José Joaquín Rojas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Rojas Gil est un nom espagnol. Le premier nom de famille, paternel, est Rojas ; le second, maternel, souvent omis, est Gil.
José Joaquín Rojas
José Joaquín Rojas TDF 2013 (Cropping).jpg

José Joaquín Rojas lors du Tour de France 2013

Informations
Nom de naissance
José Joaquín Rojas Gil
Naissance
(30 ans)
Cieza +
Nationalité
Langue maternelle
Équipe actuelle
Spécialité
sprinteur
Frère
Équipes amateurs
2004 Würth-Liberty Seguros
2005 Würth
Équipes professionnelles
08.2005-12.2005 Liberty Seguros-Würth (stagiaire)
01.2006-05.2006[n 1] Liberty Seguros-Würth
05.2006-06.2006[n 2] Würth
06.2006-07.2006[n 3] Astana-Würth
07.2006-12.2006[n 4] Astana
2007-2010 Caisse d'Épargne
2011- Movistar
Principales victoires

José Joaquín Rojas Gil, né le à Cieza, est un coureur cycliste espagnol. Il a fait ses débuts professionnels avec l'équipe Liberty Seguros-Würth en 2006. Il signe en 2007 à la Caisse d'Épargne, qui devient Movistar en 2011.

Biographie[modifier | modifier le code]

Le frère de José Joaquin Rojas Gil, Mariano, devient cycliste professionnel de 1994 à 1996 dans l'équipe ONCE. Il est décédé en 1996 dans un accident de circulation[1].

En 2010, il termine cinquième du championnat d'Espagne sur route.

En 2011, il remporte la sixième étape du Tour de Catalogne. Il termine 18e du Tour des Flandres, sa meilleur performance sur une course pavée. Fin juin, il prend la quatorzième place du Tour de Suisse. Le 26 juin, il devient presque 15 ans jour pour jour après le décès de son frère ainé et un mois après celui de son ami et coéquipier Xavier Tondo, champion d'Espagne de la course en ligne à Benicàssim en devançant au sprint Alberto Contador[2]. Il se présente au départ du Tour de France en outsider pour le maillot vert[3]. Lors du Tour de France, Il prend le maillot vert dès la troisième étape. Après plusieurs places d'honneur sur le Tour de France, Rojas termine 2e du classement par points du Tour de France 2011. Il est sélectionné pour les championnats du monde à Copenhague.

En 2012, sur Gand-Wevelgem alors qu'il est encore dans le coup pour la victoire, il chute à 100 m de la ligne. Sur le Tour de France, il est victime d'une chute collective au cours de la 3e étape. Atteint d'une triple fracture de la clavicule gauche, il doit abandonner[4].

À l'issue de la saison 2013, le contrat qui le lie à Movistar est prolongé pour les deux années suivantes[5].

Rojas est exclu du Tour de France 2014 au cours de la dix-huitième étape pour s'être abrité exagérément derrière une voiture dans la descente du col du Tourmalet[6].

Fin 2014, La Gazzetta dello Sport révèle qu'il fait partie des clients du controversé médecin italien Michele Ferrari[7]. Il déclare avoir consulté le médecin uniquement au sujet des entraînements[8].

Palmarès et classements mondiaux[modifier | modifier le code]

Palmarès amateur[modifier | modifier le code]

Palmarès professionnel[modifier | modifier le code]

Résultats sur les grands tours[modifier | modifier le code]

Tour de France[modifier | modifier le code]

6 participations

Tour d'Italie[modifier | modifier le code]

1 participation

Tour d'Espagne[modifier | modifier le code]

1 participation

Classements mondiaux[modifier | modifier le code]

Année 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014
Classement ProTour 204e[9] 90e[10] 8e[11]
Classement mondial UCI 54e[12] 93e[13]
UCI World Tour 49e[14] 137e[15] 82e[16] 75e[17]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Du 1er janvier 2006 au 24 mai 2006
  2. Du 25 mai 2006 au 21 juin 2006
  3. Du 22 juin 2006 au 3 juillet 2006
  4. Du 4 juillet 2006 au 31 décembre 2006

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Rojas, mort du jeune cycliste espagnol », L'Humanité, 24 juin 1996.
  2. (en) « Rojas beats Contador », sur cyclingnews.com,‎ (consulté le 8 juillet 2011)
  3. « Rojas "Je ne suis pas qu'un simple sprinteur " », sur velochrono.fr,‎ (consulté le 27 juin 2011)
  4. (es) « Rojas, adiós con triple fractura de clavícula: “Esta carrera puede ser la más bonita o la más perra” », sur biciciclismo.com,‎
  5. (en) « Five Movistar riders extend contracts », sur cyclingquotes.com,‎ (consulté le 29 décembre 2014)
  6. « Un coureur exclu du Tour pour s'être abrité derrière une voiture », sur sport24.lefigaro.fr, Le Figaro,‎
  7. (it) I corridori coinvolti, tra i 38 c'è Marcato sur gazzetta.it
  8. Affaire Ferrari - José Joaquin Rojas : "Uniquement des mails" sur 100pour100-velo.com
  9. « Classement ProTour 2006 », sur uciprotour.com (consulté le 16 juillet 2011)
  10. « Classement ProTour 2007 », sur uciprotour.com (consulté le 16 juillet 2011)
  11. « Classement ProTour au 20 septembre 2008 », sur http://www.memoire-du-cyclisme.eu/,‎ (consulté le 6 avril 2013)
  12. « Classement Mondial UCI 2009 », sur uci.ch, UCI,‎ (consulté le 24 mars 2012)
  13. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2010 - Individual », sur uci.html.infostradasports.com, UCI (consulté le 12 janvier 2015)
  14. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2011 - Individual », sur uci.html.infostradasports.com, UCI (consulté le 29 février 2012)
  15. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2012 - Individual », sur uci.html.infostradasports.com, UCI (consulté le 14 octobre 2012)
  16. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2013 - Individual », sur uci.html.infostradasports.com, UCI (consulté le 1 novembre 2014)
  17. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2014 - Individual », sur uci.html.infostradasports.com, UCI (consulté le 14 octobre 2014)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :