Reed Hastings

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hastings.
Reed Hastings
Description de cette image, également commentée ci-après
Reed Hastings à la Web 2.0 conférence 2005
Nom de naissance Wilmot Reed Hastings, Jr.
Naissance
Boston
Pays de résidence Santa Cruz, Californie, États-Unis
Diplôme
Bowdoin College (B.S., Mathematics, 1983)
Université Stanford (MS, Computer Science, 1988)
Activité principale

Wilmot Reed Hastings, Jr. (né le à Boston) est un entrepreneur américain. Il est le directeur de Netflix et membre du conseil d'administration de Facebook ainsi que de nombreuses organisations à but non lucratif.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation et début professionnel[modifier | modifier le code]

Fils d'un avocat ayant travaillé dans l'administration de Richard Nixon[1], Reed Hastings commence par décrocher un diplôme de mathématiques à l'université de Bowdoin College, dans le Maine. Mais pour sortir des sentiers battus, il intègre les marines avant d'enseigner durant trois ans les maths comme volontaire du Peace Corps au Swaziland[1].

Par la suite, il reprend les cours et décroche un diplôme d'intelligence artificielle à l'Université Stanford. Il fonde en octobre 1991 Pure Software (en), une firme dont le but était de faciliter l'utilisation du système d'exploitation Unix[1].

Netflix[modifier | modifier le code]

Pure Software est rachetée quelques années plus tard : il se retrouve avec 75 millions de dollars en poche, grâce auxquels il crée Netflix en 1997, avec l'aide de Marc Randolph. L'idée lui est venue après avoir dû verser 40 dollars pour avoir rendu trop tard un film qu’il avait loué[1]. Juste avant le lancement, les cofondateurs optent pour la location, seule option rentable à leurs yeux pour pérenniser Netflix.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Il habite en 2013, avec ses deux enfants et ses quatre chiens, dans une maison de Santa Cruz[2].

Fortune[modifier | modifier le code]

Sa fortune est estimée à 840 millions de dollars en 2013[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Hebdomadaire "Le Point" du 3 octobre 2013, no 2142 p. 89 Dossier "Cet homme veut pulvériser la télévision".
  2. Hebdomadaire "Le point" du 3 octobre 2013, no 2142 p. 91 Dossier "Cet homme veut pulvériser la télévision".
  3. Hebdomadaire "Le point" du 3 octobre 2013, no 2142 p. 90 Dossier "Cet homme veut pulvériser la télévision".

Liens externes[modifier | modifier le code]