Shawn Michaels

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Shawn et Michaels.

Michael Shawn Hickenbottom

Description de cette image, également commentée ci-après

Shawn Michaels avant son match à WrestleMania XXIV

Données générales
Nom complet Michael Shawn Hickenbottom
Nom de ring Sean Michaels
Shawn Michaels
Nationalité Drapeau des États-Unis États-Unis
Né(e) le 22 juillet 1965 (49 ans),
Chandler, Arizona, Drapeau des États-Unis États-Unis
Taille 6 0 (1,83 m)[1]
Poids 225 lb (102 kg)[1]
Catcheur (ou catcheuse) retraité(e)
Fédération(s) American Wrestling Association
World Wrestling Entertainment
Entraîné(e) par Jose Lothario
Carrière pro. 1984 – 2010

Michael Shawn Hickenbottom (né le 22 juillet 1965 à Chandler, Arizona, États-Unis), mieux connu sous le nom de Shawn Michaels, est un catcheur américain.

Il est principalement connu pour son travail à la World Wrestling Federation/Entertainment (WWF/WWE) où il a remporté durant sa carrière quatre championnats du Monde, ainsi que trois fois le championnat Intercontinental de la WWF, une fois le championnat européen de la WWF, cinq fois le championnat du Monde par équipe de la WWF/E et une fois le championnat par équipe unifié de la WWE.

Après s'être fait connaître pour son travail en équipe en tant que membre des Rockers (avec son partenaire Marty Jannetty) à la fin des années 1980 et au début des années 1990, Michaels connaît un grand succès en solo. Il devient alors l'une des plus grandes stars de la WWF au milieu des années 1990, et entre en rivalité avec Bret Hart, considéré comme étant le visage de la compagnie, avec qui ils enclencheront le célèbre Montreal Screwjob, lors des Survivor Series 1997. Il remportera trois fois le championnat de la WWF durant cette période, et fera aussi les premiers Hell in a Cell et Iron Man matchs de l'histoire de la fédération. Avec Triple H, Michaels formera l'équipe D-Generation X, qui deviendra une grande équipe connue notamment pour sa rivalité avec le président de la compagnie, Mr. McMahon.

Après s'être écarté des rings en 1998 suite à une opération au dos, Michaels reprend sa carrière en 2002, et remporte son dernier titre mondial, le championnat du Monde poids lourds de la WWE dans le tout premier Elimination Chamber match de l'histoire de la fédération, lors des Survivor Series 2002. Il reforme plus tard l'équipe DX avec Triple H, avec qui il finira par remporter pour la première fois les championnats par équipes en fin 2009.

Il prend officiellement sa retraite après plus de 25 ans de carrière le 28 mars 2010 à WrestleMania XXVI, juste après sa défaite contre l'Undertaker, dont il avait tenté pour la seconde fois de mettre fin à sa série d'invincibilité. Un an après, il est intronisé au Hall of Fame de la WWE.

Carrière[modifier | modifier le code]

Débuts (1984-1988)[modifier | modifier le code]

Hickenbottom (de son vrai nom) commence son entraînement de lutte professionnelle avec pour entraîneur le catcheur mexicain Jose Lothario[2],[3]. Durant son entraînement, il adopte le nom de ring qu'il portera tout au long de sa carrière : Shawn Michaels[4]. Après son entraînement avec Lothario, il débute à la Mid-South Wrestling et à la Texas All-Star Wrestling (TASW), toutes deux des fédérations de catch professionnel, en octobre 1984 à l'âge de 19 ans[4]. Durant son passage à la TASW, Michaels remplace Nick Kiniski dans la American Breed tag team, et il fait ainsi équipe avec Paul Diamond. Les efforts de Michaels et Diamond leur permettent de remporter le titre par équipe de la TASW contre Chavo Guerrero, Sr.[5]. L'équipe est renommée par la suite American Force[6]. Il travaille ensuite à la Central States Wrestling[7], où il rencontre son équipier, Marty Janetty. Ils défont The Batten Twins afin de remporter le championnat par équipe de la Central States, pour les perdre plus tard contre ces mêmes Battens[5]. Michaels fait alors plusieurs apparitions dans la World Class Championship Wrestling basée à Dallas, Texas, durant l'année 1985.

Michaels fait ses débuts au niveau national à l'âge de 20 ans dans la American Wrestling Association (AWA) en 1986, et il fait de nouveau équipe avec Marty Janetty[2]. C'est à ce moment que le surnom The Midnight Rockers voit le jour, composée de deux jeunes loups au talent prometteur. Le 20 avril 1986, ils affrontent le duo formé de Playboy Buddy Rose et de Pretty Boy Doug Somers à Wrestle rock au Metrodome de Minneapolis Minnesota[2]. Ils remportent les ceintures par équipe de la AWA contre cette même équipe. En 1987, les Rockers signent un contrat avec la World Wrestling Federation (WWF)[2], avant d'en être renvoyés deux semaines plus tard, à cause d'un incident dans un bar. Ils retournent alors à la AWA avant de re-signer avec la WWF un an plus tard[8].

World Wrestling Federation (1988-2000)[modifier | modifier le code]

The Rockers (1988-1991)[modifier | modifier le code]

Article détaillé : The Rockers.
L'équipe The Rockers, composée de Shawn Michaels et Marty Jannetty

Les Rockers reviennent à la WWF lors d'un House Show le 7 juillet 1988. Du fait de l'envie du président de la WWF, Vince McMahon, d'avoir des noms de ring exclusifs à sa fédération, l'équipe des Midnight Rockers composée de Shawn Michaels et de Marty Jannetty se voit renommer simplement : "The Rockers"[4]. L'équipe est ce qu'on appelle une B Team, une équipe qui n'est pas mise en avant durant les émissions de la WWF durant les deux années qui suivirent[9].

