Mission (christianisme)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mission.
image illustrant le christianisme
Cet article est une ébauche concernant le christianisme.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Mission chrétienne en pays toraja à l'époque coloniale néerlandaise (aujourd'hui l'Indonésie).

Ce que, par raccourci, les chrétiens appellent la mission, est selon le Nouveau Testament la raison d'être de l'Église, même si elle n’aboutit pas nécessairement à une conversion religieuse et au baptême. C'est pour cette mission que le Saint-Esprit lui est donné. Selon les évangiles, l'instruction en aurait été clairement donnée aux disciples par Jésus lui-même après sa Résurrection : "Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit ; apprenez-leur à observer tout ce que je vous ai commandé." (Évangile selon Matthieu, chapitre 28,verset 19 et 20a)[1]. La première mise en pratique de cet enseignement se produira à la Pentecôte à Jérusalem, où selon les Actes des Apôtres, chapitre 2, trois mille personnes d'origines très diverses[2] deviennent chrétiennes après que chacun a miraculeusement entendu annoncer la bonne nouvelle de la résurrection de Jésus dans sa propre langue.

La mission implique le plus souvent l'envoi d'individus ou de groupes qu'on appelle des missionnaires en dehors des frontières de l'église, souvent au-delà des frontières géographiques, afin d'annoncer la bonne nouvelle (prosélytisme) et d'obtenir autant que possible le ralliement des personnes rencontrées au christianisme (conversion). Le travail missionnaire peut inclure également du travail social ou humanitaire sans obligation de conversion de la part des bénéficiaires.

Cela a conduit à des mouvements historiques d'évangélisation de peuples par certaines Églises, qui ont été à chaque fois une occasion de réadapter les principes de la foi chrétienne à une culture particulière.

Histoire des missions[modifier | modifier le code]

Bien que les missions chrétiennes aient pris un élan nouveau à partir des grandes découvertes et des progrès de la navigation, on peut parler de cinq grandes périodes de mission :

  1. Période apostolique (missions en Asie mineure, en Grèce, dans l'empire romain, en Afrique orientale, en Asie centrale et en Inde).
  2. Le Moyen-Age (missions en Europe du nord, en Extrême-Orient, en direction du monde musulman).
  3. les missions catholiques aux XVIe et XVIIe siècles, notamment en direction du continent américain.
  4. Les missions catholiques de 1622 à la fin du XVIIIe siècle ou missions pontificales (1re partie).
  5. Au XIXe et au XXe siècles, les missions catholiques et les missions protestantes

Discours théologiques sur la mission[modifier | modifier le code]

La mission dans le christianisme répond à l'injonction du Christ dans l'évangile selon Matthieu :

« Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit,
et enseignez-leur à observer tout ce que je vous ai prescrit. » (28:19-20)

« Mission » signifie littéralement « envoi » (du latin missio, issu du supin de mitēre, « envoyer »).

Dans le christianisme primitif, le terme mission désignait l'envoi du Fils (Jésus-Christ) de la part du Père (Dieu le Père) et l'envoi du Saint-Esprit de la part du Fils et du Père. Ignace de Loyola était le premier à employer ce terme pour qualifier un mandat apostolique dans un territoire déterminé. Pendant longtemps, mission signifiait donc l'expansion de la religion chrétienne en vue de la fondation de nouvelles églises. C'est seulement au vingtième siècle que la théologie a renouvelé le lien avec la première signification de mission : l'envoi de l'Église dans le monde fut alors compris comme une prolongation de la missio Dei (Conseil international des missions à Willingen, 1952). La vocation missionnaire de l'Église ne découle donc pas seulement de l'impératif prononcé par Jésus, mais surtout de la volonté de Dieu d'être un Dieu révélé et tourné vers le monde. Puisque le Dieu chrétien est un Dieu missionnaire, l'Église en tant que peuple de Dieu doit être missionnaire. L'activité de Jésus, telle qu'elle est décrite dans les évangiles, était essentiellement missionnaire: il se comprenait comme envoyé pour prêcher, rendre présent le royaume de Dieu et envoyait à son tour des disciples. L'interprétation de la mission à partir de la missio Dei, qui fait aujourd'hui consensus parmi les Églises chrétiennes, permet une compréhension large et englobant de la mission qui ne se limite pas à l'implantation d'églises. La mission est plutôt la raison d'être et la tâche de toute l'Église, ou comme le dit D. Bosch (cf. bibliographie): « Mission est le 'oui' de Dieu envers ce monde. L'amour et l'attention de Dieu sont dirigés envers ce monde et la mission est la 'participation dans l'existence de Dieu dans le monde' (Schütz 1930:245) ».

Une attitude de prosélytisme correspond alors plutôt à une certaine interprétation d'une catégorie théologique et spirituelle. Pourtant, tous les chrétiens de diverses confessions, qui tentent d'évangéliser des gens d'autres religions ou des personnes sans religion sont souvent accusés de prosélytisme acharné, voir de manipulation mentale. Cela a pour effet essentiel de discréditer les mouvements religieux évangélisateurs comme les Témoins de Jéhovah ou les protestants évangéliques, alors que l'intention est manifestement d'appliquer tout simplement les instructions de Jésus consignées par exemple dans l'Évangile selon Matthieu (24 : 14).

De nombreuses organisations chrétiennes nomment des missionnaires, les envoyant évangéliser des territoires difficiles où le christianisme, l'évangile et la Bible sont peu connus.


Des missions paroissiales étaient aussi régulièrement organisées les siècles passés pour réévangéliser les populations dans chaque paroisse de France.


Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bosch, D. J., Transforming Mission: Paradigm Shifts in Theology of Mission, New York: Orbis Books, 1991.
  • Bria, I., et al., Dictionnaire œcuménique de missiologie. Cent mots pour la mission, Paris: Cerf, 2001.
  • Sievernich, Michael: Christian Mission, Institute of European History, Mayence: 2011, consulté le 19 février 2013.
  • Samuel Gance, Anton ou la trajectoire d'un père, L'histoire du père Anton Docher. L'Harmattan, Paris, 2013, 208 p. (ISBN 978-2-336-29016-4)
  • Shourie, A. (1994). Missionaries in India: Continuities, changes, dilemmas. New Delhi: ASA Publications.
  • Goel, S. R. (1996). History of Hindu-Christian encounters, AD 304 to 1996. ISBN 8185990352
  • Madhya Pradesh. (1998). Vindicated by time: The Niyogi Committee report on Christian missionary activities. New Delhi: Voice of India.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Voir également Marc 16:15ss et Actes 1:6ss
  2. Le texte précise qu'il s'agit de Parthes, Mèdes, Élamites, Mésopotamiens, Judéens, "Turcs" de Cappadoce, du Pont et d’Asie, Phrygiens et Pamphyliens, Égyptiens, Libyens de Cyrénaïque, Romains, Juifs de naissance et convertis, Crétois et Arabes.(Actes des Apôtres, chapitre 2, versets 9, 10 et 11)

Liens externes[modifier | modifier le code]

  1. Outils d'évangélisation
  2. Les Œuvres Pontificales Missionnaires
  3. Le site du DEFAP, Service Protestant de Mission et de sa revue MISSION. Également en ligne, le catalogue de la bibliothèque avec un fonds important d'archives écrites et iconographiques sur les missions protestantes aux XIXe et XXe siècles
  4. Le site de l'Action Missionnaire des Assemblées de Dieu de France
  5. Le site consacré à l'actualité de la mission
  6. Le site de la mission Jean Baptiste