Juvincourt-et-Damary

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Icône de paronymie Cet article possède un paronyme ; voir : Juvancourt.
image illustrant une commune de l’Aisne
Cet article est une ébauche concernant une commune de l’Aisne.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Juvincourt-et-Damary
La Mairie.
La Mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nord-Pas-de-Calais-Picardie
Département Aisne
Arrondissement Laon
Canton Guignicourt
Intercommunalité Champagne Picarde
Maire
Mandat
Pierre Soudant
2014-2020
Code postal 02190
Code commune 02399
Démographie
Population
municipale
570 hab. (2013)
Densité 19 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 26′ 50″ Nord 3° 53′ 35″ Est / 49.4472222222, 3.89305555556
Altitude Min. 52 m – Max. 101 m
Superficie 29,82 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nord-Pas-de-Calais-Picardie

Voir sur la carte administrative du Nord-Pas-de-Calais-Picardie
City locator 14.svg
Juvincourt-et-Damary

Géolocalisation sur la carte : Aisne

Voir sur la carte topographique de l'Aisne
City locator 14.svg
Juvincourt-et-Damary

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Juvincourt-et-Damary

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Juvincourt-et-Damary

Juvincourt-et-Damary est une commune française, située dans le département de l'Aisne en région Nord-Pas-de-Calais-Picardie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Dans une enclave avançant sur la Miette se trouve depuis fort longtemps un regroupement de feux appelé Dame-Marie. La mémoier locale fait remonter la renaissance du village à la donnation faite par Elinand, évêque de Laon aux religieux du Mont-d'Hor, en 1087, qui était en désolation[1]. Le village est cité en 1218 dans un cartulaire de Laon par un aveux de Milon, chevalier de Sissone pour la forteresse Munitio et la ville de Dame-Marie, aussi en 1704 comme seigneur Julien Philippe de Billy. Les abbés de St-Thierry en étaient seigneurs et ceux de st-Remi des décimateur.

Le site du " Gué de Mauchamp " à Juvincourt-et-Damary est l'un des rares habitats mérovingiens qui aient fait l'objet d'une fouille presque complète, des tombes furent mises à jour en 1874 sur le petit tertre qui surplombe Damary à ce qui devait être le cimetière qui entourait l'église disparue. Le notaire de Juvincourt, M. Lermier, et son successeur Chemin en avaient décrit les fouilles.

Un important chantier de reconstitution de ce site a été réalisé au Musée des Temps Barbares à Marle, sous le nom de "village franc". Il permet au public de découvrir la vie quotidienne des paysans mérovingiens[2]

Juvincourt et Damary furent réunis le 25 juillet 1788 par l'assemblée provinciale de Soissons et ce fut confirmé le 21 octobre 1791 par l'État français.

Trois pistes d'envol datant de la Seconde Guerre mondiale marquent toujours de leur empreinte le paysage de la commune. Elles sont situées à l'ouest du village.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2008 Bernard Soudant    
mars 2008[3] 2014 Denis Brillouet    
2014[4] en cours
(au 12 mai 2014)
Pierre Soudant DVD Retraité agricole

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2013, la commune comptait 570 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
534 578 630 690 786 808 806 820 842
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
837 788 786 677 705 666 638 640 605
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
580 641 568 301 429 463 493 433 546
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2008 2012
509 467 413 412 392 370 454 465 544
2013 - - - - - - - -
570 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2004[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Abbé Poquet, Almanch...Matot-Braine de 1874, 16e année, Reims, P63
  2. Musée des Temps Barbares
  3. Préfecture de l'Aisne consulté le 7 juillet 2008
  4. « Liste des maires de l'Aisne » [xls], Préfecture de l'Aisne,‎ (consulté le 26 juillet 2014)
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2007, 2008, 2012, 2013.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :