Bataille de Rocquencourt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bataille de Rocquencourt
Plaque commémorative de la bataille du 1er juillet 1815
Plaque commémorative de la bataille du 1er juillet 1815
Informations générales
Date 1er juillet 1815
Lieu Rocquencourt et Le Chesnay
France
Issue Victoire française
Belligérants
Drapeau de l'Empire français Empire français Drapeau de la Prusse Royaume de Prusse
Commandants
Louis Nicolas Davout
Isidore Exelmans
Eston de Sohr
Forces en présence
environ 5 000 hommes[1],[2] entre 750[2] et 1 500[3] cavaliers
Pertes
légères[2] 500 morts, blessés et prisonniers[1],[2]
Campagne des Cent-Jours
Septième Coalition
Batailles
Campagne de Belgique de 1815

Ligny · Quatre-Bras · Waterloo · Wavre


Campagne de France de 1815
Siège de Maubeuge · Siège de Huningue · La Souffel · Vélizy · Rocquencourt · Sèvres · Issy


Guerre napolitaine
Panaro · Ferrare · Occhiobello · Carpi · Casaglia · Ronco · Cesenatico · Pesaro · Scapezzano · Tolentino · Ancône · Castel di Sangro · San Germano · Gaète

Coordonnées 48° 49′ 16″ N 2° 07′ 52″ E / 48.8211, 2.131148° 49′ 16″ Nord 2° 07′ 52″ Est / 48.8211, 2.1311  

Géolocalisation sur la carte : Yvelines

(Voir situation sur carte : Yvelines)
 Différences entre dessin et blasonnement : Bataille de Rocquencourt.

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

(Voir situation sur carte : Île-de-France)
 Différences entre dessin et blasonnement : Bataille de Rocquencourt.

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
 Différences entre dessin et blasonnement : Bataille de Rocquencourt.

Le combat de Rocquencourt ou bataille de Rocquencourt, dernière bataille gagnée des troupes impériales napoléoniennes, eut lieu à Rocquencourt et Le Chesnay, le 1er juillet 1815, soit 13 jours après Waterloo et 9 jours après l'abdication de Napoléon Ier mais avant la signature de l'armistice, alors que les Prussiens avaient envahi la France.

Préambule[modifier | modifier le code]

Cette bataille fut le fait, à l'instigation du maréchal Davout, des généraux Exelmans et Piré et se traduisit par une victoire française sur une division prussienne et la capture de plus de 400 prisonniers.

Début juillet, l'armée Française réunie sous les murs de Paris attendait le signal d'une bataille qui eût été une revanche de la bataille de Waterloo.

Blücher, à qui l'on n'opposait qu'un simulacre de défense, avait passé la Seine sur le pont du Pecq, conservé par les soins du journaliste Alphonse Martainville, s'était installé à Saint-Germain-en-Laye et paraissait vouloir se répandre, avec ses troupes, sur la partie Sud-Ouest de Paris. Les généraux français, témoins de cette marche aventureuse, jugèrent unanimement que les Prussiens s'étaient compromis. Ce fut dans ce moment que l'Empereur déclara au gouvernement qu'il était sûr d'écraser l'ennemi, si on voulait lui confier le commandement de l'armée.

Par ordre du prince d'Eckmül, le général Exelmans fut dirigé sur les traces des Prussiens, qui étaient arrivés sous les murs de Paris le 1er juillet, avec 6 000 hommes ; un corps de 15 000 hommes d'infanterie, sous le commandement du général Vichery, devait le suivre par le pont de Sèvres et lier ses mouvements avec 6 000 fantassins du 1er corps, et 10 000 cavaliers d'élite qui devaient déboucher par le pont de Neuilly. Mais, au moment d'exécuter ces dispositions dont le succès eût pu entraîner la perte de l'armée prussienne, le prince d'Eckmühl donna un contre-ordre.
Les troupes du général Exelmans quittèrent, seules, leur bivouac en 3 colonnes, pour couper la retraite à l'ennemi qui s'était avancé jusqu'à Versailles. Une colonne composée du 44e régiment d'infanterie de ligne en avant-garde et des divisions Piré et Valin, passant par Sèvres et Vaucresson, marcha sur Rocquencourt tandis qu'une seconde marcha sur Fontenay-le-Fleury, en contournant Versailles par le Sud-Ouest afin d'encercler les troupes ennemies trop avancée tandis que la 3e colonne formée de deux divisions de dragons, marchait droit sur Versailles par Le Plessis-Piquet et Vélizy.
La cavalerie du général Exelmans rencontra à Vélizy l'avant-garde prussienne composée de 2 régiments de hussards qui furent culbutés. Les Prussiens en déroute s'enfuirent par Versailles.

Forces en présence[modifier | modifier le code]

Forces Prussiennes
Forces Françaises

Historique[modifier | modifier le code]

Traversant Versailles au galop, par le boulevard du Roi, la rue des Réservoirs, la place d'Armes, l'avenue de Paris, la rue des Chantiers[4], en cherchant à gagner Saint-Germain-en-Laye et poursuivit par les cavaliers des 13e, 15e et 20e dragons et le 6e hussards, les Prussiens tombèrent à l'entrée de Rocquencourt dans une embuscade formée d'un bataillon du 44e régiment d'infanterie de ligne et des 1er et 6e régiments de chasseurs à cheval qui avaient filé par Ville-d'Avray.
Sous le commandement des colonels Faudoas[5] et Simonneau, les troupes Françaises se précipitèrent, par le chemin des Boeufs[6], sur le escadrons Prussiens qui furent fusillés à bout portant. Une panique indescriptible s'empare alors de la cavalerie prussienne qui dans le plus grand désordre cherche à sortir de la nasse à travers les champs et Le Chesnay.
Poursuivit par les régiments sous le commandement des généraux Strolz, Piré, Burthe, Vincent, les colonels Briqueville, Faudoas[5], Saint-Amant, Ghaillpu, Simonneau[7], Schmid, Paolini, secondés par les gardes nationaux locaux agissant en tirailleurs à la Porte Saint-Antoine[4], les prussiens sont poussés dans le parc du château du Chesnay; cernés, ils se réfugient dans la cour de la ferme Poupinet ou ils sont massacrés ou fait prisonniers et capturent armes, bagages et chevaux.

Bilan[modifier | modifier le code]

Des 1 500 hussards, 1 000 à 1 100 furent fait prisonniers, le reste parvenant à s'échapper[8]. Le colonel de Briqueville, commandant le 15e régiment de dragons fut blessés de plusieurs coups de sabre. Le colonel Eston de Sohr fut blessé à mort lors des combats du Chesnay.

Cette belle victoire fut toutefois le chant du cygne de la Grande Armée

Conséquences[modifier | modifier le code]

A l'issue de cette victoire, Exelmans continua son mouvement sur Saint-Germain-en-Laye, mais ayant rencontré à Louveciennes, près de Marly-le-Roi, un corps d'infanterie considérable, il jugea prudent de faire retraite, plutôt que d'affronter sur un terrain peu propre aux mouvements de cavalerie, car très boisé, et avec des forces aussi disproportionnées.
Il revint sur Montrouge, la rage dans le cœur, laissant les Prussiens s'établir sur la rive gauche de la Seine pour attaquer Sèvres; le surlendemain, 3 juillet, l'armistice conclu fit cesser les hostilités.

Le lendemain, 2 juillet, Blücher occupa militairement Versailles, ordonna aux habitants de livrer toutes leurs armes et quand nul ne fut plus en état de se défendre, ou de se venger, il ordonna le pillage. Un grand nombre de maisons furent ravagées et de la manufacture d'armes il ne resta que les murs. Les villages de Rocquencourt, du Chesnay et de Vélizy subirent le même sort.
Ils restèrent dans Versailles jusqu'au 12 octobre 1815 date à laquelle ils furent remplacés par les Anglais qui partirent définitivement le 12 décembre de la même année.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Pigeard 2004, p. 716-717
  2. a, b, c et d Smith 1998, p. 553
  3. Rolin 2003
  4. a et b Monographie communale de Versailles page 31
  5. a et b Paul Eugène de Faudoas-Barbazan de Seguenville (1788-1844)
  6. Le chemin des boeufs, ou se déroula en partie cette bataille, se dirigeait à travers bois dans la direction Est-Sud-Est, vers Marnes-la-Coquette (Source : Monographie communale de Rocquencourt
  7. Pierre Joseph Victor Simonneau (1775-1861)
  8. Victoires, conquêtes, désastres, revers et guerres civiles des Français Par Charles-Théodore Beauvais Tome 24 page 278

Source[modifier | modifier le code]

  • Monographie communale de Rocquencourt
  • Monographie communale de Le Chesnay
  • Charles Mullié, Biographie des célébrités militaires des armées de terre et de mer de 1789 à 1850,‎ [détail de l’édition]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]