Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine
Image illustrative de l’article Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec
Statut Région administrative
MRC et TE Avignon
Bonaventure
La Côte-de-Gaspé
La Haute-Gaspésie
Le Rocher-Percé
Les Îles-de-la-Madeleine
Nombre de municipalités 44
Nombre de territoires non organisés 8
Ministre responsable Marie-Ève Proulx
Fuseau horaire Heure de l'Est (UTC−05:00)
Heure de l'Atlantique (UTC−04:00)
Indicatif téléphonique +1 418
Code géographique 11
Démographie
Gentilé Gaspésien(ne),
Madelinot(nienne)
Population 92 536 hab. (2012)
Densité 4,6 hab./km2
Variation 2007-2012 −2,2 %
Géographie
Superficie 20 272 km2
– incluant eau 78 180 km2
Économie
PIB régional 2 544,6 M CAD (2011)
Taux d'activité 53,2 % (2012)
Taux de chômage 12,9 % (2012)
Liens
Site web www.cre-gim.net
Sources
Institut de la statistique du Québec 2013, p. 57

La Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine est une région administrative du Québec, établie le . Elle est composée d'une part de cinq municipalités régionales de comté (MRC) regroupant 42 municipalités , deux communautés autochtones et huit territoires non organisés dans la péninsule gaspésienne (20 223 km2), et d'autre part de l'archipel des îles de la Madeleine (202 km2) formant une communauté maritime de deux municipalités.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte de la région et de ses subdivisions

Sont repartis sur son territoire, en ordre d'importance : les eaux (74,2 %), les forêts (24,6 %), les milieux humides (0,5 %), les terres agricoles (0,4 %) et finalement les surfaces artificielles (0,3 %)[1].

Situation[modifier | modifier le code]

La région est située à la rencontre du fleuve Saint-Laurent et du golfe du Saint-Laurent. Elle regroupe, sommairement, la majeure partie de la péninsule gaspésienne et l'archipel des Îles de la Madeleine. S'étendant sur 78 180 km2, sa superficie terrestre n'occupe que 20 272 km2 (26 %)[1]. Sa superficie totale représente 4,7 % du territoire québécois. La région est caractérisée par l'importance du milieu aquatique et son isolement relatif. Dans sa partie continentale, elle est bordée au sud par la baie des Chaleurs et la province du Nouveau-Brunswick, au nord par l'estuaire du Saint-Laurent et à l'ouest par la région du Bas-Saint-Laurent. À l'est, les îles de la Madeleine sont quant à elles enclavées dans le golfe du Saint-Laurent, au carrefour des Maritimes.

Relief et sous-sol[modifier | modifier le code]

La région présente un relief accidenté. Si l'altitude minimale est de 0 m partout en mer, elle s'élève rapidement et se maintient presque toujours au-delà de plusieurs centaines de mètres à l'intérieur des terres. La majorité du territoire est dominé par les Chic-Chocs, un massif montagneux situé à l'extrémité Est des monts Notre-Dame. Au nord, les montagnes s'étendent jusqu'au rivage et forment des falaises, tandis que sur la côte sud le dénivelé est moins important et permet, entre autres, l'agriculture. La Gaspésie est la région la plus élevée du Québec méridional, atteignant 1 270 mètres au mont Jacques-Cartier. On y retrouve même de la toundra alpine, entre autres sur la Table à Moïse, un haut plateau de 13 km2. Le relief plutôt plat des îles de la Madeleine ne dépasse pas 150 mètres.

Le sous-sol renferme des gisements minéraux.

Végétation[modifier | modifier le code]

Les îles de la Madeleine et l'intérieur de la Gaspésie sont dans la zone de végétation[2] forêt boréale (4b) épinette, sapin, bouleau, tremble alors que le littoral de la Gaspésie fait partie de la zone forêt mélangée (5b) érable à sucre, bouleau jaune, épinette, sapin et sont de bonnes zones agricoles.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Outre l'omniprésence du fleuve et golfe du Saint-Laurent, lesquels couvrent plus de 70 % de la région, la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine est arrosée par de nombreux cours d'eau prenant majoritairement leur source à l'intérieur du massif par phénomène de fonte nivale. Elle est réputée pour détenir plusieurs rivières aux eaux cristallines qui attirent les pêcheurs en raison de la présence du saumon atlantique. Parmi les principales, on retrouve la rivière Cascapédia, la rivière Nouvelle, la rivière Bonaventure, la rivière Dartmouth, la rivière Saint-Jean, la rivière Madeleine et la rivière Sainte-Anne, entre autres. La région a la particularité de compter relativement peu de lacs (tous de petite envergure), alors que la majorité des régions du Québec en possèdent en abondance. Les îles de la Madeleine comptent quelques ruisseaux ainsi que des étangs, des lagunes et des bassins. Les nombreuses baies et anses de la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine sont souvent les lieux d'occupation humaine.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Sous divisions de Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine[3]
MRC Chef-lieu Désignations municipales
Avignon Nouvelle (M) Carleton-sur-Mer (V), 8 municipalités, 2 TNO, 1 paroisse, 1 canton
Bonaventure New Carlisle (M) Villes de Bonaventure, New Richmond, Paspébiac, 7 municipalités, 2 cantons, 1 paroisse, 1 TNO
La Côte-de-Gaspé Gaspé (V) Murdochville (V), 2 municipalités, 1 canton, 2 TNO
La Haute-Gaspésie Sainte-Anne-des-Monts (V) Cap-Chat (V), 2 villages, 4 municipalités, 2 TNO
Le Rocher-Percé Chandler (V) Grande-Rivière (V) et Percé (V), 1 municipalité, 1 TNO
Communautés autochtones Gesgapegiag (RI), Listuguj (RI)
Communauté maritime des Îles-de-la-Madeleine Les Îles-de-la-Madeleine Municipalités de Grosse-Île, Les Îles-de-la-Madeleine

V = Ville, VL = Village, M = municipalité, CT = Canton, P = paroisse, TNO = territoire non organisé, RI = réserve indienne

Représentation provinciale[modifier | modifier le code]

Représentation fédérale[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

La région a subi de nombreuses contraintes qui ont influencé l'évolution de son économie. La diminution de la population, les effets conjoncturels du marché, les diminutions de la ressource exploitée, la faible diversité des activités secondaires, la forte saisonnalité des emplois sont tous des éléments qui expliquent la fragilité de la structure du marché du travail.

Santé[modifier | modifier le code]

La région compte deux centres intégrés de santé et de services sociaux :

CISSS de la Gaspésie
  • Unités de santé et services sociaux pour La Haute-Gaspésie :
    Hôpital de Sainte-Anne-des-Monts
    Centre d'hébergement de Cap-Chat
    CLSC de Mont-Louis
    CLSC de Cap-Chat
    CLSC de Sainte-Anne-des-Monts
    CLSC de Marsoui
    Centre l'Escale - Réadaptation
    Point de service Réadaptation (Cap-Chat)
    Point de service Réadaptation (Route du Parc)
    Programme Jeunesse - Succursale Haute-Gaspésie
  • Unités de santé et services sociaux pour La Côte-de-Gaspé et la communauté autochtone de Gesgapegiag :
    Hôpital Hôtel-Dieu de Gaspé
    Unité de médecine familiale de Gaspé
    Centre d'hébergement Monseigneur-Ross de Gaspé
    CLSC de Rivière-au-Renard
    CLSC de Grande-Vallée
    CLSC de Murdochville
    CLSC de Barachois
    CLSC de Gaspé
    Point de service Réadaptation (Rivière-au-Renard)
    Point de service Réadaptation (Grande-Vallée)
    Point de service Réadaptation (Gaspé) - comprenant l'Unité de réadaptation fonctionnelle intensive (URFI)
    Point de service Réadaptation (Haldimand)
    Programme Jeunesse (ancien Centre Jeunesse Gaspésie/Les Îles)
    Programme Jeunesse - Unité La Vigie
  • Unités de santé et services sociaux pour Le Rocher-Percé :
    Hôpital de Chandler
    Centre d'hébergement Villa Pabos
    CSLC de Chandler
    CLSC de Percé
    CLSC de Gascons
    Point de service Réadaptation - Chandler (QC)
    Programme Jeunesse - Chandler (QC)
  • Unités de santé et services sociaux pour La Baie-des-Chaleurs (Bonaventure, Avignon et la communauté autochtone de Listuguj) :
    Hôpital de Maria
    CLSC de St-Omer
    CLSC de Caplan
    CLSC de Pointe-à-la-Croix
    CLSC de Malauze et Centre d'hébergement de Matapédia
    CLSC de Paspébiac
    Centre d'hénergement de New Carlisle
    Centre d'hébergement de Maria
    Unité de médecin familiale Baie-des-Chaleurs
    Programme Jeunesse - Succursale Bonaventure-Avignon
    Programme Jeunesse - Unité Gignu
    Programme Jeunesse - Unité La Balise
    Point de service Réadaptation (Matapédia)
    Point de service Réadaptation (Maria)
    Point de service Réadapatation (Carleton-sur-Mer)
    Point de service Réadaptation (Bonaventure)
CISSS des Îles
  • Unités de santé et services sociaux pour Les Îles-de-la-Madeleine :
    Point de service Réadaptation
    Programme Jeunesse - Succursale des Îles
    CLSC de Cap-aux-Meules
    CLSC de Bassin
    CLSC de l’Est

Démographie[modifier | modifier le code]

La population est généralement dispersée le long du littoral. Les principales causes de cette dispersion sont la configuration géographique de la péninsule, la nature des potentiels biophysiques et des différents types de mise en valeur de ces potentiels. La majorité des localités comptent moins de 5 000 habitants. La région est caractérisée par une multitude de centres de petite taille et par un réseau de transports très étendu par rapport à la population à desservir.

Cette région représentait 1,3 % de la population du Québec en 2005. Elle se classe au seizième rang des régions du Québec[4].

  • Population : 96 924 (2001)
  • Superficie : 20 272 km2
  • Densité : 4,8 hab./km2
  • Taux de natalité : 7,8  (2006)
  • Taux de mortalité : 9  (2006)

Source : Institut de la statistique du Québec

Langue parlée à la maison

  • Français : 89,7 %
  • Anglais : 9,2 %
  • Français et anglais : 0,7 %
  • Autres : 0,4 %

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]