Chapais (Québec)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chapais.
Chapais
Image illustrative de l'article Chapais (Québec)
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec
Région Nord-du-Québec
Statut municipal Ville
Maire
Mandat
Steve Gamache
2013 - 2017
Constitution
Démographie
Gentilé Chapaisien, ienne
Population 1 499 hab. (2016)
Densité 25 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 46′ 56″ nord, 74° 51′ 09″ ouest
Superficie 6 057 ha = 60,57 km2
Divers
Code géographique 99020
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir la carte administrative de la zone Québec (conique)
City locator 14.svg
Chapais

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir la carte topographique de la zone Québec (conique)
City locator 14.svg
Chapais

Chapais est une ville située en Jamésie, dans la région administrative du Nord-du-Québec, au Québec, au Canada[1]. Elle est reliée au reste du Québec par la route 113. La municipalité est membre de la Fédération des Villages-relais du Québec.

Le nom de la ville fut choisi en l'honneur de Thomas Chapais, historien canadien-français[2].

Situation[modifier | modifier le code]

La ville de Chapais est située à la tête des eaux qui se déversent dans les bassins hydrographiques de la baie James et de la baie d'Hudson.

Chapais est également située près du lac Presqu'île formé dans le cratère du lac Presqu'île.

Histoire[modifier | modifier le code]

Fondation de Chapais (1955)[modifier | modifier le code]

Dès le milieu du XIXe siècle, plusieurs rapports préparés par différents prospecteurs attirent l'attention des instances gouvernementales sur le potentiel minier de la région. De ces rapports, celui de James Richardson, écrit en 1857 (mais publié en 1870), révèle la présence de ressources minières importantes dans les secteurs des lacs Opémiska et de Chibougamau[3].

La communauté a par la suite été colonisée en 1929 lorsque le prospecteur minier, Léo Springer, a découvert officiellement des dépôts de cuivre, d'or et d'argent dans la région. Il aura fallu cependant attendre le début des années 1950 avant que l'exploitation du gisement de cuivre, par la compagnie minière Opémisca Copper Mines, ait lieu permettant ainsi d'assurer le développement urbain de l'endroit[4]. La vile de Chapais est alors officiellement constituée le 16 novembre 1955[5].

La tragédie de 1980[modifier | modifier le code]

Le vers 1 heure 30 du matin, un incendie ravage la salle communautaire Opémiska lors d'une célébration du nouvel an et fait 48 morts (41 le soir du drame et 7 n'ayant pas survécu à leurs blessures) ainsi qu'une cinquantaine de blessés[6].

Cet incendie était le pire à survenir au Québec depuis plus de 40 ans. Le feu, qui aurait été déclenché dans des guirlandes de sapin séché, a rapidement bloqué l'accès à l'entrée principale. Plusieurs personnes réussissent à s'échapper à temps, mais cette tragédie laisse de profondes cicatrices dans la communauté de Chapais. Quelques dignitaires, dont le premier ministre René Lévesque, se déplacent pour offrir leurs condoléances aux familles des victimes[7].

Ouverture de Chapais Énergie (1995)[modifier | modifier le code]

La toute première usine de cogénération du Québec, Chapais Énergie (oppéré maintenant par la compagnie Northland Power), voit le jour en juillet 1995. Chapais Énergie permet une utilisation plus écologique de la biomasse forestière en transformant ces résidus forestiers en près de 30 mégawatts d'électricité[8].

Administration[modifier | modifier le code]

Années Maire[9]
2013 - 2017 M. Steve Gamache
2009 - 2013 M. Steve Gamache
2005 - 2009 M. Jacques Bérubé
2002 - 2005 M. Jacques Bérubé
1998 - 2002 Mme Louise Saucier (1998 à 2002)

M. Lionel Boudreau (2002)

1994 - 1998 M. Jacques Bérubé
1990 - 1994 M. Jacques Bérubé
1986 - 1990 M. Jacques Bérubé
1982 - 1986 M. Christian Claveau (1982 à 1985)

Mme Anita Pedneault (1985 à 1986)

1978 - 1982 M. Gérard Pellerin
1974 - 1978 M. Fernand Pelletier (1974 à 1975)

Mme Marie-Rose Noël (1975 à 1978)

1970 - 1974 M. Maurice Massé
1967 - 1970 M. Gérard Pellerin
1964 - 1967 M. Gérard Pellerin
1962 - 1964 M. Gérard Pellerin
1960 - 1962 M. Florian Laflamme (1960 à 1961)

M. Gérard Pellerin (1961 à 1962)

1956 - 1960 M. Martin Gauvin (1956 à 1957)

M. E.J. Boyle (1957 à 1960)

1955 - 1956 M. Roland Bourgault

Démographie[modifier | modifier le code]

Population[modifier | modifier le code]

Évolution démographique
1991 1996 2001 2006 2011 2016
2 391 2 030 1 795 1 630 1 610 1 499

Langues[modifier | modifier le code]

À Chapais, selon l'Institut de la statistique du Québec, la langue la plus parlée le plus souvent à la maison en 2011[10] sur une population de 1 610 habitants, est le français à 97,52%, l'anglais à 0,93% et une autre langue à 0,62%.

Attraits[modifier | modifier le code]

Festival du doré Baie-James[modifier | modifier le code]

Le Festival du doré Baie-James y a lieu à chaque année, à la fin du mois de juin. Ce tournoi de pêche, qui se déroule au lac Opémiska, y attire de nombreux visiteurs. Il offre plus de 145 000$ en prix et bourses[11]. Le festival se déroule habituellement du 21 au 30 juin.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Répertoire des municipalités : Ville de Chapais (Hors MRC) sur le site des Affaires municipales, régions et occupation du territoire.
  2. Toponymie : Chapais
  3. Réjean Girard, Histoire du Nord-du-Québec, Québec, Les Presses de l'Université Laval, , 554 p. (ISBN 978-2-7637-9581-2), p. 241
  4. « Fiche descriptive », sur www.toponymie.gouv.qc.ca (consulté le 4 janvier 2017)
  5. « Chapais - Répertoire des municipalités - Ministère des Affaires municipales et de l'Occupation du territoire », sur www.mamrot.gouv.qc.ca (consulté le 4 janvier 2017)
  6. « Il y a 30 ans, Chapais », Radio-Canada,‎ (lire en ligne)
  7. Bilan du siècle, Université de Sherbrooke
  8. « Chapais Énergie redonne vie au parc Opémiska | Laurence Niosi, collaboration spéciale | Énergie », La Presse, {{Article}} : paramètre « année » ou « date » manquant (lire en ligne)
  9. Municipalité de Chapais, Ville de Chapais ; 50 ans un demi-siècle si naturel, Saint-Éloi, Imprimerie Publicom, , 203 p., p. 18 à 21
  10. Institut de la statistique du Québec. Population selon la langue parlée le plus souvent à la maison, municipalités et TE du Nord-du-Québec et ensemble du Québec, 2011
  11. Site du Festival du doré

Municipalités limitrophes[modifier | modifier le code]

Chapais est enclavé dans la municipalité de la Baie-James.

Rose des vents Eeyou Istchee Baie-James Chibougamau Rose des vents
Eeyou Istchee Baie-James N Eeyou Istchee Baie-James
O    Chapais    E
S
Eeyou Istchee Baie-James