Louis C.K.

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Louis C.K.
Description de cette image, également commentée ci-après

Louis C.K. au Time 100 2012.

Nom de naissance Louis Szekely
Surnom Louis C.K.
Naissance (49 ans)
Washington DC (États-Unis)
Nationalité Drapeau des États-Unis Américaine
Drapeau du Mexique Mexicaine
Profession Humoriste
Scénariste
Acteur
Producteur
Réalisateur
Séries notables Lucky Louie
Louie
Site internet www.louisck.net

Louis Szekely, connu sous le nom de Louis C.K. (/ˈluː.iː siːˈkeɪ/), né le à Washington DC, est un humoriste, scénariste, acteur, producteur et réalisateur mexico-américain.

Ayant débuté sur les scènes de stand-up de New York, il est le créateur, l'acteur, le producteur, le scénariste et le réalisateur (et jusqu'en décembre 2012 le monteur) de la série comique Louie, diffusée depuis 2010 sur FX.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et débuts[modifier | modifier le code]

Il a commencé à utiliser l'abréviation « C.K. » à l'école primaire, car il a trouvé que son nom était très difficile à prononcer[1]. Son nom de scène est ainsi dérivé d'une prononciation approximative de son nom d'origine hongroise, Székely (/ˈseːkɛj/). C.K. est né à Washington DC en 1967 de Mary Louise Davis, une ingénieure en informatique, et de Luis Székely, un économiste[2]. Ses parents, d'origine irlandaise du côté maternel et mexicaine du côté de son père, se sont rencontrés à Harvard ; ils déménagent à Mexico à la naissance de leur fils et y vivent jusqu'à ses sept ans[2]. C.K. parle donc espagnol couramment et a conservé la nationalité mexicaine[3].

Après avoir quitté Mexico, ils emménagent dans la banlieue de Boston (Massachusetts), où C.K. décide de devenir un comédien, citant Bill Cosby, Richard Pryor, Steve Martin et George Carlin comme ses influences[1]. Lorsqu'il a dix ans, ses parents divorcent, et il est élevé avec ses trois frères et sœurs par sa mère à Newton (MA)[4]. C'est en voyant sa mère regarder des programmes idiots à la télévision qu'il pense : « je me rappelle avoir pensé quand j'étais en CM2 : « je dois aller là-dedans et rendre cette boîte moins merdique ». Parce qu'elle le méritait. Ça me rendait malade à quel point ces émissions étaient nulles[5],[4]. »

Après avoir fini sa scolarité au lycée de Newton, C.K. travaille comme garagiste à Boston en essayant de trouver le courage d'essayer le stand-up[2], dont il a sa première expérience en 1984 dans un comedy club : il a droit à cinq minutes, mais il ne tient que deux minutes. Cette expérience le tient en échec pendant deux ans[6], et il ne fait une autre tentative qu'en 1986 où il réessaye avec son ami Marc Maron. C.K. est petit à petit devenu une référence dans le milieu du stand-up de Boston[6] et il fait la première partie des spectacles de Jerry Seinfeld[2] jusqu'à ce qu'il déménage à New York en 1989[7].

Carrière[modifier | modifier le code]

Louis C.K. en décembre 2008 au Koweït.

Dans les années 1990, il a réussi comme comédien de stand-up à New York et scénariste de talk-shows comme Late Show with David Letterman, Late Night with Conan O'Brien, The Dana Carvey Show et The Chris Rock Show (en). Pour son travail dans l'émission de Chris Rock, il est nommé trois fois à l'Emmy Award du meilleur scénario et le remporte en 1999[8]. Il est également nommé à l'Emmy pour sa participation à l'écriture de l'émission de Conan O'Brien[8]. Mais c'est principalement ses spectacles de stand-up pour HBOShameless (2007), Chewed Up (2008) et Hilarious (2011) – qu’il a obtenu du succès[6]. Son genre de comédie est surtout l'humour d'observation, dans lequel il parle souvent de sa vie ; il utilise habituellement son divorce – et antérieurement son mariage – et ses deux filles comme sources d'inspiration (il se marie avec Alix Bailey en 1995 ; ils divorcent en 2008 et partagent la garde de leurs filles[9],[10]).

En 1998, il réalise et écrit le film en noir et blanc Tomorrow Night (film) (en), présenté à Sundance, ainsi que plusieurs courts métrages, dont six épisodes de l'émission de comédie Sunny Skies sur Showtime.

En 2001, il écrit également le scénario (et réalise) la version cinématographique des sketches de Rock, Pootie Tang (en), qui reçoit de nombreuses critiques négatives mais a fait l'objet d'un culte de la part des fans[11],[12]. La même année, il coécrit avec Chris Rock les films Les Pieds sur terre (Down to Earth), qu'il retrouvera en 2007 pour I Think I Love My Wife.

En 2006, C.K. interprète le rôle-titre de la sitcom qu'il a créé, Lucky Louie, diffusée sur HBO et enregistrée devant un public, faisant de la série la première du genre sur la chaîne câblée ; HBO annule la série après la première saison. C.K. apparaît aussi dans des comédies, ainsi que dans plusieurs épisodes de la série Parks and Recreation avec Amy Poehler.

En 2009, il crée une nouvelle série, Louie, choisie pour être diffusée par FX, que C.K. écrit, réalise, produit et interprète. La série alterne des extraits de spectacles de stand-up dans des comedy clubs de New York comme le Comedy Cellar avec des épisodes de sa vie quotidienne, souvent liées à ses interventions sur scène. Il interprète une version de lui-même, un homme divorcé dans la quarantaine à qui la vie n'a plus rien à apprendre : « C'est dur de recommencer après un mariage. C'est dur de regarder quelqu'un et de se dire, hey, peut-être que quelque chose de beau peut arriver... Vous allez rencontrer la personne parfaite, que vous aimez à la folie, avec qui même les disputes sont parfaites, et vous évoluez ensemble, et vous avez des enfants, et vous vieillissez ensemble, et finalement elle va mourir. Et ça, c'est le meilleur scénario[13]. » C.K. a été nommé deux fois à l'Emmy du meilleur acteur en 2011 et 2012 pour son rôle dans Louie.

En 2016 il diffuse, via son site internet, une nouvelle série baptisée Horace and Pete dans laquelle il joue aux côtés de Steve Buscemi, Alan Alda et Jessica Lange[14].

Stand-up[modifier | modifier le code]

Les spectacles ci-dessous ont été édités en CD ou en DVD ou diffusés à la télévision américaine (HBO) :

Filmographie[modifier | modifier le code]

Acteur[modifier | modifier le code]

Réalisateur[modifier | modifier le code]

Scénariste[modifier | modifier le code]

Producteur[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Laura Vogel, « Louis C.K. », New York Post,‎ (consulté le 10 novembre 2010)
  2. a, b, c et d (en) Eirik Knutzen, « Louis C.K. », Copley News Service,‎ (consulté le 19 février 2013)
  3. (en) Eirik Knutzen, « Comedian-actor Louis C.K. », PBS,‎ (consulté le 19 février 2013)
  4. a et b (en) Joe Hagan, « Can HBO Save the Sitcom? Louis C.K. Says Yes », The New York Observer,‎ (consulté le 19 février 2013)
  5. Citation originale : « I remember thinking in fifth grade, 'I have to get inside that box and make this shit better'. Because she deserves this. It made me mad that the shows were so bad. »
  6. a, b et c (en) Patrick Bromley, « Louis C.K. - Biography », sur About.com (consulté le 19 février 2013)
  7. (en) Emily Nussbaum, « One-Man Show », New York Magazine,‎ (consulté le 19 février 2013)
  8. a et b (en) « Louis C.K. », sur le site des Emmys (consulté le 19 février 2013)
  9. (en) Terry Gross, « Comedian Louis C.K.: Finding Laughs Post-Divorce », NPR,‎ (consulté le 19 février 2013)
  10. (en) Matthew Singer, « Louis CK talks America off the ledge—then kicks it in the balls », Willamette Week,‎ (consulté le 19 février 2013)
  11. (en) Scott Tobias, « The New Cult Canon - Pootie Tang », sur AV Club,‎ (consulté le 19 février 2013)
  12. (en) Scott Raab, « Louis C.K.: The ESQ+A », sur Esquire,‎ (consulté le 19 février 2013)
  13. Citation originale : « It's hard to start again after a marriage. It's hard to really, like, look at somebody and go, hey, maybe something nice will happen.... Or you'll meet the perfect person, who you love infinitely, and you even argue well, and you grow together, and you have children, and then you get old together, and then she's going to die. That's the best-case scenario. »
  14. Henry Michel, « « Horace and Pete », c'est tout Louis C.K. », Libération, 1er février 2016.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]