Al-Marwazi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.


Al-Marwazi
Biographie
Naissance
Décès
Nom dans la langue maternelle
أحمد المروزيVoir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Domaines
Religion

Ahmad ibn ‘Abdallah al-Marwazi Habash al-Hasib était un astronome persan vraisemblablement né à Merv, dans le Khorassan en Perse, autour des années 770 (puisqu’il mourut centenaire dans les années 870) et qui travailla essentiellement à Bagdad sous les règnes des califes Al-Mamun et Al-Mutasim pour lesquels il réalisa des observations dans la période 825-835.

On lui doit surtout la compilation de trois importantes tables astronomiques[réf. souhaitée] :

  • la première fut établie à la façon des astronomes hindous ;
  • la deuxième appelée « Table Test » est la plus importante. Elle fut composée à partir de documents essentiellement « arabes » et il y a tout lieu de penser qu’elle constitue en fait la mise en forme d’un travail collectif de tous les astronomes travaillant à l’époque à Bagdad ;
  • la troisième, beaucoup moins importante, est appelée « Table du Shah ».

Lors de l’éclipse de Soleil de 829, al-Marwazi proposa une mesure de la durée du phénomène basée sur l’élévation du Soleil au-dessus de l’horizon, une méthode qu’adopteront par la suite la plupart des astronomes arabes.

Il introduisit aussi la notion « d'ombre » qui pourrait correspondre à notre notion moderne de tangente et il dressa une table de telles « ombres ». Il aurait été le premier à travailler ainsi.

Dans son al-Zij al-dimashqi (Tables de Damas), Al-Marwazi modernisa les raisonnements de l'Almageste en introduisant les sinus, cosinus et tangentes. Il compara également ses mesures avec celles faites par Ptolémée et corrigea celles-ci en conséquence. Il s'intéressa aussi au problème de la visibilité du croissant de Lune, c'est-à-dire l'étude de l'instant où il est visible juste avant le lever du soleil ou juste après son coucher[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Régis Morelon, L'astronomie orientale (IXe-XIe) in Rashed et Morelon 1997, p. 46-49

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Roshdi Rashed et Régis Morelon (dir.), Histoire des sciences arabes, vol. I (376 p.) : Astronomie, théorique et appliquée, Paris, éditions du Seuil, , 3 vol. (ISBN 2-02030-352-3)
  • S. Tekeli Habash al-Hasib, Ahmad Ibn Abdallah al-Marwazi, Dictionary of Scientific Biography.
  • Francois Charette in Thomas Hockey Biographical Encyclopedia of Astronomers, Springer Verlag 2005, lire en ligne.
  • Marie-Thérèse Debarnot: The Zīj of Ḥabash al-Ḥāsib: A Survey of MS Istanbul Yeni Cami 784/2, in: David A. King, George Saliba (éd): From Deferent to Equant: A Volume of Studies in the History of Science in the Ancient and Medieval Near East in Honour of E. S. Kennedy, Annals of the New York Academy of Sciences, vol 500, 1987, pp 35–69.
  • John Lennart Berggren Ḥabash's Analemma for Representing Azimuth Circles on the Astrolabe, Zeitschrift für Geschichte der Arabisch-Islamischen Wissenschaften, vol 7, 1991/92, p. 23–30.
  • John Lennart Berggren Comparison of four analemmas for determining the azimuth of the Quibla, Journal of the History of Arabic Science, vol 4.1, 1980, p. 49–65.
  • David A. King In Synchrony with the Heavens: Studies in Astronomical Timekeeping and Instrumentation in Medieval Islamic Civilization, vol 1, Leiden: Brill 2004.
  • David A. King World-Maps for Finding the Direction and Distance to Mecca, Leiden: Brill 2004.
  • David A. King Too Many Cooks … A New Account of the Earliest Muslim Geodetic Measurements, Suhayl, vol 1, 2000, p. 207–241.
  • Edward S. Kennedy A Survey of Islamic Astronomical Tables, Transactions of the American Philosophical Society, vol 46, part 2, 1956, p. 121–177.
  • Richard Lorch, Paul Kunitzsch: Ḥabash al-Ḥāsib's Book on the Sphere and Its Use, Zeitschrift für Geschichte der Arabisch-Islamischen Wissenschaften, vol 2, 1985, p. 68–98