Cameron Winklevoss

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Cameron Winklevoss
Image dans Infobox.
Cameron Winklevoss en 2015.
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activités
Père
Howard Winklevoss (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Autres informations
Taille
1,93 mVoir et modifier les données sur Wikidata
Sport

Cameron Howard Winklevoss (né le ) est un homme d'affaires américain.

Biographie[modifier | modifier le code]

Frère jumeau de Tyler Winklevoss, il bénéficie d'une éducation privilégiée. Il est le fils d'un professeur de mathématiques à la Wharton School, par ailleurs multi-millionnaire. Il étudie à Oxford et Harvard[1].

Avec son frère, il poursuivit en justice le fondateur de Facebook, Mark Zuckerberg, pour la somme de 65 millions de dollars[2], l'accusant d'avoir détourné leur idée de leur réseau social nommé HarvardConnection (renommé enuite ConnectU (en))[3]. En 2010, ils figurent parmi les principaux personnages du film inspiré de cette histoire, The Social Network[1].

Il fut finaliste en deux de pointe sans barreur aux Jeux olympiques d'été de Pékin en 2008[4] avec son frère.

Il cofonda HarvardConnection (renommé plus tard ConnectU) aux côtés de son frère Tyler Winklevoss et d'un camarade d'Harvard, Divya Narendra[5].

Il a également cofondé le site web « Guest of a Guest » avec Rachelle Hruska.

Cameron Winklevoss à Pékin en 2008.

En 2013, lui et son frère achètent pour 11 millions de dollars de Bitcoin, faisant d'eux en 2017 les premiers milliardaires de cette crypto-monnaie[6]. Ils créent également une plate-forme pour faciliter la vente et l'achat de Bitcoin. Ils font faillite puis lancent Winklevoss Bitcoin Trust, renommé Gemini, chose qui participe à rassurer les marchés en adoptant des procédures professionnalisées. En 2017, ils gagnent leur premier milliard de dollar. Installés dans le Flatiron District à New York, ils investissent également dans d'autres crypto-monnaies et dans le jeton non fongible. Début 2021, les jumeaux possèdent six milliards de dollars, contre 111 pour Mark Zuckerberg[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Charles Jaigu, « Les frères Winklevoss, la revanche des inventeurs de Facebook », Le Figaro Magazine,‎ , p. 20-21 (lire en ligne).
  2. nytimes
  3. (en) businessinsider
  4. Nbcolympics.com
  5. nytimes
  6. « Le fabuleux destin des frères Winklevoss, milliardaires du bitcoin », lesechos.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )