Bigflo et Oli

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bigflo et Oli
Surnom Flo & Oli, B&O
Pays d'origine Drapeau de la France France
Activité principale Rappeurs, auteurs-compositeurs-interprètes
Genre musical Hip-hop français, hip-hop alternatif, pop-rap
Instruments Batterie, piano, trompette
Années actives Depuis 2009
Labels Polydor
Influences IAM, Orelsan, Sully Sefil, Claude Nougaro, Eminem
Site officiel www.bigfloetoli.com
Composition du groupe
Membres Florian Ordonez
Olivio Ordonez
Description de cette image, également commentée ci-après

Logo de Bigflo et Oli.

Bigflo et Oli, stylisé Bigflo & Oli, est un groupe de rap français, originaire de Toulouse, en Haute-Garonne (Occitanie). Il est composé de : Florian « Bigflo » et Olivio « Oli » Ordonez. Ils sortent leur premier album La Cour des grands en 2015, il est certifié disque d'or[1] moins de quatre mois après sa sortie puis disque de platine[2] en France. Ils sont à ce jour les plus jeunes rappeurs français à détenir ces récompenses[3],[4].

Leur deuxième album intitulé La Vraie Vie[5], est sorti le . Après 3 semaines d'exploitation, l'album est certifié disque d'or[6]. Il est certifié disque de platine à peine 3 mois après sa sortie (le 18 septembre).

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Bigflo et Oli naissent d'un père argentin[7] et d'une mère française d'origine algérienne[8], et grandissent dans le quartier des Minimes à Toulouse, en Haute-Garonne[9]. Ils reçoivent dès l'enfance une formation musicale et instrumentale solide, Olivio étudiant la trompette et Florian la batterie au Conservatoire de Toulouse. C’est en entendant le morceau J’voulais de Sully Sefil, sorti en 2000, que les deux frères commencent à rapper, ils ont alors respectivement 7 et 4 ans[10],[11]. Ils étaient déjà initiés à la musique grâce à leurs parents : leur père est chanteur de salsa[12] et leur mère écoutait beaucoup de chanson française dans leur enfance ; Jacques Brel, Aznavour et Cabrel notamment[13].

Bigflo est le nom de scène de Florian José Ordonez. Il est né le (24 ans)[14]. Après l'obtention de son Bac S[15], Florian suit pendant un an, un cursus universitaire, en LEA (Langue Etrangère Appliquée)[16], puis décide d'arrêter les études pour se consacrer entièrement à la musique. Il joue d'ailleurs de la batterie ainsi que du piano depuis l'âge de 13 ans en plus d'écrire ses chansons.

Oli, de son vrai nom Olivio Laurentino Ordonez, est né le (21 ans)[14]. Il commence à écrire dès ses 6 ans[17] et s'investit dans la création musicale en parallèle de la préparation de son Baccalauréat ES qu'il obtient en 2014[3]. Les deux frères ont été scolarisés au lycée Saint-Sernin de Toulouse[11],[Note 1].

Débuts (2005–2014)[modifier | modifier le code]

Bigflo et Oli publient leur premier rap clippé, Château de carte, sur YouTube en 2005 alors qu'ils étaient enfants, et totalement inconnus. Il atteint, à l'époque, environ 400 vues[18]. Ils sortent par la suite un autre clip, Fiers d’être toulousain où ils revendiquent déjà l'amour qu'ils portent à Toulouse, leur ville natale[19],[11]. Les deux frères grandissent, toujours en continuant d'écrire et de composer, et se mettent à écumer les scènes locales lorsqu'ils sont lycéens[20]. Ils commencent à se faire connaitre en faisant des battles de rap à Toulouse (Rap Contenders[Note 2]). Ils jouent plusieurs premières parties de concert, notamment de poids lourds du rap hexagonal comme la Sexion d’Assaut et La Rumeur ; le 14 juillet 2011, ils jouent au festival de la musique aux côtés de Cali, à Toulouse[21]. Ils partagent aussi la scène avec Orelsan, 1995 ou IAM.

En juillet 2012, ils publient leur deuxième clip aux côtés d'Orelsan, Pourquoi pas nous ? sur YouTube[22]. En octobre 2013, le groupe signe sur le label Polydor[23]. En 2014, ils publient un EP intitulé Le Trac. Il est composé de cinq chansons dont Monsieur tout le monde qui révèle le groupe au grand public[24]. Le clip, réalisé par Julien Hosmalin, fait participer le comédien Kyan Khojandi et raconte le destin tragique d’un « Monsieur tout le monde » qui finit par craquer et perdre pied. Également publié en 2014, leur clip Gangsta est tourné à Toulouse[25].

