jumencourt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Jumencourt
Jumencourt
Mairie-école.
Blason de Jumencourt
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Aisne
Arrondissement Laon
Intercommunalité Communauté de communes Picardie des Châteaux
Maire
Mandat
Rodrigue Marouzé
2020-2026
Code postal 02380
Code commune 02395
Démographie
Gentilé Jumencourtois(es)
Population
municipale
143 hab. (2018 en diminution de 7,74 % par rapport à 2013)
Densité 23 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 30′ 34″ nord, 3° 21′ 17″ est
Altitude Min. 51 m
Max. 168 m
Superficie 6,2 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Soissons
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Vic-sur-Aisne
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Jumencourt
Géolocalisation sur la carte : Aisne
Voir sur la carte topographique de l'Aisne
City locator 14.svg
Jumencourt
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Jumencourt
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Jumencourt

Jumencourt est une commune française située dans le département de l'Aisne, en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Bâtie sur la rive droite de l'Ailette[1], la commune de Jumencourt est située à l'ouest de Laon (33 km), au nord de Soissons (17 km) et au sud de Chauny-Tergnier (20 km).

Elle est composée du hameau de Trébécourt, en direction de Coucy-le-Château-Auffrique[2] sur la D 1500. Le village est traversé d'est en ouest par la RD532. L'Oussant[3] est un petit ruisseau, affluent de l'Aillette qui traverse le territoire communal sur une distance de 2 100 mètres.

Sur le territoire de Jumencourt, existe deux ZNIEFF, Zones Naturelles d'Intérêt Écologique, Faunistique et Floristique ; la CORNICHE DE JUMENCOURT À QUINCY BASSE et le BOIS DU MONTHIZEL ET MARAIS DE NOGENT. Il existe également une ZICO, Zone d'Importance pour la Conservation des Oiseaux ou Zones d’Intérêt Communautaire pour les Oiseaux, située au nord de la commune sur les lieux-dits la Haute Borne et les Remises, nom : le massif de Saint-Gobain, référence : PE05, carte. Description du massif en 1956[4].

Balade sur l'ancienne voie ferrée Anizy-Coucy, lieu-dit : la prairie de Jumencourt ; Les pâturages aux alentours de Jumencourt sont en bon état de conservation. Près de l’ancienne gare, se trouve une prairie privée en friche. La végétation y est haute et dense, composée de fromental élevé, pâturin commun, du lotier corniculé, d’origan commun, d’achillée millefeuille, de picride fausse-épervière, de séneçon jacobée et de tanaisie commune. À noter, la présence de laîche étoilée et de Gesse des bois. En lisière, on trouve de la fougère aigle.

Les fourrés sont composés de prunellier, de rosier des chiens, de sureau noir, de cornouiller sanguin, de chêne pédonculé. La hauteur moyenne de ces arbustes est de trois à cinq mètres. On trouve également du lierre grimpant et le gaillet gratteron. Les fourrés humides, qui se trouvent dans une mosaïque roselière, sont composés de saules blanc et cendrés, de frênes communs, de peuplier du Canada. On trouve également la laîche des forêts, l’épilobe, la berce commune.

Les milieux fermés sont composés de plantations de peupliers avec le développement d’épilobe hérissé, de reine des prés et de laîche pendante.

Les milieux humides sont composés de fossés, dans lesquels on peut trouver de la petite berle, de l’iris jaune, des cirses des maraîchers et des remarquables lychnis fleurs de coucou. Les roselières sont largement dominées par le roseau commun, l’eupatoire chanvrine, le houblon, le laiteron des marais.

Le lézard des souches et la grenouille rousse sont observables en lisière de boisement. Le grillon champêtre est observable dans les pelouses artificielles.

Les papillons observables sont l’écaille chinée, le petit sylvain dont la présence est liée au chèvrefeuille, le petit mars dont la présence est lié aux saules et peupliers.

Dans les fossés, sont observables le criquet verte-échine et le Cordulégastre annelé. On trouve également des mollusques, tel que le Maillot des mousses, Caragouille élargie ou la limnée commune.

À l’est de Jumencourt, est observable le Criquet des clairières. Au sud de Trébécourt, la prairie humide est favorable au criquet ensanglanté.

Localisation[modifier | modifier le code]

Entrée de Jumencourt.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Jumencourt est une commune rurale[Note 1],[5]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[6],[7].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Soissons, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 93 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[8],[9].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (74,1 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (74,7 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (54,4 %), forêts (21,4 %), zones agricoles hétérogènes (15,6 %), zones urbanisées (4,5 %), prairies (4,1 %)[10].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[11].

Histoire[modifier | modifier le code]

Des fossiles de reptiles et de mammifères ont été découverts datant du Lutétien[12],[13],[14],[15],[16],[17],[18],[19].

En 1132, Jumencourt était appelé " Injamarcourt"[20],[21]. Nom dont l'origine date de l’époque « barbare »[22].

Au XIVe siècle, Jumencourt dépendait du grenier à sel de la châtellenie de Coucy. Il a été aboli le 12 décembre 1415 et rétabli en 1442[23].

1556, la coutume du Vermandois[24].

1630. la coutume de Coucy[25],[26].

En 1668, la peste de Reims[27].

Avant le révolution, Jumencourt dépendait de Landricourt, registre des actes antérieurs à 1790[28].

En 1790 a été créée la commune de "Jumencourt, Trébécourt et Grand Champ", appartenant au canton de Coucy-le-Château[23]. Avant cette date le village était considéré comme un hameau détaché de la paroisse de Landricourt. La seigneurie de Jumencourt relevait de celle de Coucy, elle passa à la famille d'Orléans en même temps que celle de Coucy. "Au hameau de Jumencourt existait un fief[29] qui comprenait une maison seigneuriale avec chapelle…" des vignes, des terres, des bois, deux maisons soit un domaine de 620 hectares.

Il y avait deux autres fiefs démembrés, en 1792[30], de la seigneurie de Montheaumery (Moyembrie) dont le fief Treslecat, et un autre à Trébécourt[31].

Seigneurs de Jumencourt[32][modifier | modifier le code]

1185. Gautier, châtelain de Péronne, seigneur de Bray-sur-Somme, Jumencourt, Fresne, Barizis, etc ; enfants : Jean, châtelain de Péronne ; Lupart[33].

1378. Gautier de Gomiecourt, Seigneur de Gonnelieu & de Jumencourt, qui épousa Alix de Croisilles, avec laquelle il fonda, à Arras, la Chapelle des 11000 Vierges[34].

1525. Jean de Gonnelieu[35],[36],[37],[38],[39].

1591. Antoine de Gonnelieu[40],[41], premier écuyer de la grande écurie du Roi, marié à Charlotte de Bossebec[42], assassine Pierre Duprat[43],[44],[45], puis fut assassiné par Guillaume Duprat, frère.

1611. René de Gonnelieu[40],[46].

1614. Léonor de Gonnelieu[47]

Seigneur du Hamel et autres[modifier | modifier le code]

1270. Jean du Hamel, seigneur de Fresnes, Jumencourt et Barisis ; enfants : Colard, Jean.

1406. Jean Tavernier, seigneur de Jumencourt.

1465. Gilles du Hamel, sieur de Bellenglise, Fresnes, Jumencourt, Baisery (Barisis), Lignières, Elincourt épousa Marie de Caix[48],[49].

1527. Jacques de Pas ou de Paroque, seigneur de Feuquières et Jumencourt. Le 17 janvier 1533, vente de Jumencourt[50].

1556. Nicolas de Gouvelieu[51],[52],[53].

1679. Alexandre de Créqui, chevalier, comte de Bernioule, seigneur dudit. En 1887, la cloche de l'église de Bassoles-Aulers, datant de 1613, ayant pour inscription "Haute et puissante dame de Créquy, veuve de feu messire Josias de Bouchavanne, chevalier seigneur dudict lieu, Quincy, Courson, Le Faulx, baron de Ressons-sur-le-Matz et dame de Jumencourt et autres lieux"[54].

Vers 1700. François des Essarts de Lignières ; abbé de Vermand. Il vendit Jumencourt à

1717. Guillaume Pinet, sieur des Fourneaux, qui le revendit à

1735. Pierre Alexis DUBOIS[55] ou Du Bois[56] (1690-1764)[57], chevalier, vicomte d’Anizy et de Courval, seigneur de Pinon, de la Cour d’Allemant, de Moyembrie, Landricourt, Jumencourt, Houssent, Craone, deTrosly en partie et du Plessier[31]. En 1751, Jean Tribalet Procureur du roi en la police de Coucy[58]. Le 15 octobre 1795, naissance de son fils ainé[59].

Seigneurs connus du fief Treslecat[32][modifier | modifier le code]

1556. Loys Trelescat, seigneur dudit[51],[52],[53].

1660. Jean Trescat, seigneur dudit.

1670. Louis Trescat, seigneur dudit.

Vers 1695. Pierre Floureau.

1701. Charles Carlier, avocat au parlement de Paris.

1705. Jacques Treslecat, marchand à coucy.

1711. Jacques Treslecat, son fils.

1828, 250 habitants à Jumencourt[60].

Le 3 novembre 1834, le gendarme Dupire de Coucy-le-Château arrête le nommé Picard[61].

1838, vente des archives de M. le Baron de Joursanvault, un liasse de titre datant de 1499[62], vente d'une pièce de terre datant de 1489[63].

Le 24 février 1840, vente de document concernant la seigneurie de Jumencourt[64].

Le 6 mai 1854, décret déclarant d'utilité publique le dessèchement des marais de la Basse-Ailette, formant la troisième section des marais méridionaux de Laonnois.

Septembre 1857, secours aux communes pour maisons d'écoles, 1500 fr. pour Jumencourt[65]

En 1865, "Village de l'ancien Lannois, bâti sur la rive droite de l'Ailette[66], à 30 k. à l'ouest de Laon, autrefois baillage de Coucy, élection du diocèse de Soissons[23], aujourd'hui du canton de Coucy[67], arrondissement de Laon, même Diocèse. - Population : 1760, 51 feux ; 1800, 273 h[68]. 1836, 325 h. ; 1856, 296 h. ; 1861, 370 h. - Dépendances : Trébécourt[69], le fond de la Carrière[70] (hameau), Grandchamp[71], l'Argentelle[72] (fermes), le clos St-Martin[73], le Voyeu[74] (maisons isolées)"[32].

1866, session du conseil général du département de l'Aisne, chemins de fer d’intérêt local sur le chemin de Chauny à Anizy-le-Château, observations particulières[75],[76].

1867, session du conseil général du département de l'Aisne, direction plus économique, proposé par le service vicinal, de la ligne de Chauny à Anizy-le-Château, étudiée en 1863 par le service des ponts-et-chaussées. Cette étude, destinée à desservir l’importante verrerie de Folembray et les fabriques de sucre des Michettes, de la Feuillée et de Quincy[77]...

1869, session du conseil général du département de l'Aisne, exonération de toute participation aux dépenses du chemin no 60 à Jumencourt, chemin de grande communication[78].

Janvier, rapport de M. Carrette sur le chemin de fer d’intérêt commun[79].

1871, session du conseil général du département de l'Aisne, rapport de l'ingénieur en chef sur le chemin de fer[80],[81].

Août 1873, session du conseil général du département de l'Aisne, répartition de la subvention aux bureau de bienfaisance, 55 fr. pour Jumencourt[82].

1874, Jumencourt compte 238 habitants[83].

Le 26 octobre 1874, session du conseil général du département de l'Aisne, demande de bourse pour l'enseignement spécial, au collège de Laon au jeune Prinet, Gustave-Sosthène-Emile[84].

Le 24 décembre, la commission départementale attribue une bourse au jeune Pinet, dont le père est instituteur à Jumencourt[85],[86].

Le 25 août 1876, séance du conseil général du département de l'Aisne, bourse départementale de M. Prinet, instituteur à Jumencourt[87].

Le 30 août, séance du conseil général du département de l'Aisne, pour l'emplacement de la station de Landricourt[88].

Le 24 décembre 1877, session du conseil général du département de l'Aisne, demande de bourse du jeune Prinet[89].

Avril 1879, rapport de M. Le Préfet et délibération du conseil général, école de Jumencourt[90].

Avril 1880, déplacement de la gare de Landricourt[91],[92].

juillet, M. Frémeaux, instituteur à Jumencourt[93].

décembre, M. Frémeaux, instituteur à Jumencourt[94].

Janvier 1883, école mixte[95] de Jumencourt—Directeur : M. Frémeaux[96]. Mention honorable[97].

le 29 août, Arrêt de la Cour de cassation les avances, faites à la société de dessèchement de la Basse-Ailette par les propriétaires n'ont pas le caratère d'emprunts sociaux passibles de la taxe sur le revenu[98].

En 1887, on chantait jadis sur le ton de l'hymne de Saint Jean : Landricourt, Jumencourt, Quincy et Nogent Aubers, Bassolles, Leuilly Pont-St-Mard et Guny...

janvier, M. Frémeaux, instituteur à Jumencourt[99].

Le 29 mai, la commune de Jumencourt verse 15 Francs pour la fondation d'un établissement pour le traitement de la rage[100].

Le 29 décembre 1892, table alphabétique des noms de villes contenus dans les itinéraires, publié par Véloce-sport[101].

Le 23 novembre 1894, Recours du sieur Couverchel contre un arrêté du cons. de préf. de l'Aisne, dégradations extraordinaires des chemins vicinaux par le transport de farine[102].

Le 16 septembre 1895, de Paris à Laon 157 km[103].

1888, recensement en 1886 : 194 h., recensement en 1881 : 258 h[104].

1899, Pour éviter la grande côte de Coucy, passer par Quincy-Basse, Landricourt et Jumencourt[105].

1900, Guide national et catholique du voyageur en France[106].

Le 12 janvier, vente au enchères de la belle ferme de la feuillé le samedi 27 janvier 1900[107].

Le 6 août 1903, cyclisme, Paris-Laon du 9 août[108].

Le 12 août, M. Alfred Lamy, contremaître à la société sucrière d'Anizy à Jumencourt a reçu la médaille d'honneur des ouvriers et des employés[109].

1905, Dairain, Charles François, né le 09 mars 1885 à Jumencourt (Aisne), classe 1905, matricule no 1364, Bureau de recrutement d'Abbeville[110].

Jumencourt ne dispose pas de ministre du culte[111].

Le 7 juillet, décès de Eugène Blanchart[112].

Le 21 janvier 1907, Dépouillement des manuscrits de la collection Michel sur la Picardie[113],[114].

Le 12 août 1910, la communes de Jumencourt est sinistrée par les inondations de 1910[115].

Le 17 février 1911, M. d'Herbe promus officier du mérite agricole[116],[117].

Le 3 août, le surplus des biens ayant appartenu à la fabrique de l'église de Landricourt et actuellement sous séquestre est attribué à raison de 29% à Jumencourt[118].

En 1912, Jumencourt fait partie du Laonnois[119].

Le 17 mars 1912, refus de toutes permission pour se rendre à Jumencourt[120], pour cause d'épidémies[121].

Le 19 avril 1913, B.G. - L.L. ont payé leur abonnement au "Journal des finances"[122].

Le 15 juillet 1914, M. Octave Geoifroy de Jumencourt, 23927 lauréat du concours des sept merveilles du monde gagne un stylographe de la maison "Mabie Todd and C°"[123].

La grande Guerre[modifier | modifier le code]

À la fin de la première guerre mondiale, le village a été intégralement détruit. Il restait 113 habitants[31]

1914[modifier | modifier le code]

Le premier septembre, l’odyssée d'un régiment d'infanterie, 148e RI et 45e RI[124].

Le 14 novembre, M. Guilin Marcel, prisonnier civil, interné en Allemagne[125].

MITRAILLEUSE A.E., Saint Étienne Modèle 1907, PLATEAU A PROXIMITÉ DE COUCY-LE-CHATEAU. JUMENCOURT[126].

1915[modifier | modifier le code]

Le 18 juillet, La recherche des disparus, Blanchard, Jules St-Vital (Savoie)[127].

1917[modifier | modifier le code]

Le 12 février, annexe no 663, VIe Armée, la rivière constitue un sérieux obstacle naturel, 2 km de quai de gare construit à Jumencourt[128].

En mars, le 57e bataillon de chasseurs à pieds occupe le secteur de Jumencourt[129],

Le 21 mars, offensive allemande[130],[131].

Le 27 mars, un mouvement de repli se produit chez l'adversaire au nord de l'Ailette et permet à la gauche française d'occuper Jumencourt, Landricourt et Courson[132]; comptes rendus 630/3 du 28 mars et 646/3 du 29 mars du 37e corps d'armée.

le 9 avril, Au sud de l'Oise : L'artillerie ennemie a plus tiré que les jours précédents notamment sur la région de l'orme de Barisis, Jumencourt et Béthancourt[133].

Le 16 avril, 4e batterie du 2e régiment d'artillerie coloniale est présent dans le bois de Jumencourt, M. Thibaudeau[134],[135],[136].

Le 21 avril, au matin, les reconnaissances de position commencent immédiatement, le groupe est en batterie dans la région Jumencourt Trébécourt,

Le 4 mai, cette batterie, placée dans la carrière de Jumencourt, subit un tir violent de destruction par obus de 150[137]

Le 12 mai, le premier groupe du 270e Régiment d'Artillerie de Campagne (commandant Barberon) passe sur l'autre rive de l'ailette, dans la région de Jumencourt[138] avec la 62e division, qui forme avec la 81e division le 37e corps d'armée.

Le 4 juin, sur prescription du général Franchet d'Espèrey, rapprochement de la IIIe et de la VIe Armée au cimetière de Landricourt et vers la halte de Jumencourt[139].

le 14 juin, Dans la zone de la IIIe armée Jumencourt, Coucy-le-Château, Folembray[140]....

Le 17 juin, M. Favelin André Robert[141], morts pour la France à Jumencourt.

Le 22 août, les batteries du 54e RAC occupent leurs positions situées sur les pentes sud du plateau de Jumencourt[142].

Le 28 septembre, annexe no 1132, VIe Armée, plan d'action de l'artillerie lourde d'action, un canon de 155 G.P.F. et 8 pièces de 16[143].

En octobre, bataille de la Malmaison, 9e batterie mobile de la 6e armée occupe des positions près de Jumencourt[144],[145].

Le 20 novembre, le 32e RAC prend position près de Jumencourt[146].

1918[modifier | modifier le code]

Le 1er avril, Les guetteurs remarquent des allées et venues inaccoutumés d'Allemands vers le saillant Fox, la ferme d'Argentel et Jumencourt[147].

Le 8 avril, action d'artillerie au sud de Jumencourt[148].

Le 30 mai, Annexe no 803, VIe armée, 241e D. au sud de Jumencourt[149].

Le 24 août, Limite entre 7e et 30e C. A. —...pont sur l'Ailette de la grande route de Chauny, puis Jumencourt, Quincy-Basse (ces points au 30e C. A.)[150].

Le 2 septembre, le 4e escadron du 24e régiment de dragon se trouve dans le secteur d'attaque de Jumencourt[151].

Le 4 septembre, l'armée Mangin atteint les abords de Jumencourt[152],[153],[154],[155],[156],[157], les Français sont à Coucy[158]. M. Tarit René Eugène, M. Tessier Gabriel Lucien[159], morts pour la France à Jumencourt. M. Loncan Gabriel Aristide René, grièvement blessé à Jumencourt[160].

Le 5 septembre, l'armée Mangin se place sur la ligne Chauny-Laon à Jumencourt[161],[162],[163],[164],[165],[166],[167],[168],[169],[170],[171],[172],[173],[174],[175],[176],[177],[178],[179]. Présence du 56e RAC[180]. Présence du 81e RI[181].

Le 6 septembre, progression à l'est vers le village de Jumencourt[182].

Le 7 septembre, M. Delville Alphonse Joseph Ernest, mort pour la France à Jumencourt[183]. Présence du 2e escadron du premier régiment de hussard[184].

Le 14 septembre, M. Auzolle Jules Hippolyte Victor[185], M.Langlet Joseph Edgard Jacques[183], M. Bellanger Léon Auguste[186], morts pour la France à Jumencourt.

Le 15 septembre, M. Lahitte Joseph[187], morts pour la France à Jumencourt.

Le 16 septembre, M. Perrissin Rémy, mort au combat[188].

Le 11 avril 1919, Jumencourt fait partie de la liste des communes où l'indemnité sera provisoirement attribuée au taux le plus faible[189].

Le 4 août, avis aux entrepreneurs pour soumissions de travaux, 5e marché consistant en l'érection de maison provisoires[190].

Le 13 avril 1920, application de la loi du 30 mars 1919, 2e échelon pour Jumencourt[191].

Le 27 juillet, application de la loi du 30 mars 1919, 2e échelon pour Jumencourt[192].

Le 20 octobre, Jumencourt citée à l'ordre de l'armée[193],[194].

Le 10 mai 1921, accident mortel sur le passage à niveau[195],[196],[116],[197],[198].

Le 5 juin, création d'une section de l'UNC[199].

Le 30 juillet, application de la loi du 30 mars 1919, qui a ouvert aux différents départements ministériels des crédits en vue de l'attribution d'indemnités spéciales aux fonctionnaires des régions dévastées, et des décrets des 29 mars, 5 juin et 20 novembre 1920, qui fixent les taux et conditions d'attribution desdites indemnités : Jumencourt 20%[200].

Le 1er septembre, description de l'itinéraire routier Paris-Laon, passant par Jumencourt[201].

Septembre, demande de bourse Lucien Vaillant[202].

Le 12 juin 1922, Mme Maillard Angèle reçoit la médaille des victimes de l'invasion, contrainte au travail[203].

Le 5 août, BUREAU DE L’ÉTAT CIVIL MILITAIRE DE CHAUNY (AISNE) Jumencourt carrière du point du jour, Alliance gravée N. H. M. L. C. 6 mars 1913[204]

Le 19 juillet 1923, par arrêté en date du 12 juin, Jumencourt dépend de la 1re commission[205],[206].

Le 22 juillet, application de la loi du 30 mars 1919 : Jumencourt 15%[207].

Le 2 février 1924, application de la loi du 30 mars 1919 : Jumencourt 15%[208].

Le 19 avril, avis de convocation au siège des Commissions cantonales pour voir statuer sur leur demande d'indemnité de dommage de guerre, succession de Regard-Iliverlet[209].

Le 22 juillet 1925, application de la loi du 30 mars 1919 : Jumencourt 10%[210].

Le 13 août, Mme Laborde Mathilde chute place d'Italie[211].

Le 13 juillet 1927, Mme Vigny Marcelle de Jumencourt, lauréate du concours des jeux de patience[212].

1928, requête présentée par le sieur Ricci, pour réduction de la contribution foncière[213],[214].

Le 22 janvier 1931, M. Carbonneaux Henri poignarde M. Lombard Étienne[215].

Le 19 avril, Circuit des cantons du Soissonnais, 160 km à vélo[216].

Le 24 décembre, déclaration de faillite : Vigny (veuve), boissons[217].

Mars-avril 1932, les lavabos-vestiaires de l'école de Jumencourt[218].

Le 9 juin 1934, caisse fraternelle de capitalisation, Mme Flavigny, titre de 5 000 frs[219],[220].

Le 17 février 1935, vente aux enchères de parcelle de peupleraie le 13 mars[221].

Le 12 mai 1936, session du conseil général du département de l'Aisne, cheminement de l'autobus Chauny-Laon[222] et maintien des trains de voyageurs sur la voie ferrée Anizy-Chauny, par automotrice légère.

Le 26 mai, incendie d'une pépinière le long de la voie ferrée[223].

1937, Livret-guide officiel, Chemin de fer du Nord[224]

Le 26 octobre 1937, session du conseil général du département de l'Aisne, largeur et limites du chemin d’intérêt commun no 3[225].

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

La drôle de guerre 39-40[modifier | modifier le code]

Le 3 février 1939, 57e liste pour La grande souscription pour le développement du "Populaire"[226].

1940-1945[modifier | modifier le code]

le 5 mai 1942, dissolution du conseil municipal[227],[228].

le 22 juin 1942, modification des délégations spéciales[229].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

La commune de Jumencourt est membre de la communauté de communes Picardie des Châteaux, un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé le , issue de la fusion de la communauté de communes des Vallons d'Anizy et de la communauté de communes du Val de l'Ailette. Son siège est à Pinon. Ce dernier est par ailleurs membre d'autres groupements intercommunaux[230].

Sur le plan administratif, elle est rattachée à l'arrondissement de Laon, au département de l'Aisne et à la région Hauts-de-France[231]. Sur le plan électoral, elle dépend du canton de Vic-sur-Aisne pour l'élection des conseillers départementaux, depuis le redécoupage cantonal de 2014 entré en vigueur en 2015[231], et de la quatrième circonscription de l'Aisne pour les élections législatives, depuis le dernier découpage électoral de 2010[232].

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1917 1924 Alfred Potet    
1945 1952 M. D'herbe    
1952 1966 André Martin    
1966 1969 Albert Réné    
1969 1971 Jacques Martin    
1971 1973 Maurice Réné    
1973 1980 M. Le Fol    
1980 1987 Madame Georgelin    
1987 mars 2001 Albert Freitas    
mars 2001 mai 2020 Jacques Martin DVD  
mai 2020 En cours
(au 23 mai 2020)
Rodrigue Marouzé    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[233]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[234].

En 2018, la commune comptait 143 habitants[Note 3], en diminution de 7,74 % par rapport à 2013 (Aisne : −1,25 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
223261236274348325313322291
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
296307285238251258194200172
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
182169167113150125112101118
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
1081099894111119149153154
2017 2018 - - - - - - -
146143-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[235] puis Insee à partir de 2006[236].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Jumencourt n'a pas d'église[237],[238] ; l'église de Landricourt est à 1 km.

  • Monument aux morts.
  • Croix de chemin.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Michel Arrighi, cascadeur. Incroyable mais vrai - Émission du 18 octobre 1981[239] à la 23e minute.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Jumencourt Blason
Parti : au 1er d'argent à deux fasces ondées d'azur, celle en pointe plus petite, au 2d de sinople à un bouquet de trois épis de blé tigés et feuillés d'or et liés de gueules ; le tout sommé d'un chef d'azur à la bande d'argent côtoyée de deux doubles cotices potencées et contre potencées d'or[240].
Détails
Le chef vient du blason du département de l'Aisne. Le champ de sinople et le blé évoquent l'agriculture et les ondes l'Ailette et l’Oussent, son affluent, qui arrosent la commune.

Création de Jean-François Binon adoptée en .

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage publié en décembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Annales de la Société géologique du Nord », sur Gallica, (consulté le ), p. 296
  2. « Bulletin / Union géographique du Nord de la France », sur Gallica, (consulté le ), p. 20
  3. Auguste Matton, Dictionnaire topographique du département de l'Aisne comprenant les noms de lieu anciens et modernes., Imprimerie Nationale, , 364 p., p. 208
  4. Régions géographiques de la France / [préface de F. Louis Closon,...], (lire en ligne), p. 61
  5. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le )
  6. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le )
  7. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le )
  8. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur insee.fr, (consulté le )
  9. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  10. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  11. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  12. Didier Merle, Stratotype du Lutétien, Paris, Muséum national d'Histoire naturelle, BRGM, , 288 p., p. 83
  13. Nouvelles archives du Muséum d'histoire naturelle, tome premier, Paris, Masson et Cie, , 33 p. (lire en ligne), p. 15, 16
  14. Samuel Henry Berthoud, Les petites chroniques de la science, Paris, Garnier, , 488 p. (lire en ligne), p. 295
  15. Albert Gaudry (1827-1908), Les enchaînements du monde animal dans les temps géologiques : mammifères tertiaires / par Albert Gaudry,..., (lire en ligne), p. 62
  16. « Revue et magasin de zoologie pure et appliquée. », sur Gallica, (consulté le ), p. 186
  17. « Journal de zoologie : comprenant les différentes branches de cette science : histoire des animaux vivants et fossiles, moeurs, distribution géographique et paléontologique, anatomie et physiologie comparées, embryogénie, histologie, tératologie, zootechnie, etc. / par M. Paul Gervais,... », sur Gallica, (consulté le ), p. 421
  18. Adolphe Desmier de Saint-Simon (1802-1868 ; vicomte d'Archiac., Paléontologie de la France / par A. d'Archiac,..., (lire en ligne), p. 251
  19. Karl Alfred von (1839-1904) Auteur du texte Zittel, Traité de paléontologie. Partie 1, Tome 4 / par Karl A. Zittel,... avec la collaboration de... W. Ph. Schimper et A. Schenk... [et S. H. Scudder] ; traduit par le Dr Charles Barrois avec la collaboration de Duponchelle, Ch. Maurice, A. Six [Ch. Quéva, Fockeu et R. Moniez], 1883-1894 (lire en ligne)
  20. Auguste Matton, Dictionnaire topographique du département de l'Aisne comprenant les noms de lieu anciens et modernes, Imprimerie Nationale, , 364 p., p. 146, 330
  21. « Bulletin de la Société archéologique, historique et scientifique de Soissons », sur Gallica, (consulté le ), p. 89
  22. Dominique Barthélemy, Les deux âges de la seigneurie banale., Paris, Publications de la Sorbonne, , 622 p. (lire en ligne), p. 47
  23. a b et c Auguste Matton, Dictionnaire topographique du département de l'Aisne comprenant les noms de lieu anciens et modernes., Imprimerie Nationale, , 364 p., p. 78
  24. Louis Auteur du texte L. Tronquoy, Essai sur le droit coutumier appliqué à la coutume de Vermandois / par L. Tronquoy,..., Vervins, 188? (lire en ligne), p. 14
  25. M. l'abbé Arthur Vernier (1846-18 ?), Histoire de Folembray depuis les temps les plus reculés jusqu'à nos jours / par M. l'abbé Vernier,..., , 238 p. (lire en ligne), p. 225
  26. Société archéologique et historique de Vervins et de la Thiérache, « La Thiérache : recueil de documents concernant l'histoire, les beaux-arts, les sciences naturelles et l'industrie de cette ancienne subdivision de la Picardie », sur Gallica, (consulté le ), p. 38
  27. sous la direction de MM. H. Fleury et Louis Paris, La chronique de Champagne. Tome 2,Numéro 15, (lire en ligne), p. 12
  28. M. J. Souchon, Inventaire sommaire des archives départementales antérieures à 1790. Aisne. tome V : archives civiles de l'Aisne, Laon, , 578 p. (lire en ligne), p. 389 et suivante
  29. Pierre Varin, Collection de pièces inédites pouvant servir à l'histoire des institutions dans l'intérieur de la cité : Table générale des matières par M. L. Amiel,..., (lire en ligne), p. 320-445
  30. Société nationale d'agriculture de France, « Mémoires publiés par la Société centrale d'agriculture de France », sur Gallica, (consulté le ), p. 68
  31. a b et c Groupe de Recherches et d’Études des Collections (GREC) de l'AMVCC :Association de Mise en Valeur du Château de Coucy
  32. a b et c Maximilien Melleville, Dictionnaire historique du département de l'Aisne, Paris, Office d'édition du livre d'histoire, , 497 p. (ISBN 2-84178-057-0), p. 474
  33. De La CHENAYE-DESBOIS ET BADIER, Dictionnaire de la noblesse, PARIS, SCHLESINGER frères, , 992 p. (lire en ligne), p. 645 et suiv.
  34. par François-Alexandre Aubert de La Chenaye-Desbois et Jacques Badier, Dictionnaire de la noblesse : contenant les généalogies, l'histoire et la chronologie des familles nobles de France. Tome 9, 1863-1876 (lire en ligne), p. 397
  35. Bulletin de la Société historique de Haute-Picardie, t. septième, Soissons, , 175 p., p. 46
  36. Oise) Auteur du texte Société historique (Compiègne, « Bulletin de la Société historique de Compiègne », sur Gallica, (consulté le )
  37. Société historique de Compiègne, « Bulletin de la Société historique de Compiègne », sur Gallica, (consulté le ), p. 211
  38. Société historique de Compiègne, « Bulletin de la Société historique de Compiègne », sur Gallica, (consulté le ), p. 222
  39. Société historique de Compiègne, « Bulletin de la Société historique de Compiègne », sur Gallica, (consulté le ), p. 240
  40. a et b Bulletin de la société historique de Haute-Picardie, t. cinquième, Soissons, , 156 p., p. 74
  41. Bulletin de la Société historique de Haute-Picardie, t. cinquième, Soissons, , 156 p., p. 71
  42. « Bulletin de la Société archéologique, historique et scientifique de Soissons », sur Gallica, (consulté le ), p. 157 158
  43. « Bulletin de la Société archéologique, historique et scientifique de Soissons », sur Gallica, (consulté le )
  44. J. Mermet, Feuilles au vent : chroniques du pays d'Oise / J. Mermet, (lire en ligne), p. 30
  45. Jules Gassot (1555?-1629), Sommaire mémorial (souvenirs) de Jules Gassot, secrétaire du roi, 1555-1623 / publié... par Pierre Champion, (lire en ligne), p. 119
  46. Bulletin de la Société historique de Haute-Picardie, Soissons, , 175 p., p. 48
  47. Bulletin de la Société historique de Haute-Picardie, t. cinquième, Soissons, , 156 p., p. 75
  48. A. Peyrecave, Élincourt-Sainte-Marguerite : notice historique et archéologique / par A. Peyrecave,..., (lire en ligne), p. 95
  49. Notes et documents pour servir à l'histoire d'une famille picarde au moyen âge (XIe-XVIe siècles). La maison de Caix, rameau mâle des Boves-Coucy / Vte de Caix de Saint-Aymour, (lire en ligne), p. 158
  50. Marichal Paul (1870-1943), Catalogue des actes de François Ier (1494-1547 ; roi de France). Tome 2, 1887-1908 (lire en ligne), p. 602
  51. a et b Archives législatives de la ville de Reims, vol. 26, numéro 1., collection de documents inédits sur l'histoire de France, p. 894
  52. a et b Pierre Varin, Archives législatives de la ville de Reims, 1840-1852 (lire en ligne), p. 894
  53. a et b Archives législatives de la ville de Reims : collection de pièces inédites pouvant servir à l'histoire des institutions dans l'intérieur de la cité. [I]. 1re partie. Coutumes. - 1840. - 1067 p. / [éd.] par Pierre Varin,..., 1840-1852 (lire en ligne)
  54. « Bulletin de la Société académique de Chauny », sur Gallica, (consulté le ), p. 160
  55. « Généalogie de Pierre Alexis DUBOIS de COURVAL », sur Geneanet (consulté le )
  56. « Comptes rendus et mémoires lus aux séances / Comité archéologique de Noyon », sur Gallica, (consulté le ), p. 97
  57. J.F.L. Devisme, Manuel historique du département de l'Aisne., Laon, F. LE BLAN-Courtois, , 464 p., p. 229
  58. sous la direction de M. Alcius Ledieu, « Le Cabinet historique de l'Artois et de la Picardie : revue d'histoire locale publiée avec la collaboration de membres de sociétés savantes. », sur Gallica, (consulté le ), p. 308
  59. Société nationale d'agriculture de France, « Mémoires publiés par la Société centrale d'agriculture de France », sur Gallica, (consulté le ), p. 67
  60. Dulaure Jacques-Antoine (1755-1835), Histoire physique, civique et morale des environs de Paris. Tome 7 / , depuis les premiers temps historiques jusqu'à nos jours..., 1825-1828 (lire en ligne), p. 452
  61. « Le Courrier », sur Gallica, (consulté le )
  62. Baron de Joursanvault (1748-1792), Catalogue analytique des archives de M. le baron de Joursanvault, contenant une précieuse collection de manuscrits, chartes et documents originaux.... Tome 1, (lire en ligne), p. 176
  63. Baron de Joursanvault (1748-1792), Catalogue analytique des archives de M. le baron de Joursanvault, contenant une précieuse collection de manuscrits, chartes et documents originaux.... Tome 1, (lire en ligne), p. 223
  64. Jacob, Catalogue des livres et des manuscrits, la plupart relatifs à l'histoire de France, composant la bibliothèque du bibliophile Jacob., (lire en ligne), p. 224
  65. « Petit manuel de l'instruction primaire », sur Gallica, (consulté le ), p. 254
  66. Auguste Matton, Dictionnaire topographique du département de l'Aisne comprenant les noms de lieu anciens et modernes., Imprimerie Nationale, , 364 p., p. 3
  67. Auguste Matton, Dictionnaire topographique du département de l'Aisne comprenant les noms de lieu anciens et modernes., Imprimerie Nationale, , 364 p., p. XXV
  68. Jean Baptiste Louis Brayer de Beauregard, Statistique du département de l'Aisne, Laon, Préfecture, Melleville, , 408 p. (lire en ligne), p. 370
  69. Auguste Matton, Dictionnaire topographique du département de l'Aisne comprenant les noms de lieu anciens et modernes., Imprimerie Nationale, , 374 p., p. 274
  70. Auguste Matton, Dictionnaire topographique du département de l'Aisne comprenant les noms de lieu anciens et modernes., Imprimerie Nationale, , 374 p., p. 49
  71. Auguste Matton, Dictionnaire topographique du département de l'Aisne comprenant les noms de lieu anciens et modernes., Imprimerie Nationale, , 374 p., p. 127
  72. Auguste Matton, Dictionnaire topographique du département de l'Aisne comprenant les noms de lieu anciens et modernes., Imprimerie Nationale, , 374 p., p. 9
  73. Auguste Matton, Dictionnaire topographique du département de l'Aisne comprenant les noms de lieu anciens et modernes., Imprimerie Nationale, , 374 p., p. 71
  74. Auguste Matton, Dictionnaire topographique du département de l'Aisne comprenant les noms de lieu anciens et modernes., Imprimerie Nationale, , 374 p., p. 301
  75. Aisne Conseil général Auteur du texte, « Rapport du préfet et délibérations... / Conseil général du département de l'Aisne », sur Gallica, (consulté le ), p. 25
  76. Aisne Conseil général Auteur du texte, « Rapport du préfet et délibérations... / Conseil général du département de l'Aisne », sur Gallica, (consulté le ), p. 27
  77. Aisne Conseil général Auteur du texte, « Rapport du préfet et délibérations... / Conseil général du département de l'Aisne », sur Gallica, (consulté le ), p. 126
  78. Aisne Conseil général Auteur du texte, « Rapport du préfet et délibérations... / Conseil général du département de l'Aisne », sur Gallica, (consulté le ), p. 20
  79. Aisne Conseil général Auteur du texte, « Rapport du préfet et délibérations... / Conseil général du département de l'Aisne », sur Gallica, (consulté le ), p. 236
  80. Aisne Conseil général Auteur du texte, « Rapport du préfet et délibérations... / Conseil général du département de l'Aisne », sur Gallica, (consulté le ), p. 53
  81. Aisne Conseil général Auteur du texte, « Rapport du préfet et délibérations... / Conseil général du département de l'Aisne », sur Gallica, (consulté le ), p. 144
  82. Aisne Conseil général Auteur du texte, « Rapport du préfet et délibérations... / Conseil général du département de l'Aisne », sur Gallica, (consulté le ), p. 378
  83. Adolphe (1813-1881) Auteur du texte Joanne, Géographie du département de l'Aisne (2e édition) / par Adolphe Joanne,..., (lire en ligne), p. 25
  84. Aisne Conseil général Auteur du texte, « Rapport du préfet et délibérations... / Conseil général du département de l'Aisne », sur Gallica, (consulté le ), p. 587
  85. Aisne Conseil général Auteur du texte, « Rapport du préfet et délibérations... / Conseil général du département de l'Aisne », sur Gallica, (consulté le )
  86. Aisne Conseil général Auteur du texte, « Rapport du préfet et délibérations... / Conseil général du département de l'Aisne », sur Gallica, (consulté le )
  87. Aisne Conseil général Auteur du texte, « Rapport du préfet et délibérations... / Conseil général du département de l'Aisne », sur Gallica, (consulté le ), p. 493
  88. Aisne Conseil général Auteur du texte, « Rapport du préfet et délibérations... / Conseil général du département de l'Aisne », sur Gallica, (consulté le ), p. 677
  89. Aisne Conseil général Auteur du texte, « Rapport du préfet et délibérations... / Conseil général du département de l'Aisne », sur Gallica, (consulté le ), p. 226
  90. Aisne Conseil général Auteur du texte, « Rapport du préfet et délibérations... / Conseil général du département de l'Aisne », sur Gallica, (consulté le ), p. 87
  91. Aisne Conseil général Auteur du texte, « Rapport du préfet et délibérations... / Conseil général du département de l'Aisne », sur Gallica, (consulté le ), p. 36
  92. Aisne Conseil général Auteur du texte, « Rapport du préfet et délibérations... / Conseil général du département de l'Aisne », sur Gallica, (consulté le ), p. 260
  93. « Bulletin / Union géographique du Nord de la France », sur Gallica, (consulté le ), p. 151
  94. « Bulletin / Union géographique du Nord de la France », sur Gallica, (consulté le ), p. 23
  95. « Bulletin / Union géographique du Nord de la France », sur Gallica, (consulté le ), p. LIX
  96. « Bulletin / Union géographique du Nord de la France », sur Gallica, (consulté le ), p. LIII
  97. « Bulletin / Union géographique du Nord de la France », sur Gallica, (consulté le ), p. 665
  98. Maurice Désiré Garnier (1814-1896), « Répertoire périodique de l'enregistrement », recueil mensuel de toutes les décisions administratives et judiciaires sur l'enregistrement et le timbre, comparées avec le droit civil faisant suite au Répertoire général, sur Gallica, (consulté le ), p. 577
  99. « Bulletin / Union géographique du Nord de la France », sur Gallica, (consulté le ), p. 197
  100. « Journal officiel de la République française. Lois et décrets », sur Gallica, (consulté le )
  101. « Le Véloce-sport : organe de la vélocipédie française », sur Gallica, (consulté le ), p. II
  102. France Conseil d'État (1799-) Auteur du texte, « Recueil des arrêts du Conseil d'État », sur Gallica, (consulté le )
  103. « Le Petit Parisien : journal quotidien du soir », sur Gallica, (consulté le )
  104. « Bulletin de la Société académique de Chauny », sur Gallica, (consulté le ), p. 64
  105. Collection des Guides-Taride. Les routes de France, à l'usage des cyclistes et des conducteurs d'automobiles..., (lire en ligne), p. 284
  106. Guide national et catholique du voyageur en France : avec notices religieuses, historiques et biographiques, pèlerinages, stations balnéaires, renseignements divers, cartes, plans et gravures, tables alphabétiques, etc.. Partie 2,Tome 1, 1900-1901 (lire en ligne), p. 92
  107. « Le Grand écho du Nord de la France », sur Gallica, (consulté le )
  108. « Le Journal », sur Gallica, (consulté le )
  109. « Journal officiel de la République française. Lois et décrets », sur Gallica, (consulté le )
  110. « Registres matricules du contingent militaire - Classe 1905 (1R) - Dairain, Charles François, né le 09 mars 1885 à Jumencourt (Aisne), classe 1905, matricule no 1364, Bureau de recrutement d'Abbeville - 1905 », sur recherche.archives.somme.fr (consulté le )
