The Ultimate Warrior

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Warrior (catcheur))
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Warrior.

James Brian Hellwig

Description de cette image, également commentée ci-après

L'Ultimate Warrior en avril 2014

Données générales
Nom complet James Brian Hellwig
Nom de ring Warrior
The Ultimate Warrior
Dingo Warrior
Blade Runner Rock
Jim Justice
Nationalité Drapeau des États-Unis États-Unis
Né(e) le ,
Crawfordsville, Indiana, Drapeau des États-Unis États-Unis
Mort(e) le (à 54 ans),
Scottsdale, Arizona, Drapeau des États-Unis États-Unis
Taille 6 2 (1,88 m)[1]
Poids 275 lb (125 kg)[1]
Catcheur (ou catcheuse) décédé(e)
Fédération(s) World Class Championship Wrestling
World Wrestling Federation
World Championship Wrestling
Nu-Wrestling Evolution
Entraîné(e) par Bill Anderson
Rick Bassman
Red Bastien
Carrière pro.

WarriorJames Brian Hellwig, le à Crawfordsville et mort le est un bodybuildeur et catcheur américain. Il est connu pour son travail à la World Wrestling Federation (WWF qui est devenu par la suite la World Wrestling Entertainement (WWE)) et à la World Championship Wrestling sous le nom de ring de The Ultimate Warrior.

Durant sa carrière de catcheur il a notamment remporté à deux reprises le championnat intercontinental de la WWF et le championnat de la WWF qu'il a unifié avec le titre intercontinental à WrestleMania VI en battant Hulk Hogan qui était champion de la WWF.

Biographie[modifier | modifier le code]

Avant de faire du catch, Brian James Hellwig a été diplômé au Fountain Central High School à Veedersburg. Il étudie ensuite pendant un an à l'Université de l'État d'Indiana (en). Par la suite il entame une carrière de bodybuildeur son principal résultat a été d'être élu Mr. Georgia 1984[2],[3].

Débuts de sa carrière de catcheur[modifier | modifier le code]

Sa carrière de catcheur commence à l’Universal Wrestling Fédération en 1985 en même temps que Steve Borden (plus connu sous le nom Sting) lui aussi bodybuildeur avec qui il fait équipe. Ils forment « The Blade Runners » mais l'équipe n'obtient pas beaucoup de succès et Jim Hellwig plie ses bagages pour le Texas où il lutte à la World Class Championship Wrestling en 1986. Il change de nom est devient le Dingo Warrior et avec Lance Von Erich il remporte le championnat par équipe le 17 novembre[1]. Le 2 février 1987 il devient champion poids-lourds du Texas en battant Bob Bradley[4].

World Wrestling Federation (1987-1996)[modifier | modifier le code]

Début et champion intercontinental(1987-1989)[modifier | modifier le code]

Un an plus tard, la World Wrestling Federation (WWF) l'engage. Après plusieurs apparitions dans des shows non-télévisés en juin et juillet, il fait son premier combat télévisé le 15 août en battant Barry Horowitz[5]. Rapidement il change de nom de ring pour devenir l’Ultimate Warrior en octobre et ce nom de ring ne le quittera plus[6]. Son gimmick est original à l'époque puisqu'il entre sur le ring en courant et en agitant frénétiquement la troisième corde du ring[7].

Après avoir affronté des jobbers (catcheurs engagés pour perdre face à ceux que la fédération souhaite mettre en valeur) en 1987, il a ses premières rivalités notables à la WWF face à « King » Harley Race en janvier 1988 puis rapidement Hercules (en) intervient dans un match opposant le Warrior à Race et entre en rivalité avec le guerrier ultime[8]. Cette rivalité verra les deux hommes s'affronter tout d'abord dans un chain match (match où on a le droit d'utiliser des chaînes) en février[7] puis à WrestleMania IV où le Warrior prendra le dessus sur son rival[9]. Il connait sa première défaite à la WWF face à André The Giant lors d'une tournée en Italie début avril[10]. Par la suite il affronté à plusieurs reprise Bobby Heenan dans des Weasel suit match (le perdant doit porter un costume de belette) fin juillet[11],[7].

Il commence alors une rivalité avec le Honky Tonk Man qui est alors champion intercontinental. Après plusieurs victoires du Warrior par disqualification il remporte le titre à SummerSlam en moins de trente secondes[12]. La rivalité entre les deux hommes continue aux Survivor Series où avec Brutus Beefcake, Jim Brunzell (en), Sam Houston (en) et Blue Blazer il bat le Honky Tonk Man, Bad News Brown, Danny Davis (en), Greg Valentine et Ron Bass (en) dans un match en équipe à élimination[13]. Cette rivalité se termine par la victoire du Warrior dans un match en cage pour le titre intercontinental fin décembre[14].

Il entre en 1989 dans une longue rivalité avec Ravishing Rick Rude qui le bat à WrestleMania V en trichant grâce à l'aide de Bobby Heenan[15]. Il obtient une revanche après avoir gagné plusieurs fois contre André the Giant[16] puis bat finalement Rude au SummerSlam 1989[17]. Il défend ensuite son titre à de multiples reprises face à André The Giant dans des matchs qui sont considéré comme étant médiocre[18],[19].

Champion de la WWF et premier départ (1990-1991)[modifier | modifier le code]

Dés le mois de janvier 1990 il commence à entrer en rivalité avec Hulk Hogan après que le Hulkster l'ait éliminé lors du Royal Rumble match lors du Royal Rumble[Notes 1],[20]. Les deux lutteurs s'affrontent à WrestleMania VI à Toronto au Canada devant 70 000 personnes divisées entre les deux protagonistes qui verront dans ce combat « Champion VS Champion » (l'Ultimate Warrior était champion intercontinental et Hogan de la WWF ; ils s'affrontaient pour le titre d'Hogan) la victoire de l'Ultimate Warrior pour décrocher son unique titre de champion du monde de la WWF[21]. Suite à sa victoire le titre intercontinental est déclaré vacant[22] (il sera remporté par Mr. Perfect le 23 avril[23]). Après avoir défendu son titre face à Ted DiBiase lors d'une tournée au Japon le 13 avril[24] sa rivalité passé avec Rick Rude est remise au goût du jour puisqu'après plusieurs affrontements dans des show non télévisés les deux hommes s'affrontent dans un match en cage à SummerSlam remporté par le Warrior[25]. Il fait ensuite équipe avec Legion of Doom (Road Warrior Hawk et Road Warrior Animal) où ensemble ils battent Demolition (en) (Ax, Smash et Crush) en septembre [26]. Aux Survivor Series ils font à nouveau équipe avec The Texas Tornado et battent Demolition et Mr. Perfect dans un match par équipe à élimination. Ce soir là le Warrior participe aussi au match principal de la soirée où avec Hulk Hogan et Tito Santana ils battent Ted DiBiase, Rick Martel, Warlord, Hercules (en) et Paul Roma (en) dans un match par équipe à élimination[27]. Par la suite il entame une rivalité avec le « Macho King » Randy Savage pour le titre qu'il réussi à conserver[28].

Au Royal Rumble 1991, il perd son titre de champion de la WWF contre Sgt Slaughter à cause de l'intervention de Randy Savage qui n'avait pas accepté de ne pas avoir une autre opportunité pour le championnat[29]. Il reprend alors sa rivalité avec Savage qui se conclu à WrestleMania VII dans un retirement match (celui qui perd se retire pour un temps) qui verra le Warrior l'emporter malgré les coup bas de Savage (qui deviendra par la suite commentateur)[30].

Après WrestleMania il commence une rivalité face à l'Undertaker qu'il affronte à plusieurs reprises dans des House show (spectacles non retransmis à la télévision)[31]. Puis avec Hogan il bat Sgt Slaughter, Col. Mustafa et le General Adnan (en) dans un match à handicap à SummerSlam[32].

Suite à ce match Vince McMahon, le président de la WWF, met fin au contrat liant la compagnie à Hellwig car ce dernier a demandé à être le catcheur le mieux payé[33].

Retour à la WWF en 1992[modifier | modifier le code]

Il fait son retour le 5 avril à WrestleMania VIII en intervenant en faveur d'Hulk Hogan lors de son match face à Sid Justice alors qu'il se fait attaquer par ce dernier et Papa Shango[34]. Rapidement une rivalité entre le Warrior et Papa Shango se met en place[35] et en août il affronte à SummerSlam il affronte Randy Savage pour le championnat de la WWF et remporte le match par décompte à l'extérieur suite aux intervention de Ric Flair et de Mr. Perfect et ne remporte pas le titre[Notes 2][36]. Suite à ce match et la perte de Savage en septembre face à Flair[37] il affronte ce dernier dans des House show pour le titre sans succès[38]. Il est renvoyé en novembre 1992 suite à un contrôle antidopage positif aux stéroïdes ainsi qu'à cause de l'enquête fédérale qui était mené à l'époque contre la WWF[39].

Trois ans plus tard, l'Ultimate Warrior revient pour la troisième fois, en 1996 à WrestleMania XII en battant un certain Hunter Hearst Helmsley (qui deviendra Triple H) en moins de deux minutes après s'être relevé du Pedigree de son adversaire[40]. Le public pensait le voir revenir pour encore un bon bout de temps mais le conflit entre McMahon et lui ne fait que se détériorer et il quitte encore une fois la fédération.

World Championship Wrestling[modifier | modifier le code]

En 1998, la World Championship Wrestling lui propose un contrat et le fait entrer en rivalité face au leader du New World Order (nWo) : Hulk Hogan qui se terminera à Halloween Havoc le 25 octobre 1998 par une victoire de Hogan grâce à l'intervention de toute la nWo se vengent de WrestleMania VI[41]. La World Championship Wrestling qui connait de gros problèmes de finances à cause des salaires trop élevés pour certains catcheurs décide de le remercier, d'autant que le Warrior demandait un salaire démesuré.

Après carrière[modifier | modifier le code]

En 2008, l'Ultimate Warrior fait son grand retour pour le compte de la Nu-Wrestling Evolution[42], une fédération de catch italienne, où lors d'un spectacle à Madrid il remporte le titre de champion du monde poids-lourds face à Orlando Jordan pour son premier match professionnel depuis dix ans[43].

Le 3 avril 2011, la Revenge Wrestling Federation l'intègre dans son Hall Of Fame. En janvier 2012, l'Ultimate Warrior avoue avoir été contacté par Vince McMahon pour être intronisé au Hall Of Fame de la WWE, chose qu'il a refusé, prétendant qu'il n'a pas besoin de l'avis du Chairman pour obtenir le respect qu'on lui doit, il ne serait pas assez respecté dans les vestiaires de la WWE selon lui. Le 13 janvier 2014 il est annoncé qu'il sera intronisé au Hall Of Fame de la WWE[44].

L'Ultimate Warrior annonce officiellement le 6 avril 2014 qu'il a signé un contrat de légende de plusieurs années avec la World Wrestling Entertainment. Dans ce contrat il est prévu qu'il fasse de temps en temps des apparitions à la télévision pour des moments clés (amorce de storyline, apparitions dans les pay-perview...). Mais le 8 avril son décès est annoncé[45].

Vie privée[modifier | modifier le code]

En 1993, il change légalement son nom pour celui de Warrior.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

  • Prises de finition
    • Running Splash
    • Gorilla Press Drop
  • Thèmes d'entrée
    • "The Warrior" par Scandal (1986-1987) (WCCW)
    • "Unstable" par Jim Johnston (1987-1991,1992,1996) (WWF)
    • "One Warrior Nation" (1998) (WCW)

Palmarès[modifier | modifier le code]

  • Revenge Wrestling Federation
    • RWF Hall Of Fame (2011)
  • World Class Wrestling Association
    • 1 fois champion poids-lourds du Texas
    • 1 fois WCWA World Tag Team Champion avec Lance Von Erich
  • World Wrestling Superstars
    • 1 fois WWS Heavyweight Champion

Classements de magazines[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Une variante de bataille royale où le match commence avec deux hommes sur le ring les autres participants arrivent les uns après les autres, le but étant de faire tomber ses adversaires du ring après qu'ils sont passés par dessus la troisième corde.
  2. Lorsqu'un championnat est défendu dans un match simple il ne peut pas être perdu par décompte à l'extérieur ou disqualification.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) « Profi de l'Ultimate Warrior », sur Online World of Wrestling (consulté le 9 avril 2014)
  2. (en) « Previous NPC Georgia Bodybuilding Winners », sur georgiabodybuilding.com (consulté le 9 avril 2014)
  3. (en) Ray Steele, « Ultimate Warrior, Pro Wrestling Legend, Indiana Native, Dies at 54 », sur Indy News Center,‎ 9 avril 2014 (consulté le 9 avril 2014)
  4. (en) « WCWA Wrestling Star Wars 02.02.1987 », sur Cagematch (consulté le 10 avril 2014)
  5. (en) « WWF on NESN 15.08.1987 », sur Cagematch (consulté le 9 avril 2014)
  6. (en) « WWF Superstars #60 06.10.1987 », sur Cagematch (consulté le 10 avril 2014)
  7. a, b et c (en) Keith Harris, « Ultimate Warrior's rise to WWE stardom », sur Cageside Seats,‎ 11 avril 2014 (consulté le 13 avril 2014)
  8. (en) « WWF Superstars #75 26.01.1988 », sur Cagematch (consulté le 11 avril 2014)
  9. (en) Rob McNew, « WrestleMania IV Review », sur 411 mania,‎ 10 mars 2009 (consulté le 11 avril 2014)
  10. (en) « WWF House Show 03.04.1988 », sur Cagematch (consulté le 13 avril 2014)
  11. (en) « WWF House Show 29.07.1988 », sur Cagematch (consulté le 13 avril 2014)
  12. (en) « The Smark Rant For WWF Summerslam 1988 », sur Inside Pulse,‎ 7 août 2009 (consulté le 13 avril 2014)
  13. (en) Jake Ziegler, « A2Z Analysiz – WWF Survivor Series 1988 (Hulk Hogan, Randy Savage, Big Boss Man, Akeem) », sur Inside Pulse,‎ 3 novembre 2013 (consulté le 14 avril 2014)
  14. (en) « WWF House Show 26.12.1988 », sur Cagematch (consulté le 14 avril 2014)
  15. (en) Rob McNew, « WrestleMania V Review », sur 411 mania,‎ 11 mars 2009 (consulté le 14 avril 2014)
  16. (en) « Résutats des matchs de l'Ultimate Warrior de mai à septembre 1989 », sur Cagematch (consulté le 14 avril 2014)
  17. (en) Scott Keith, « The Smark Rant for WWF Summerslam 1989 », sur Inside Pulse,‎ 8 août 2009 (consulté le 14 avril 2014)
  18. (en) « Résultats des matchs de l'Ultimate Warrior de septembre à décembre 1989 », sur Cagematch (consulté le 14 janvier 1994)
  19. (en) Scott Keith, « The SmarK 24/7 Rant for MSG – October 28 1989 », sur Inside Pulse,‎ 24 janvier 2009 (consulté le 14 avril 2014) : « En parlant de ceux qui ne travaillent pas bien ensemble, ceci en est l'exemple typique. André déteste travailler avec le Warrior à tel point que les matchs les opposant soient les pire de la carrière du géant. »
  20. (en) Marc Elusive, « On the Marc Reviews: 1990 Royal Rumble », sur 411 mania,‎ 7 janvier 2012 (consulté le 14 janvier 2014)
  21. (en) John Powell, « Canada hosts WrestleMania 6 », sur Slam! Wrestling,‎ 16 février 2004 (consulté le 14 avril 2014)
  22. (en) Octavio Fierros, « LOUNGE Flashbacks: WrestleMania VI Aftermath - (Quake-Hogan, Warrior-Rude, Hennig-Von Erich) », sur Pro Wrestling Torch,‎ 12 janvier 2005 (consulté le 14 avril 2014)
  23. (en) J.D. Dunn, « Dark Pegasus Video Review: Battle Of The WWF Superstars (1990) », sur 411 mania,‎ 21 décembre 2005 (consulté le 14 avril 2014)
  24. (en) J.D. Dunn, « WWF, All Japan & New Japan Wrestling Summit », sur 411 mania,‎ 7 septembre 2007 (consulté le 14 avril 2014)
  25. (en) Scott Keith, « The Smark Rant for WWF Summerslam 1990 », sur Inside Pulse,‎ 9 août 2009 (consulté le 14 avril 2014)
  26. (en) « Nostalgia Review: SNME #28; Legion of Doom, Ultimate Warrior, Demolition, Hulk Hogan, Randy Savage », sur Pro Wrestling Torch,‎ 24 septembre 2008 (consulté le 15 avril 2014)
  27. (en) Mark Satrang, « A review of Survivor Series '90 », sur Examiner.com,‎ 17 novembre 2010 (consulté le 15 avril 2014)
  28. (en) « Résultats des matchs de l'Ultimate Warrior de novembre 1990 à février 1991 », sur Ceagematch (consulté le 15 avril 2014)
  29. (en) Wade Keller, « WWE ROYAL RUMBLE FLASHBACK - 20 yrs. ago (01-19-91): Hogan wins Rumble, Warrior drops WWF Title, HBK as Rockers, PWTorch Cover Story », sur Pro Wrestling Torch-consulté le=15 avril 2014,‎ 19 janvier 1991
  30. (en) Scott Keith, « The SmarK Rant for WWE Wrestlemania 7 », sur Inside Pulse,‎ 8 mars 2011 (consulté le 15 avril 2014)
  31. (en) Ryan Drew, « The Ultimate Warrior's 7 Greatest Matches of All Time », sur Yahoo!,‎ 19 mai 2011 (consulté le 15 avril 2014)
  32. (en) Scott Keith, « The Smark Rant for WWE Summerslam 1991 », sur Inside Pulse,‎ 9 août 2009 (consulté le 15 avril 2014)
  33. (en) John Canton, « WWE: Controversial 1991 Ultimate Warrior Letter To Vince McMahon Leaks Online », sur What Culture (consulté le 15 avril 2014)
  34. (en) « WrestleMania VIII review », sur Wrestling Observer/Figure Four Online,‎ 7 février 2007 (consulté le 15 avril 2014)
  35. (en) Stuart Carapola, « THE MANY COMEBACKS OF THE ULTIMATE WARRIOR, PART 1: WARRIOR RETURNS TO THE WWF IN 1992 AND IS FORCED TO VOMIT BY PAPA SHANGO, THEN CHALLENGES FOR THE WWF TITLE AT SUMMERSLAM », sur Pro Wrestling Insider,‎ 21 juin 2011 (consulté le 15 avril 2014)
  36. (en) Brian Hoops, « SPECIALIST - Nostalgia: 15 Years Ago Summerslam Flashback (Warrior-Savage, Bret-Davey) », sur Pro Wrestling Torch,‎ 23 août 2007 (consulté le 15 avril 2014)
  37. (en) « WWF Prime Time Wrestling 01.09.1992 », sur Cagematch (consulté le 15 avril 2014)
  38. (en) « Résultats des matchs de l'Ultimate Warrior de juin à octobre 1992 », sur Cagematch (consulté le 15 avril 1994)
  39. (en) Michael Bluth, « Ultiamte Warrior Talks About His 1992 WWF Release », sur 24 Wrestling,‎ 8 mai 2012 (consulté le 15 avril 2014)
  40. (en) Scott Keith, « The SmarK Rant for WWE Wrestlemania 12 », sur Inside Pulse,‎ 15 mars 2011 (consulté le 10 avril 2014)
  41. (en) Jack Bramma, « Ring Crew Reviews: WCW Halloween Havoc 1998 », sur 411 mania,‎ 16 août 2011 (consulté le 15 avril 2014)
  42. (en) Dave Scherer, « ULTIMATE WARRIOR TO APPEAR AT WRESTLING EVENT, FORMER WWE WRESTLER STILL WONDERS WHY HE WAS RELEASED, RIC FLAIR MEETS J PETERMAN AND MORE », sur Pro Wrestling Insider,‎ 28 avril 2004 (consulté le 11 avril 2014)
  43. (en) « NWE Summer Tour 2008 - Tag 3: Return Of The Warrior », sur Cagematch (consulté le 11 avril 2014)
  44. (en) « THE ULTIMATE WARRIOR CONFIRMED FOR THE WWE HALL OF FAME », sur WrestleView (consulté le 14 janvier 2014)
  45. (en) Joe Tacopino, « Ultimate Warrior, former WWE champ, dead at 54 », sur New York Post,‎ 9 avril 2014 (consulté le 9 avril 2014)

Liens externes[modifier | modifier le code]