Fondation GoodPlanet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
GoodPlanet
Fondation GoodPlanet Logo Vert FR.png
Château de Longchamp - Fondation GoodPlanet.jpg
Histoire
Fondation
Cadre
Type
Forme juridique
Fondation reconnue d'utilité publique en France (depuis )Voir et modifier les données sur Wikidata
Domaine d'activité
Activités spécialisées, scientifiques et techniques diversesVoir et modifier les données sur Wikidata
Siège
Pays
Coordonnées
Organisation
Personnes clés
Site web
Identifiants
SIREN
OpenCorporates
Château de Longchamp, bâtiment de la fondation dans le bois de Boulogne à Paris (France).

La fondation GoodPlanet est une fondation française reconnue d'utilité publique, ayant pour mission de « placer l’écologie au cœur des consciences et de susciter l’envie d’agir concrètement pour la terre et ses habitants »[1]. Elle a été créée en 2005 par le photographe et réalisateur Yann Arthus-Bertrand qui la préside depuis lors.

Historique[modifier | modifier le code]

Créée par Yann Arthus-Bertrand en 2005 sous forme d’association loi de 1901, GoodPlanet est déclarée fondation reconnue d'utilité publique en 2009 et devient la « fondation GoodPlanet »[2].

En 2011, la fondation GoodPlanet est citée dans un rapport d'information parlementaire des députés Geneviève Gaillard et Jean-Marie Sermier, demandant plus de transparence de la part des associations environnementales. Ceux-ci y questionnent notamment le fait que la fondation ait soutenu la candidature du Qatar pour l'organisation de la Coupe du monde de football 2022[3].

Choisie initialement comme bénéficiaire de l'édition 2022 du Z Event, un évènement caritatif sur Twitch organisé par ZeratoR, l’association est accusée de greenwashing[4],[5],[6]. GoodPlanet est aussi critiquée pour son appui à la biodynamie, « courant marqué par de l’ésotérisme et de la pensée magique, dont l’efficacité n’a pas été démontrée scientifiquement »[7]. Les réactions et reproches en ligne ont poussé le Z Event 2022 à annuler son partenariat avec la fondation GoodPlanet[7]. Ne faisant pas consensus auprès de la communauté de ZeratoR, la Fondation GoodPlanet a souhaité se retirer du Z Event 2022[8].

Activités[modifier | modifier le code]

La fondation soutient des projets de terrain dans les domaines de l’agriculture, des forêts, des déchets et de l’énergie. Elle aide notamment les populations vulnérables à accéder à une énergie durable et gratuite grâce aux réservoirs à biogaz[9], ainsi qu’à la construction d’écoles en architecture bioclimatique[10].

Elle propose aux entreprises et au grand public de réduire leurs émissions de gaz à effet de serre en réalisant leur bilan carbone et en compensant leurs émissions de CO2[11] incompressibles.

En 2010, elle lance le projet « 6 milliards d’Autres » (qui devint 7 milliards d'Autres fin 2011, quand la population mondiale a franchi le seuil des 7 milliards d'habitants) composé de 6 000 interviews filmées dans 84 pays. Présentée au Grand Palais en 2009[12], l'installation a été accueillie dans plusieurs pays.[source insuffisante]

En 2012, elle crée un programme pour sensibiliser le public à la beauté et à la fragilité des océans. Centré autour du film Planète Océan[13], ce projet se décline sur différents supports et propose une application Planet Ocean[14] pour une consommation responsable.

Le film Human de Yann Arthus-Bertrand, projet de la fondation GoodPlanet, sort en 2015. Composé de témoignages filmés dans 60 pays et de vues aériennes, le film est simultanément diffusé à l'ONU et à la Mostra de Venise[15].

En 2015, la Ville de Paris attribue à la fondation GoodPlanet la concession sur 30 ans du château de Longchamp et du parc de 3,5 hectares qui l'entoure (domaine de Longchamp)[16] situé au cœur du bois de Boulogne. Ouvert au public le [17].

