Col du Glandon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Col du Glandon
Image illustrative de l'article Col du Glandon
Sommet du col du Glandon
Altitude 1 924[1] m
Massif Belledonne / Arves (Alpes)
Coordonnées 45° 14′ 22″ Nord 6° 10′ 33″ Est / 45.23936, 6.175797[1]
Pays Drapeau de la France France
Vallée Oisans
(sud)
Maurienne
(nord)
Ascension depuis Le Bourg-d'Oisans
(Rochetaillée)
La Chambre
Déclivité moy. 4,2 % 6,9 %
Déclivité max. 11,4 % 11,5 %
Kilométrage 29 km 21,3 km
Accès D526 - D926 D927
Fermeture hivernale novembre-mai

Géolocalisation sur la carte : Savoie

(Voir situation sur carte : Savoie)
Col du Glandon

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Col du Glandon
Mémorial de la résistance. Col de la Croix-de-Fer au fond à droite

Le col du Glandon à 1 924 mètres d'altitude se situe entre les massifs de Belledonne et des Arves, trois kilomètres à l'ouest du col de la Croix-de-Fer. Il relie la vallée de la Romanche à celle de la Maurienne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Depuis la Savoie, la vallée des Villards, où s'écoule le torrent du Glandon, située en Maurienne, remonte jusqu'au col qui permet de redescendre sur la vallée de l'Oisans, revers de la chaîne de Belledonne, par la vallée de l'Eau d'Olle[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

À l'époque romaine, la vallée permet le passage de la vallée de l'Oisans, via la vallée de l'Eau-d'Olle, à la Maurienne en redescendant par la vallée des Villards, lors des saisons plus chaudes. Une voie romaine secondaire est établie[3]. Des objets attestant son existence, un objet en bronze et un aureus de Caligula, sont retrouvés à proximité du col du Glandon[3],[4].

La route du col a été ouverte en 1898 et n'a été reliée à celle du col de la Croix-de-Fer qu'en 1912, permettant ainsi de rejoindre directement Saint-Jean-de-Maurienne.

Elle n'est ouverte que de juin à octobre.

En juillet et en août 1944, alors que le débarquement de Provence se préparait, le groupe mobile no 5 du maquis de l'Oisans a repoussé temporairement une attaque allemande près du col ; un mémorial au sommet du col le rappelle.

Cyclisme[modifier | modifier le code]

Profil[modifier | modifier le code]

La route du versant sud-ouest du col est commune avec celle du col de la Croix-de-Fer, à l'exception des deux cents derniers mètres : elle présente une pente irrégulière, avec deux descentes de deux kilomètres près du Rivier-d'Allemond et du lac de Grand Maison mais aussi des passages à plus de 10 %.

Le versant nord est plus court mais nettement plus raide. Il démarre de Saint-Étienne-de-Cuines avec une première partie qui grimpe dans des pourcentages avoisant les 8 % jusqu'à Saint-Colomban-des-Villards. Le passage de ce village, au milieu de l'ascension, présente un replat de deux kilomètres. Mais à la sortie de cette commune, un bref passage à 13 % et une assez difficile ligne droite marquent le début d'une dernière partie nettement plus difficile. La pente est proche de 10 % jusqu'au passage d'un pont au-dessus d'un torrent. Seuls deux kilomètres successifs un peu moins raides à 7 et 6 % permettent de récupérer. Car les trois derniers kilomètres, sous forme d'une série de lacets, sont à de 10,3 % de moyenne.

Tour de France[modifier | modifier le code]

Le col du Glandon a été franchi au total à 15 reprises par le Tour de France. Le versant nord est classé hors catégorie et le versant sud en 1re catégorie, sauf à l'occasion des éditions 2013 et 2015 où il est également hors catégorie. Voici les coureurs qui ont franchi les premiers le col[5] :

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Daniel Friebe et Pete Golding, Sommets mythiques : Cyclisme, les 50 cols incontournables d'Europe, GEO, , 224 p. (ISBN 978-2-8104-0296-0), p. 120-123

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Coordonnées identifiées à l'aide de géoportail et carte IGN à l'échelle 1:20 000
  2. Paul Mougin, Les torrents de la Savoie, La Fontaine de Siloé, (réimpr. 2001), 1251 p. (ISBN 978-2-8420-6174-6, notice BnF no FRBNF38937890, lire en ligne), p. 1147.
  3. a et b « Le patrimoine - IR6 - En Maurienne d'Aiton à la vallée des Villards », sur le site du Conseil départemental de la Savoie - www.savoie.fr (consulté le 14 novembre 2015).
  4. Muguette Berment, « Un col, un jour. Bienvenue au paradis des grands rapaces », Le Dauphiné libéré,‎ (lire en ligne).
  5. Le dico du Tour - Le col du Glandon dans le Tour de France depuis 1947.