En octobre 1990, les Rockers remportent les WWF Tag Team Championship en battant la Hart Foundation (composée de Bret Hart et de Jim Neidhart), alors que Neidhart est en négociation avec la fédération afin de résilier son contrat[9]. Mais peu après cette victoire, Neidhart trouve un accord avec la fédération et est réintégré au personnel de la WWF[9]. Les ceintures reviennent à la Hart Foundation, et ce changement de titre ne fut jamais connu du public ni mentionné à la télévision. Quand la nouvelle est dévoilée, la WWF explique que le résultat original a été annulé à cause d'une corde cassée sur le ring pendant le combat, ce qui est véridique, mais cela n'a pas eu une grande influence pendant le match[4]. Les Rockers continuent leur association, malgré la rupture le 2 décembre 1991, lors de l'incident du show télévisé de Brutus "The Barber" Beefcake, le Barber Shop Talk Show, un évènement promotionnel[10]. Michaels frappe Jannetty avec un Sweet Chin Music et lui fait traverser une vitre sur le plateau du talk show du Beefcake[2],[11]. Jannetty quitte alors la compagnie, tandis que Michaels devient un heel, surnommé The Boy Toy[10].

The Heartbreak Kid (1992-1995)[modifier | modifier le code]

Shawn Michaels en 1994

Sur une suggestion de Curt Hennig, Shawn Michaels devient The HeartBreak Kid, obtient un nouveau gimmick et devient heel. Sherri Martel est son manager. Michaels entre sur le ring sur une nouvelle musique, composée par Jimmy Hart, Sexy Boy, chantée par lui-même et avec Sherri aux chœurs, qui renforce son personnage de narcissique. Durant cette période, il lutte dans des House Show.

Aux Survivor Series 1992, il perd son match contre Bret Hart pour le titre du champion de la WWF [12] ainsi qu'en juillet 1992. Il perd aussi le premier Ladder Match (match de l'échelle dont le but est de décrocher un objet suspendu) de l'histoire de la WWF contre Bret Hart dans un House Show.

Il gagne le titre intercontinental contre The British Bulldog au Saturday Night's Main Event du 27 octobre 1992[13], qu'il perd contre Jannety lors du WWE Raw du 17 mai 1993[14]. Il le regagne le 6 juin avec l'aide de son nouveau garde du corps, Diesel[15]. Après une feud avec Mr. Perfect, Michaels quitte la WWF en septembre 1993, en raison d'un test anti-dopage positif aux stéroïdes qu'il nie avoir pris[16]. Après des propositions de la World Championship Wrestling, Michaels revient à la WWF et fait de nombreuses apparitions à la United States Wrestling Association durant la WWF/USWA promotion.

Il réapparaît à la télévision pour la WWF en novembre lors du Survivor Series 1993 où il remplace Jerry Lawler pour le traditionnel match par équipe à élimination qui cette année-là oppose des équipes de cinq, mais perd le match contre la famille Hart[17]. En 1994, il entre en rivalité contre Razor Ramon qui a gagné le titre intercontinental laissé vacant après le départ de Michaels. Michaels et Razor Ramon participent à un Ladder Match à WrestleMania X que Ramon gagne[18]. Ce match est élu match de l'année 1994 par le magazine Pro Wrestling Illustrated[19]. Le 28 août 1994, HBK et Diesel deviennent les champions par équipe de la WWF en battant les Headshrinkers (Fatu et Samu)[20]. Au Summerslam 1994 de la même année, Diesel perd le titre intercontinental contre Razor Ramon, à cause du HeartBreak Kid qui trahit son équipier en lui donnant un Sweet Chin Music[21]. Aux Survivor Series 1994, Shawn Michaels, Diesel, Owen Hart, Jim Neidhart et Jeff Jarrett perdent contre Razor Ramon, The 1-2-3 Kid, The British Bulldog, Fatu et Sionne après avoir éliminé tous leurs concurrents, sauf Razor Ramon, et après s'être fait compter à l'extérieur[22]. Michaels gagne le Royal Rumble 1995 en étant le premier vainqueur à entrer en premier[23]. À WrestleMania XI, Michaels, accompagné de Sid et Jenny McCarthy, perd contre Diesel accompagné de Pamela Anderson, qui au départ, devait accompagner Michaels, pour le championnat de la WWF[24].

D-Generation X (1995-1997)[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Kliq, D-Generation X et Montreal Screwjob.

Il retourne sur le ring en tant que babyface en juin 1995. Il bat Jeff Jarrett le mois suivant à In your House pour gagner son troisième titre de championnat intercontinental[25]. À Summerslam 1995, il bat Razor Ramon dans un ladder match (annoncé comme « la revanche de Wrestlemania X ») pour conserver son titre[26].

Pendant ce temps, il devient le chef de la Kliq, un clan composé de Kevin Nash, Triple H, Razor Ramon, X-Pac et Justin Credible[27]. À In Your House 4 : Great White North, il perd contre Dean Douglas par forfait et perd donc son titre. Le 20 novembre 1995, à WWE Raw, durant un match contre Owen Hart, Owen donne un Enzuigiri à Michaels à l'arrière de la tête qui le blesse ; malgré tout, il continue de combattre.

D-Generation X (Triple H et Shawn Michaels) lors de leur entrée sur le ring

Après une pause dans le monde de la lutte, il revient au Royal Rumble 1996 qu'il gagne pour la deuxième année de suite (en entrant à la 18e place)[28]. Lors de WWF In Your House Rage In The Cage 1996 il bat Owen Hart. Michaels remporte son premier WWF Championship à Wrestlemania XII contre Bret Hart dans un Iron man Match qui dura 1:01:52[29]. Le règne de Michaels se termine au Survivor Series 1996 où il est battu par Sycho Sid[30]. Il récupère le titre au Royal Rumble 1997 chez lui à San Antonio[31]. Lors d'un épisode de Raw (13 février 1997), il rend le titre vacant en raison d'une blessure au genou.

De retour de blessure, il fait équipe avec Steve Austin ; ils deviennent champion par équipe de la WWF en battant The British Bulldog et Owen Hart, mais perdent les titres en raison d'une blessure de Michaels. À Summerslam 1997, il est l'arbitre spécial du match entre Bret Hart et The Undertaker où il frappe The Undertaker avec une chaise alors qu'il visait Bret Hart, ce qui donne la victoire au Hitman[32]. Lors de Badd Blood, Michaels affronte The Undertaker dans le tout premier Hell in a Cell match de l'histoire : un match sanglant qui voit HBK en sortir vainqueur après l'intervention de Kane[33].

Shawn Michaels a été impliqué dans un des scénarios de match (storyline) les plus controversés de l'histoire de la compagnie, lors de son match l'opposant à Bret Hart aux Survivor Series 1997, à Montréal. Bret, dont le contrat le liant à la WWF se termine bientôt, est alors champion de la WWF et a un droit de veto sur ses storylines, et il prévoit de rejoindre la World Championship Wrestling (WCW), fédération concurrente. Toutefois il est convenu entre Vince McMahon et Bret que ce dernier conserve son titre aux Survivor Series car les deux hommes se détestent à l'époque (ils se sont déjà battus dans les vestiaires) et Hart souhaite faire une dernière apparition triomphale devant son public, au Canada. En échange de quoi Hart s'engage à quitter la WWF sans la ceinture qu'il devait abandonner avant le début de son contrat avec la WCW. Vince, qui a auparavant vu la catcheuse Alundra Blayze partir à la WCW avec le championnat féminin de la WWF et qui a jeté la ceinture dans une poubelle dans Monday Nitro, décide au dernier moment de modifier ces plans qui prévoyait qu'il y ait un intervention de la Hart Foundation (Davey Boy Smith et Owen Hart) et de D-Generation X (Triple H, Rick Rude et Chyna) provoquant une disqualification[34]. C'est ainsi que l'arbitre du match Earl Hebner accorde la victoire par soumission à Michaels alors que Bret n'a pas abandonné bien qu'étant pris au piège de son propre Sharpshooter. Le public est rendu furieux par cela, et Bret Hart, humilié, coupe les ponts avec la WWF. Cet incident est connu comme le Montréal Screwjob, c'est-à-dire la « crasse de Montreal »[35],[36].

Diverses rivalités et retraite (1998-2000)[modifier | modifier le code]

Au Royal Rumble 1998, Michaels doit faire face à The Undertaker dans un Casket match (match dont le but est d'enfermer son adversaire dans un cercueil). Durant le match, il passe par dessus la troisième corde et tombe sur le cercueil avec le bas de son dos, il se fait ainsi une double hernie discale[37], ce qui le force à prendre du repos après avoir perdu le championnat de la WWF contre Stone Cold Steve Austin à WrestleMania XIV[38].

Michaels continue à faire des apparitions télévisées à la WWF mais ne lutte pas, et le 23 novembre 1998, il remplace Sgt. Slaughter en tant que Commissionnaire de la WWF, rejoignant ainsi la Corporation de Vince McMahon en tant que heel[39]. Plus tard dans l'année 1998, mais aussi en 1999, Michaels fait des apparitions régulières à RAW, durant lesquelles il programme des matchs, abuse de son autorité, et parfois, décide de la fin des matchs[39]. En 1999, Michaels reforme la D-Generation X, redevenant ainsi un face, mais il interrompt ses apparitions télévisuelles pour se faire opérer[40], et à son retour, la DX est séparée.

Michaels fait de nouveau des apparitions occasionnelles en tant que commissionnaire durant le printemps et l'été 1999. Il est ensuite absent des programmes télévisés de la WWF jusqu'au 21 mai 2000, date à laquelle il revient pour arbitrer l’Iron Man Match entre The Rock et Triple H à Judgment Day 2000[41]. Un mois plus tard, Michaels réapparaît brièvement afin de passer le rôle de Commissionnaire à Mick Foley, après quoi il est absent des programmes télévisés jusqu'en 2001[42]. Pendant ce temps, croyant que sa carrière dans la lutte est terminée, Michaels veut se lancer dans l'apprentissage de la lutte professionnelle[43]. Il profite de sa notoriété pour ouvrir une école avec son nom de scène : The Shawn Michaels Wrestling Academy, après que son avocat, Skip McCormick, lui suggère l'idée[43]. Michaels abandonne finalement l'école au bout d'un certain temps[43]. Même s'il a abandonné son école, Michaels aura formé de très grands futurs catcheurs tels que Lance Cade ou encore Bryan Danielson. Il est journaliste sportif pendant une très brève période pour le journal local de San Antonio[43].

Retour à la World Wrestling Entertainment (2002-2010)[modifier | modifier le code]

World Heavyweight Champion (2002-2005)[modifier | modifier le code]

Shawn Michaels et Chris Jericho, après leur match à Wrestlemania XIX

En 2002, après plus de quatre ans sans catcher, Shawn Michaels revient à la WWE en entrant dans le New World Order (nWo) mené par Kevin Nash. Après la disparition du nWo, il reforme la DX avec Triple H, mais ce dernier le trahit, ce qui amène à un Street Fight Match au Summerslam 2002 que Michaels gagne même si après le match Triple H frappe HBK avec une massue[44].

Aux Survivor Series, il remporte le premier Elimination Chamber match pour devenir champion du mode poids-lourds de la WWE contre Rob Van Dam, Kane, Chris Jericho, Booker T et Triple H[45]. Son règne se termine à Armaggedon où Triple H gagne un Three Stages of Hell match (match composé de trois combats, un Street Fight match, un match en cage et un Ladder match)[46].

Il commence alors une rivalité avec Chris Jericho. Le 13 janvier 2003, Jericho gagne un Over The Top Rope match (match dont le but est de faire tomber ses adversaires du ring après qu'ils sont passés par-dessus la troisième corde) pour choisir son numéro d'entrée au Royal Rumble 2003 face à Kane, Rob Van Dam et Batista. Il choisit le 2 pour commencer avec Michaels qui a le numéro 1[47]. Au Royal Rumble, avec l'aide de Christian, Jericho élimine HBK[48]. À Wrestlemania XIX, Michaels gagne contre Jericho, après le match il serre la main de Jericho et le prend dans ses bras et se fait trahir par Jericho qui lui donne un coup de pied dans l'entrejambe[49]. Au Summerslam 2003, il participe au deuxième Elimination Chamber, mais il perd en se faisant éliminer par Goldberg[50]. Aux Survivor Series 2003 il fait partie de l'équipe de Steve Austin et avec Rob Van Dam, Booker T, et The Dudley Boyz (Bubba Dudley et D-Von Dudley), ils perdent contre l'équipe d' Eric Bischoff (Scott Steiner, Mark Henry, Chris Jericho, Christian et Randy Orton) dans un match par équipe à élimination où Michaels est le dernier membre de son équipe sur le ring et se fait éliminer par Orton[51].

Lors d'un épisode de Raw le 29 décembre, chez lui à San Antonio, il affronte Triple H pour le championnat du monde poids-lourds. L'arbitre étant inconscient, le general manager Eric Bischoff le remplace. Michaels effectue son Sweet Chin Music, mais les épaules des deux hommes sont comptées. Il y a match nul donc et pas de changement de titre[52].

Au Royal Rumble 2004, il affronte à nouveau Triple H pour le championnat du monde poids-lourds dans un Last man standing match, qui se termine par un no contest, les deux hommes ne s'étant pas relevé au compte de dix[53]. À WrestleMania XX, il perd un Triple Threat Match pour le championnat du monde poids-lourds contre Chris Benoit (vainqueur) et Triple H[54]. À Backlash il affronte à nouveau Triple H et Benoit pour le championnat poids-lourds et ce dernier remporte le match en soumettant Michaels[55]. Sa rivalité contre Triple H atteint son paroxysme le 13 juin à Bad Blood : Michaels perd dans un Hell in a Cell match de près de 47 minutes[56]. Le lendemain à Raw Jim Ross souhaite que les deux hommes se serrent la main mais Kane arrive et attaque Michaels le poussant ainsi à s'éloigner des rings pendant quelques mois[57],[5].

À son retour en septembre il bat Kane à Unforgiven dans un match sans disqualification[58]. Il commence après cela une rivalité avec Edge car ce dernier est intervenu en sa défaveur dans un match pour le championnat poids-lourds de Triple H le 19 octobre lors de Taboo Tuesday[59]. Le 9 janvier 2005 il est l'arbitre spécial d'un Elimination Chamber match pour le championnat du monde poids-lourds à New Year's Revolution au cours duquel il intervient pour éliminer Edge (en portant son Sweet Chin Music et suivi d'un Lionsault de Chris Jericho)[60]. Au Royal Rumble, il perd son match contre Edge et lors du Royal Rumble match élimine Kurt Angle qui revient sur le ring et l'élimine[61]. À Wrestlemania 21, il perd contre Angle[62].

Au lendemain de WrestleMania XXI il se fait attaquer par Daivari et Muhammad Hassan alors qu'il demandait un match revanche face à Angle[63]. La semaine suivante l'intervention d'Hassan lui fait perdre un match face à Daivari[64]. Le 1er mai à Backlash, il fait équipe avec Hulk Hogan et ensemble ils battent Daivari et Muhammad Hassan mettant fin à cette rivalité[65].

Après avoir battu Kurt Angle dans un match revance de WrestleMania à Vengeance le 26 juin[66], il trahit Hogan après un match par équipe à Raw le 4 juillet en lui portant son Sweet Chin Music[67]. La semaine suivante suivante il s'explique lors du Piper Pit, une interview avec Roddy Piper en disant qu'il souhaite proposer au public un match inoubliable, cela a mis Piper en colère et il a provoqué Michaels et s'est pris un Sweet Chin Music[68]. Le 18 juillet Hogan accepte le défi[69] et à SummerSlam le Hulkster remporte son match[70].

Au lendemain de sa défaite face à Hogan il est interrompu par Chris Masters alors qu'il s'adresse au public à Raw[71]. Le 5 septembre Michaels affronte son rival dans un Masterlock Challenge dont le but est de briser la prise de soumission de Masters (la Full Nelson qu'il appelle la Masterlock) que perd le Heart Break Kid après s'être pris un coup de chaise[72]. À Unforgiven il bat Masters[73].

Le 3 octobre il affronte Kurt Angle dans un Iron Man match de 30 minutes pour devenir challenger pour le titre de champion du monde poids-lourds de la WWE qui se termine sur une égalité à deux partout[74]. Il participent donc tous les deux à un Triple threat match face au champion du monde poids-lourds John Cena à Taboo Tuesday le 1er novembre que Cena remporte[75].

Il participe au match par équipe à élimination opposant l'équipe SmackDown (Batista, John Bradshaw Layfield, Lashley, Randy Orton et Rey Mysterio) à l'équipe Raw (Carlito, Chris Masters, Kane, The Big Show et lui même) aux Survivor Series le 27 novembre où il est éliminé en dernier par Randy Orton[76].

Retour de la D-Generation X (2006-2007)[modifier | modifier le code]

Michaels affronte John Cena à WrestleMania 23

Il se qualifie pour l’Elimination Chamber match pour le championnat de la WWE le 12 décembre en battant Big Show par disqualification[77]. Le 26 décembre Vince McMahon fait un commentaire très négatif sur le DVD retraçant la carrière de Bret Hart et il est interrompu par Michaels qui prend la défense de Hart. Le chairman devient menaçant et conclu en disant « j'ai arnaqué Bret, ne me force pas à t'arnaquer toi »[78]. La semaine suivante McMahon, furieux lui fait affronter Kane dans un match où il ne peut pas utiliser le Sweet Chin Music, Michaels perd ce match après avoir été distrait par le chairman et il est ensuite annoncé qu'il commencera l’Elimination Chamber match à New Year's Revolution le dimanche suivant[79]. À New Year's Revlution il se fait éliminer par Carlito[80].

