Max Schrems

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Maximilian Schrems
2015 Max Schrems (17227117226) (cropped).jpg
Biographie
Naissance
Nationalité
Autres informations
Site web
Distinction

Max Schrems, né en octobre 1987 à Salzbourg, est un avocat autrichien militant pour la protection des données privées.

Biographie[modifier | modifier le code]

Protection des données personnelles et de la vie privée[modifier | modifier le code]

Max Schrems dirige l'initiative "Europe vs Facebook", qui a pour vocation de pousser Facebook à "se mettre enfin en conformité avec le droit, en ce qui concerne la protection des données"[1],[2].

En 2009, Max Schrems entame son premier fait d'armes et porte plainte contre une entreprise autrichienne de vidéosurveillance qui posait des caméras filmant l’espace public – une pratique illégale en Autriche. Il obtient gain de cause et le patron de la société visée est condamné[3].

En 2011, encore étudiant, il demande à Facebook une copie de toutes les données que l’entreprise détient sur lui. Conformément à la loi européenne, le réseau social finit par s’exécuter et lui envoie un CD-Rom contenant plus de 1 200 pages, référençant ses publications, ses messages privés ou encore ses demandes d’amis : soit trois ans d’activité sur le site. Il se rend alors compte que des informations qu’il avait effacées de son compte sont toujours stockées chez Facebook[3],[4].

En , Max Schrems obtient l’invalidation, par la Cour de justice de l’Union européenne, de l’accord baptisé Safe Harbor, qui encadrait le transfert des données des internautes européens vers les États-Unis et leur utilisation par de nombreuses entreprises américaines, dont les géants du Web[5].

Le Max Schrems porte plainte auprès des Autorités de protection de données irlandaise (DPC), allemande (BFDI) et belge (CPVP) pour que celles-ci interdisent à Facebook de transférer les données de ses utilisateurs européens vers les États-Unis [6].

Dans les plaintes qu’il a déposées, Max Schrems propose à Facebook des solutions alternatives comme « déplacer les données en Europe, chiffrer les données stockées aux États-Unis ou revoir la structure de l’entreprise ».

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]