Codépendance

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Codépendance (ou co-dépendance, co-narcissisme, ou narcissisme inversé) est une tendance à se comporter de façon trop passive ou à prendre soin des autres excessivement d'une manière qui affecte négativement les relations et la qualité de vie. Cela implique aussi souvent de donner une priorité plus basse à ses propres besoins tout en se préoccupant excessivement des besoins des autres[1]. La codépendance peut apparaître dans tous types de relations, notamment familiales, professionnelles, amicales, amoureuses, ou sociales[1]. La codépendance est aussi caractérisée par des comportements de déni, un manque de confiance en soi, un conformisme excessif, et/ou des comportements de contrôle.

Développement et étendue du concept[modifier | modifier le code]

Historiquement, le concept de codépendance vient directement des alcooliques anonymes suite a une réalisation que le problème ne vient pas seulement de l'alcoolique, mais aussi de la famille et des amis de l'alcoolique[2]. Le concept a été par la suite utilisé dans un sens plus général pour représenter la façon dont la personne codépendante est attachée à une autre personne pour nourrir un besoin d'approbation, de prise en charge, etc.[2] Dans ce sens, le concept recouvre partiellement le concept psychoanalytique de personnalité dépendante… s'attachant a une personnalité plus forte[3].

Caractéristiques et comportements liés à la codépendance[modifier | modifier le code]

Le concept de codépendance décrit des comportements, pensées et sentiments qui vont au-delà des formes normales de sacrifice de soi et de soin d'autrui. Par exemple, être parent est un rôle qui nécessite un certain sacrifice de soi ainsi que donner une grande priorité aux besoins de l'enfant, malgré tout, un parent peut néanmoins être codépendant vis-à-vis de ses propres enfants si les soins ou sacrifices atteignent un niveau maladif ou destructif[1]. En général, un parent qui prend soin de ses propres besoins (physiques et émotionnels) d'une façon saine sera un meilleur parent, un parent codépendant sera moins efficace, ou peut même aller jusqu'à causer du tort à un enfant[1].

La codépendance ne recouvre pas tous les sentiments de préoccupation des autres et comportements de prise en charge, elle concerne seulement ceux qui sont excessifs à un niveau maladif[4]. En effet du point de vue de la théorie de l'attachement ou des théories de la relation d'objet; "le risque de devenir dépendant"[5] peut être pour l'adulte auto-suffisant compulsif un progrès psychologique, et « dépendre d'une source en dehors de soi… une dépendance satisfaisante, ou du moins tolérable »[6] sera valorisée en conséquence.

CoDA offre ces caractéristiques et schémas de comportement comme outil pour aider à l'évaluation de soi[1].

Comportements de déni

  • J'ai des difficultés à identifier ce que je ressens.
  • Je minimise, change ou nie ce que je ressens vraiment.
  • Je me perçois comme tout-à-fait désintéressé et dévoué au bien-être des autres.
  • Je manque d'empathie pour les sentiments et besoins des autres.
  • J'identifie chez les autres mes traits négatifs.
  • Je sais prendre soin de moi-même sans aucune aide d'autrui.
  • Je cache ma douleur de différentes façons sous de la colère, de l'humour, ou en m'isolant.
  • J'exprime la négativité ou l'agression de façon indirecte et passive.
  • Lorsque je suis attiré par quelqu'un, je ne vois pas si cette personne n'est pas disponible.

Comportements de faible estime de soi

  • J'ai des difficultés à prendre des décisions.
  • Je juge tout ce que je pense, dis ou fais sévèrement, comme n'étant jamais « assez bien ».
  • Je suis embarrassé lorsque je suis reconnu et félicité, ou que je reçois des cadeaux.
  • Je ne demande pas aux autres de satisfaire mes besoins ou désirs.
  • Je donne plus de valeur aux opinions des autres sur mes pensées, mes sentiments et mon comportement qu'à mon propre jugement.
  • Je ne me perçois pas comme étant aimable et ayant de la valeur.
  • Je recherche en permanence la reconnaissance que je pense mériter.
  • J'ai des difficultés à admettre que j'ai fait une erreur.
  • J'ai besoin d'être bien perçu par les autres, et je vais même jusqu'à mentir pour donner une bonne impression.
  • Je me perçois comme étant supérieur aux autres.
  • Je cherche à être rassuré par autrui.
  • J'ai des difficultés a commencer quelque chose, respecter les délais, et finir des projets.
  • J'ai des problèmes pour me donner des priorités saines.

Comportements d'évitement

  • J'agis de façon à provoquer chez les autres le rejet, l'humiliation, ou la colère envers moi.
  • Je juge durement ce que les autres pensent, disent ou font.
  • J'évite l'intimité émotionnelle, physique ou sexuelle pour garder mes distances.
  • J'autorise ma dépendance aux gens, endroits, et choses à me distraire de la réalisation d'une intimité dans mes relations.
  • Je communique indirectement ou de manière évasive pour éviter le conflit ou la confrontation.
  • J'affaiblis ma capacité d'avoir des relations saines en refusant d'utiliser tous les outils de rétablissement.
  • Je refoule mes sentiments ou besoins pour éviter de me sentir vulnérable.
  • J'attire les gens vers moi, puis quand ils sont proches, je les rejette.
  • Je fais preuve d'obstination pour éviter de me soumettre à un pouvoir plus grand que le mien.
  • Je pense que les démonstrations de sentiments sont un signe de faiblesse.
  • Je n'exprime pas ma gratitude.

Comportements de conformité

  • Je ne respecte pas mes propres valeurs ni mon intégrité afin d'éviter le rejet ou la colère des autres.
  • Je suis très sensible à ce que les autres ressentent et tend à ressentir la même chose.
  • Je suis extrêmement loyal, je reste dans des situations nuisibles trop longtemps.
  • Je donne plus de valeur aux opinions des autres qu'aux miennes et j'ai peur d'exprimer des opinions différentes et mes propres sentiments.
  • Je mets de côté mes propres intérêts et passe-temps pour faire ce que les autres veulent.
  • J'accepte des attentions ou relations sexuelles quand je veux être aimé.
  • J'ai peur d'exprimer mes croyances, opinions, et sentiments quand ils diffèrent de ceux des autres.
  • Je prends des décisions sans faire attention aux conséquences.
  • J'abandonne ma vérité pour gagner l'approbation des autres ou pour éviter le changement.

Comportements de contrôle

  • Je crois que les autres personnes sont incapables de prendre soin d'elles-mêmes.
  • J'essaye de convaincre les autres de ce qu'ils « devraient » penser et de ce qu'ils ressentent vraiment.
  • J'en veux aux autres quand ils ne me laissent pas les aider.
  • J'offre aisément des conseils et instructions aux autres sans qu'ils m'aient rien demandé.
  • Je couvre de cadeaux et rends service exagérément aux gens qui comptent pour moi.
  • J'utilise le sexe pour obtenir de l'approbation et être accepté.
  • J'ai besoin que l'autre ait besoin de moi pour avoir une relation avec lui/elle.
  • Je demande que mes besoins soient satisfaits par les autres.
  • Je fais preuve de charme et de charisme pour convaincre les autres de ma capacité à être affectueux et compréhensif.
  • J'utilise les reproches et la honte pour exploiter émotionnellement les autres.
  • Je refuse de coopérer, faire des compromis, ou négocier.
  • J'adopte une attitude d'indifférence, d'impuissance, d'autorité, ou de rage pour manipuler.
  • J'utilise des termes de rétablissement dans le but de contrôler les autres.
  • Je fais semblant d'être d'accord avec les autres pour obtenir ce que je veux.

References[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e Codependents Anonymous: Patterns of Recovery
  2. a et b Lennard J. Davis, Obession: a History(London 2008) p. 178
  3. Eric Berne, A Layman's Guide to Psychiatry and Psychoanalysis (Penguin 1976) p. 64 and p. 241
  4. Moos, R.H., Finney, J.W., & Cronkite, R.C. (1990) Alcoholism treatment: Process and outcome. New York: Oxford University Press.
  5. Patrick Casement, Further Learning from the Patient (London 1996) p. 131
  6. Adam Phillips, on Flirtation (London 1994) p. 54