Abu Muhammad Ibn al-Baitar

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Abu Muhammad Ibn al-Baitar
Ibn al-Baytar.JPG

Statue d'Ibn al-Baitar devant le Château Bil Bil

Biographie
Naissance
Décès
Activités

Abu Muhammad Ibn al-Baitar[n 1] (ou Abu Muhammad Abdallah Ibn Ahmad Ibn al-Baitar Dhiya al-Din al-Malaqi) (ابن البيطار), né à la fin du XIIe siècle dans la province de Malaga et mort en 1248 à Damas, est un médecin et botaniste arabe.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ibn al-Baytar est né à la fin du XIIe siècle (vers 1190 ou 1197[n 2]) dans la province de Malaga (probablement à Benalmádena). Son père, vétérinaire, lui transmet le goût des sciences naturelles.

Il étudie auprès de Abu Bakr Ahmad an-Nabati à Séville où il commence une collection de plantes. Il émigre vers 1220 au Proche-Orient en passant par l’Afrique du Nord. Il séjourne en Anatolie en 1224 et en Syrie. Il s’établit ensuite au Caire où il est nommé par le sultan botaniste en chef de l’Égypte. Il étudie les propriétés médicinales des plantes et fait de nombreux voyages de recherches avec ses élèves.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Ibn al-Baytar fait paraître plusieurs travaux où il rassemble les connaissances pharmaceutiques de son temps, notamment son ouvrage Kitāb al-Ǧāmiʿ li-mufradāt al-adwiya wa-l-aġḏiya (que l'on peut traduire par Livre des médicaments et des aliments simples).

Kitāb al-Ǧāmiʿ li-mufradāt al-adwiya wa-l-aġḏiya[modifier | modifier le code]

Principale œuvre d'Ibn al-Baytar, cette pharmacopée, classée par ordre alphabetique, s'appuyant notamment sur les œuvres de Dioscoride, Galien, Al-Razi et Avicenne, auxquelles il ajoute ses propres observations et corrections, répertorie et décrit l’usage d'environ 1 400 substances d'origine végétale, animale et minérale. Son œuvre sera utilisée et traduite durant tout le Moyen Âge.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Il était connu autrefois en Occident sous le nom latin d'Ebenbitar.
  2. Le catalogue de la Bibliothèque nationale de France donne 1197.

Références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]