Jacques Cassini

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Jacques Cassini, dit Cassini II, seigneur de Thury, né à Paris le et mort à Thury le des suites d'un accident de voiture, est un astronome français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est le fils de Giovanni Domenico Cassini et de Genevève de Laistre. Élevé par son père, il étudie à l'Observatoire de Paris (où, dit-on, il serait né) avant même d'entrer au collège Mazarin. Il devient élève astronome à l'Académie des sciences en 1694, puis il succède à son père en tant que pensionnaire de l'Académie en 1712.

Avec son père, il voyage beaucoup et prend part à de nombreuses opérations astronomiques ou géodésiques. Admis à la Royal Society, en 1696, et à l'Académie de Berlin, il se lie d'amitié avec Newton et Halley. En 1699, accompagné du père Feuillée il est chargé de déterminer la position géographique de plusieurs ports du Levant. Cartésien militant, il prend position contre la théorie de l'aplatissement terrestre. En 1719, il réside dans le donjon de Clermont à Clermont (Oise) proche de Thury.

Jacques Cassini se voit par ailleurs confier d'importantes charges administratives : maître ordinaire de la Chambre des comptes de Paris, puis magistrat à la chambre de justice et conseiller d'État.

Il décrivit une perpendiculaire à la méridienne de France et fournit plusieurs Mémoires à l'Académie, entre autres un grand travail sur l’inclinaison des satellites, le mouvement propre et de l'anneau de Saturne. Il est l'auteur de plusieurs autres ouvrages, parmi lesquels Éléments d'astronomie (1740) et De la grandeur et figure de la terre (1720).

En 1740, il abandonne progressivement son activité de scientifique et laisse son fils César-François reprendre le flambeau familial. Il lui confie la charge de l'Observatoire et l'établissement de la carte de France. Son autre fils, le marquis Dominique-Joseph de Cassini, suivit quant à lui la carrière des armes.

Hommage[modifier | modifier le code]

L'astéroïde (24102) Jacquescassini a été nommé en son honneur ainsi que le cratère lunaire Cassini qu'il partage en mémoire avec son père.

Publications[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Paul Grandjean de Fouchy, Éloge de M. Cassini, dans Histoire de l'Académie royale des sciences - Année 1756, Imprimerie royale, Paris, 1762, p. 134-146 (lire en ligne)
  • Lettres de M. Adrien Auzout sur les grandes lunettes: Voyages de M.M. de Giovanni Domenico et Jacques (1735)
  • Paul Brouzeng et Suzanne Débarbat, Sur les traces des Cassini. Astronomes et observatoires du Sud de la France. Actes du 121e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Nice, 1996, éditions du CTHS, 2001 ; 370 p. (ISBN 978-2-7355-0425-1)
  • Florence Trystam, Le procès des étoiles. Récit de la prestigieuse expédition de trois savants français en Amérique du Sud et des mésaventures qui s'ensuivirent (1735-1771), Seghers, 1979 (ISBN 9782232118623), 2e édition (ISBN 9782232101762)

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]