Par la suite le chairman tente de virer Michaels en le faisant affronter Kurt Angle dans un match où son contrat est en jeu[81]. Le 16 janvier il bat Shelton Benjamin dans un match où la place de Michaels au Royal Rumble match était en jeu et après le match Vince McMahon lui dit qu'il aura besoin de bien plus que de la chance pour gagner le Royal Rumble[82]. Lors du Royal Rumble, il se fait éliminer par Shane McMahon, qui ne participait pas au match, en raison de sa rivalité avec les McMahon[83]; le Rumble sera finalement remporté par Rey Mysterio. Le lendemain il défie Mr. McMahon qui refuse puis le nargue en lui disant que si il le frappe il est renvoyé et se prend un coup de chaise de la part de Shane McMahon[84]. Le 13 février Mr McMahon souhaite forcer Shawn à prendre sa retraite mais ce dernier refuse de signer le contrat que le Chairman et ses avocats ont rédigés[85]. La semaine suivante il intervient alors que Mr.McMahon humilie Marty Jannetty en lui demandant d'embrasser ses fesses pour avoir un contrat avec la WWE[86], par la suite Jannetty explique qu'il a besoin de ce travail[87]. Le 18 mars à Saturday Night's Main Event Shane McMahon bat Shawn dans un Street Fight match qui s'est conclu de manière controversée rappelant le Montreal Screwjob, McMahon remportant le match par soumission en effectuant le Sharpshooter sur son adversaire et son père ordonne que la cloche sonne alors que Shawn Miichaels n'a pas abandonné[88]. Cela a abouti à un No Holds Barred Match opposant Shawn Michaels à Vince McMahon à WrestleMania 22, remporté par Shawn[89].

Cette rivalité continue par la suite car dés le lendemain Vince a déclaré que son adversaire a été aidé par Dieu pour remporté son match[90]. Dans les semaines suivantes le chairman interfère dans les matchs de son rival face à Umaga[91] puis face à Shane McMahon[92]. Il perd contre Vince et Shane McMahon à Backlash[93]. Le 15 mai Triple H décide de s'allier à lui en intervenant dans un match opposant Shawn à Kenny Doane dont l'arbitre est Shane McMahon en portant un coup de massue à Shane[94]. Ensemble ils battent la Spirit Squad dans un match handicap à deux contre cinq lors de Vengeance[95]. D-Generation X continue sa rivalité avec les McMahon et la Spirit Squad pendant l'été. Le 15 juillet à Saturday Night's Main Event DX bat les cinq membres de la Spirit Squad dans un match à handicap à élimination[96]. Au SummerSlam, la DX remporte un match en équipe face à Vince et Shane McMahon[97].

La rivalité entre DX et les McMahon reprend dés le lendemain après que le clan a vandalisé la limousine de Vince McMahon[98]. La semaine suivante Shawn Michaels et Triple H affrontent Fit Finlay, William Regal et Mr.Kennedy dans un match à handicap que la DX remportent et après le match ils se font attaquer par le Big Show leurs adversaires du soir et les McMahon[99]. À Unforgiven, la DX l'emporte face Vince et Shane McMahon et le Big Show dans un match handicap Hell In A Cell[100].

Le 2 octobre, DX intervient lors du match en cage pour le championnat de la WWE opposant Edge à John Cena pour contrer l'intervention de Lance Cade et Trevor Murdoch en faveur d'Edge, le match a été remporté par Cena qui a conservé son titre[101]. Deux semaine plus tard Edge a décidé de s'allier à Randy Orton et ils se moquent ouvertement de D-Generation X[102]. Les deux équipes se sont affrontés le 5 novembre à Cyber Sunday avec Eric Bischoff comme arbitre, où DX connait sa première défaite depuis la réunification[103]. Le lendemain Michaels et Triple H interviennent lors du match pour le pour le championnat du monde par équipe de la WWE opposant Ric Flair et Roddy Piper à Rated RKO, Michaels porte son Sweet Chin Music sur Orton permettant ainsi à Flair de faire gagner son équipe[104]. Le 20 novembre Ric Flair et John Cena s'allie à D-Generation X pour remporter un match face à Rated RKO, Kenny Doane et le Big Show[105]. Au Survivor Series, la Team DX (Triple H, Shawn Michaels, CM Punk, Jeff et Matt Hardy)défait la Team Rated RKO (Edge, Randy Orton, Johnny Nitro, Mike Knox et Gregory Helms) dans un match par équipe à élimination où aucun membre de la Team DX est éliminé[106]. Cette rivalité a repris et le 4 décembre Rated RKO, Nitro et Joey Mercury ont vaincu D-Generation X et les frères Hardy[107]. Deux semaines plus tard, Edge remporte une bataille royale pour devenir challenger pour le championnat de la WWE face à John Cena plus tard dans la soirée. D-Generation X est intervenu pendant le match en permettant ainsi à Cena de conserver son titre et cela a abouti à un match opposant Rated RKO et Umaga à DX et Cena qui s'est terminé en No Contest après qu'Edge et Orton ont attaqué leurs adversaires avec des chaises en début de match[108].

Le 7 janvier 2007 à New Year's Revolution, la DX affronte Rated RKO, cette fois pour le championnat du monde par équipe de la WWE. Le match se termine en No contest et Triple H se blesse au genou pendant le match et est donc mis au repos pendant plusieurs mois[109]. L'absence de son équipier n'empêche pas Michaels de remporter un match à handicap face à Edge et Randy Orton huit jours plus tard[110]. Une semaine plus tard, Edge l'emporte face à Michaels dans un Street fight match[111].

Il participe au Royal Rumble match lors du spectacle éponyme où il entre en 23e position et il est le dernier éliminé par The Undertaker qui a remporté le match[112]. Le lendemain Michaels et Cena remportent le championnat du monde par équipe face à Rated RKO[113]. Après qu'il a demandé à l'Undertaker de choisir qui il va défier à WrestleMania 23 le 2 février ce dernier a décidé d'affronter Batista ce qui permet à Shawn de devenir challenger pour le championnat de la WWE face à son équipier à WrestleMania après sa victoire face à Edge et Randy Orton[114],[115]. L'annonce de ce match entre ces deux équipiers ne marque cependant pas la fin de leur alliance puisqu'à No Way Out ils remportnet un match sans enjeu face à l'Undertaker et Batista puis le 26 février ils défendent leur titre avec succès face à Rated RKO[116],[117]. Cena conserve son titre à WrestleMania 23 et leur alliance prend fin le lendemain de WrestleMania où Michaels trahit son équipier et l'envoie par dessus la troisième corde lors d'une bataille royale par équipe[118],[119]. Le 23 avril il bat Cena dans un match simple mais il ne réussit pas à remporter le titre le dimanche suivant à Backlash dans un Fatal four-way match avec Edge, Randy Orton et John Cena, qui conserve son titre[120],[121].

À Judgment Day, il affronte Randy Orton et perd par décision de l'arbitre car il a commencé le match avec une commotion cérébrale très probablement scénaristique[122]. Cela donne ainsi une raison officielle à son absence des rings pour soigner une blessure au genoux[123].

Diverses rivalités (2007-2009)[modifier | modifier le code]

Il fait son retour le 15 octobre au lendemain de No Mercy où il bat par disqualification le nouveau champion de la WWE Randy Orton suite à l'intervention de Mr.Kennedy et Michaels a été aidé par Jeff Hardy[124]. La semaine suivante Hardy et Michaels ont vaincu Orton et Mr. Kennedy dans un match par équipe mais à Cyber Sunday, Hardy a perdu son match face à Kennedy et Michaels a quant à lui remporté son match de championnat par disqualification suite à un coup bas de son adversaire[125],[126]. Le 5 novembre D-Generation X se reforme pour l'emporter contre Orton et Umaga[127]. Il perd contre Orton lors des Survivor Series (2007) dans un match où Michaels ne peut utiliser son Sweet Chin Music et où Orton aurait perdu son titre en cas de disqualification[128]. Sa rivalité avec Orton se termine le 3 décembre par la victoire de ce dernier par décompte à l'extérieur car après que Mr. Kennedy a tenté d'intervenir dans le match Michaels l'a affronté hors du ring[129]. Cela a amené à l'affrontement des deux hommes à Armageddon le 15 décembre remporté par Michaels[130].

Sa rivalité avec Kennedy continue en 2008 et après que Michaels a battu son rival le 21 janvier ce dernier l'élimine lors du Royal Rumble match lors du spectacle éponyme[131],[132]. Il participe au Elimination Chamber de Raw à No Way Out où il se fait éliminer par Triple H qui devient ainsi le challenger pour le championnat de la WWE[133].

Le 25 février Ric Flair a défié Shawn Michaels dans un Career Threatening match à WrestleMania XXIV et après avoir décliné l'offre il a finalement accepté le 10 mars[134],[135]. Il met fin à la carrière de Flair à WrestleMania XXIV[136].

Le 4 avril, Michaels évoque ses sentiments pour Ric Flair mais est interrompu par Batista qui dit que Michaels est égoïste et dit qu'il aurait dû laisser gagner son mentor[137]. Le 25 avril, Shawn intervient dans un match sans disqualification entre The Undertaker et Batista pour le championnat du monde poids-lourds détenu par le Deadman en attribuant un Sweet Chin Music à Batista permettant à l'Undertaker de conserver son titre. Cela a amené à un affrontement entre Batista et Michaels à Backlash remporté par ce dernier et arbitré par Chris Jericho[138],[139].

Shawn Michaels posant pour la foule au centre du ring.
Michaels en 2008.

Il simule une blessure à la jambe gauche à la suite de ce match et le lendemain du match, Chris Jericho lui offre de manière ironique l'oscar du meilleur acteur pour sa fausse blessure[140]. Cela donne lieu à une rivalité entre les deux hommes qui a donné lieu à deux matchs : le premier à Judgment Day remporté par Michaels et a vu les deux hommes se serrer la main après le match[141]. Le second match a eu lieu le 26 mai et les deux hommes ont été compté à l'extérieur[142]. Entre temps Batista a obtenu le 19 mai le droit d'affronter Michaels à One Night Stand après sa victoire face à Jericho, ce Stretcher match est remporté par Batista[143],[144].

Le 9 juin, Jericho interviewe Shawn et après avoir fait l'éloge de celui qu'il a décrit comme son mentor il l'a attaqué[145]. Le 29 juin à Night of Champions, il intervient dans le match entre Chris Jericho et Kofi Kingston et son intervention permet à Kofi Kingston de l'emporter sur Jericho, faisant perdre à Jericho son titre intercontinental[146]. Jericho et Michaels se font face à The Great American Bash 2008 le 20 juillet, mais Michaels, jugé incapable de continuer le match par l'arbitre après avoir reçu un coup de coude de Jericho dans l'œil, qui saigne alors abondamment, est déclaré perdant. Après le match, Jericho a déclaré que la carrière de Michaels était terminée à cause de cette blessure[147]. À SummerSlam, Shawn Michaels accompagné par sa femme, annonce qu'il arrête sa carrière ; mais la rivalité repart entre lui et Chris Jericho après que Jericho a accidentellement frappé Rebecca, la femme de Shawn Michaels[148]. Le 25 août, Michaels annonce qu'il ne va pas suivre les conseils des médecins pour sa blessure et qu'il veut défier Jericho dans un Unsanctioned match à Unforgiven, match que Jericho accepte[149].

Michaels triomphe sur Chris Jericho à Unforgiven et ce dernier remporte plus tard dans la soirée le championnat du monde poids-lourds[150]. Le 15 septembre Michaels annonce qu'il va affronter son rival à No Mercy dans un Ladder match pour le championnat poids-lourds[151]. Suite à cette annonce Jericho s'est allié à John Bradshaw Layfield (JBL) et Lance Cade et ensemble il remportent un match par équipe à handicap face à Michaels et Batista[152]. Michaels réplique en reformant pour un soir D-Generation X avec Triple H pour vaincre Jericho et Cade[153]. Mais finalement Shawn Michaels perd son match de championnat face à Jericho suite à l'intervention de Cade en fin de match[154].

Le 13 octobre, il affronte Batista dans un Lumberjack match qu'a annoncé Jericho. Pendant le match les autres catcheurs qui doivent en principe rester aux abords du ring décident d'entrer sur le ring et d'attaquer les deux hommes mais Michaels et Batista réussissent à se défendre et prennent le dessus avant de se serrer la main[155]. Le 26 octobre à Cyber Sunday il est choisi pour être l'arbitre du match entre Jericho et Batista pour le championnat du monde poids-lourds qui est remporté par ce dernier[156]. Le lendemain, Shawn Michaels et Batista font face à JBL et Chris Jericho. Batista gagne le match presque tout seul car son équipier du soir s'est fait attaquer dans les vestiaires avant le début du match mais il est quand même venu se battre sur le ring[157].

Shawn Michaels à Raw, en 2008

Lui et son équipe (Rey Mysterio, The Great Khali, JTG et Shad Gaspard) réussissent à battre l'équipe de JBL (Kane, The Miz, John Morrison, MVP) dans un match par équipe à élimination lors des Survivor Series[158]. Le 1er décembre JBL révèle que son rival a perdu énormément d'argent et il lui propose de devenir son garde du corps ce que Michaels est forcé d'accepter[159]. La semaine suivante, Shawn reçoit le Slammy Award du meilleur match de l'année pour son match contre Ric Flair mais JBL arrive pour lui prendre la récompense[160]. Le 22 décembre, il bat Kane et se qualifie pour le Fatal four-way match pour désigner le challenger au championnat du monde poids-lourds de John Cena. Ce soir là il intervient dans le match entre Rey Mysterio et JBL en giflant ce dernier, causant ainsi la disqualification de Mysterio[161]. La semaine suivante, il participe au Fatal four-way match à élimination où il élimine Randy Orton et Chris Jericho et se laisse éliminer par JBL[162]. Le 5 janvier 2009, Orton et Jericho ont remis en cause le statut de challenger de JBL mais il a été confirmé comme challenger par Stephanie McMahon et elle organise un match par équipe opposant Jericho et Orton à Cena et Michaels pour prouver que ce dernier est encore intègre, match que Cena et Michaels remportent[163]. La semaine suivante il bat Cena grâce à l'aide de JBL[164]. Au Royal Rumble il accompagne JBL pour son match de championnat et malgré ses interventions in peut empêcher la victoire de Cena[165]. Le lendemain Michaels (qui représentait JBL) perd face à Cena son match pour participer à l’Elimination Chamber match à No Way Out[166]. La semaine suivante JBL et Michaels tombent d'accord pour un match pour à No Way Out qui a pour enjeu la « liberté » de Michaels[167]. Il bat JBL à No Way Out ce qui met fin à cette alliance[168].

Rivalité avec The Undertaker et retraite (2009-2010)[modifier | modifier le code]

Suite à sa défaite à No Way Out JBL souhaite affronter l'Undertakerà WrestleMania XXV pour mettre fin à sa série d'invincibilité lors de cet événement mais il est interrompu par Michaels et il a défié son rival la semaine suivante pour un match afin de déterminer qui des deux affrontera le Deadman[169]. Le 20 février, la manager générale de Smackdown Vickie Guerrero décide que le vainqueur devra affronter Vladimir Kozlov qui est encore invaincu à la WWE et que le vainqueur de ce dernier match aura le droit d'affronter l'Undertaker[170]. Michaels parvient à l'emporter face à JBL le 23 puis face à Kozlov le 2 mars[171],[172]. Le Deadman a accepté le défi le 6 mars[173]. Le 9 mars, après que Michaels a déclaré avoir du respect pour l'Undertaker mais qu'il n'a pas peur de l'affronter à WrestleMania il a été rejoint par ce dernier qui a provoqué son futur adversaire en disant que sa victoire n'est qu'un rêve[174]. La semaine suivante, les deux hommes font équipe et affrontent JBL et Vladimir Kozlov et ils remportent le match après que Michaels a pris le relai alors que l'Undertaker préparait son Chokeslam et a remporté le match. Cela a rendu son rival furieux qui l'a poursuivi alors qu'il quitte le ring mais Michaels lui a porté son Sweet Chin Music[175]. La semaine suivante Michaels provoque son rival après qu'il a admis ne l'avoir jamais battu en un contre un avec une vidéo où on le voit donner un coup de pied à une pierre tombale où il est écrit 16-1 la poussant ainsi dans la tombe[176]. Quatre jours plus tard Michaels provoque son rival à SmackDown en entrant sur le ring avec une veste et un chapeau blanc rappelant la veste et le chapeau noir de son adversaire et citant la Bible avant de se faire attquer par le Deadman qui est sorti de sous le ring pour tenter de l'attaquer sans succès[177]. Le 30 mars, Michaels arrive sur le ring où est disposé un cercueil et après avoir rappelé ce qu'il a fait subir à son adversaire ces dernières semaines celui ci est arrivé ; Michaels s'est alors caché sous le cercueil et a attaqué par surprise son rival[178]. Le dimanche suivant à WrestleMania XXV l'Undertaker a remporté le match portant sa série d'invincibilité durant ce show à 17 victoires, les deux hommes ont ce soir là fait le match de l'année selon le Wrestling Observer Newsletter[179],[180]. Après ce match il prend du repos afin de traiter son mal au genou ainsi que de passer du temps avec ses enfants[181].

