Vicente López Carril

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
López Carril
Vicente Lopez-Carril - Tour 1976.jpg

Vicente Lopez-Carril lors du Tour de France 1976

Informations
Naissance
Décès
(à 37 ans)
Gijón +
Nationalité
Équipes professionnelles
1967–1975 Kas-Kaskol
1976–1978 Kas-Campagnolo
1979 Teka
Principales victoires

Vicente López Carril (né le à La Corogne et mort le à Gijón) est un coureur cycliste espagnol.

Professionnel de 1967 à 1979, il a remporté des étapes sur les trois grands tours.

Quelques notes sur son parcours[modifier | modifier le code]

Vicente López Carril a été durant quelques saisons au cours de la première moitié des années 1970, un des meilleurs cyclistes ibériques, aux côtés de José Manuel Fuente, Francisco Galdós, Santiago Lazcano, Miguel María Lasa, au sein de l'équipe Kas.
Il effectue ses débuts dans le cyclisme de compétition en 1959, après avoir joué au football[1]. Comme nombre de ses compatriotes, c'est dans la montagne qu'il montre le meilleur de son talent. Amateur jusqu'en 1966, il remporte dans cette catégorie (maintenant nommée "Espoirs") des succès probants, en particulier deux titres de Champion d'Espagne : 1963 (route), 1966 (montagne)[2]. Sélectionné dans l'équipe nationale amateurs, il remporte le Prix de la montagne du Tour de Grande-Bretagne en 1964[3], et termine second de cette épreuve, à cette occasion. Souvent classé, il termine 2e du Tour de la Bidassoa en 1965 (vainqueur : Domingo Perurena) puis en 1966 (vainqueur Luis Ocaña)[4]. C'est au Tour de l'Avenir 1966 qu'il accède à une certaine notoriété, en remportant dans les Alpes la 8e étape Ivrée-Chamonix[5] et en jouant un rôle d'équipier auprès de son leader José Gómez Lucas, et au sein de l'équipe d'Espagne (seconde du classement collectif[6]). Ces deux qualités, grimpeur et dévouement (ainsi il ne concourt pas personnellement pour le prix des grimpeurs des grands tour auxquels il participe)), marquent l'ensemble de sa carrière cycliste, dont il est remarquable de constater qu'il l'a accomplie sous les couleurs presque uniques de l'équipe Kas. Avec cette équipe il remporte le classement collectif des Tour d'Italie 1974, Tour de France 1974 et 1976. Équipier de José Manuel Fuente, il parvient au faîte de sa carrière en 1974, en remportant le maillot de Champion d'Espagne, et en terminant sur la troisième marche du podium du Tour de France.

Vicente López Carril est mort jeune (37 ans). Ce n'est pas sur son vélo de champion. Il est victime d'une embolie au cours d'un match amical de football[7].

Son frère Jésus, né le 7 novembre 1949, champion d'Espagne amateurs en 1975[8] a également été coureur professionnel.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Résultats sur les grands tours[modifier | modifier le code]

Tour de France[modifier | modifier le code]

Tour d'Italie[modifier | modifier le code]

Tour d'Espagne[modifier | modifier le code]

Autres classements[modifier | modifier le code]

  • Championnat du monde sur route
    • 26e en 1972
    • 18e en 1973
    • 26e en 1975
    • 20e en 1976
  • Tour de Suisse
    • 27e en 1968
    • 4e en 1974
    • 22e en 1975
    • 15e en 1976
    • 23e en 1978
  • Volta a Catalunya
    • 4e en 1966
    • 4e en 1969
    • 13e en 1970
    • 15e en 1971
    • 27e en 1972
    • 16e en 1973
    • 16e en 1974
    • 11e en 1975
    • 17e en 1976
  • Grand Prix d'Eibar
    • 16e en 1967
  • Tour du Pays basque
    • 4e en 1970
    • 15e en 1971
    • 9e en 1972
    • 15e en 1974
    • 22e en 1976

'

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Les précisions biographiques proviennent de la notice "Vicente Lopez Carril", parue sous la responsabilité de Robert Descamps dans les pages centrales encyclopédiques (Le cyclisme de A è Z) du magazine Miroir du cyclisme : N° 221-août 1976. Il en est de même pour son palmarès "professionnel".
  2. Résultats vérifiés dans les annuaires belges Velo 64, page 20) et Velo 67, page 29.
  3. Résultats de chaque édition de cette épreuve relevés sur le site Cyclingarchives.com.
  4. Livre d'or annuel de Miroir du cyclisme, 1965 et 1966.
  5. Il se classe à un rang final modeste, 23e, et termine à la 3e place du Prix de la montagne.
  6. Velo 67, résultats du Tour de l'Avenir, pages 184-185.
  7. René Jacobs et autres, Velo 81, rubrique "In memoriam", page 265.
  8. Annuaire Velo 75, page 144.
  9. Au lendemain de la chevauchée de Luis Ocaña aux Orres, il triomphe à Nice en solitaire, le second terminant à près de 9 minutes. Il passe en tête au col de la Cayolle (2 327 m.)
  10. Il passe en tête au sommet du Col du Galibier, "toit du Tour" et triomphe étaché (54 secondes) dans la station alpine devant ...Eddy Merckx

Liens externes[modifier | modifier le code]