Max Schrems

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Max Schrems
Max Schrems 2016 b.jpg
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité
Activiste, Militant
Autres informations
Site web
Distinctions
Internet and Society Award ()
Theodor Heuss medal (d) ()
EFF Pioneer Award ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Max Schrems, né en octobre 1987 à Salzbourg, est un activiste autrichien militant pour la protection des données privées[1]. En , Max Schrems obtient l’invalidation, par la Cour de justice de l’Union européenne, de l’accord baptisé Safe Harbor, qui encadrait le transfert des données des internautes européens vers les États-Unis et leur utilisation par de nombreuses entreprises américaines.

Biographie[modifier | modifier le code]

Protection des données personnelles et de la vie privée[modifier | modifier le code]

Max Schrems dirige l'initiative "Europe vs Facebook", qui a pour vocation de pousser Facebook à "se mettre enfin en conformité avec le droit, en ce qui concerne la protection des données"[2],[3].

En 2009, Max Schrems entame son premier fait d'armes et porte plainte contre une entreprise autrichienne de vidéosurveillance qui posait des caméras filmant l’espace public – une pratique illégale en Autriche[1]. Il obtient gain de cause et le patron de la société visée est condamné[4].

En 2011, encore étudiant, il demande à Facebook une copie de toutes les données que l’entreprise détient sur lui[1]. Conformément à la loi européenne, le réseau social finit par s’exécuter et lui envoie un CD-Rom contenant plus de 1 200 pages, référençant ses publications, ses messages privés ou encore ses demandes d’amis : soit trois ans d’activité sur le site[1]. Il se rend alors compte que des informations qu’il avait effacées de son compte sont toujours stockées chez Facebook[4],[5].

En , Max Schrems obtient l’invalidation, par la Cour de justice de l’Union européenne, de l’accord baptisé Safe Harbor, qui encadrait le transfert des données des internautes européens vers les États-Unis et leur utilisation par de nombreuses entreprises américaines, dont les géants du Web[6].

Le Max Schrems porte plainte auprès des Autorités de protection de données irlandaise (DPC), allemande (BFDI) et belge (CPVP) pour que celles-ci interdisent à Facebook de transférer les données de ses utilisateurs européens vers les États-Unis [7].

Dans les plaintes qu’il a déposées, Max Schrems propose à Facebook des solutions alternatives comme « déplacer les données en Europe, chiffrer les données stockées aux États-Unis ou revoir la structure de l’entreprise ».

Publications[modifier | modifier le code]

  • Kämpf um deine Daten (Combattez pour vos données), 2014
  • Private Videoüberwachung (Droit de la vidéosurveillance privée), 2011

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d « Max Schrems, le « gardien » des données personnelles qui fait trembler les géants du Web : L’Autrichien a fait invalider l’accord « Safe Harbor », qui encadre l’utilisation des données des internautes européens par les entreprises américaines. », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  2. Qui est Max Schrems, ce juriste qui porte plainte contre Facebook ?, Sud Ouest, 8 août 2014
  3. Max Schrems: The Austrian Thorn In Facebook's Side, Forbes, 7 février 2012
  4. a et b Max Schrems, le « gardien » des données personnelles qui fait trembler les géants du Web, Le Monde, 6 octobre 2015
  5. Max Schrems : "L'important, c'est que Facebook respecte la loi", Le Monde, 23 novembre 2011
  6. Max Schrems, le tombeur du Safe Harbor, s’attaque à la localisation des données, Silicon, 3 décembre 2015
  7. Le militant Max Schrems s’attaque à nouveau à Facebook sur les données personnelles, Le Monde, 3 décembre 2015
  8. (de) « Big Brother Awards: Die Gewinner stehen fest », futurezone.at,‎ (lire en ligne)
  9. (en) « EPIC Gives 2013 Privacy Champion Award to Austrian Privacy Advocate », EPIC.org,‎
  10. (en) « Privacy Activist Max Schrems Receives Internet and Society Award from the Oxford Internet Institute », Université d'Oxford,‎ (lire en ligne)
  11. Pressemitteilung 4.5.2015 - 50. Theodor Heuss Preis für den Gerichtshof der Europäischen Union, Theodor Heuss Medaillen 2015 an die watchdog-Organisation Átlátszó.hu, das CET - Center for European Trainees, die Bürgermeisterin von Lampedusa, Giusi Nicolini, und den Datenschützer Max Schrems
  12. EFF Announces 2016 Pioneer Award Winners
  13. (en) « Maximilian Schrems », Forbes,‎ (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :