Al-Marwazi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Al-Marwazi
Biographie
Naissance
Vers Voir et modifier les données sur Wikidata
MervVoir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Nom dans la langue maternelle
أحمد المروزيVoir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Domaines
Religion

Ahmad ibn ‘Abdallah al-Marwazi Habash al-Hasib était un astronome persan vraisemblablement né à Merv, dans le Khorassan en Perse, autour des années 770 (puisqu’il mourut centenaire dans les années 870) et qui travailla essentiellement à Bagdad sous les règnes des califes Al-Mamun et Al-Mutasim pour lesquels il réalisa des observations dans la période 825-835.

On lui doit surtout la compilation de trois importantes tables astronomiques[réf. souhaitée] :

  • La première fut établie à la façon des astronomes hindous.
  • La deuxième appelée « Table Test » est la plus importante. Elle fut composée à partir de documents essentiellement « arabes » et il y a tout lieu de penser qu’elle constitue en fait la mise en forme d’un travail collectif de tous les astronomes travaillant à l’époque à Bagdad.
  • La troisième, beaucoup moins importante, est appelée « Table du Shah ».

Lors de l’éclipse de Soleil de 829, al-Marwasi proposa une mesure de la durée du phénomène basée sur l’élévation du Soleil au-dessus de l’horizon, une méthode qu’adopteront par la suite la plupart des astronomes arabes.

Il introduisit aussi la notion « d'ombre », ce qui pourrait correspondre à notre notion moderne de tangente et il dressa une table de telles « ombres ». Il aurait été le premier à travailler ainsi.

Dans son al-Zij al-dimashqi (Tables de Damas), Al-Marwazi modernisa les raisonnements de l'Almageste en introduisant les sinus cosinus et tangentes. Il compara également ses mesures et celles faites par Ptolémée et corrigea celles-ci en conséquence. Il s'intéressa aussi au problème de la visibilité du croissant de lune, c'est-à-dire l'étude de l'instant où le croissant de Lune est visible juste avant le lever du soleil ou juste après son coucher[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Régis Morelon, L'astronomie orientale (IXe-XIe) in Rashed et Morelon 1997, p. 46-49

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Roshdi Rashed et Régis Morelon (dir.), Histoire des sciences arabes, vol. I (376 p.) : Astronomie, théorique et appliquée, Paris, éditions du Seuil, , 3 vol. (ISBN 2-02030-352-3)