Veslud

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Veslud
Image illustrative de l'article Veslud
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Picardie
Département Aisne
Arrondissement Laon
Canton Laon-2
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Pays de Laon
Maire
Mandat
Gérard Loiseaux
2014-2020
Code postal 02840
Code commune 02791
Démographie
Population
municipale
253 hab. (2012)
Densité 61 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 32′ 03″ N 3° 44′ 00″ E / 49.5341666667, 3.7333333333349° 32′ 03″ Nord 3° 44′ 00″ Est / 49.5341666667, 3.73333333333  
Altitude Min. 74 m – Max. 187 m
Superficie 4,13 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aisne

Voir sur la carte administrative de l'Aisne
City locator 14.svg
Veslud

Géolocalisation sur la carte : Aisne

Voir sur la carte topographique de l'Aisne
City locator 14.svg
Veslud

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Veslud

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Veslud

Veslud est une commune française située dans le département de l'Aisne, en région Picardie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Emplacement du village[modifier | modifier le code]

Situé sur la voie romaine reliant Reims à Vermand, le village se niche au pied d'une colline. Une route considérée jusqu'à la Seconde Guerre mondiale comme « stratégique », passe encore sur la crête qui surplombe le village. Il est probable qu'en période de troubles, une halte des troupes romaines était organisée sur cet emplacement protégé pour peu que la crête ait été sécurisée. Un chemin communal porte encore le nom de « chemin des Romains », l'appareil de pierre y est encore présent. Dans les années 1980, un habitant a trouvé des pièces portant l'effigie de Caligula[réf. nécessaire].

Devise[modifier | modifier le code]

« Vetus lucus semper virens » (« Son vieux bois est toujours verdoyant »). La devise s'applique bien à ce village situé au pied d'une colline boisée. Mais le terme latin "lucus" faisant référence à un bois sacré, il est possible que le lieu ait été celui d'un culte dans l'antiquité.

Cimetière militaire allemand[modifier | modifier le code]

Cette nécropole située derrière l'église, l'escalier permettant d'y accéder se trouvant au fond du cimetière communal, a été érigée par les Allemands, après l'offensive française du 16 avril 1917 sur le Chemin des Dames. Elle contient 1 704 corps (croix en pierre) reposant dans des tombes individuelles (seuls 6 n'ont pu être identifiés). Les hommes inhumés ici, jusqu'en octobre 1918, sont des blessés n'ayant pas survécu à leurs blessures dans des hôpitaux militaires de campagne édifiés à proximité et notamment dans l'église du village qui fut utilisée comme infirmerie par l'armée allemande. Le porche de l'église fut d'ailleurs détruit par un bombardement lors de la contre-offensive alliée. Les Allemands ont confié sa réalisation à l'un de leurs officiers qui a employé la dynamite pour réaliser les escaliers et les terrasses. On trouve, également dans ce cimetière, un monument érigé aux « braves héros » de la 50ème division d'infanterie.

Fête patronale[modifier | modifier le code]

La fête du village se déroulait le dimanche suivant le 15 août. Les garçons n'ayant pas encore franchi le cap du service militaire étaient chargés de décorer le village à l'aide de branchages et de genêts. Un portique était dressé à l'entrée de la place du bal ; il portait l'inscription « Honneur aux anciens ». La fête commençait par un dépôt de gerbe au monument aux morts par deux élèves (une fille et un garçon) au nom des enfants du village. Le cortège était emmené par un drapeau à l'enseigne de « la jeunesse de Veslud ». Le Chemin des Dames est proche : tous ces symboles se rapportaient au souvenir de la Première Guerre mondiale.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1965 1971 Raoul Polliard    
1971 1977 Raoul Polliard    
1977 1983 Guy Boitte    
1983 1989 Jean Mennesson    
1989 1995 Guy Boitte    
1995 2001 Philippe Andraud    
2001 en cours
(au 12 mai 2014)
Gérard Loiseaux   Réélu pour le mandat 2014-2020[1], [2]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 253 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
404 320 432 408 525 531 533 506 546
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
538 507 482 463 447 395 388 391 349
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
331 298 295 268 283 241 246 245 268
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
274 252 213 247 222 252 244 240 265
2012 - - - - - - - -
253 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église « de la Visitation de la Sainte-Vierge » (XIIe - XVe)
    • Statue de saint Pierre assis (statue en pierre : h = 80 cm - XVIe siècle),
    • Sculpture d'un Christ de pitié avec donateur (pierre : peint, polychrome - h = 120 cm -armoiries - XVIe siècle)
  • Cimetière militaire allemand de Veslud
    • Monument aux morts originel réalisé par l'architecte Scholzen, de Düsseldorf.
  • 3 calvaires : l'un est situé sur le chemin dit  des Romains .
  • 2 lavoirs

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Préfecture de l'Aisne consulté le 7 juillet 2008
  2. « Liste des maires de l'Aisne » [xls], Préfecture de l'Aisne,‎ (consulté le 17 août 2014)
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2012.