Al-Jahiz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant l’islam image illustrant la civilisation arabo-musulmane
Cet article est une ébauche concernant l’islam et la civilisation arabo-musulmane.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (septembre 2008).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Al-Jahiz
Nom de naissance Abu ʿUthmân ʿAmr ibn Baḥr Mahbûn al-Kinânî al-Lîthî al-Baṣrî
Naissance vers 776
Bassora
Décès
Bassora
Activité principale
Écrivain
Auteur
Langue d’écriture arabe
Mouvement Adab, Mutazilisme
Genres

Œuvres principales

Al-Jahiz ou Al-Ǧah̩iz̩ (en arabe الجاحظ), de son vrai nom ’Abu ʿUthmân ʿAmrû ibn Baḥr Mahbûb, al-Kinânî al-Laithî al-Baṣrî (أبو عثمان عمرو بن بحر محبون الكناني الليثي البصري) est un écrivain, encyclopédiste et polygraphe arabe mutazilite, né vers 776 à Bassora, ville où il est mort en décembre 867.

Véritable créateur de la prose arabe, il défend une culture arabe en combinant la tradition avec des données de la pensée grecque, et laisse plus de deux cents ouvrages dont une cinquantaine ont été traduits en français.

Biographie[modifier | modifier le code]

L'appellation « Al-Jahiz » est un surnom qui signifie « Celui qui a la cornée saillante[1] ».

On sait peu de chose de l'enfance d'Al-Jahiz : famille pauvre, un grand-parent esclave zandj. Petit, il vend du poisson le long des canaux de Basra pour subvenir aux besoins de celle-ci. Al-Jahiz rejoint un groupe de jeunes de la mosquée principale de Basra pour discuter de science, et assiste à des cours de philologie, de lexicographie et de poésie.

Il continue ses études pendant vingt-cinq ans, durant lesquels il acquiert une connaissance profonde de la poésie et de la philologie arabe, de l'Histoire préislamique des Arabes et des Perses, du Coran et des hadith. Il étudie également des textes de science et de philosophie traduits du grec, notamment les œuvres d'Aristote. Son éducation est facilitée par le fait que le califat abbasside, en pleine révolution culturelle et intellectuelle, favorise la diffusion des livres.

Alors qu'il vit encore à Basra, Al-Jahiz écrit un article sur l'institution du califat qui est considéré comme le début de sa carrière d'écrivain, sa seule source de revenus. Sa mère lui aurait offert une corbeille pleine de cahiers en lui disant qu'il gagnerait sa vie par l'écriture. Il va écrire au cours de sa vie plus de deux cents livres sur des sujets aussi divers que la grammaire de l'arabe, la zoologie, la poésie, la lexicographie et la rhétorique, dont seuls trente existent encore.

Vers 816, Al-Jahiz s'installe à Bagdad, la capitale du califat islamique de l'époque, à l'occasion de la fondation de la Maison du Savoir. Grâce au mécénat du calife abbasside, Al-Jahiz s'établit à Bagdad, puis plus tard à Samarra. Le calife Al-Ma'mûn envisage de faire d'Al-Jahiz le tuteur de ses enfants, mais change d'avis, effrayé par ses « yeux protubérants » (جاحظ العينين, jâḥz al-ʿaînîn) qui lui valent son surnom.

Après avoir passé plus de cinquante ans à Bagdad, Al-Jahiz rentre à Basra où il meurt fin 868 ou début 869. Les causes exactes de sa mort ne sont pas connues, mais selon la tradition populaire il serait mort écrasé par la chute des livres de sa bibliothèque. Selon une autre version, il serait tombé malade et mourut à Muharram.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ch. Pellat, « al-Ḏj̲āḥiẓ », Encyclopédie de l'Islam, BrillOnline, Bibliothèque universitaire des langues et civilisations - BULAC, en ligne (accès sur abonnement)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Livre des Avares
  • Traités sur les Turcs
  • Traité sur les marchands
  • Traité de rhétorique
  • Éphèbes et Courtisanes, traduit par Maati Kabbal, préface et notes de Malek Chebel, Payot & Rivages, 1997
  • Kitāb al-hayawān ou Livre des Animaux, souvent considéré comme son travail le plus notable
  • Kitāb al-Bayān wa t-Tabyîn
  • Titres de gloire des Noirs sur les Blancs

Liens externes[modifier | modifier le code]