Colligis-Crandelain

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Colligis-Crandelain
Mairie de Colligis-Crandelain.
Mairie de Colligis-Crandelain.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nord-Pas-de-Calais-Picardie
Département Aisne
Arrondissement Laon
Canton Laon-2
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Pays de Laon
Maire
Mandat
Catherine Harant
2014-2020
Code postal 02860
Code commune 02205
Démographie
Population
municipale
201 hab. (2013)
Densité 31 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 28′ 36″ N 3° 38′ 28″ E / 49.4766666667, 3.6411111111149° 28′ 36″ Nord 3° 38′ 28″ Est / 49.4766666667, 3.64111111111
Altitude Min. 68 m – Max. 194 m
Superficie 6,53 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aisne

Voir sur la carte administrative de l'Aisne
City locator 14.svg
Colligis-Crandelain

Géolocalisation sur la carte : Aisne

Voir sur la carte topographique de l'Aisne
City locator 14.svg
Colligis-Crandelain

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Colligis-Crandelain

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Colligis-Crandelain

Colligis-Crandelain est une commune française située dans le département de l'Aisne, en région Nord-Pas-de-Calais-Picardie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

  • En 1923, Colligis absorbe Crandelain-et-Malval, à la suite de sa suppression par décret et prend son nom actuel de Colligis-Crandelain

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1977 mars 2008 Georges Hébert    
mars 2008[1] en cours
(au 12 mai 2014)
Catherine Harant   Réélue pour le mandat 2014-2020[2]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution[modifier | modifier le code]

En 2013, la commune comptait 201 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
195 200 174 181 232 191 206 206 205
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
215 220 218 221 213 212 197 182 180
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
185 168 160 94 170 170 136 133 131
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2008 2010
155 133 144 145 152 145 152 161 181
2013 - - - - - - - -
201 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Crandelain-et-Malval[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Crandelain-et-Malval#Démographie.

Avant d'être rattachée à Colligis, Crandelain-et-Malval était une commune indépendante avec sa propre démographie.

Évolution démographique de Crandelain-et-Malval
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
208 229 236 246 242 239 245 251 238
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
223 206 190 201 191 178 162 173 142
1901 1906 1911 1921 - - - - -
154 153 147 31 - - - - -
À partir de 1793 : Habitants.
(Sources : Cassini[5])


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Martin de Crandelain, classée monument historique depuis 1920.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Jean-Baptiste Sébastien Bréval, compositeur et violoncelliste auteur d'un Traité de violoncelle op.42 (toujours utilisé) édité à Paris au Métronome, Émile Benoit éditeur - cessionnaire éditions Francis Salabert.

Il est né à Paris le et décédé à Colligis le [6].

Il fut très populaire en son temps. Il créa de nombreuses œuvres innovantes. Seule sa sonate en Do est encore jouée souvent de nos jours. Il n'existe pas de biographie importante disponible de ce compositeur aux « mélodies élégantes » (cf. Alain Pâris).

Une autre source d'information existe dans Le Dictionnaire de la Musique en France aux XVIIe et XVIIIe siècles sous la direction de Marcelle Benoit (Ed. Fayard 10/1992).

Un article de Carl de Nys qui lui est consacré nous apprend entre autres que « son traité de violoncelle fut édité en 1804 chez Imbault à Paris [ce qui n'est pas conforme aux mentions imprimées sur l'exemplaire cité plus haut]. Sa production musicale comporte 5 symphonies concertantes, 7 concertos pour violoncelle, des quatuors concertants et dialogués dans lesquels le premier violon peut être souvent remplacé par une flûte, des duos, des sonates, etc. » [7].

On peut également trouver des articles concernant Bréval dans le Dictionnaire de la musique française, collection Références sous la direction de Marc Vignal chez Larousse, 1988, extraits du dictionnaire en 2 volumes publié par Larousse en 1982[8].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Préfecture de l'Aisne consulté le 7 juillet 2008
  2. « Liste des maires de l'Aisne » [xls], Préfecture de l'Aisne,‎ (consulté le 26 juillet 2014)
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2008, 2010, 2013.
  5. Information sur Crandelain-et-Malval sur Cassini
  6. Source : Alain Pâris, Dictionnaire encyclopédique de la musique Tome I - Robert Laffont
  7. Cet article fait des références bibliographiques intéressantes :
    Honneger, Marc [Ed.] Dictionnaire de la Musique - Paris, Bordas, 1979, 4vol.
    Sadie, Stanley [Ed.] The New Grove Dictionary of Music and Musicians - London, Macmillan, 1980, 20 vol.
    Brook, Barry S. La Symphonie française dans la seconde moitié du XVIIIe siècle - Paris, publications de l'Institut de Musicologie de l'Université de Paris, 1962, 3 vol., XXIV-684 P.,VIII-726 p., 231p.
  8. De nos jours, tous les élèves de conservatoires et d'écoles de musique utilisent ce traité avec bénéfice et plaisir. Il est dommage pour les mélomanes que les œuvres de ce compositeur ne soient pas plus largement diffusées en concert et en enregistrements. Informations collectées le 13 février 2008 à Paris.

Liens externes[modifier | modifier le code]