Open Compute Project

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Un serveur de l'Open Compute Project

L'Open Compute Project (OCP) est une organisation qui a pour but de partager des concepts et des techniques de conception de datacenters, regroupant certains des principaux acteurs du secteur que sont Facebook, Apple, Microsoft, Rackspace, Cisco Systems, Juniper Networks, Goldman Sachs, Fidelity, et Bank of America[1].

Historique[modifier | modifier le code]

L'initiative a été lancée en 2011 par Jonathan Heiliger, un ingénieur de Facebook[2], alors qu'il étudiait la reconception du centre de Prineville en Oregon.

Les principales avancées concernent l'efficacité énergétique des systèmes déployés[3], mais aussi le développement de briques open source.

Facebook a annoncé avoir économisé 2 milliards de dollars sur ses coûts d'infrastructure en 3 ans grâce à ce projet[4],[5].

La première édition européenne de l’Open Compute Summit s'est tenue en France en sur ce sujet[6].

HP a annoncé en 2015 le lancement d'une gamme de serveurs conforme aux spécifications de l'Open Compute project[7].

Le Apple, Cisco et Juniper Networks rejoignent le projet[8].

Le , Nokia rejoint le projet[9].

Le , Lenovo annonce également sa participation au projet[10].

Le , Google rejoint à son tour le projet[11].

Principes généraux[modifier | modifier le code]

  • Utilisation d'alimentation électrique en 48v pour réduire les pertes d'énergie
  • suppression de tout ce qui ne contribue pas à l'efficacité dans les serveurs
  • réutilisation de l'air chaud produit par les serveurs, optimisation du refroidissement des salles machine
  • élimination du besoin d'alimentation centrale non tolérante aux interruptions[2]

Réalisations[modifier | modifier le code]

Les datacenters de Facebook sont entièrement composés de matériel OCP : Prineville (USA), Forest City (USA), Altoona (USA), et Luleå (Suède), et ceux en construction à Fort Worth (USA) et Clonee (Irlande) le seront aussi[12].

En , un switch de 100 Gb/s conçu par Facebook est présenté par l'Open Compute Project[13],[14].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « How Facebook changed the basic tech that runs the internet », sur Wired,
  2. a et b (en) « Building Efficient Data Centers with the Open Compute Project »,
  3. (en) « Will Open Compute Alter the Data Center Market? », sur datacenterknowledge,
  4. (en) « Open Compute Project U.S. Summit 2015 – Facebook News Recap », sur code.facebook,
  5. (en) « How Facebook is eating the $140 billion hardware market », sur businessinsider,
  6. « Pourquoi la France ne devrait pas bouder l’Open Compute Project », sur Usine Nouvelle,
  7. (en) « Open Compute: Apple, Cisco Join While HP Expands », sur informationweek,
  8. (en) Charles Babcock, « Open Compute: Apple, Cisco Join While HP Expands », (consulté le )
  9. (en) « Nokia Networks joins Open Compute Project to advance its AirFrame Data Center Solution »,
  10. (en) « Lenovo joins Open Compute Project »,
  11. (en) « Google joins the Open Compute Project »,
  12. (en) Matt Weinberger, « Facebook's newest data center is going to make some big tech companies very nervous », sur Open Compute, (consulté le )
  13. « Le switch 100 Gb/s de Facebook accepté par l'Open Compute Project - Le Monde Informatique », sur Le Monde informatique (consulté le ).
  14. Antoine Crochet-Damais, « Coup d'envoi de la commercialisation du switch à 100 Gb conçu par Facebook », sur journaldunet.com, JDN, (consulté le ).

Liens externes[modifier | modifier le code]