Craonnelle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Craonnelle
L'hôtel de ville
L'hôtel de ville
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Picardie
Département Aisne
Arrondissement Laon
Canton Guignicourt
Intercommunalité Communauté de communes du Chemin des Dames
Maire
Mandat
Pascal Boulanger
2014-2020
Code postal 02160
Code commune 02235
Démographie
Population
municipale
108 hab. (2012)
Densité 18 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 25′ 55″ N 3° 46′ 16″ E / 49.4319444444, 3.7711111111149° 25′ 55″ Nord 3° 46′ 16″ Est / 49.4319444444, 3.77111111111  
Altitude Min. 56 m – Max. 191 m
Superficie 5,91 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aisne

Voir sur la carte administrative de l'Aisne
City locator 14.svg
Craonnelle

Géolocalisation sur la carte : Aisne

Voir sur la carte topographique de l'Aisne
City locator 14.svg
Craonnelle

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Craonnelle

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Craonnelle

Craonnelle[1], est une commune française située dans le département de l'Aisne en région Picardie.

Ses habitants sont appelés les Craonnelois[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Craonnelle se situe au centre-est du département de l'Aisne, au sud du plateau du Chemin des Dames.

La commune se trouve à 18,4 km au sud-est de la ville préfecture, Laon[3], à 117,9 km au sud-est de la capitale régionale, Amiens[4], à 27,1 km au nord-ouest de Reims[5], et à 121,3 km au nord-est de la capitale, Paris[6].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Craonnelle
Bouconville-Vauclair Bouconville-Vauclair, Craonne Craonne
Oulches-la-Vallée-Foulon Craonnelle Pontavert
Beaurieux Beaurieux Pontavert

Relief et géologie[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Voies de communications et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

Sortie nord-est de Craonnelle (D18) en direction de Craonne.

Craonnelle est accessible par la route par :

  • l'autoroute A26, sortie no 14 (Guignicourt) située à 13 km à l'est de Craonnelle ;
  • la route départementale D1044 (ancienne route nationale 44), via Corbeny, située 6 km au nord-est ;
  • la route départementale D18 reliant Craonnelle à Craonne au nord-est ;
  • la route départementale D89, reliant Craonnelle à Pontavert au sud-est et Oulches-la-Vallée-Foulon à l'ouest ;
  • la route départementale D892, reliant Craonnelle à Baurieux au sud-ouest.

Transports en commun[modifier | modifier le code]

La gare la plus proche est celle de Guignicourt située à 16 km à l'est de Craonnelle . Cette gare est desservie par les trains du réseau régional TER Picardie et permet d'accéder aux gares de Laon ou de Reims en 20 minutes environ[7].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Le 14 octobre 1918, le village, totalement détruit, est libéré par le 320e régiment d'infanterie.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Vie politique locale[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants de la commune étant compris entre à 100 et 499, le nombre de membres du conseil municipal est de onze[8].

La commune est rattachée administrativement à l’arrondissement de Laon et politiquement au canton de Craonne représenté par le conseiller général Noël Genteur (IGG) et à la première circonscription de l'Aisne représentée par le député René Dosière (PS).

La commune est membre de la Communauté de communes du Chemin des Dames qui regroupe trente communes[9].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2008 Jean-Pierre Agoutin FN[10]  
mars 2008[11] 2014 Daniel André    
2014[12] en cours
(au 12 mai 2014)
Pascal Boulanger    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 108 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
429 454 473 429 485 445 445 480 477
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
445 395 381 354 325 316 286 242 262
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
264 256 217 57 116 136 108 125 127
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
126 89 92 80 97 111 101 100 111
2012 - - - - - - - -
108 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2004[14].)
Histogramme de l'évolution démographique


Cultes[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune de Craonnelle fait partie de la paroisse catholique « Saint Rémi de l'Ailette » au sein du diocèse de Soissons, Laon et Saint-Quentin. Le lieu de culte est l'église Sainte-Benoite[15].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

Insee[modifier | modifier le code]

Autres références[modifier | modifier le code]

  1. « Fiche communale », sur le site de l'Insee (consulté le 24 novembre 2013).
  2. David Malescourt, « Aisne > Craonnelle (02160) », sur le site habitants.fr d'une société commerciale (consulté le 24 novembre 2013).
  3. « Orthodromie entre Craonnelle et Laon », sur le site lion1906.com de Lionel Delvarre (consulté le 24 novembre 2013).
  4. « Orthodromie entre Craonnelle et Amiens », sur le site lion1906.com de Lionel Delvarre (consulté le 24 novembre 2013).
  5. « Orthodromie entre Craonnelle et Reims », sur le site lion1906.com de Lionel Delvarre (consulté le 24 novembre 2013).
  6. « Orthodromie entre Craonnelle et Paris », sur le site lion1906.com de Lionel Delvarre (consulté le 24 novembre 2013).
  7. « Recherche d'itineraires », sur le site internet TER Picardie (consulté le 24 novembre 2013).
  8. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales
  9. « Présentation de la Communauté de communes du Chemin des Dames », sur le site de la Communauté de communes du Chemin des Dames (consulté le 16 novembre 2013).
  10. interview donné par Jean-Pierre Agoutin à la Flamme TV, dans laquelle il déclare être membre du FN et avoir parrainé Jean-Marie Le Pen lors des élections présidentielles de 2002 et de 2007
  11. Préfecture de l'Aisne consulté le 7 juillet 2008
  12. « Liste des maires de l'Aisne » [xls], Préfecture de l'Aisne,‎ 12 mai 2014 (consulté le 26 juillet 2014)
  13. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2012
  15. « Paroisse Saint Rémi de l'Ailette », sur le site du diocèse de Soissons, Laon et Saint-Quentin (consulté le 24 novembre 2013).
  16. « Cimetière militaire français de Craonnelle », sur le site de l'Inventaire du Patrimoine Culturel de Picardie (consulté le 24 novembre 2013).
  17. « Notice no PA02000044 », base Mérimée, ministère français de la Culture. Consulté le 24 novembre 2013.
  18. « Notice no IA02001868 », base Mérimée, ministère français de la Culture. Consulté le 24 novembre 2013.
  19. « Craonnelle, rue du Château Eglise paroissiale Sainte-Benoîte », sur le site de l'Inventaire du Patrimoine Culturel de Picardie (consulté le 24 novembre 2013).