Budget[modifier | modifier le code]

La fondation gère pour 2017 un budget de 3 572 000 euros. Les fonds viennent à 90 % des entreprises, à 10 % du public[18]. Elle est soutenue financièrement par BNP Paribas, Casino, et Suez[19]. La liste de ses partenaires comprend des grandes entreprises comme EDF, Oméga, Antargaz, et L'Oréal[20].

Publications[modifier | modifier le code]

  • Le Catalogue GoodPlanet : 1 000 façons de consommer responsable, Éditions de La Martinière, 2008, 303 p.
  • 6 milliards d'autres, Éditions de la Martinière, 2009, 316 p.
  • 2 degrés de trop, Éditions de la Martinière, 2009, 190 p.
  • La biodiversité, Éditions de la Martinière, 2010, 184 p.
  • Des forêts et des hommes, Éditions de la Martinière, 2011, 188 p.
  • Vivre ensemble : 7 milliards d'humains, Éditions de la Martinière, 2011, 184 p.
  • Après Fukushima, quelles énergies pour demain ? : un tour d'horizon en 85 dessins, Éditions de la Martinière, 2012, 199 p.
  • 7 milliards d'autres, Éditions de la Martinière, 2012, 317 p.
  • 20 ans après ... la Terre ? : le bilan du développement durable, Éditions de la Martinière, 2012, 188 p.
  • L'homme et la mer, Éditions de la Martinière, 2012, 304 p.
  • Sauvages, précieux, menacés, Éditions de La Martinière, 2013, 192 p.
  • Espace Terre : notre planète vue par les satellites, Éditions de la Martinière, 2013, 250 p.
  • Gaz de schiste : le vrai du faux, Éditions Delachaux et Niestlé, 2014, 154 p.
  • Human le livre, Éditions de la Martinière, 2015, 224 p.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. https://www.goodplanet.org/fr/la-fondation-goodplanet/
  2. Liste des fondations reconnues d'utilité publique, ministère de l'Intérieur de la République française, consulté le 29 janvier 2016.
  3. Julie Chauveau, « Les fondations « vertes » priées d'être plus transparentes », sur Les Échos, (consulté le ).
  4. « ZEvent 2022 date et participants, quand a lieu l'événement caritatif organisé par ZeratoR ? », sur Breakflip (consulté le ).
  5. Pauline Boutin, « Z Event: polémique autour du choix de la Fondation GoodPlanet pour le prochain marathon caritatif », sur BFMTV, (consulté le ).
  6. Julien Lausson, « Mais que se passe-t-il avec le Z Event 2022 ? », sur Numérama, (consulté le ).
  7. a et b Julien Lausson, « Le Z Event 2022 annule son partenariat avec la fondation GoodPlanet », sur Numerama, .
  8. « "Cash Investigation". Entreprises, mécénat, associations : les liaisons dangereuses », sur Franceinfo, (consulté le )
  9. « Solutions de cuisson économes en bois au Sahel », sur Magazine et portail francophone des bioénergies (consulté le )
  10. « Succès pour les écoles bioclimatiques - Écologie & Tradition Construction », sur ecologietraditions.com (consulté le )
  11. « GoodPlanet travaille avec Pro-Natura », Environnement et stratégie, no 93, 25 octobre 2006.
  12. « 6 milliards d'autres : la nouvelle exposition de Yann Arthus-Bertrand », sur futura-sciences.com (consulté le )
  13. « Planète Océan: le nouveau documentaire de Yann Arthus-Bertrand », sur Le Point (consulté le )
  14. « Une application pour choisir son poisson sur des critères environnementaux », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le )
  15. « Yann Arthus-Bertrand fait parler le monde avec Human | Mostra de Venise », sur La Presse (consulté le )
  16. « Yann Arthus-Bertrand s'installe à Longchamp pour l'écologie », sur LeJDD.fr (consulté le )
  17. « une grande fête gratuite pour l’ouverture de GoodPlanet », sur Le Parisien,
  18. « Rapport d'activité 2017 », sur goodplanet.org (consulté le )
  19. Mathilde Damgé, « L’empire Yann Arthus-Bertrand en 5 chiffres », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  20. « Partenaires de la Fondation GoodPlanet », sur Fondation GoodPlanet (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]