Folie à deux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Folie à deux (homonymie).

La psychose partagée ou psychose induite est un phénomène psychiatrique résultant de l'adoption de la thématique délirante d'un individu psychotique et du mode de vie qui y est lié par un proche[1] également psychotique. Telles les sœurs Papin, deux ou plusieurs personnes construisent leur vie ou une partie de leur vie ensemble autour d'un délire commun. Selon les cas, on parle de folie à deux ou de folie à plusieurs, à trois, à quatre voire plus, rarement, quand par exemple les enfants d'un même foyer reproduisent le délire d'un des parents, de folie en famille [2].

La folie partagée peut être à l'origine de phénomènes de psychose collective mais ne se confond pas avec les épisodes de délire épidémique dus à une pharmacopsychose.

Histoire de la clinique[modifier | modifier le code]

En 1856, le médecin des asiles Dagron témoigne des obstacles rencontrés dans sa tentative de soigner deux sœurs de trente huit et trente six ans liguées contre leur père et les hommes par lesquels elles sont persuadées d'être violées à leur insu[3]. En 1859, Moreau de Tours rend compte du cas de deux patients hospitalisés à la Salpétrière qui ont un même délire[4], Baillarger, son collègue de Charenton, répondant dès l'année suivante que le phénomène est déjà bien connu[5]. En 1865, il fait une nouvelle observation, celle de deux sœurs souffrant d'hallucinations auditives, chacune persuadée d'être douée de télépathie grâce à un télégraphe implanté dans le cerveau[6]. En 1868, Maret, interne de l'asile de Saint Yon[7], consacre un chapitre d'une thèse novatrice aux « délires en partie double » et les rapportent à la vie commune adoptée par les patients[8].

Aux lendemains de la Commune, treize cas d'« idées de persécution communiquées ou folie à deux » sont recensés et exposés par Legrand du Saulle pour étayer l'hypothèse d'une transmission héréditaire[9]. A l'inverse, Falret, sans exclure de possibles cas héréditaires, a auparavant[10] mis en évidence le caractère exceptionnel des circonstances qui président à l'émergence d'une folie à deux et pour cette raison repris à Baillarger le concept de « folie communiquée » mais ce n'est que le 30 juin 1873, deux ans et demi après la mort de l'aliéniste, que son disciple Lasègue présente à la Société médico-psychologique ces travaux dont la synthèse sera publiée quatre ans plus tard[11]. Outre la survenue de ces circonstances particulières, dite « loi du milieu clos », encore faut il que se réalise une condition nécessaire, le caractère de vraisemblance du discours délirant transmis, ce que dans les années cinquante Delay, reprenant une terminologie clérambaldienne, appellera la « loi de l'induction du délire »[12].

Qu'un discours délirant soit assez vraisemblable pour qu'un tiers y adhère et qu'un consensus inquiétant, fut il réduit à deux, puisse se faire sur des idées invraisemblables remet suffisamment en cause les fondements des vérités admises pour que certains, à la suite de l'interne et futur professeur de pathologie mentale de la faculté de Bordeaux Régis, voient dans le concept de folie communiquée un artefact causé par des coïncidences chronologiques de sorte qu'il conviendrait de ne parler que de « folie simultanée »[13]. La consensuelle classification en trois catégories que l'année suivante propose Montyel, trentenaire partisan de l'hérédodégénérescence[14], se veut pratique et reste purement phénoménologique[15]. Elle ne résout pas la difficulté épistémologique que sont ces « cas intermédiaires »[16] entre discours absurde et discours accessible au sens commun.

Il faut attendre l'entre deux guerres et les travaux de Clérambault sur l'automatisme mental pour que soient déchiffrés les mécanismes inscrivant le délire, jusqu'alors conçu comme une altération croissante du discours, positivement dans un système de langage, par essence communicant et partagé. Affinant et croisant les observations avec Lamache, il note que la folie à plusieurs est une collaboration positive aux délires respectifs de personnalités paranoïaques inventant un « Roman » unique auquel, par une « division du travail », chacun apporte ce qu'il tire de son caractère propre[17]. C'est pourquoi il convient de définir distinctement ce qui est « Psychose simultanée » et ce qui est « Délire communiqué » : « Les délires (autrement dit les convictions et sentiments) se transmettent, mais non les psychoses (autrement dit les mécanismes génétiques de ces délires) »[18]. La folie à deux[19] fonde Clérambault à argumenter une clinique qui ne réduit pas la psychose à ses symptômes mais appelle à en comprendre la psychogenèse dans les formes du langage[20], leçon que son interne Lacan tirera en 1932 dans sa thèse de doctorat.

Depuis, l'expression « folie à deux » a été reprise telle quelle dans les langues étrangères mais la notion demeure cantonnée à un épiphénomène transnosographique sans valeur de diagnostic[21]. A la fin du XXe siècle, le DSM, classification à fins statistiques de l'Association américaine de psychiatrie, désigne le phénomène par l'expression plurivoque de trouble psychotique partagé[22] et la CIM, classification de l'OMS, par celle tout autant plurivoque de trouble délirant induit[23], d'autres items permettant de préciser la sémiologie du « trouble ».

Exemple[modifier | modifier le code]

Le syndrome de folie à deux est le plus souvent diagnostiqué lorsque deux ou plusieurs patients vivent à proximité, sont socialement ou physiquement isolés et ont peu d'interaction avec les gens du monde extérieur.

Margaret et son mari Michael, tous les deux âgés de trente quatre ans, vivent ensemble et expriment un délire de persécution de même contenu[24]. Ils croient que certaines personnes s'introduisent dans leur maison, y répandent de la poussière et « usent leurs chaussures ». A été posé un diagnostic de contagion émotionnelle.

Folie imposée et folie simultanée[modifier | modifier le code]

La manière dont une personne adopte entièrement ou en partie les idées délirantes d'une autre permet de différencier deux types de psychose partagée.

La folie imposée

L'idée délirante est imposée par une personne dominante, qualifiée de primaire, inductrice ou principale, à une ou plusieurs autres personnes, qualifiées de secondaires, receveuses ou associées. Le sujet secondaire n'entre dans le délire du sujet primaire que par ce qu'il est laissé à lui même. Le traitement de la personne primaire seule suffit souvent à faire disparaître les idées délirantes chez la personne secondaire.

La folie simultanée

Les deux personnes souffrent d'idées délirantes de manière indépendante avec influence réciproque des délires. Les idées délirantes deviennent identiques ou très proches. Dans certains cas, le délire est déclenché par la rencontre des deux sujets[25].

Du délire partagé à la psychose collective[modifier | modifier le code]

La folie à deux est une curiosité psychiatrique. Le DSM IV[Quand ?] propose qu'une personne ne peut être diagnostiquée comme délirante qu'à partir du moment où la croyance en question est ordinairement partagée par d'autres personnes qui ont la même culture ou sous-culture. Toutefois, se pose le problème de savoir à quel moment une croyance considérée comme délirante dans le cadre d'une folie à plusieurs, devient légitime du fait d'un grand nombre de personnes qui la partage. Quand un grand nombre de personnes commence à croire à des choses de manière évidemment fausse et potentiellement inquiétante, que ces choses soient partagées uniquement par ouï-dire, ces croyances ne sont pas considérées comme des délires, mais sont plutôt évoquées sous le terme d'hystérie collective.

Folie à deux et pharmacopsychoses[modifier | modifier le code]

Des intoxications de masse telle que l'ergotisme peuvent donner l'impression d'une folie contagieuse. À la fin des années soixante, des armes chimiques, comme l'anticholinergique BZ, ont été mises au point pour provoquer de telles « psychoses collectives »[26],[27]. Celle ci sont toutefois caractérisées par des hallucinations plus ou moins identiques qui cessent quand l’intoxication cesse, du moins chez les sujets non psychotiques, et non par un délire commun qui sert à construire des conditions de vie compatibles avec l'angoisse de morcellement.

Des pharmacopsychoses collectives peuvent être aussi provoquées dans un cadre rituel, comme l'ont expérimenté, en 1999, des anthropologues qui, au cours d'une étude sur des populations de la forêt tropicale d'Amérique du Sud, avaient consommés un breuvage de lianes, l'ayahuasca[28].

Du partage du délire au passage à l'acte[modifier | modifier le code]

Le psychiatre Jacques Lacan, à la fin de sa thèse sur la psychose paranoïaque, lie, à propos du cas des soeurs Papin, la conclusion meurtrière du délire de celles ci au développement d'une folie à deux : « Elles n'avaient pas même entre elles la distance qu'il faut pour se frapper. Frapper devient pour cet étrange couple de sœurs une tentative désespérée de mise à distance ; cette tentative est désespérée car elle tente un forçage : celui d'inscrire une discrimination, fondatrice d'altérité, qui ne l'est pas dans le registre symbolique pour ces sujets »[29].

La folie à deux dans les arts[modifier | modifier le code]

  • Dans la série Bates Motel (2013) créée par Carlton Cuse. Le personnage principal qui est un adolescent développe une psychose autour des idées délirantes et paranoïaques de sa mère.
  • L'intrigue du film Bug tourne autour d'une femme qui, isolée avec un schizophrène dans une chambre d'hôtel, finit par adhérer à la vision délirante du monde que son compagnon lui renvoie.
  • Un des albums du groupe américain Fall Out Boy s'appelle "Folie à deux".
  • Dans le dernier épisode de la série Scream (série télévisée), Emma Duval et Audrey Jensen développent une psychose partagée autour des meurtres du Ghostface.
  • Dans la série Chance, produit en partie par Kem Nunn et Hugh Laurie, Eldon Chance diagnostique une folie à deux entre le meurtrier instable Ryan Lewis et le procureur Frank Lambert. L'épisode 9 s'intitule d'ailleurs Psychose partagée.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • G. Heuyer, Les psychoses collectives. Rôle de l’instigateur et des circonstances., Masson, Paris, 1955.
  • (en) Hatfield, Elaine, Caccioppo, John T., & Rapson, Richard L., Emotional contagion (Studies in Emotional and Social Interaction), Cambridge, UK, Cambridge University Press, (ISBN 0-521-44948-0)
  • (en) Enoch, D. & Ball, H. (2001) Folie à deux (et Folie à plusieurs). In Enoch, D. & Ball, H. Uncommon psychiatric syndromes (Fourth edition). London: Arnold. (ISBN 0340763884)
  • (en) Halgin, R. & Whitbourne, S. (2002) Abnormal Psychology: Clinical Perspectives on Psychological Disorders. McGraw-Hill. (ISBN 0072817216)
  • Wehmeier PM, Barth N, Remschmidt H, « Induced delusional disorder. a review of the concept and an unusual case of folie à famille », Psychopathology, vol. 36, no 1,‎ , p. 37–45 (PMID 12679591, DOI 10.1159/000069657)
  • (en) Metzner, Ralph, editor, Ayahuasca: Human Consciousness and the Spirits of Nature, New York, NY, Thunder's Mouth Press (ISBN 1-56025-160-3)
  • N. Dissez, « La folie à deux, un épisode délirant expérimental ? », in Journal français de psychiatrie, n° 22, Erès, Toulouse, juin 2004 (ISSN 1260-5999).
  • F. Niot, « Folie à deux dans l’œuvre de Clérambault », in Evolution psychiatrique, n° 70, p. 333–341, Elsevier, Paris, 2005.
  • J. P. Vidal, « Fous alliés Folie à deux, folie à plusieurs : folies simultanées, délires convergents ou folie communiquée ? », in Modernité du groupe dans la clinique psychanalytique, p. 29-65, Coll. Actualité de la psychanalyse, Erès, Toulouse, 2007 DOI:10.3917.

Sources[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Dr. Nigel Eastman in the BBC documentary 'Madness In The Fast Lane' », Documentarystorm.com, (consulté le 31 mai 2011)
  2. Bugeme M, « Folie à Trois à Lubumbashi: à propos d’un cas », The Pan African Medical Journal, no 14,‎ (ISSN 1937-8688, lire en ligne)
  3. J. Dagron, « Deux sœurs atteintes du même délire et séquestrées en même temps. », in Archives cliniques des maladies mentales et nerveuses, p. 29, Paris, 1861.
  4. J. J. Moreau de Tours, La psychologie morbide dans ses rapports avec la philosophie de l'histoire, p. 172, V. Masson, Paris, 1859.
  5. J. Baillarger, « Quelques exemples de folie communiquée », in Gazette des Hôpitaux civils et Militaires, n° 38, p. 149, Paris, 1860.
  6. H. Legrand du Saulle, Le délire des persécutions, VI, p. 219, H. Plon, Paris, 1871.
  7. A. Ritti (en), « Variétés », in Annales médico-psychologiques, n° 13, p. 335-336, Société médico-psychologique, Paris, 1901.
  8. L. R. Maret, Du délire des persécutions, VI, A. Parent, Paris, 4 décembre 1868.
  9. H. Legrand du Saulle, Le délire des persécutions, VI, p. 217-278, H. Plon, Paris, 1871.
  10. Berrios G E (1998) Folie à deux (by W W Ireland). Classic Text Nº 35. History of Psychiatry 9: 383–395
  11. J. P. Falret & Ch. Lasègue, « La folie à deux ou folie communiquée », in Annales médico-psychologiques, Société médico-psychologique, Paris, novembre 1877.
  12. J. Delay, P. Deniker, P. Pichot, T. Lemperière, R. Sadoun, « Délire à deux et à plusieurs : Etude clinique de 22 familles délirantes », in Compte-rendu du 53ème Congrès des Médecins Aliénistes et Neurologistes de France et des Pays de Langue Française, p. 188-207, Masson, Nice, 1955.
  13. E. Régis, La folie à deux ou folie simultanée - Thèse de doctorat, Sainte Anne, Paris, 1880.
  14. Michèle Brian, Marandon de Montyel, 1851-1908 : critique de l'asile : sa vie, son oeuvre., Faculté de médecine de Paris-Sud, Bicêtre, 1987.
  15. É. Marandon de Montyel, « Contribution à l’étude de la folie à deux. », in Annales médico-psychologiques, n° 1, p. 28–52, Société médico-psychologique, Paris, 1881.
  16. H. Guiard & G. G. Clérambault, « Contribution à l’étude de la folie communiquée et simultanée. (Travail du service de M. P. Garnier) », in Archives de Neurologie, vol. XIV, n° 82, p. 289–302 & n° 83, p. 407–418, Bureaux du progrès médical, Paris, 1902.
  17. G. G. de Clérambault & A. Lamache, « Folie à deux. (Présentation de malades). », in Bulletin de la Société Clinique de Médecine Mentale, p. 327–332, Paris, décembre 1923.
  18. G. G. de Clérambault & A. Lamache, « Psychose simultanée ou délire communiqué. (Présentation de malades). », in Bulletin de la Société Clinique de Médecine Mentale, p. 185–191, Paris, novembre 1924, cité in J. Fretet, Œuvre psychiatrique réuni et publié sous les auspices du Comité des élèves et des amis de Clérambault, I, p. 89, Théraplix, Paris, 1942, réed. Frénésie Éditions, Paris, 1987 (ISBN 2-906225-07-X).
  19. F. Niot, « Folie à deux dans l’œuvre de Clérambault », in Evolution psychiatrique, n° 70, p. 340, Elsevier, Paris, 2005.
  20. J. Garrabé, « Préface. », G. G. Clérambault, L’automatisme mental, Les empêcheurs de penser en rond, Le Plessis-Robinson, 1992.
  21. Diego Enrique Londoño,« La Folie à deux, une entité confuse », in Evolution psychiatrique, n° 75, p. 533-548, Elsevier, Paris, décembre 2010.
  22. DSM-IV-TR, 297.3.
  23. CIM 10, F.24.
  24. Enoch & Ball, Uncommon Psychiatric Syndromes, p. 181, 2001.
  25. (en) Dewhurst, Kenneth; Todd, John, « The psychosis of association: Folie à deux. », Journal of Nervous and Mental Disease, vol. 124,‎ , p. 451–459 (DOI 10.1097/00005053-195611000-00003)
  26. (en) « Incapacitating Agents », Brooksidepress.org (consulté le 31 mai 2011)
  27. (en) « Medscape Access », Emedicine.com (consulté le 31 mai 2011)
  28. (en) « Ayahuasca – a shamanistic medicinal ritual », Kira Salak (consulté le 31 mai 2011)
  29. http://www.association-freudienne.be/pdf/bulletins/23-BF21SEGERS.pdf?phpMyAdmin=0k39wA0M-rYtTueZFUi-nHQMKb1

Articles connexes[modifier | modifier le code]