La Cour des grands (2015–2016)[modifier | modifier le code]

Le , leur premier album intitulé La Cour des grands est certifié disque d'or[26] et ils sont alors les plus jeunes rappeurs français à recevoir ce prix, ils ont alors respectivement 22 et 19 ans[27],[28]. Petit à petit, le groupe se fait une place dans le rap français, allant jusqu'à être considéré par certains comme la relève d'IAM[29]. D'ailleurs, Akhenaton, membre du groupe, explique : « La première fois que je les ai vus, leur maman les attendait dans les coulisses et ça m'a bien fait rire. Puis quand je les ai entendus balancer leur texte, j'ai pris une énorme claque. Ils sont clairement passés par l'école du micro d'argent[30]. » Face au succès montant, les deux frères affirment que « Ce qu'il se passe est un rêve d'enfant[31]. » En juin 2015, ils font une petite apparition dans une vidéo du youtubeur Squeezie[32].

Ils publient le clip de la chanson Nous aussi, issue de leur album La cour des grands. Le clip est réalisé par le même réalisateur que Monsieur tout le monde. Il fait participer trois podcasteurs Gaël du studio Bagel, Jhon Rachid et Baptiste Lorber ainsi que Jérôme Niel, célèbre pour ses tutoriels diffusés au Grand Journal de Canal +. Leur clip Le Cordon est sorti en mai 2015. Ce clip en stop motion réalisé par Nicolas Carnol raconte le dialogue d'une mère et son enfant après qu'elle a avorté. L'avortement est un sujet difficile mais le jeune duo essaie d'en parler avec le plus de justesse possible, en confrontant deux points de vue opposés et complémentaires. Les deux frères, après avoir sillonné l'Hexagone lors de leur tournée de 2015, repartent pour une seconde tournée en 2016, où ils jouent notamment sur plusieurs scènes de gros festivals estivaux[33]. Le nombre de places dans leurs nouvelles salles a considérablement augmenté, suivant le même rythme que leur popularité.

En novembre 2016, le vidéaste LinksTheSun publie une critique sur Je suis[34], dans laquelle les deux rappeurs sont apparus. Ils devaient à la base intervenir dans un grand nombre de scènes[35], mais par manque de disponibilité, ils n'ont pu apparaître que dans une petite scène humoristique à la fin.

La Vraie Vie (depuis 2017)[modifier | modifier le code]

Le , Bigflo et Oli font un live sur Facebook et annoncent le nom de leur deuxième album, La Vraie Vie qui sort le 23 juin 2017[36]. Ils sortent le 2 mai 2017[37] un morceau du même nom ainsi qu'un clip de 8 minutes. Le 12 mai 2017, ils dévoilent un deuxième extrait, intitulé Alors Alors. Le 2 juin, le groupe sort un second clip, celui du titre Personne. Le 16 Juin 2017, sept jours avant la sortie de l'album, Bigflo et Oli annonce la sortie d'une marque de vêtements nommée Visionnaire[38],[39].

L'album accueille plusieurs célèbres artistes internationaux : Stromae, qui a co-composé le titre Dommage[40] avec les deux frères, le rappeur américain Busta Rhymes pour sa première collaboration avec des artistes français sur le titre Ça va trop vite[41] ou encore JoeyStarr, pilier du rap français, sur le titre Trop Tard[42],[43]. En juillet 2017, les deux frères réapparaissent sur la chaîne du youtuber Squeezie dans le cadre d'une vidéo où ils créent à trois une musique en moins d'une heure.[44] La vidéo suscite plus de huit millions de vues. Le quatrième clip de l'album sort le 8 septembre et met en scène la chanson Dommage[45] où l'on peut apercevoir Panayotis ou Pascale Arbillot jouant le rôle des personnages cités durant la chanson[46]. La réussite de l'album est au rendez-vous puisqu'il est certifié disque de platine le 18 septembre 2017, soit environ 3 mois après sa sortie.

Style musical[modifier | modifier le code]

Bigflo et Oli sont à la fois interprètes, auteurs et compositeurs, ou rappeurs/lyricistes/instrumentistes.

Dans leurs textes, ils ne cherchent pas à donner des leçons et à être moralisateurs mais à se montrer sincères[47] ; ils ont un goût prononcé pour les jeux de mots et figures de style[48] qui leur permettent de suggérer plus que de dire et de provoquer davantage d'émotions[49]. Adeptes des morceaux de storytelling[50] (Monsieur Tout Le Monde, Le Cordon, Marco, Salope, Autre Part, Le Bouchon, Le Bijoutier, Je Suis ou encore Nik Ta Mère) ils aiment raconter des histoires simples qui peuvent émouvoir et toucher le grand public, tout en faisant passer un message[51]. Très observateurs, ils trouvent leur inspiration dans le quotidien.

Le rap reste avant tout pour eux une joute verbale faisant appel au flux de paroles ; les mots retrouvent alors toute leur fraîcheur et leur authenticité[49]. Ils essaient de prendre de la distance avec certains clichés du rap moderne, ce qui apparente souvent leur style à un retour aux sources du « rap à l'ancienne ». Atypique mais pas contradictoire, le groupe suit une formation en musique classique au cours d'études au conservatoire, ce qui lui offre des références variées pour nourrir son rap. Les partitions musicales sont des créations originales. Oli joue de la trompette et Bigflo de la batterie ainsi que du piano. Ils utilisent aussi une table de mixage pour arranger et enrichir leurs partitions. Les morceaux les plus connus sont Monsieur tout le monde, qui montre comment les aléas de la vie banale peuvent conduire à la folie meurtrière ; Gangsta dans lequel les deux artistes dénoncent les idées reçues sur les rappeurs et refusent l'image sulfureuse qu'il conviendrait d'adopter pour être reconnu dans le hip-hop ; cette même dénonciation d'une norme de la décadence se retrouve dans Jeunesse influençable.

Les textes de Bigflo & Oli sont souvent marqués par le refus d'une société de consommation qui fragilise les plus faibles, et par la célébration d'un esprit de fête et de création collective. L'ironie est que leur chanson la plus connue reste néanmoins Comme d'hab où ils parlent des clichés sur les fêtes (alcool, filles, ambiance...). Ces deux dernières chansons montrent que le groupe s'intéresse plus particulièrement aux ados. C'est une des critiques qui leur est faite par le public, lors de la sortie de leur album[51],[52].

Apparitions médiatiques et polémiques[modifier | modifier le code]

L'animateur emblématique de la chaîne C8, Cyril Hanouna est admiratif des deux frères depuis 2015 dans son émission de radio Les Pieds dans le Plat où Bigflo et Oli ont réalisé un échange de rimes avec le chroniqueur Pierre Bellemare. En 2016, ils deviennent chroniqueurs de son émission de télévision Touche pas à mon poste ! où ils donnent leur avis sur la télé comme les autres chroniqueurs tout en écrivant des chansons en un temps record. Leur venue hebdomadaire est mitigée[53] : le public de l'émission n’apprécie pas forcément les deux rappeurs mais certains de leurs fans apprécient de voir les deux rappeurs à la télé. Cependant, à l'annonce de la venue de l'actrice Véronique Genest, les deux frères refusent de participer à l'émission, et ne reviendront plus par la suite qu'en tant que simples invités[54]. Sont en cause les propos et tweets polémiques de l'actrice sur l'islam et les musulmans, les considérant selon ses dires comme un « danger ». Bigflo et Oli déclareront « L’invitée du jour est une personne qui ne partage pas du tout certaines de nos valeurs de tolérance, de fraternité et d’ouverture d’esprit qui sont fondamentales dans notre éducation », poursuivent-ils, précisant que l'actrice « nous a parfois choqués par la maladresse de ses propos[55], notamment envers la religion de notre grand-mère et de quelques amis proches. » Ils ajoutent qu'ils n'avaient pas « non plus l’envie de rentrer dans un débat sans issue sur des sujets qui nous dépassent[56]. » Les chroniqueurs ont débattu le lendemain de ce « boycott », Enora Malagré regrette ce choix estimant qu'ils auraient du confronter Véronique Genest en chanson tandis qu'Isabelle Morini-Bosc a jugé que les deux frères se méprenaient sur le racisme de l'interprète de Julie Lescaut[57]. Cette dernière estimant simplement que Bigflo et Oli ont voulu faire du buzz[58].

Début 2016, ils réalisent le générique de fin du troisième court métrage de Cyprien, La cartouche[59]. En octobre, les deux rappeurs sortent le clip de la chanson Pour un pote en featuring avec Jean Dujardin, chanson présente dans la bande-originale du film Brice de Nice 3[60]. En janvier 2017, les deux frères rejoignent le jury de la saison 6 de The Voice Belgique.[61].

Discographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Discographie de Bigflo et Oli.

Distinction[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Bigflo & Oli ont d’ailleurs tourné un clip dans leur lycée en 2012 pour leur chanson Pourquoi pas nous ?.
  2. Les Rap Contenders sont des concerts de rap a cappella, sans instrument.
  1. Ilan Malka, « « La cour des grands » de Bigflo & Oli déjà disque d’or ! », Mouv',‎ (lire en ligne)
  2. Arnaud Lapointe, « Bigflo & Oli : « Bientôt, on va disparaître... » », Booska-P,‎ (lire en ligne)
  3. a et b « Bigflo & Oli dans la cour des grands », ladepeche.fr (consulté le 27 mai 2017).
  4. « Et un disque d'or pour les rappeurs toulousains Bigflo et Oli ! », sur www.20minutes.fr, (consulté le 27 mai 2017).
  5. « BigFlo et Oli de retour avec un deuxième album "La vraie vie" », ladepeche.fr (consulté le 27 mai 2017)
  6. « Bigflo & Oli : "La Vraie Vie" certifié disque d'or [photo] », mouv',‎ (lire en ligne)
  7. « Bigflo & Oli - père argentin », sur RapGenius (consulté le 27 mai 2017)
  8. « Bigflo & Oli - mère algérienne », sur RapGenius (consulté le 27 mai 2017)
  9. Delphine Russeil, « Rap. Les Toulousains Big Flo & Oli dévoilent le nom et la pochette de leur 1er album », Côté Toulouse,‎ (lire en ligne)
  10. « Bigflo & Oli: “Qu’on fasse du rap n’a aucun sens !” », sur Les Inrocks, (consulté le 17 mai 2016).
  11. a, b et c « Big Flo & Oli : la relève du rap toulousain en concert à la Dynamo ce 21 février », Côté Toulouse (consulté le 27 mai 2017)
  12. « "Mes fils, ces héros", le père de Bigflo et Oli se confie avant le Zénith de Toulouse », France Bleu,‎ (lire en ligne)
  13. « BigFlo & Oli : “Il manque un grand festival hip hop en France” - TouslesFestivals.com » (consulté le 27 mai 2017)
  14. a et b Jean-Manuel Escarnot, « Bigflo et Oli, le flow des frérots » sur Libération, 26 avril 2016.
  15. « Bigflo et Oli ont répondu à vos questions: «On est juste deux frères qui font du rap sans se prendre la tête» », 20minutes.fr, (consulté le 27 mai 2017)
  16. « Bigflo & Oli, rappeurs toulousains : histoire d'un succès familial », actuToulouse,‎ (lire en ligne)
  17. « Revoir Bigflo & Oli, révélation hip-hop des Vieilles Charrues », Culturebox (consulté le 27 mai 2017).
  18. « Bigflo & Oli ont sorti leur premier clip « Chateau de Carte » à 8 et 11ans (Video) », sur NewZikStreet, (consulté le 28 mars 2016).
  19. « Fier d'être toulousain - Bigflo et Oli », sur Youtube, (consulté le 27 mai 2017)
  20. Maxime de Abreu, « Les Inrocks - Bigflo & Oli: "Qu’on fasse du rap n’a aucun sens !" », sur Les Inrocks, (consulté le 27 mai 2017)
  21. « 14 juillet 2011 à Toulouse : Concert de Cali et ses invités », sur toulouseblog.fr, .
  22. « Bigflo & Oli : Pourquoi Pas Nous ?, le clip avec Orelsan en guest ! », sur PureBreak, (consulté le 17 mai 2016).
  23. « Bigflo et Oli, les jeunes phénomènes du rap sur la scène du 106, à Rouen », sur Normandie Actu, (consulté le 17 mai 2016).
  24. « Bref, Big Flo et Oli : le clip dont on parle », sur La dépêche, (consulté le 17 mai 2016).
  25. « Découvrez Gangsta, le nouveau clip des rappeurs toulousains Bigflo et Oli (vidéo) », sur La dépêche, (consulté le 17 mai 2016).
  26. « Bigflo et Oli : leur album est disque d'or ! », sur 13or-du-hiphop.fr, (consulté le 9 juillet 2015).
  27. « Et un disque d'or pour les rappeurs toulousains Bigflo et Oli ! », sur www.20minutes.fr (consulté le 27 mai 2017)
  28. « "Tu t'rends compte ? Moi, le petit joufflu de l'école de la rue du Taur / J'devenais le plus jeune rappeur d'Europe à être disque d'or" - Oli », sur RapGenius, (consulté le 27 mai 2017)
  29. « Bigflo et Oli, le phénomène rap qui monte », sur people.bfmtv.com, (consulté le 9 juillet 2015).
  30. Olivier Pérou, « Bigflo & Oli, le nouveau souffle du rap français », sur lepoint.fr, (consulté le 9 juillet 2015).
  31. « Bigflo & Oli : « Ce qu'il se passe est un rêve d'enfant» », sur ladepeche.fr, (consulté le 9 juillet 2015).
  32. « Squeezie interrompu et viré de sa vidéo par Bigflo & Oli ! », sur MeltyBuzz, (consulté le 17 mai 2016).
  33. « Bigflo & Oli, révélation hip-hop des Vieilles Charrues », FranceInfo,‎ (lire en ligne)
  34. « Je suis - Bigflo & Oli (critique) », sur youtube.com,
  35. « Non mais t'as vu ce que t'écoutes 16 - Commentaire », sur youtube.com,
  36. « Bigflo & Oli signent leur retour par 48 heures de live sur Facebook », sur www.20minutes.fr, (consulté le 27 mai 2017).
  37. « Bigflo & Oli - La vraie vie », sur YouTube, (consulté le 22 juin 2017)
  38. « Bigflo et Oli », sur www.facebook.com (consulté le 29 août 2017)
  39. « Visionnaire - Même les yeux fermés », sur VISIONNAIRE (consulté le 29 août 2017)
  40. Dommage
  41. Ça va trop vite
  42. Trop Tard
  43. Lauren Provost, « La seule pique du second album de Bigflo et Oli est dédiée à Orelsan », sur Le Huffington Post (consulté le 23 juin 2017)
  44. SQUEEZIE, « ON FAIT UNE MUSIQUE EN 1H (ft Bigflo & Oli) », (consulté le 29 août 2017)
  45. « Bigflo & Oli - Dommage », sur YouTube (consulté le 9 septembre 2017)
  46. « Panayotis dans le nouveau clip de Bigflo & Oli », sur Le Huffington Post, (consulté le 9 septembre 2017)
  47. Luca Bresh, « Bigflo & Oli : “Notre rap est sincère” », sur konbine.com, (consulté le 21 octobre 2015).
  48. « "Où sont passés les métaphores, les oxymores, les litotes ?" - Bigflo », sur RapGenius, (consulté le 27 mai 2017)
  49. a et b « Le rap facétieux de Bigflo & Oli dans la Cour des grands », sur humanite.fr, (consulté le 21 octobre 2015).
  50. Luca Bresch, « Bigflo & Oli : "Notre rap est sincère" », Konbini France,‎ (lire en ligne)
  51. a et b Clémence Bodoc, « Bigflo et Oli s’installent dans La cour des grands, un premier album… mais pas un coup d’essai », sur madmoizelle.com, (consulté le 21 octobre 2015).
  52. « Focus : BigFlo & Oli entrent dans "La cour des grands" ! », sur musique.ados.fr, (consulté le 21 octobre 2015).
  53. E.L., « Les rappeurs Bigflo & Oli de retour dans TPMP : Twitter divisé ! (VIDEO) », Télé-Loisirs,‎ (lire en ligne)
  54. « TPMP : Philippe Lacheau, Pef et Bigflo et Oli sont les invités de ce jeudi 22 juin ! », Non-stop Hanouna (consulté le 24 juin 2017)
  55. « Islam : Véronique Genest dérape et s'explique », leparisien.fr,‎ (lire en ligne)
  56. Aurélie Corbin, « Bigflo et Oli ont annulé leur participation à TPMP... à cause de Véronique Genest », Télé-Loisirs,‎ (lire en ligne)
  57. « "TPMP" : les rappeurs BigFlo et Oli annulent, Enora pousse un coup de gueule », LCI (consulté le 27 mai 2017)
  58. « Big Flo et Oli la boycottent ? Véronique Genest n'en a "rien à foutre" », LCI (consulté le 27 mai 2017).
  59. « Cyprien : Fan de Bigflo & Oli ! », sur Melty (consulté le 17 mai 2016).
  60. « Bigflo & Oli font surfer Jean Dujardin, aka Brice de Nice, sur leur prochain titre », sur www.20minutes.fr, (consulté le 28 mai 2017)
  61. Téléstar, « The Voice Belgique : les rappeurs Bigflo & Oli deviennent coachs ! [Photos] », Telestar.fr,‎ (lire en ligne)
  62. « Prix Talents W9 : Louane, Fréro Delavega... un retour spectaculaire pour la 4ème édition ! », sur Melty, (consulté le 17 mai 2016).