Hôpital Esquirol

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Hôpital Esquirol
Hôpital Esquirol.JPG

Entrée de l'hôpital Esquirol.

Présentation
Type
Propriétaire
Établissement public
Statut patrimonial
Géographie
Pays
Région
Département
Commune
Adresse
57 rue du Maréchal-LeclercVoir et modifier les données sur Wikidata
Localisation
Coordonnées
Localisation sur la carte d’Île-de-France
voir sur la carte d’Île-de-France
Red pog.svg
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg

L'hôpital Esquirol (ou établissement public de santé Esquirol - EPS Esquirol), est un ancien asile psychiatrique, autrefois appelé « asile de Charenton », situé sur la commune de Saint-Maurice dans le Val-de-Marne.

L'établissement n'existe plus en tant que tel depuis le 1er janvier 2011 : il a fusionné avec un établissement mitoyen, l'hôpital national de Saint-Maurice, pour devenir les hôpitaux de Saint-Maurice[1].

Historique[modifier | modifier le code]

La Maison royale de Charenton[modifier | modifier le code]

Le , grâce à la donation de Sébastien Leblanc, conseiller et contrôleur des guerres de Louis XIII, faite aux Frères de la Charité de Charenton-Saint-Maurice (actuel Saint-Maurice), les religieux fondent un hôpital de sept lits destiné à recevoir des malades pauvres. Dès 1660, divers documents attestent de la vocation de cet établissement à accueillir des malades mentaux.

L'édification de la Maison royale de Charenton en 1732 permet également de recevoir quelques pensionnaires envoyés par lettre de cachet (demandée par le roi ou, plus souvent, par la famille).

Les patients proviennent en général de milieux aisés, le prix de la pension étant assez élevé.

Après la suppression des ordres religieux, la maison est fermée. Rouverte en 1797, elle est placée sous la tutelle du ministère de l’Intérieur.

En 1804, François Simonnet de Coulmiers devient directeur de la Maison nationale de Charenton[2], hospice destiné à accueillir les aliénés. Cet établissement est totalement dépourvu de règles et Coulmiers en est donc le chef tout puissant. Jean-Étienne Esquirol écrit[3] :

« Le Ministre de l’Intérieur en rétablissant la Maison de Charenton fit une faute grave en se contentant de nommer les principaux chefs de l’Établissement […] sans donner de règlement ni de mode de comptabilité, sans déterminer les attributions des divers fonctionnaires enfin sans établir une surveillance régulière. Il en résulte de là que Monsieur de Coulmiers fut administrateur absolu. »

Chapelle de l'hôpital Esquirol.

S'il n'a aucune formation en médecine, Coulmiers décide de tout, y compris du traitement des aliénés à sa charge, et impose la méthode forte pour « apaiser » les patients de l'hospice : bains d'eau glacée, camisoles de force, cages, etc. Paradoxalement, Coulmiers est aussi un précurseur de l'art-thérapie qui souhaite offrir aux malades des distractions thérapeutiques telles la musique, la danse ou le théâtre.

L’hôpital est reconstruit, au milieu du XIXe siècle, par l’architecte Émile Jacques Gilbert dans un style néoclassique, selon les conceptions de Jean-Étienne Esquirol, qui dirige alors l'établissement.

À partir de 1920, l’hôpital accueille une maternité.

Il prend, en 1973, le nom d’hôpital Esquirol.

Le 9 avril 1998, il est classé au titre des monuments historiques[4].

Regroupement et création des hôpitaux de Saint-Maurice[modifier | modifier le code]

L’hôpital Esquirol et l’hôpital national de Saint-Maurice, mitoyens, sont regroupés le 1er janvier 2011 pour former les hôpitaux de Saint-Maurice[1]. Ils ont un statut d’établissement public de santé (EPS).

Ils sont spécialisés :

  • en soins de suite et réadaptation (SSR) de l’enfant et de l’adulte ;
  • en psychiatrie (40 structures extra-hospitalières dans les secteurs parisiens et val-de-marnais et une douzaine d’unités d’hospitalisation complète).

Ils disposent également :

Quelques internés célèbres[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Site des hôpitaux de Saint-Maurice.
  2. « François Simmonet de Coulmiers (1741-1818) - D51 (tombe disparue) - Père-Lachaise: 1804-1824 », Père-Lachaise: 1804-1824,‎ (lire en ligne).
  3. Dictionnaire des parlementaires français... : depuis le 1er mai 1789 jusqu'au 1er mai 1889.... II. Cay-Fes / publ. sous la dir. de MM. Adolphe Robert, Edgar Bourloton et Gaston Cougny (lire en ligne).
  4. « Hôpital Esquirol (ancien asile de Charenton) », notice no PA00079904, base Mérimée, ministère français de la Culture
  5. Charles Strauss, La Maison nationale de Charenton, p. 21, d’après les archives de la Maison royale de Charenton.
  6. Voir sur theatre-contemporain.net.