Oneirophrénie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L’oneirophrénie[1] est un état hallucinatoire causé par divers facteurs tels qu'une agrypnie prolongée, une privation sensorielle ou les drogues (comme l'ibogaine). Le terme vient des mots grecs ὄνειρο (oneiro, « rêve ») et φρενός (phrenos, « esprit »). Elle possède les caractéristiques de la schizophrénie, tels qu'un état de confusion et de manque de conscience, mais sans aucune présence des symptômes de dissociation typiques à ce trouble.

Les individus affectés par l'oneirophrénie ont un sentiment de perte de réalité dans lequel, dans de sévères cas, ils peuvent par la suite souffrir d'illusions et d'hallucinations. Il est estimé à 50 %, ou plus, le taux de patients schizophrènes présentant des caractéristiques d'oneirophrénie.

L'oneirophrénie a été étudié durant les années 1950 par le psychiatre et neurologue Ladislas J. Meduna (1896-1964), également connu pour avoir découvert la Cure de Sakel.

Bien que le terme soit cité dans certains manuels de psychiatrie, comme le DSM-IV et la Classification internationale des maladies (CIM), l'oneirophrénie en tant qu'entité à part n'est plus en actuelle utilisation.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  • (en) Meduna LJ, Oneirophrenia: The Confusional State. Urbana, University of Illinois Press, 1950.
  • (en) Naranjo, C. (1969), Psychotherapeutic possibilities of new fantasy-enhancing drugs, Clinical Toxicology 2(2):209
  • (en) Piotr Popik & Stanley D. Glick, The Ibogaine Dossier