EssilorLuxottica

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

EssilorLuxottica
logo de EssilorLuxottica

Création Voir et modifier les données sur Wikidata
Forme juridique Société anonyme
Action Euronext : EL
Siège social 147 Rue de Paris
94220 Charenton-le-Pont
Drapeau de France France
Direction Leonardo Del Vecchio (PDG)
Hubert Sagnières (vice-PDG délégué)
Produits Verres correcteurs, montures optiques et lunettes de soleil
Filiales Essilor
Luxottica
Effectif 150 000 (2018)
SIREN 712049618Voir et modifier les données sur Wikidata
TVA européenne FR25712049618[1]Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web essilorluxottica.com

Capitalisation 44,83 milliards d' (30/05/2019)
Chiffre d'affaires 16,160 milliards d' (2018)
Résultat net 1,871 milliards d' (2018)

EssilorLuxottica est une entreprise multinationale à intégration verticale franco-italienne basée à Charenton-le-Pont près de Paris et fondée le par la fusion du français Essilor et de l'italien Luxottica. C'est l'un des groupes leaders dans la conception, la production et la commercialisation de verres ophtalmiques, d'équipements optiques, de lunettes de vue et de lunettes de soleil. La société compte plus de 20 marques haut de gamme, notamment Oakley, Michael Kors ou encore LensCrafters .

Le groupe réalise un chiffre d'affaires de 16 milliards d'euros et possède une capitalisation boursière de 57 milliards d'euros. La société est cotée sur le marché Euronext Paris et fait partie des indices CAC 40, qui regroupe les 40 plus grandes entreprises cotées à la Bourse de Paris, et Euro Stoxx 50, qui regroupe les 50 plus grandes entreprises de la zone euro.

Histoire[modifier | modifier le code]

Origines d'Essilor et de Luxottica[modifier | modifier le code]

Le groupe Essilor trouve son origine dans une coopérative ouvrière créée en 1849[2], l'Association fraternelle des ouvriers lunetiers, devenue Essel. En 1959, Bernard Maitenaz invente les premiers verres progressifs, sous la marque Varilux. Essilor naît en 1972 de la fusion entre Essel et Silor (Société Industrielle de Lunetterie et d'Optique Rationnelle). En 2018, Essilor est devenu un groupe international spécialisé dans la recherche, le développement et la commercialisation de verres ophtalmiques. Présent dans 100 pays, il réalise un chiffre d'affaires de 7,5 milliards d'euros et consacre 200 millions d'euros par an à la recherche et développement[3]. Essilor est dirigé par Hubert Sagnières depuis 2012[4]. Il compte 475 laboratoires de prescription, 34 sites de production, 3 centres "Innovation et technologie" à Paris, Dallas et Singapour et un centre de R&D de pointe Transitions basé en Irlande.

Luxottica est créé en 1961 par l'entrepreneur italien Leonardo Del Vecchio[5]. En 2018, la société est présente dans 150 pays et réalise un chiffre d'affaires de 8,9 milliards d'euros[6].

Rapprochement d'Essilor et Luxottica[modifier | modifier le code]

En , Essilor et Luxottica annoncent la fusion de leurs activités[7]. Après avoir reçu les autorisations nécessaires de la part des commissions antitrust des États-Unis, de l'Union européenne, du Brésil, du Canada et de la Chine, EssilorLuxottica est créée le .

Cette fusion donne naissance à un géant de l'industrie de l'optique générant un chiffre d'affaires de plus 16 milliards d'euros[8] et une capitalisation boursière de 57 milliards d'euros[9].

Ce rapprochement a été réalisé en changeant la dénomination sociale d'Essilor qui est devenue EssilorLuxottica et a lancé une offre publique d'échange.

Delfin S.a.r.l. (société contrôlée par Leonardo Del Vecchio, ancien actionnaire majoritaire de Luxottica) détenait alors 62,42 % de Luxottica, part qu'il a apporté à EssilorLuxotica. Delfin est par la même occasion devenu le principal actionnaire du nouveau groupe français avec 38,9 % du capital[10].

Après l'offre publique d'échange, la part de Delfin dans le capital social d'EssilorLuxottica est passée de 38,93 % à 32,05 % (les droits de vote faisant l'objet d'un plafonnement à 31 %).

Le , EssilorLuxottica détient l'ensemble des actions composant le capital de Luxottica et les actions Luxottica ont ainsi été retirées de l'inscription à la cote à la bourse de Milan[11].

En , Hubert Sagnières et Leonardo Del Vecchio s'affrontent par médias interposés, Del Vecchio reprochant à Sagnières de gérer seul la nouvelle société sans respecter les accords[12], et Sagnières répondant que le partenaire italien cherche à prendre le contrôle de la société sans payer de prime aux autres actionnaires[13].

Le 25 mars, Delfin (société holding de la famille Del Vecchio) dépose une demande d'arbitrage auprès de la Chambre de commerce internationale « pour faire vérifier les violations de l'accord de rapprochement » signé en 2017[14].

Le , à la veille de l'assemblée générale du groupe, Leonardo Del Vecchio et Hubert Sagnières annoncent finalement avoir conclu un accord prévoyant de confier plus de responsabilités à leurs premiers « lieutenants » respectifs.

En juillet 2019, EssilorLuxottica annonce l'acquisition d'une participation de 76,72 % dans GrandVision, entreprise d'opticien ayant près de 7 000 boutiques, valorisant la totalité de celui à 7,2 milliards d'euros[15].

Actionnaires[modifier | modifier le code]

Liste des principaux actionnaires au 3 octobre 2019[16].

Nom Actions %
Del Vecchio (famille) 139 738 506 32,0%
FCPE (salariès) 4 620 089 1,06%
Amundi Asset Management 4 030 132 0,92%
Essilor (salariés plan d'épargne) 1 218 674 0,28%
EssilorLuxottica (auto-contrôle) 1 099 757 0,25%
William Blair Investment Management 1 002 349 0,23%
Scout Investments 751 747 0,17%
Caisse retraite des enseignement du Texas 210 708 0,048%
Los Angeles Capital Management & Equity Research 156 992 0,036%
Allianz Global Investors 144 034 0,033%


Activités[modifier | modifier le code]

EssilorLuxottica réunit les activités d'Essilor et de Luxottica.

Essilor est organisé autour de trois activités : verres correcteurs ; verres solaires et lunettes prémontées ; instruments et équipements. Les principales marques d'Essilor sont Varilux, Crizal, Transitions, Eyezen et Xperio.

Luxottica fabrique et distribue des montures de lunettes de vue et de lunettes de soleil. Elle possède certaines marques (Oakley, Persol, Ray-Ban...) et distribue les lunettes de marques de luxe via des licences (notamment Ferragamo, Chanel, Versace, Prada, Vogue, Armani, D&G...)

Organisation[modifier | modifier le code]

Gouvernance[modifier | modifier le code]

EssilorLuxottica est dirigé par un Président-directeur général (Leonardo Del Vecchio) et un Vice-Président-directeur général délégué (Hubert Sagnières), qui ont les mêmes pouvoirs[17].

Le 15 mai 2019, Leonardo Del Vecchio, PDG et premier actionnaire du nouveau groupe à travers sa holding Delfin (32 % du capital et des droits de vote), et Hubert Sagnières, vice-PDG délégué, annoncent qu'ils délèguent à Francesco Milleri, directeur général de Luxottica et à Laurent Vacherot, directeur général d'Essilor, la responsabilité « de développer et de mettre en œuvre la stratégie et le processus d'intégration d'EssilorLuxottica »[18]. Cet accord met fin aux procédures en cours et notamment à l'arbitrage demandé à la Chambre de commerce international.

En parallèle, la société recherche son futur directeur général, qui ne sera ni Francesco Milleri, ni Laurent Vacherot[18].