  111. Comité des travaux historiques et scientifiques (France), « Bulletin du Comité des travaux historiques et scientifiques. Section des sciences économiques et sociales », sur Gallica, (consulté le ), p. 51
  112. « Le Petit journal », sur Gallica, (consulté le ), p. 4
  113. « Compte-rendu des séances / Société académique d'archéologie, sciences et arts du département de l'Oise », sur Gallica, (consulté le ), p. 9
  114. « Bulletin de la Société académique d'archéologie, sciences et arts du département de l'Oise », sur Gallica, (consulté le ), p. 9
  115. « Journal officiel de la République française. Lois et décrets », sur Gallica, (consulté le )
  116. a et b « Le Matin : derniers télégrammes de la nuit », sur Gallica, (consulté le )
  117. « Le Journal », sur Gallica, (consulté le )
  118. « Journal officiel de la République française. Lois et décrets », sur Gallica, (consulté le )
  119. Société académique de Laon, « Bulletin de la Société académique de Laon », sur Gallica, (consulté le ), p. 168
  120. « Journal de la gendarmerie de France », sur Gallica, (consulté le )
  121. Convention sanitaire internationale, signée à Paris, le 17 janvier 1912 et ratifiée le 7 octobre 1920 en vue d'arrêter les mesures propres à sauvegarder la santé publique contre l'invasion et la propagation de la peste, du choléra et de la fièvre jaune (rendue exécutoire en France, par décret du 14 octobre 1920, publié au "Journal officiel" du 21 octobre 1920), (lire en ligne)
  122. « Journal des finances : cote universelle et correspondance des capitalistes », sur Gallica, (consulté le ), p. 7
  123. « Le Matin : derniers télégrammes de la nuit », sur Gallica, (consulté le )
  124. « Bulletin de la Société archéologique, historique et scientifique de Soissons », sur Gallica, (consulté le ), p. 13-16
  125. « La Liberté », sur Gallica, (consulté le )
  126. « Photographies, cartes postales et journaux de tranchées de la Grande Guerre conservés à l'Historial de Péronne - MITRAILLEUSE A.E. PLATEAU A PROXIMITE DE COUCY-LE-CHATEAU. JUMENCOURT », sur recherche.archives.somme.fr (consulté le )
  127. « La Recherche des disparus : organe de l'Association française pour la recherche des disparus », sur Gallica, (consulté le )
  128. France Etat-major des armées Service historique, Les armées françaises dans la Grande guerre. Tome V. 5,1,ANNEXES2 / Ministère de la guerre, état-major de l'armée, service historique, 1931-1937 (lire en ligne), p. 1204-1208
  129. Historique du 57e bataillon de chasseurs à pieds, Paris, Berger-Levrault, 16 p. (lire en ligne), p. 11
  130. Historique des 85e et 285e régiments d'artillerie lourde à tracteurs automobiles : Campagne 1914-1918, (lire en ligne)
  131. Historique des 85e et 285e régiments d'artillerie lourde à tracteurs automobiles : Campagne 1914-1918, (lire en ligne), p. 45
  132. France Etat-major des armées Service historique, Les armées françaises dans la Grande guerre. Tome V. 5,1 / Ministère de la guerre, état-major de l'armée, service historique, 1931-1937 (lire en ligne), p. 411
  133. France Etat-major des armées Service historique, Les armées françaises dans la Grande guerre. Tome V. 5,1,ANNEXES3 / Ministère de la guerre, état-major de l'armée, service historique, 1931-1937 (lire en ligne), p. 719
  134. Union nationale des combattants (France) Auteur du texte, « Le Cri du poilu de l'Union nationale des combattants : organe des combattants, des mutilés... ["puis" organe mensuel du Morbihan des combattants...] », sur Gallica, (consulté le )
  135. Union nationale des combattants (France) Auteur du texte, « Le Cri du poilu de l'Union nationale des combattants : organe des combattants, des mutilés... ["puis" organe mensuel du Morbihan des combattants...] », sur Gallica, (consulté le )
  136. Union nationale des combattants (France) Auteur du texte, « Le Cri du poilu de l'Union nationale des combattants : organe des combattants, des mutilés... ["puis" organe mensuel du Morbihan des combattants...] », sur Gallica, (consulté le )
  137. Campagne 1914-1918. Historique du 133e régiment d'artillerie lourde : artillerie lourde du 33e corps d'armée, 19.. (lire en ligne)
  138. Historique du 270e régiment d'artillerie de ampagne, DINAN, , 24 p. (lire en ligne), p. 7
  139. France Etat-major des armées Service historique, Les armées françaises dans la Grande guerre. Tome V. 5,2 / Ministère de la guerre, état-major de l'armée, service historique, 1931-1937 (lire en ligne), p. 322 à 324
  140. France Etat-major des armées Service historique, Les armées françaises dans la Grande guerre. Tome V. 5,2,ANNEXES1 / Ministère de la guerre, état-major de l'armée, service historique, 1931-1937 (lire en ligne), p. 843
  141. « André Robert FAVELIN | Chemin des Dames », sur www.chemindesdames.fr (consulté le )
  142. Historique du 54e régiment d'artillerie de campagne : campagne 1914-1918, 19.. (lire en ligne)
  143. France État-major des armées Service historique, Les armées françaises dans la Grande guerre. Tome V. 5,2,ANNEXES2 / Ministère de la guerre, état-major de l'armée, service historique, 1931-1937 (lire en ligne), p. 823-824
  144. Historique des batteries de canonniers-marins et des canonnières-fluviales / Contre-Amiral Jehenne, (lire en ligne), p. 52
  145. Historique des batteries de canonniers-marins et des canonnières-fluviales / Contre-Amiral Jehenne, (lire en ligne), p. 192
  146. Historique du 32e régiment d'artillerie de campagne, 1er aout 1914-11 novembre 1918, (lire en ligne)
  147. Historique du 403e régiment d'infanterie 1915-1919, (lire en ligne)
  148. France Etat-major des armées Service historique, Les armées françaises dans la Grande guerre. Tome VI. 6,1,ANNEXES3 / Ministère de la guerre, état-major de l'armée, service historique, 1931-1935 (lire en ligne), p. 267
  149. France Etat-major des armées Service historique, Les armées françaises dans la Grande guerre. Tome VI. 6,2,ANNEXES1 / Ministère de la guerre, état-major de l'armée, service historique, 1931-1935 (lire en ligne), p. 570 et 925
  150. France Etat-major des armées Service historique, Les armées françaises dans la Grande guerre. Tome VII. 7,1,ANNEXES2 / Ministère de la guerre, état-major de l'armée, service historique, 1923-1938 (lire en ligne), p. 149
  151. Historique du 24e régiment de dragons, (lire en ligne)
  152. « La Liberté », sur Gallica, (consulté le )
  153. « Le Courrier de la Rochelle : journal politique, littéraire et d'annonces, feuille spéciale du commerce et de l'agriculture ["puis" journal républicain] », sur Gallica, (consulté le )
  154. « Journal officiel de l'Afrique équatoriale française », sur Gallica, (consulté le )
  155. « Cols bleus : hebdomadaire de la Marine française », sur Gallica, (consulté le ), p. 30-31
  156. « Le Temps », sur Gallica, (consulté le )
  157. « Journal officiel de Madagascar et dépendances », sur Gallica, (consulté le ), p. 679
  158. Parti socialiste SFIO (France) Auteur du texte et Parti socialiste (France) Fédération (Paris) Auteur du texte, « Le Populaire : journal-revue hebdomadaire de propagande socialiste et internationaliste ["puis" socialiste-internationaliste] », sur Gallica, (consulté le )
  159. « Journal officiel de la République française. Lois et décrets », sur Gallica, (consulté le )
  160. « Journal officiel de la République française. Lois et décrets », sur Gallica, (consulté le )
  161. « La Lanterne : journal politique quotidien », sur Gallica, (consulté le )
  162. « Le Radical », sur Gallica, (consulté le )
  163. « La Presse », sur Gallica, (consulté le )
  164. « Le Rappel / directeur gérant Albert Barbieux », sur Gallica, (consulté le )
  165. « Excelsior : journal illustré quotidien : informations, littérature, sciences, arts, sports, théâtre, élégances », sur Gallica, (consulté le )
  166. « Pages de guerre écrites au jour le jour », sur Gallica, (consulté le )
  167. « Le XIXe siècle : journal quotidien politique et littéraire / directeur-rédacteur en chef : Gustave Chadeuil », sur Gallica, (consulté le )
  168. « L'Homme libre : journal quotidien du matin / rédacteur en chef, Georges Clemenceau ; directeur, Fr. Albert », sur Gallica, (consulté le )
  169. « Le Gaulois : littéraire et politique », sur Gallica, (consulté le )
  170. « Journal des débats politiques et littéraires », sur Gallica, (consulté le )
  171. « L'Ouest-Éclair », sur Gallica, (consulté le )
  172. « L'Ouest-Éclair : journal quotidien d'informations, politique, littéraire, commercial », sur Gallica, (consulté le )
  173. « La Dépêche : journal quotidien », sur Gallica, (consulté le )
  174. « Figaro : journal non politique », sur Gallica, (consulté le )
  175. « Le Petit Parisien : journal quotidien du soir », sur Gallica, (consulté le )
  176. « L'Echo d'Alger : journal républicain du matin », sur Gallica, (consulté le )
  177. « Le Journal », sur Gallica, (consulté le )
  178. « L'Action française : organe du nationalisme intégral / directeur politique : Henri Vaugeois ; rédacteur en chef : Léon Daudet », sur Gallica, (consulté le )
  179. Pierre Lehaucourt, La Grande guerre sur le front occidental. La capitulation de l'Allemagne..., 1917-1929 (lire en ligne), p. 201
  180. Historique du 56e R.A.C, d'après le journal de marche du régiment et son livre d'or, 1914-1918, (lire en ligne)
  181. Boissy Gabriel (1879-1949), Le 81e régiment d'infanterie : quatre citations Gerbéviller. Ypres Beauséjour. Verdun. Mort-homme Locre La Serre / [Gabriel Boissy], , 104 p. (lire en ligne), p. 30
  182. « La Lanterne : journal politique quotidien », sur Gallica, (consulté le )
  183. a et b « Journal officiel de la République française. Lois et décrets », sur Gallica, (consulté le )
  184. Historique sommaire du 1er régiment de hussards pendant la guerre 1914-1918 : avec 4 gravures hors texte et 4 cartes dans le texte, 19.., 137 p. (lire en ligne), p. 134-135
  185. « Journal officiel de la République française. Lois et décrets », sur Gallica, (consulté le )
  186. « Léon Auguste BELLANGER | Chemin des Dames », sur www.chemindesdames.fr (consulté le )
  187. « Joseph LAHITTE | Chemin des Dames », sur www.chemindesdames.fr (consulté le )
  188. Historique du 284e régiment d'artillerie lourde pendant la guerre 1914-1918, 19.. (lire en ligne)
  189. « Journal officiel de la République française. Lois et décrets », sur Gallica, (consulté le )
  190. France Ministère des régions libérées Auteur du texte, « [Bulletin des régions libérées] », sur Gallica, (consulté le )
  191. France Ministère des régions libérées Auteur du texte, « [Bulletin des régions libérées] », sur Gallica, (consulté le )
  192. France Ministère des régions libérées Auteur du texte, « [Bulletin des régions libérées] », sur Gallica, (consulté le )
  193. « Le Journal », sur Gallica, (consulté le )
  194. « Le Temps », sur Gallica, (consulté le )
  195. « La Lanterne : journal politique quotidien », sur Gallica, (consulté le )
  196. « L'Homme libre : journal quotidien du matin / rédacteur en chef, Georges Clemenceau ; directeur, Fr. Albert », sur Gallica, (consulté le )
  197. « L'Humanité : journal socialiste quotidien », sur Gallica, (consulté le )
  198. « Le Temps », sur Gallica, (consulté le )
  199. Union nationale des combattants (France) Auteur du texte, « La Voix du combattant », sur Gallica, (consulté le )
  200. France Ministère des régions libérées Auteur du texte, « [Bulletin des régions libérées] », sur Gallica, (consulté le )
  201. A. DE BARONCELLI (Dix-neuvième édition des guides routiers régionaux à l'usage des Cyclistes et des Automobilistes), Environs de Paris, dans un rayon moyen de 140 kilomètres., Paris, , 434 p. (lire en ligne), p. 132, 137
  202. Aisne Conseil général Auteur du texte, « Rapport du préfet et délibérations... / Conseil général du département de l'Aisne », sur Gallica, (consulté le ), p. 239
  203. « Journal officiel de la République française. Lois et décrets », sur Gallica, (consulté le )
  204. « Journal des mutilés, réformés et blessés de guerre », sur Gallica, (consulté le )
  205. « Journal officiel de la République française. Lois et décrets », sur Gallica, (consulté le )
  206. Pierre Jugie et Michèle Conchon, « L'administration centrale des dommages de guerre de la Première Guerre mondiale : son histoire et ses archives », (consulté le ), p. 53
  207. « Journal officiel de la République française. Lois et décrets », sur Gallica, (consulté le )
  208. France Ministère des régions libérées Auteur du texte, « [Bulletin des régions libérées] », sur Gallica, (consulté le )
  209. France Ministère des régions libérées Auteur du texte, « [Bulletin des régions libérées] », sur Gallica, (consulté le )
  210. « Journal officiel de la République française. Lois et décrets », sur Gallica, (consulté le )
  211. « L'Œuvre », sur Gallica, (consulté le ), p. 5
  212. « Le Petit journal », sur Gallica, (consulté le ), p. 5
  213. « Bulletin des contributions directes et du cadastre », sur Gallica, (consulté le ), p. 350
  214. France Conseil d'État (1799-) Auteur du texte, « Recueil des arrêts du Conseil d'État », sur Gallica, (consulté le )
  215. « Le Petit Parisien : journal quotidien du soir », sur Gallica, (consulté le )
  216. « Le Petit journal », sur Gallica, (consulté le ), p. 4
  217. « Archives commerciales de la France : journal hebdomadaire... », sur Gallica, (consulté le )
  218. « [L'Hygiène par l'exemple] », sur Gallica, (consulté le )
  219. « Bulletin meusien : organe du Groupement fraternel des réfugiés et évacués meusiens », sur Gallica, (consulté le ), p. 5
  220. « Le Grand écho du Nord de la France », sur Gallica, (consulté le )
  221. « Le Grand écho du Nord de la France », sur Gallica, (consulté le )
  222. Aisne Conseil général Auteur du texte, « Rapport du préfet et délibérations... / Conseil général du département de l'Aisne », sur Gallica, (consulté le ), p. 456
  223. « La Croix », sur Gallica, (consulté le )
  224. Livret-guide officiel. Chemin de fer du Nord et Société de Transports Auxiliaires de la Région du Nord S. T. A. R. N., (lire en ligne), p. 26
  225. Aisne Conseil général Auteur du texte, « Rapport du préfet et délibérations... / Conseil général du département de l'Aisne », sur Gallica, (consulté le ), p. 142
  226. Parti socialiste SFIO (France) Auteur du texte et Parti socialiste (France) Fédération (Paris) Auteur du texte, « Le Populaire : journal-revue hebdomadaire de propagande socialiste et internationaliste ["puis" socialiste-internationaliste] », sur Gallica, (consulté le )
  227. « Journal officiel de la République française. Lois et décrets », sur Gallica, (consulté le )
  228. France Ministère de l'intérieur (1912-1981) Auteur du texte et Secrétariat d Etat à l intérieur Bureau d études juridiques et de documentation générale Auteur du texte, « Informations générales », sur Gallica, (consulté le )
  229. « Journal officiel de la République française. », sur https://gallica.bnf.fr, (consulté le ), p. 2238
  230. « communauté de communes Picardie des Châteaux - fiche descriptive au 1er avril 2020 », sur https://www.banatic.interieur.gouv.fr/ (consulté le )
  231. a et b « Code officiel géographique- Rattachements de la commune de Jumencourt », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  232. « Découpage électoral de l'Aisne (avant et après la réforme de 2010) », sur http://www.politiquemania.com/ (consulté le ).
  233. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  234. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  235. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  236. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  237. « Comptes rendus et mémoires lus aux séances / Comité archéologique de Noyon », sur Gallica, (consulté le ), p. 100
  238. Comité des travaux historiques et scientifiques (France), « Bulletin du Comité des travaux historiques et scientifiques. Section des sciences économiques et sociales », sur Gallica, (consulté le ), p. 78
  239. « Incroyable mais vrai - Emission du 18 octobre 1981 » (consulté le )
  240. « 02395 Jumencourt (Aisne) », sur armorialdefrance.fr (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]