Estée Lauder (entreprise)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lauder.
Estée Lauder
logo de Estée Lauder (entreprise)

Création 1946
Fondateurs Estée Lauder, Joseph Lauder
Action New York Stock ExchangeVoir et modifier les données sur Wikidata
Siège social 767 5th Ave
New YorkVoir et modifier les données sur Wikidata
Drapeau des États-Unis États-Unis
Activité Cosmétiques, Parfums
Effectif 38 000
Site web http://www.elcompanies.com

Estée Lauder (NYSE : EL) est l'une des entreprises américaines en tête mondialement de la production et de la mise en marché des produits d'entretien de la peau, des cosmétiques, des parfums et des produits pour les cheveux.

Histoire[modifier | modifier le code]

La compagnie Estée Lauder est fondée en 1946, lorsque Joseph Lauder et sa femme Estée Lauder débutent leur production de cosmétiques à New York. Au début, ils ne produisent que quatre types de produits : une crème hydratante riche et tout usage, une crème de main, une huile nettoyante et une lotion pour la peau. Deux ans plus tard, ils mettent sur pied leur première boutique située dans le magasin Saks Fifth Avenue à New York.

Durant les quinze années suivantes, ils contribuent à diversifier leur variété de produits et de vendre et commercialiser leurs produits aux États-Unis. En 1960, leur compagnie devient internationale. Leur première filiale est installée à Londres dans la réputé boutique de vêtements de luxe Harrods. L'année suivante, ils ouvrent une nouvelle filiale dans la ville de Hong Kong.

En 1964, ils lancent la ligne de parfums Aramis, qui proposait des fragrances pour hommes et des lotions pour le corps. En 1967, Estée Lauder est récompensée pour ses efforts en étant nommée l'une des dix plus grandes femmes d'affaires des États-Unis d'Amérique par les éditeurs des magazines de finance et d'économie américains. Cela est suivi par sa décoration d'un Spirit of Achievement Award de l'Albert Einstein College of Medicine à l'Université Yeshiva en 1968. La même année, la compagnie prend encore de l'expansion, ouvrant ses Laboratoires Cliniques Inc et produisant la première ligne de fragrances et de cosmétiques testée au niveau dermatologique et allergique par Estée Lauder.

Estée Lauder devient la première femme dans l'histoire des compagnies de cosmétiques à introduire une deuxième ligne de produits pour hommes lorsqu'en 1976, la compagnie commence à séparer la ligne de produits pour la peau en deux divisions distinctes. En 1981, la compagnie repousse encore les limites de l'industrie des cosmétiques et du marché mondial en distribuant ses produits en Union soviétique.

Estée Lauder vend maintenant ses produits dans les boutiques à travers le monde, et possède une chaîne de shopping en ligne. Elle emploie plus de 20 000 personnes, et en 2003, ses ventes totalisent plus de 5 milliards de dollars US$. La compagnie demeure sous le contrôle de la famille Lauder, possédant plus de 90 % des parts de vote de la compagnie, et le petit-fils d'Estée Lauder est actuellement le président du Conseil d'administration de la compagnie. Le fils Leonard est lui le fondateur de la marque Clinique[1]. En février 2004, la compagnie destinée aux adolescentes Jane est vendue ; en avril 2006, la marque de qualité professionnelle Stila, qu'Estée Lauder avait achetée en 1999, est vendue également.

La compagnie fut reconnue pour ses mannequins modèles iconiques et vedettes, quelquefois en faisant simplement référence aux visages. D'anciens « visages » d'Estée Lauder incluent Karen Graham, Willow Bay et Paulina Porizkova. Plus récemment, les mannequins modèles sont Constance Jablonski, Carolyn Murphy, Liya Kebede, Gwyneth Paltrow, Elizabeth Hurley, Kendall Jenner, etc.

Fin 2011 la compagnie signe la location du 76 avenue des Champs-Élysées (Paris 8e) pour une durée de neuf ans pour un montant de 18 000 /m²/an, ce qui en fait la transaction à la location la plus importante de l’histoire du monde immobilier.

Le 28 avril 2014, Estée Lauder a annoncé la nomination de Christopher Giglio au poste de vice-président de la communication mondiale d'entreprise, en remplacement d'Alexandra Trower, vice-présidente exécutive de la communication mondiale.

En mai 2016, Estée Lauder annonce une suppression de 900 à 1 200 postes[2].

Fondation pour lutter contre le cancer du sein[modifier | modifier le code]

La Compagnie Estée Lauder a mis sur pied une campagne annuelle reconnue mondialement[réf. nécessaire] pour soutenir la lutte contre le cancer du sein et qui implique toutes les 18 lignes de produits d'Estée Lauder. Leur union représente la Breast Cancer Research Foundation (en français : Fondation pour la recherche sur le cancer du sein) qui est la représentante financière et corporative de cette action de recherche médicale et préventive.

Plus de 10 millions $ US ont été amassés pour la Breast Cancer Research Foundation depuis 1993 . Un million $ US a été amassé par leurs partenaires de détail depuis juillet 2002 [réf. nécessaire].

Marques[modifier | modifier le code]

Les marques des produits de la Compagnie Estée Lauder incluent :

Marques de parfums[modifier | modifier le code]

Autres marques[modifier | modifier le code]

Boycott[modifier | modifier le code]

Depuis février 2001, Estée Lauder et ses lignes de produits ont été l'objet d'une campagne de boycott. Ce boycott a été démarré par des activistes pro-Palestiniens qui reprochaient à la compagnie ses liens supposés avec les activités pro-Israël de Ronald Lauder, membre du Conseil d'administration de la société[4],[5]. En juin 2003, le Queers Undermining Israeli Terrorism (QUIT), localisé dans la ville de San Francisco, a contribué à augmenter le boycott avec leur campagne intitulée Estée Slaughter[6]. Le boycott a engendré une campagne anti-boycott par les supporters d'Israël[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Mark Tungate, « La beauté a-t-elle besoin d'icônes ? », L'Express Styles, no 3 173,‎ , p. 72 à 73 (ISSN 0014-5270).
  2. « Estée Lauder va supprimer jusqu’à 1 200 emplois », Le Monde, 3 mai 2016.
  3. « Estée Lauder rachète le parfumeur français Frédéric Malle », sur bourse.lesechos.fr, (consulté le 9 novembre 2014).
  4. (en) « Boycott Israel Campaign » (consulté le 6 août 2006).
  5. (en) « American Muslims for Jerusalem have called for a boycott of Estée Lauder products », Snopes (consulté le 6 août 2006).
  6. (en) « Queers Undermining Israeli Terrorism » (consulté le 6 août 2006).
  7. (en) « Armchair Activist: Buy Estee Lauder Products », nil (consulté le 6 août 2006).

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]