Accenture

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Accenture
logo de Accenture
illustration de Accenture

Création Voir et modifier les données sur Wikidata
Dates clés 1989 : création d'Andersen Consulting par séparation d'Arthur Andersen
2000 : Andersen Consulting devient Accenture
2001 : introduction en bourse
2011 : nomination de Pierre Nanterme et début du développement massif dans le numérique et les technologies
Forme juridique Limited Company (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Action New York Stock Exchange (ACN)Voir et modifier les données sur Wikidata
Slogan "High Performance. Delivered."
Siège social 1 Grand Canal Square
Dublin
Drapeau d'Irlande Irlande
Direction Pierre Nanterme (Chairman and Chief Executive Officer)
Président Pierre NantermeVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité Entreprise de Conseil
Produits Accenture Strategy
Accenture Consulting
Accenture Digital
Accenture Technology
Accenture Operations
Filiales Accenture (Spain) (d), Accenture (United States) (d), Accenture (Norway) (d), Accenture (United Kingdom) (d) et Accenture (Switzerland) (d)
Effectif 459 000 (Aout 2018) [1]
Site web www.accenture.com

Capitalisation 76,7 Mds $ (Janvier 2017)
Chiffre d’affaires en augmentation 34,9 Mds $ pour l'année fiscale 2017 (période de 12 mois se terminant le 31/08/2017)[2]
Résultat net en augmentation 4,35 Mds $ pour l'année fiscale 2016

Accenture est une entreprise internationale de conseil et de technologies[3].

Considérée comme une des plus grandes entreprises de conseil dans le monde[4], elle fait notamment partie du Fortune Global 500 (classement des 500 premières entreprises mondiales)[5], réunit environ 435 000 salariés et opère dans plus de 120 pays[2].

Son siège social est basé à Dublin, en Irlande[6], mais elle présente la particularité de ne pas avoir de quartier général[7].

Les consultants d'Accenture opèrent dans les domaines de la stratégie d'entreprise, du conseil, de la transformation numérique, des technologies et des opérations (comme la gestion pour le compte de tiers, les systèmes d'information, le cloud ou la sécurité informatique).

Accenture a en particulier entrepris au début des années 2010 une transformation importante de ses métiers, en investissant massivement dans le numérique et les technologies[8].

Sont clients d'Accenture 98 des 100 plus grandes entreprises mondiales et plus des trois quarts des entreprises du Fortune Global 500[9].

Historique[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

Accenture est issu du département conseil d'Arthur Andersen, que les Américains Arthur Andersen et Clarence DeLany ont créé en 1913 sous le nom Andersen, DeLany & Co.

Séparation d'Arthur Andersen[modifier | modifier le code]

En 1989, ce département conseil se sépare d'Arthur Andersen (AA) et se renomme Andersen Consulting (AC). Arthur Andersen et Andersen Consulting sont alors des regroupements d'entités locales indépendantes, détenues chacune par leurs associés et les autres entités locales dans le monde. Les entités locales signent un accord contractuel avec une structure de regroupement mondiale, Andersen Worldwide Société Coopérative (AWSC), sous juridiction suisse.

En 2000, le chiffre d'affaires d'Andersen Consulting dépasse les 9,5 milliards de dollars, avec plus de 75 000 employés dans 47 pays[10], alors que le chiffre d'affaires d'Arthur Andersen est de 9,3 milliards de dollars avec 85 000 employés dans le monde en 2001.

Pendant les années 1990, des tensions croissantes apparaissent entre Andersen Consulting et Arthur Andersen. Andersen Consulting souhaite revoir son obligation de reverser chaque année 15 % de ses bénéfices à Arthur Andersen (une condition de l'accord de séparation de 1989 établit que l'entité la plus profitable - AA ou AC - doit reverser à l'autre cette somme), alors que dans la même période Arthur Andersen entre en compétition avec Andersen Consulting par la création d'un nouveau département dédié au conseil en management, appelé Arthur Andersen Business Consulting. Ce désaccord atteint son paroxysme en 1998 lorsqu'Andersen Consulting dénonce son accord avec AWSC et Arthur Andersen. Andersen Consulting place les 15 % des bénéfices de cette année et des années futures sur un compte bloqué et dépose une plainte pour rupture de contrat.

Le , par un arbitrage de la Chambre de commerce internationale, Andersen Consulting obtient la dénonciation de tous ses liens contractuels avec AWSC et Arthur Andersen. En contrepartie, Andersen Consulting paie à Arthur Andersen la somme détenue sur le compte bloqué (1,2 milliard de dollars), et doit changer son nom, ce qui aboutit à la nouvelle identité Accenture.

Peut-être révélateur sur l'entité « gagnante » à la suite de cette scission, quatre heures après que l'arbitre a rendu sa décision, Jim Wadia, Chief executive officer d'Arthur Andersen, a soudainement démissionné. Les analystes du secteur et les professeurs d'écoles de commerce aiment à présenter cet évènement comme une complète victoire pour Andersen Consulting[11]. Jim Wadia fournira plusieurs années après des explications sur sa démission, lors d'une analyse de cas sur cette scission au sein de la Harvard Business School. Il indiquera que le comité exécutif d'Arthur Andersen avait voté une résolution stipulant qu'il devait démissionner s'il ne parvenait pas à obtenir un dédommagement minimum de 4 milliards de dollars (que ce soit à travers une négociation ou une décision d'arbitrage) pour la séparation de l'entité de conseil, d'où sa démission rapide une fois l'arbitrage annoncé.

Les avis divergent sur les raisons de cette séparation - les dirigeants de chaque partie ont cité la cupidité et l'arrogance de l'autre partie, et la direction d'Andersen Consulting a mis en avant la rupture de contrat que constituait la création par Arthur Andersen d'un deuxième groupe de consultants, AABC (Arthur Andersen Business Consulting), rivalisant directement avec Andersen Consulting sur le marché.

Accenture se félicitera plus tard de cette scission, qui lui permettra de ne pas être atteint lorsque Arthur Andersen sera impliqué dans le scandale Enron, puis forcé à la dissolution en 2002. Beaucoup d'entités AABC seront alors rachetées par d'autres sociétés d'experts-conseils, plus particulièrement Hitachi Consulting et KPMG Consulting (renommé depuis BearingPoint).

Création d'Accenture[modifier | modifier le code]

Le , Andersen Consulting devient officiellement Accenture (contraction de Accent on the future) et lance sa nouvelle marque à grand renfort de publicité.

Même si une étude marketing est lancée pour trouver le nouveau nom de la société, le nom Accenture est proposé par un employé danois du bureau d'Oslo (Norvège), nommé Kim Petersen, à la suite d'un concours interne. Le concours lancé par Accenture avait pour objectif de trouver un nom qui représente la volonté d'être le leader mondial du conseil et de la haute performance, et qui ne choque pas dans les pays où le cabinet de conseil opère.

Introduction en bourse[modifier | modifier le code]

Bannière Accenture sur l'immeuble du New York Stock Exchange (NYSE) pour son introduction en bourse le 19 juillet 2001.

Le , l'introduction en Bourse d'Accenture est effectuée au prix de 14,50 dollars par action au New York Stock Exchange (NYSE). Goldman Sachs et Morgan Stanley dirigent cette opération. L'action Accenture côte en fin de journée 15,17 dollars, avec un maximum journalier à 15,25 dollars. Le premier jour de l'introduction en bourse, Accenture a levé près de 1,7 milliard de dollars[12].

Années 2010[modifier | modifier le code]

Depuis le , le CEO d'Accenture est Pierre Nanterme, diplômé de l'ESSEC, ancien responsable d'Accenture en France. Il est le premier Français à diriger Accenture au niveau mondial.

A son arrivée, Pierre Nanterme décide d’une politique d’investissement massif dans les domaines de l’interactivité, de la mobilité, de l’analytique, du cloud et de la sécurité (dite « imacs »), pour répondre aux besoins grandissants de transformation numérique des entreprises.

Celle-ci se traduit par de nombreux rachats d’entreprises : entre 2014 et 2016, Accenture dépense 3 milliards d’euros pour racheter une cinquantaine d’entreprises, principalement dans les activités digitales (internet des objets, intelligence artificielle, réalité immersive, blockchain, informatique quantique, entre autres)[8],[13],[14].

Parmi les rachats effectués durant cette période, on note :

  • En mai 2013, le rachat de l’agence de communication digitale anglaise Fjord (200 salariés)[15].
  • En janvier 2014, Accenture acquiert l'entreprise de services dématérialisé ClientHouse pour un montant inconnu[16].
  • En juillet 2015, Amadeus fait une offre d'acquisition sur la filiale Navitaire d'Accenture, qui emploie 550 personnes, pour 830 millions d'euros[17]. En septembre 2016, Accenture annonce acquérir une participation de 47,7 % dans Octo Technology, une entreprise française, la valorisant à 115 millions d'euros[18]. L'opération de rachat est finalisée en mars 2017[19].
  • En décembre 2016, Accenture rachète l’agence anglaise Karmarama[20].
  • En 2017, Accenture annonce les rachats d’Arismore (société française de sécurité numérique)[21], d’Altima (société française de conseil en commerce digital, 370 personnes) et de Monkeys (agence de communication australienne)[22].

Cette politique a pour effet une transformation importante d’Accenture, à la fois en termes de croissance et d’activité d’entreprise : en 2017, les nouvelles activités liées au numérique (digital, cloud, sécurité) représentent 50 % du chiffre d’affaires du groupe et font d’Accenture un concurrent des groupes publicitaires historiques[23],[24],[25].

Cette politique de croissance externe s’accompagne aussi d’importants investissements en recherche et développement, en détection des tendances technologiques, en formation des collaborateurs et en relations avec les start-ups. Depuis son entrée en bourse jusqu’à 2017, la taille d’Accenture a été multipliée par 5 pour les effectifs et par 3 pour le chiffre d’affaires[8].

Activités[modifier | modifier le code]

Sans organigramme, Accenture est organisé de façon matricielle, avec d'un côté les secteurs d'activité client ("Operating groups") et de l'autre les métiers ("Businesses").

Secteurs d'activité[modifier | modifier le code]

Métiers[modifier | modifier le code]

En 2017, Accenture organise ses activités métiers autour de cinq pôles d’expertise :

  • Stratégie (Accenture Strategy) : stratégie commerciale, technologique ou opérationnelle
  • Conseil (Accenture Consulting) : transformation des entreprises et des administrations dans le contexte de la révolution numérique
  • Numérique (Accenture Digital) : marketing numérique, relation client, big data, technologies mobiles, gestion de contenus, e-commerce
  • Technologie (Accenture Technology) : services technologiques, conseil, recherche et développement
  • Opérations (Accenture Operations) : gestion pour le compte de tiers : systèmes d’information, services informatiques, cloud, sécurité informatique, intelligent marketing[26]

Accenture travaille pour 98 des 100 plus grandes entreprises du monde.

Répartition des activités dans le monde[modifier | modifier le code]

  • Amérique du Nord : 47 % du chiffre d’affaires 2017[27]
  • Europe : 34 % du chiffre d’affaires 2017
  • Reste du monde : 19 % du chiffre d’affaires 2017

Entités françaises[modifier | modifier le code]

Les principales entités d'Accenture en France sont :

  • Accenture (SAS) : conseil en management, technologies et externalisation
  • Accenture Operations - Capacity Solutions (AOCS)
  • Accenture Technology Solutions (ATS) : créée en 2003, dédiée aux métiers du service informatique (Paris, Nantes, Toulouse, Lyon ).
  • Accenture Insurance Services (AIS) : créée en 1999, dédiée aux métiers de l’assurance-vie.
  • AVANADE : créée en 2000 (coentreprise avec Microsoft), dédiée au conseil aux entreprises, exclusivement sur les produits Microsoft
  • Accenture Post-Trade Processing : créée en 2013, dédiée au traitement post-marché titres à destination des banques
  • Fjord : spécialisée dans la création de contenus, d'expériences et de services numériques
  • Digiplug : spécialisée dans les applications multimédias et télécommunications
  • Fondation d'Entreprise Accenture : l'objectif est de contribuer au-delà des murs d'Accenture à l'employabilité et au progrès économique des communautés de l'écosystême qui entoure Accenture

Gouvernance[modifier | modifier le code]

Siège d'Accenture-France, 118-120 Avenue de France dans le 13e arr. de Paris

Conseil d'administration[modifier | modifier le code]

Le conseil d’administration d’Accenture se compose en 2017 de 12 membres[28] :

Direction[modifier | modifier le code]

Comité exécutif[modifier | modifier le code]

Le conseil exécutif d’Accenture se compose en 2017 de 8 membres[29] :

  • Pierre Nanterme, Président-directeur général
  • David P. Rowland, directeur financier
  • Jo Deblaere, directeur des opérations
  • Omar Abbosh, directeur de la stratégie
  • Gianfranco Casati, directeur marchés de croissance
  • Paul R. Daugherty, directeur technologies et innovation
  • Amy Fuller, directrice marketing et communication
  • Ellyn J. Shook, directrice des ressources humaines et du leadership

Les Présidents-directeurs généraux[modifier | modifier le code]

Depuis la séparation d’Arthur Andersen et la création d’Andersen Consulting, l’entreprise a connu 4 présidents-directeurs généraux :

  • George T. Shaheen (1989 - 1999)
  • Joe Forehand (1999 - 2004)
  • William D. Green (2004 - 2010)
  • Pierre Nanterme (2011 - ...)[30]

En France[modifier | modifier le code]

En France, Accenture a connu 3 présidents :

  • Benoît Génuini (1995 - 2005[31]), cofondateur avec Martin Hirsch de l'Agence nouvelle des solidarités actives, médiateur de Pôle emploi (2009 - 2010)[31], président de l'association Passerelles numériques, et administrateur-fondateur de la fondation Amanjaya pour l'éducation, sous égide de la Fondation de France.
  • Pierre Nanterme (2005 - 2007), président de la Commission Economique du Medef, responsable du secteur des services financiers mondiaux d'Accenture (2007 - 2011)[30], puis PDG d'Accenture.
  • Christian Nibourel (2007 - aujourd'hui), président du Groupement des Professions de Services (GPS), président du conseil d’administration de l’INSA de Lyon, président du Collège des SSII, de Syntec numérique et Trésorier de Passeport Avenir.

Innovation, recherche et développement[modifier | modifier le code]

Dans le cadre de ses efforts de transformation numérique, Accenture a mis en place plusieurs structures pour le développement de l’innovation, de la recherche et du développement[7] :

  • Un programme de recherche sur les tendances économiques et technologiques, avec 250 chercheurs dans le monde et des collaborations avec des universités comme le MIT (Accenture Research)
  • Un programme d’open innovation, de veille des start-ups et de prises de participations minoritaires (Accenture Ventures)
  • Sept laboratoires de recherche appliquée sur des technologies émergentes (réalité immersive, blockchain, cybersécurité, intelligence artificielle, informatique quantique, cloud, smart grids…) (Accenture Labs)[8],[13]
  • Des studios de prototypage de solutions et des showrooms d’innovation

Accenture investit chaque année 600 millions de dollars en recherche et développement et a déposé 5000 brevets.

Chiffres-clé[modifier | modifier le code]

Résultats financiers[modifier | modifier le code]

Chiffre d'affaires et croissance
Années 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017
Chiffre d'affaires en milliards de dollars 25,5 27,9 28,6 30,0 31,0 32,9 34,9
Croissance hors effets de changes +15 % +11 % +4 % +5 % +11 % +10,5 % +7 %

Investissements[modifier | modifier le code]

En recherche et développement : 600 millions de dollars chaque année[8].

En formation (chiffres 2016) : 900 millions de dollars en formation des collaborateurs, 160 000 collaborateurs formés en intelligence artificielle, analyse et gestion des données, etc.[8]

En acquisitions : 3.4 milliards de dollars investis de 2015 à 2017 ; 70 acquisitions effectuées sur la même période[8].

Culture et responsabilité d’entreprise[modifier | modifier le code]

Management[modifier | modifier le code]

Accenture a pris plusieurs initiatives remarquées en matière de style de management, comme le fait de ne pas avoir de quartier général : les membres du comité de direction sont dispersés dans le monde, se réunissent physiquement quatre fois par an et par téléprésence une fois par semaine. Accenture est une des entreprises qui utilise des hologrammes pour les conventions managériales, notamment par Pierre Nanterme[23],[14]. En 2015, L'entreprise a également annoncé la fin des entretiens d’évaluation annuels[32],[33].

Fondation Accenture[modifier | modifier le code]

Accenture a lancé sa fondation d’entreprise en 2009, qui opère dans les domaines[34] :

  • de l’accès à l’emploi et de l’entrepreneuriat (mécénat de compétence, bénévolat et soutien financier : 25 % de collaborateurs engagés, 25 000 bénéficiaires, 150 000 € de micro-dons récoltés auprès des collaborateurs)
  • de l’innovation sociale (partenariats avec des entreprises d’insertion dans les métiers du numérique, membre du collectif pour l’emploi)
  • de la culture (partenariats pour la stratégie digitale du Musée du Louvre et de la Philharmonie de Paris, théâtre des bouffes du nord, soutien de jeunes talents)

Activité de lobbying[modifier | modifier le code]

En France[modifier | modifier le code]

Pour l'année 2017, Accenture déclare à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique exercer des activités de lobbying en France pour un montant qui n'excède pas 200 000 euros[35].

Auprès des institutions de l'Union européenne[modifier | modifier le code]

Accenture est inscrit depuis 2009 au registre de transparence des représentants d'intérêts auprès de la Commission européenne. Elle déclare en 2017 pour cette activité des dépenses annuelles d'un montant compris entre 400 000 et 500 000 euros[36].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Values. Driven. Leadership. The History of Accenture, First Editions, 2005.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes[modifier | modifier le code]

  1. https://newsroom.accenture.com//content/1101/files/Accenture_Factsheet_Q4_FY18_v2.pdf
  2. a et b [1], Accenture FACT SHEET Q1 FY17
  3. « Ce qu'un candidat au conseil doit savoir sur Accenture », sur http://etude-de-cas.fr
  4. Yahoo! - Profil d'Accenture Ltd.
  5. Fortune Global 500 - Accenture Company Profile 2008
  6. Accenture, Dirigeants Entreprise
  7. a et b « Pierre Nanterme : “La France Contribue Enormément À L’Innovation D’Accenture” », Forbes, 20 janvier 2017
  8. a b c d e f g et h « Accenture remet l'accent sur le futur », Les Echos, 1er juin 2017
  9. Company Description, Accenture website, 22 janvier 2018
  10. Accenture: The Growth of a Global Leader, Accenture website, 19 juin 2007.
  11. Arbitrator's Ruling Goes Against Accounting Arm: Consultants Win Battle Of Andersen, International Herald Tribune.
  12. Accenture IPO gains in first trades - 19 juillet 2001, CNN Money.
  13. a et b « ACCENTURE REND PALPABLE LA RÉVOLUTION DIGITALE », Challenges, 19 mai 2016, reproduit sur le site d'Accenture
  14. a et b « Pierre Nanterme, pdg d'Accenture : "La 4ème révolution industrielle arrive avec une force et une vitesse considérables" », Le Nouvel Economiste, 21 janvier 2016
  15. « ACCENTURE RACHÈTE LE GROUPE FJORD », Stratégies, 16 mai 2013
  16. Accenture to buy ClientHouse for undisclosed amount, Reuters, 20 janvier 2014
  17. Amadeus to buy Navitaire from Accenture for $830 million, Reuters, 1er juillet 2015
  18. Accenture intends to acquire Octo Technology at 22.50 euros/share, Reuters, 15 septembre 2016
  19. « ACCENTURE A FINALISÉ L'ACQUISITION D'OCTO TECHNOLOGY », Capital, 21 mars 2017
  20. « ACCENTURE INTERACTIVE RACHETE KARMARAMA », Stratégies, 2 décembre 2016
  21. « ACCENTURE A FINALISÉ L'ACQUISITION D'ARISMORE », Capital, 3 avril 2017
  22. « ACCENTURE INTERACTIVE WINS FIAT CHRYSLER'S GLOBAL MASERATI ACCOUNT », AdAge, 28 novembre 2017
  23. a et b « PIERRE NANTERME, P-DG D'ACCENTURE : «LA RÉVOLUTION NUMÉRIQUE SE PROPAGE À UNE VITESSE JAMAIS OBSERVÉE DANS LE BUSINESS» », Capital, 23 novembre 2016
  24. « Accenture, le géant qui fait peur à WPP et Publicis », Le Figaro, 24 octobre 2017
  25. « Accenture Interactive Named Largest Digital Network by Advertising Age in Annual Agency Report for Second Year in a Row », Business Wire, 1er mai 2017
  26. « Accenture hires OMD EMEA boss Mendonça in global role », Campaign, 10 octobre 2017
  27. « ACCENTURE FY 2017 PERFORMANCE », Accenture Newsroom, 2017
  28. « Conseil d'administration Accenture », Accenture.com, 2017
  29. « Comité exécutif Accenture », Accenture.com, 2017
  30. a et b « Un français à la tête d'Accenture », La Tribune, 21 octobre 2010
  31. a et b Claire Guélaud, « Benoît Génuini : Pôle emploi laisse ses agents dans une relation difficile de face-à-face avec les chômeurs », Le Monde, 27 avril 2010
  32. Anne Rodier, "Les entretiens annuels d’évaluation vont-ils passer aux oubliettes ?", Le Monde, 15 décembre 2015
  33. Laurence Estival, "A la poubelle, l'entretien annuel!", L'entreprise, 5 novembre 2015
  34. "Fondation Accenture", Admical, 24 juillet 2017
  35. « Fiche Organisation «  Haute Autorité pour la transparence de la vie publique », sur www.hatvp.fr (consulté le 28 mai 2018)
  36. « Registre de transparence », sur le site de la Commission européenne (consulté le 28 mai 2018)