Facebook (entreprise)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cet article concerne l'entreprise. Pour le site Internet, consultez : Facebook

Facebook, Inc.
logo de Facebook (entreprise)

Création à l'université Harvard ([thefacebook])
Dates clés  : [thefacebook] devient Facebook
Fondateurs Mark Zuckerberg, Eduardo Saverin, Andrew McCollum, Dustin Moskovitz, Chris Hughes
Forme juridique Incorporation
Action NASDAQ : FB
Siège social Menlo Park, Californie
Drapeau des États-Unis États-Unis
Direction Mark Zuckerberg (PDG)
Sheryl Sandberg
Actionnaires Mark Zuckerberg (53,9 pourcentage)[1], Dustin Moskovitz (6,2 pourcentage)[1] et Eduardo Saverin (6,1 pourcentage)[1]Voir et modifier les données sur Wikidata
Activité Réseau social
Produits Facebook, Instagram et WhatsApp
Filiales Instagram
WhatsApp
Oculus VR
Effectif 23 165 ()[2]Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web facebook.com

Capitalisation 460,020 milliards de dollars (au 2 Octobre 2018)
Chiffre d'affaires en augmentation 33,938 milliards de dollars (Déc. 2017)
Résultat net en augmentation 13,302 milliards de dollars (Déc. 2017)

Facebook est une société américaine créée en 2004 par Mark Zuckerberg. Initialement concentrée sur le réseau social Facebook, la compagnie a racheté Instagram en 2012, ainsi que WhatsApp et Oculus VR en 2014.

Histoire[modifier | modifier le code]

La société a enlevé la particule « The » de son nom après l'achat du nom de domaine facebook.com en 2005 pour 200 000 dollars[3].

En , Jeff Hammerbach, mathématicien auparavant employé par Bear Stearns pour développer du Trading algorithmique à des fins de trading haute fréquence, est embauché par Facebook, qui dispose alors de moins de 100 salariés, afin d'analyser les données des utilisateurs et développer des programmes permettant un meilleur ciblage publicitaire. Il quitte en 2008 la firme pour cofonder Cloudera[4].

Le , Facebook annonce l'implantation de son siège international à Dublin, en Irlande (pour les marchés européens, africains et moyen-orientaux)[5],[6]. Le , Facebook annonce l'ouverture d'un bureau à Paris.

Le , Facebook achète 19 brevets à Friendster pour 40 millions de dollars[7].

Début , Facebook est valorisé 50 milliards de dollars américains[8].

En , Facebook se lance dans la vidéo à la demande (VàD)[9].

En avril, Facebook lance l'Open Compute Project, organisation destinée à normaliser les infrastructures dans ses datacenters.

Le , Facebook achète la société Push Pop Press[10] spécialisée dans la publication de contenus interactifs sur les terminaux iOS et qui a notamment collaboré avec Al Gore pour publier son dernier livre Our Choice (titre français : Choisir, maintenant), traitant des solutions existantes pour vaincre la crise climatique[11]. Cette société avait été fondée par deux anciens salariés d'Apple.

En , Facebook annonce l'App Center, une boutique en ligne sur mobile vendant des « apps » se connectant à Facebook. La boutique est disponible pour les possesseurs d'iPhone, de terminaux Android ou toute personne utilisant Internet sur mobile[12]et Windows.

En avril 2012, Facebook achète l'application Instagram pour un milliard de dollars américains[13]. Début mai, Facebook fait l'acquisition la start-up Glancee, plateforme de découverte sociale[14].

L' introduction en bourse de Facebook a lieu le 17 mai 2012 au prix de 38 $ US. La société est évaluée à 104 milliards de dollars, la valorisation la plus importante à cette date[15]. Sur la base d'un revenu de 5 milliards de dollars en 2012, Facebook rejoint la liste Fortune 500 pour la première fois en mai 2013, se classant au 462e rang[16]. L’introduction en bourse est controversée en raison des baisses de prix immédiates du cours de l'action qui ont suivi[17]. et l'organisme fédéral américain de réglementation et de contrôle des marchés financiers (la SEC) lance une enquête[18].

En , Facebook annonce l'acquisition de WhatsApp pour 19 milliards de dollars, dont 4 milliards en cash et 15 en échange d'actions[19].

Le , Facebook annonce l'acquisition d'Oculus VR, la société à l'origine du casque de réalité virtuelle Oculus Rift, pour 2 milliards de dollars, dont 400 millions en cash[20].

Facebook s'intéresse également de près aux nouvelles technologies. Ainsi, en 2014, Mark Zuckerberg, a participé avec l'acteur Ashton Kutcher et l'entrepreneur Elon Musk à une levée de fonds pour soutenir les activités de Vicarious (en), startup spécialisée dans l'intelligence artificielle[21],[22]. Le groupe a d'ailleurs recruté en décembre 2013, Yann LeCun, l'un des spécialistes français de l'intelligence artificielle et de la robotique, pour diriger son laboratoire de recherche consacré à ce domaine[23]. En juin 2015, le groupe annonce l'ouverture à Paris d'un laboratoire de recherche consacré à l'intelligence artificielle[24].

Lundi , le groupe annonce avoir embauché David Marcus[25], le patron de PayPal, la filiale de paiement d'eBay[25],[26]. Le groupe espère ainsi mieux maîtriser la chaîne de paiements et se positionner comme intermédiaire entre les banques et leurs utilisateurs[27].

Le Google, Facebook, IBM, Microsoft et Amazon officialisent dans un communiqué commun la création du « Partnership on Artificial Intelligence to Benefit People and Society » (« partenariat pour l’intelligence artificielle au bénéfice des citoyens et de la société »). Ce partenariat prendra la forme d’une organisation à but non lucratif, qui « mènera des recherches, recommandera de bonnes pratiques, et publiera les résultats de ses recherches sous une licence ouverte »[28].

Le , le groupe lance officiellement son réseau social payant à destination des entreprises nommé Workplace by Facebook[29].

En avril 2018, le cabinet d'avocats Koskie Minsky LLP entreprend un recours collectif (action collective) contre Facebook[30]. La réclamation allègue que Facebook était conscient que sa plateforme pouvait promptement et aisément être utilisée par une tierce partie pour voler les informations personnelles des utilisateurs.

En juillet 2018 Facebook connait une chute de plus de 100 milliards de $, à la suite de l'annonce de ses résultats inférieur aux attentes.

En avril 2019, Facebook confirme à l'agence Reuters que l'entreprise travaille au développement de son propre assistant vocal qui pourra fonctionner sur toute sa gamme de produits y compris Portal, Oculus[31].

Identité visuelle (logo)[modifier | modifier le code]

Introduction en bourse (IPO)[modifier | modifier le code]

L'entrée en bourse du titre Facebook le fut un des événements majeurs de 2012 sur les marchés financiers. L'IPO Facebook a suscité un buzz médiatique. L'action a été inscrite à 38 $[32] à Wall Street soit une valorisation de 104 milliards de dollars[33], la plus grande valeur connue à ce jour pour une société nouvellement cotée de manière publique[34]. 421 millions d'actions ont été mises en vente, pour un total de presque 16 milliards de dollars.

L'action baisse dès les premiers jours de cotation. Le , vers 12 h 20, l'action coûte 29,52 $[32], soit une baisse de 22,3 %. Les doutes sur la transparence de la firme s'intensifient et les premiers investisseurs s'estimant floués entament des poursuites à l'encontre des banques émettrices. Les plus petits actionnaires n'étant pas prévenus que l'IPO serait difficile, des centaines d'entre eux ont porté plainte. La SEC et la FINRA, se charge de l'affaire qui s'impose comme l'une des plus grandes catastrophes financières commises par une entreprise dont l'activité se limite à l'internet du XXIe siècle. L'idée de l'éclatement d'une seconde bulle Internet est en train d'émerger[35].

Le titre continue de perdre en valeur pour descendre à 19 dollars trois mois après l'IPO[36].

Le , l'action cotait 97 dollars à l'ouverture.

Le 17 mars 2017, un sonneur d'alerte dévoile ce qui sera nommé dans l'actualité l'affaire Cambridge Analytica. Il s'agit d'un cabinet de conseil politique qui aurait eu accès, de manière détournée, aux données personnelles de près de 87 millions d'utilisateurs de Facebook, dont 600 000 comptes utilisateurs au Canada[37]. En date du 4 avril 2018, la valeur en bourse de Facebook accusait un effacement de plus de 100 milliards de dollars alors que l'action subissait une baisse de près de 16%.

Acquisitions[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste des acquisitions de Facebook.

Facebook, comme Google et Apple, a depuis sa fondation racheté de nombreuses entreprises pour alimenter sa croissance, élargir sa base d'utilisateurs et développer de nouvelles technologies. Parmi ses acquisitions on peut citer Instagram [38], WhatsApp [39] et Oculus VR (qui édite l'Oculus Rift) [40].

Capital[modifier | modifier le code]

En octobre 2007, Microsoft a acheté 1,7 % de Facebook pour la somme de 240 millions de dollars, valorisant la société à hauteur d'environ 15 milliards de dollars[41]. Avec environ 60 millions de fiches à cette date, cela représente une valorisation d'environ 250 dollars par fiche, mais a permis à Microsoft de devenir l'unique fournisseur de publicités de Facebook[41]. Grâce à cet actionnariat, Microsoft va pouvoir mettre en place son moteur de recherche Bing et ainsi avoir une meilleure exposition aux yeux des internautes afin de concurrencer Google, laissant le marché publicitaire à Facebook.

En octobre 2010, Facebook pesait plus de 32 milliards de dollars[42] et en janvier 2011, l'entreprise vaudrait 50 milliards de dollars, d'après un de ses communiqués[43]. Début mai 2017 la capitalisation est d'environ 434 milliards de dollars. La capitalisation boursière de Facebook atteint un sommet historique le 25 Juillet 2018 à 217,50 $ l'action, soit 631,185 milliards $. À la suite de la publication de résultats financiers légèrement inférieurs aux attentes, l'action chute jusqu'à -23 % en cotation après fermeture de la bourse de New York le soir du 25 Juillet 2018. Au 26 Juillet 2018, l'action évolue en dessous des 176 $, réalisant une performance de -20 %, soit une évaporation de 126,137 milliards $ de sa capitalisation boursière qui n'est plus que de 504,948 milliards $.

Fin 2010, l'actionnariat se répartit de la façon suivante, sur la base d'une capitalisation de 50 milliards de dollars[44][source insuffisante] :

  • Salariés de Facebook : 30 %, soit 15 milliards de dollars
  • Mark Zuckerberg (cofondateur et PDG) : 29,3 %[45], soit 14,65 milliards de dollars
  • Digital Sky Technologies (fonds d'investissement russe) : 10 %, soit 5 milliards de dollars
  • Dustin Moskovitz (cofondateur): 6 %, soit 3 milliards de dollars
  • Eduardo Saverin (cofondateur) : 5 %, soit 2,5 milliards de dollars
  • Sean Parker (fondateur de Napster) : 4 %, soit 2 milliards de dollars
  • Peter Thiel (cofondateur de Paypal et président du hedge fund Clarium Capital) : 3 %, soit 1,5 milliard de dollars
  • Clients de Goldman Sachs : 3 % soit 1,5 milliard de dollars
  • Elevation Partners : 1,5 %, soit 750 millions de dollars (estimée en 2015 à 1,4 milliard de dollars)
  • Goldman Sachs : 0,8 %, soit 400 millions de dollars
  • Autres : 4,4 %, soit 4,85 milliards de dollars

Lobbying[modifier | modifier le code]

Aux États-Unis[modifier | modifier le code]

Selon le Center for Responsive Politics, les dépenses de lobbying de Facebook aux États-Unis s'élèvent en 2018 à 12 620 000 dollars[46].

Auprès des institutions de l'Union européenne[modifier | modifier le code]

Facebook est inscrit depuis 2012 au registre de transparence des représentants d'intérêts auprès de la Commission européenne, et déclare en 2017 pour cette activité des dépenses annuelles d'un montant compris entre 2 250 000 et 2 500 000 euros[47].

Des documents internes à l'entreprise, révélés le 3 mars 2019 par The Guardian, indiquent que Facebook a tenté activement en 2018 de limiter la portée du règlement général sur la protection des données, et a pu bénéficier de soutiens politiques importants[48].

En France[modifier | modifier le code]

Facebook déclare à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique exercer des activités de lobbying en France pour un montant qui n'excède pas 300 000 euros sur l'année 2017[49].

Optimisation fiscale[modifier | modifier le code]

En novembre 2017, Facebook est cité dans l'affaire des Paradise Papers. Si l'installation de son siège social européen en Irlande pour bénéficier d'un taux réduit d'imposition (12,5 %) était déjà connue, il apparaît que les profits de Facebook sont rapatriés aux îles Caïmans (via Facebook Ireland Holdings), où ils ne sont pas taxés[50].

Ce montage imaginé par la société Appleby suppose que les réunions d'actionnaires et le conseil d'administration se tiennent physiquement aux îles Caïmans, ce qui ne semble pas être le cas[51].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « http://investor.fb.com/secfiling.cfm?filingID=1326801-15-19&CIK=1326801 »
  2. « https://newsroom.fb.com/company-info/ » (consulté le 31 décembre 2017)
  3. (en) Williams, Chris, « Facebook wins Manx battle for face-book.com », The Register, (consulté le 13 juin 2008)
  4. (en) This Tech Bubble Is Different - Business Week, 14 avril 2011
  5. (en) Facebook to set up international HQ in Dublin, The Irish Times, 3 octobre 2008.
  6. (en) Facebook to Establish International Headquarters in Dublin, Ireland - Communiqué de presse Facebook, 2 octobre 2008
  7. Facebook s'offre 18 brevets pour se protéger d'éventuels procès, le 8 août 2010 sur Numerama
  8. Facebook, le réseau social qui vaut déjà 50 milliards de dollars - Les Échos, 4 janvier 2011
  9. Facebook se lance dans la VOD par amour du cinéma - 20 minutes, 9 mars 2011
  10. « Facebook rachète le service Push Pop Press », (consulté le 3 août 2011)
  11. « Push Pop Press bouscule les codes de l’édition numérique avec l’aide d’Al Gore », (consulté le 3 août 2011)
  12. (en) « L'appstore Facebook se lance au milieu de la guerre des stores d'application. », sur BBC News,
  13. (en) Stern, Joanna, « Facebook a acheté Instagram 1000000000 $ », ABC News, (consulté le 27 avril 2012)
  14. https://www.pcmag.com/article2/0,2817,2404024,00.asp
  15. (en) Dara Kerr, « Facebook stock hits a record high, since IPO », sur CNET (consulté le 1er mai 2019)
  16. (en) « Facebook squeaks onto the Fortune 500 », sur USA TODAY (consulté le 1er mai 2019)
  17. (en-US) « Facebook Bankers Secretly Cut Facebook’s Revenue Estimates In Middle Of IPO Roadshow », sur finance.yahoo.com (consulté le 1er mai 2019)
  18. (en-US) « Fury Over Facebook IPO Grows, Lawsuits Mount », sur finance.yahoo.com (consulté le 1er mai 2019)
  19. Facebook to buy WhatsApp for $19 billion in deal shocker, Gerry Shih et Sarah Mcbride, Reuters, 20 février 2014
  20. Facebook to buy virtual reality goggles maker for $2 billion, Alexei Oreskovic et Malathi Nayak, Reuters, 25 mars 2014
  21. http://www.numerama.com/magazine/28872-mark-zuckerberg-investit-dans-l-intelligence-artificielle.html
  22. http://blogs.wsj.com/digits/2014/03/21/zuckerberg-musk-invest-in-artificial-intelligence-company-vicarious/
  23. https://www.facebook.com/yann.lecun/posts/10151728212367143
  24. Facebook ouvre un laboratoire d’intelligence artificielle à Paris
  25. a et b David Marcus, « I thought long and hard about how I could express... »,
  26. http://www.latribune.fr/technos-medias/20140610trib000834254/david-marcus-le-patron-de-paypal-qui-passe-chez-facebook.html
  27. http://www.lefigaro.fr/secteur/high-tech/2014/06/11/01007-20140611ARTFIG00064-la-grande-bataille-du-paiement-sur-le-mobile-est-imminente.php
  28. Intelligence artificielle : les géants du Web lancent un partenariat sur l’éthique, le Monde, 28 septembre 2016
  29. Facebook lance Workplace, un réseau social pour les entreprises
  30. « Recours collectif contre Facebook au Canada », sur www.recours-collectif.info (consulté le 28 avril 2018)
  31. « Facebook développe son propre assistant vocal », sur Les Echos, (consulté le 25 avril 2019)
  32. a et b Facebook sous les 30 $US - LesAffaires.com, 29 mai 2012
  33. Entrée en Bourse décevante pour Facebook - Le Monde, 18 mai 2012
  34. (en) Andrew Tangel and Walter Hamilton, « Les enjeux sont élevés dès le premier jour dans la négociation de Facebook », Los Angeles Times,
  35. Christine Lejoux, « Facebook, Zynga... La bulle Internet est-elle en train d'éclater, comme en 2000 ? », La Tribune,
  36. La dégringolade se poursuit pour l'action Facebook - Les Échos, 17 août 2012
  37. Zone International - ICI.Radio-Canada.ca, « Scandale Facebook : Cambridge Analytica a accédé aux données de plus de 600 000 Canadiens », sur Radio-Canada.ca (consulté le 4 avril 2018)
  38. Facebook boucle l'achat d'Instagram, Le Monde, 23 juillet 2013
  39. Les 10 chiffres chocs du rachat de WhatsApp par Facebook, Le Figaro, 20 février 2014
  40. Nicolas Jaimes, Facebook annonce l'acquisition d'Oculus VR pour 2 milliards de dollars, Journal du Net, 26 mars 2014
  41. a et b Microsoft investit 240 millions de dollars dans Facebook, valorisé à 15 milliards - AFP, 25 octobre 2007
  42. (en) Facebook Research - SharesPost
  43. Facebook, le site qui vaut 50 milliards de dollars - Le Monde, 22 janvier 2011
  44. Les actionnaires de Facebook sont (virtuellement) riches, très riches... - Devenir Rentier, 31 janvier 2011
  45. Facebook: Zuckerberg détient 29,3 % - Le Figaro, 13 février 2013
  46. (en) « Opensecrets.org », sur le site du Center for Responsive Politics (consulté le 4 mars 2019)
  47. « Registre de transparence », sur le site de la Commission européenne (consulté le 4 mars 2019)
  48. « De nouveaux documents détaillent le lobbying de Facebook », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 4 mars 2019)
  49. « Fiche Organisation «  Haute Autorité pour la transparence de la vie publique », sur www.hatvp.fr (consulté le 4 mars 2019)
  50. Alexandre Pouchard, « « Paradise Papers » : Apple, Nike, Whirlpool… Leurs trucs et astuces pour échapper à l’impôt », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le 14 novembre 2017)
  51. Anne Michel, « Comment Appleby aide Facebook à rapatrier ses profits aux Caïmans », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le 14 novembre 2017)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Gilles Tanguy, « Peut-on encore croire au jackpot Facebook ? », Capital, no 250,‎ , p. 54-56.