Le conseil d'administration est composé de 16 membres, dont 8 nommés par Delfin (y compris le Président-directeur général) et 8 par Essilor (y compris le Vice-Président-directeur général délégué). Il est composé de

  • Léonardo Del Vecchio (Président-Directeur Général d'EssilorLuxottica, Président de Luxottica)
  • Hubert Sagnières (Vice Président Directeur Général Délégué, Président d’Essilor International)

Administrateurs nommés par Essilor :

  • Léonel Ascencao Pereira (représentant des salariés)
  • Juliette Favre (représentant l'association Valoptec)
  • Laurent Vacherot
  • Annette Messemer (indépendant)
  • Olivier Pécoux
  • Jeanette Wong (indépendant)
  • Delphine Zablocki (représentant des salariés)

Administrateurs nommés par Luxottica :

  • Romolo Bardin
  • Giovanni Giallombardo
  • Sabrina Pucci (indépendant)
  • Francesco Milleri
  • Gianni Mion (indépendant)
  • Lucia Morselli (indépendant)
  • Cristina Scocchia (indépendant)

Actionnariat[modifier | modifier le code]

Au 5 mars 2019, la répartition du capital d'EssilorLuxottica est :

  • Delfin S.a.r.l. : 32 %
  • Salariés et partenaires : 4,3 %
  • Public : 63,4 %

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « https://amadeus.bvdinfo.com/version-2019829/ » (consulté le 4 septembre 2019)
  2. Samuel Cincinnatus, « Essilor, près de 170 ans d'histoire », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le 21 mai 2019)
  3. Dominique Gallois, « Le plus grand centre de recherche ophtalmique au monde est à Créteil », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 21 mai 2019)
  4. Isabelle Pacorel, « Classement : les patrons les plus performants de 2013 (CAC 40) », sur Challenges, (consulté le 21 mai 2019)
  5. « Leonardo Del Vecchio, l'empereur de la lunette », sur L'Express L'Expansion, (consulté le 21 mai 2019)
  6. Sylvie Andreau, « Luxottica le succès du "made in Italy" », L'Usine nouvelle,‎ (lire en ligne, consulté le 21 mai 2019)
  7. « Essilor et Luxottica annoncent une fusion à 50 milliards d'euros », sur Investir, (consulté le 21 mai 2019)
  8. « 16 milliards de CA pour EssilorLuxottica et des prévisions de croissance jusqu'à 5 % », sur Fréquence optic, (consulté le 21 mai 2019)
  9. « Essilor et Luxottica finalisent leur fusion, créant un nouveau géant de l'optique », sur Investir, (consulté le 21 mai 2019)
  10. « EssilorLuxottica contrôle désormais 93,31 % des actions Luxottica », sur Zone bourse, (consulté le 21 mai 2019)
  11. « Luxottica quitte la Bourse de Milan », sur Le Figaro, (consulté le 21 mai 2019)
  12. Keren Lentschner et Ivan Letessier, « Leonardo Del Vecchio, PDG d'EssilorLuxottica, déclare la guerre au patron français du groupe », sur Le Figaro, (consulté le 21 mai 2019)
  13. « EssilorLuxottica : Sagnières répond à Del Vecchio », sur Le Figaro, (consulté le 21 mai 2019)
  14. « Delfin saisit la CCI sur la crise de gouvernance d'EssilorLuxottica », Reuters,‎ (lire en ligne, consulté le 21 mai 2019)
  15. Matthias Blamont, « EssilorLuxottica sets sights on retail dominance with $8 billion GrandVision deal », sur Reuters,
  16. Zone Bourse, « Essilorluxottica : Actionnaires », sur www.zonebourse.com (consulté le 4 octobre 2019)
  17. « Conseil d'administration », sur EssilorLuxottica (consulté le 21 mai 2019)
  18. a et b Jean-Michel Bezat, « EssilorLuxottica : la guerre des chefs s'apaise », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 21 mai 2019)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]