Sunshine (film, 2007)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sunshine.
Sunshine
Titre québécois Les Derniers rayons du soleil
Réalisation Danny Boyle
Scénario Alex Garland
Acteurs principaux
Sociétés de production Fox Searchlight Pictures
DNA films
Pays d’origine Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Genre Science-fiction
Durée 107 minutes
Sortie 2007

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Sunshine, ou Les Derniers Rayons du soleil au Québec, est un film de science-fiction britannique réalisé par Danny Boyle, sorti en 2007.

Synopsis[modifier | modifier le code]

En 2057, le Soleil meurt en s'éteignant progressivement. Un vaisseau avec un équipage de huit astronautes est envoyé dans l'espace pour tenter de le rallumer. Cette mission, baptisée Icarus 2, a pour but d'expédier une charge thermonucléaire d'une masse équivalente à l'île de Manhattan au cœur du Soleil afin de « l'allumer » à nouveau. Sept ans plus tôt, la première tentative de l'humanité s'était soldée par un échec avec la disparition mystérieuse de Icarus 1. Cette deuxième mission est le dernier espoir de l'humanité car elle a épuisé toutes les matières fissibles de la Terre lors de la fabrication de la deuxième bombe (Icarus 2).

Résumé[modifier | modifier le code]

À proximité de Mercure, l'officier des communications capte un signal de détresse, provenant apparemment d'Icarus 1. L'équipage décide d'aller sur Icarus 1 pour augmenter les chances de réussite de la mission, en pensant utiliser sa charge explosive en plus.

Arrivé à bord d'Icarus 1, ils s'aperçoivent que l'équipage est mort, et que le vaisseau avait été saboté. De retour sur Icarus 2, un inconnu est détecté sur le vaisseau. Ils se rendent compte que le capitaine d'Icarus 1 est monté à bord, et essaye de saboter maintenant Icarus 2.

Ils arrivent néanmoins à délivrer la charge explosive, et vu de la Terre, le plan semble avoir fonctionné.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Source et légende : Version française (VF) sur AlloDoublage[1]

Production[modifier | modifier le code]

Bande originale[modifier | modifier le code]

La bande originale du film est composée par John Murphy, vieux complice de Danny Boyle puisqu'ils avaient déjà collaboré pour Millions et 28 jours plus tard. Le thème principal, The Surface of The Sun, notamment utilisé pour la scène finale et la mort de Kaneda, a depuis été réutilisé dans de nombreux autres projets : en plus d'illustrer les bandes-annonces des films True Grit, L'Homme qui voulait vivre sa vie et X-Men: Days of Future Past le morceau compose l'architecture sonore principale de Kick-Ass. Enfin, il est utilisé dans l'épisode 5 de la première saison de The Walking Dead, série apocalyptique diffusée depuis sur AMC aux États-Unis.

Accueil[modifier | modifier le code]

Malgré un accueil critique globalement favorable, le film s'est soldé par une performance commerciale plutôt décevante : les 32 017 803 dollars amassés durant son exploitation en salles, en effet, n'ont pas couvert le budget de tournage qui, lui, s'élevait à 40 millions de dollars.

Analyse[modifier | modifier le code]

Le thème de la science est très présent dans ce film, qui peut être perçu comme un hommage à la science et aux scientifiques par bien des aspects. Cependant la cohérence scientifique du film a fait polémique.

Le Soleil va mourir non pas en s'éteignant petit à petit, mais au contraire, en grossissant jusqu'à atteindre 100 fois sa taille actuelle (passant du type naine jaune à celui de géante rouge). Sa masse étant insuffisante pour provoquer son explosion, il perd ses couches externes et devient une naine blanche. Mais ce phénomène n'aura lieu que d'ici cinq milliards d'années.

L'idée que le Soleil puisse être ravivé par une bombe thermonucléaire n'est pas non plus crédible, quand bien même toute la matière fissible de la Terre serait utilisée. Le Soleil, comme toutes les étoiles, tire son énergie de réactions de fusion nucléaire de très grande magnitude. La matière fissible envoyée par la mission ferait l'effet d'un verre d'eau jeté dans la mer. Ce point critiquable, effectivement connu du réalisateur, est cependant l'élément noyau du film qui en constitue son point d'entrée scénaristique.

L'aspect organisationnel est aussi improbable : une telle mission serait réalisée avec une bien plus grande fiabilité à l'aide d'une sonde automatique que par une mission habitée. D'ailleurs, dans le film, le facteur humain n'est pas loin de provoquer l'échec de la mission à de nombreuses reprises.

Enfin, la gestion de la gravité reste incohérente, par exemple, lors de la pressurisation du sas ou l'absence de variation malgré la proximité du Soleil.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Fiche du doublage français du film » sur AlloDoublage, consulté le 25 août 2012.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]