Le 10 août, Triple H qui est en rivalité avec la Legacy (Randy Orton, Cody Rhodes et Ted DiBiase) vient au Texas demander l'aide de son ami qui est devenu cuisinier dans une cafétéria[182]. La semaine suivante les deux hommes font leur retour mais ils se font attaquer par Rhodes et DiBiase[183]. Six jours plus tard à SummerSlam, D-Generation X remportent leur match face à Legacy (Rhodes et Di Biase)[184]. Le lendemain D-Generation X organise une fête pour l'anniversaire de Vince McMahon et Legacy vient les interrompre, cela amènent DX et McMahon à affronter la Legacy dans un match par équipe sans disqualification que DX et McMahon remportent[185]. Le match revanche a lieu à Breaking Point, dans un Submission Count Anywhere match, match qui sera cette fois remporté par la Legacy[186]. Les deux équipes s'affrontent une nouvelle fois à Hell in a Cell dans un Tornado Tag Team Hell in a Cell match, remporté par la DX[187]. La DX fera ensuite partie de l'équipe de Raw à Bragging Rights, dans le match par équipes à 7 contre 7 contre l'équipe de SmackDown. Le match sera remporté par l'équipe de SmackDown suite à une trahison du Big Show envers son équipe[188]. Les deux membres de la DX obtiennent un match pour le championnat de la WWE face à John Cena aux Survivor Series, dans un Triple Threat match. Cena parviendra cependant à conserver le titre[189]. L'équipe entre ensuite en rivalité avec les champions par équipes unifiés de la WWE, l'équipe JeriShow, composée du Big Show et de Chris Jericho. Les DX mettent un terme au règne de champions de JeriShow en remportant les titres à TLC, dans un TLC Tag Team match[190]. La DX devient ainsi pour la première fois champions par équipes ensemble. Le lendemain, aux Slammy Awards, Michaels remporte pour la deuxième année consécutive le Slammy Award du match de l'année 2009, pour son match contre l'Undertaker à WrestleMania XXV. Pendant son discours de récompense, il annonce vouloir sa revanche lors de WrestleMania XXVI.

Michaels à WrestleMania XXVI avant son dernier match

En début d'année 2010, Bret Hart fait son grand retour à la WWE. À cette occasion, il en profite pour enterrer la hache de guerre du Montréal Screwjob avec Michaels. Déterminé à battre l'Undertaker à WrestleMania, Michaels participe au Royal Rumble match lors du Royal Rumble, dans le but de le remporter et obtenir un match contre l'Undertaker à WrestleMania XXVI, ce dernier étant le champion du Monde poids-lourds de la WWE. Entrant en 18e position, Michaels finit par se faire éliminer en 27e position par Batista. Bouleversé par cette défaite, Michaels fera perdre les championnats par équipes unifiés dans un Triple Threat Elimination Tag Team match, face à la Straight Edge Society (CM Punk et Luke Gallows) et ShowMiz (Big Show et The Miz), ces derniers ayant remporté les titres. Lors de Elimination Chamber, Michaels intervient durant l'Elimination Chamber match pour le championnat du Monde poids lourds, coûtant ainsi le titre à l'Undertaker[191]. Shawn explique son acte afin de pouvoir affronter une nouvelle fois l'Undertaker à WrestleMania XXVI. Ce dernier finit par accepter le défi, à la seule condition que Michaels mette sa carrière en jeu durant ce match, condition qu'il accepte. Michaels affronte donc l'Undertaker dans le dernier match de sa carrière? dans le main event de WrestleMania XXVI, dans un match sans disqualification. Après s'être remis de deux Tombstone Piledriver (dont un à l'extérieur du ring), un Last Ride, deux Chokeslam et un Hell's Gate, Michaels subit un Jumping Tombstone Piledriver, suivi du compte de trois de l'arbitre[192]. La victoire de l'Undertaker provoque la fin de la carrière de Shawn Michaels. Les deux hommes se serrent la main après leur match, Shawn Michaels salue le public, avant de quitter l'arène sous une grande ovation.

Le lendemain, il remercie, entre autres, l'Undertaker, Triple H, Vince McMahon, Bret Hart, ses proches et les fans avant de saluer une dernière fois la foule et de quitter définitivement la WWE après 25 ans de carrière. Il quitte l'arène avec Triple H, qui vient poser à terre deux bâtons phosphorescents verts en croix, faisant référence à D-Generation X, et conclut sur ses mots : « The Heartbeak Kid has left the building. »

Hall of Famer (2011-…)[modifier | modifier le code]

Shawn Michaels (à gauche) durant son intronisation au Hall of Fame de la WWE en 2011

Malgré sa retraite des rings, Shawn Michaels fait quelques apparitions occasionnelles dans les shows de la WWE, notamment lors du Tribute to the Troops 2010 (à cette occasion, la DX sera reformée de manière exceptionnelle sans toutefois être diffusée à la télévision). Puis, lors du Raw du 14 décembre 2010, Shawn Michaels remporte le Slammy Award du Moment de l'Année pour son match contre l'Undertaker à WrestleMania XXVI, allongeant son record du plus grand nombre de Slammy Awards remportés à onze. Il fait à cette occasion une apparition via satellite pour accepter le trophée. Alors que sa présence n'a pas été annoncée, il apparaît à Raw le 10 janvier 2011 où il est annoncé comme étant le premier introduit à la promotion 2011 du Hall of Fame de la WWE qui précède WrestleMania XXVII. Il portera le Sweet Chin Music sur Alberto Del Rio durant le show. Il apparaît également à Raw le 28 mars 2011 lors de la dernière confrontation entre Triple H et l'Undertaker avant leur match à WrestleMania XXVII. Le 2 avril, il est intronisé au Hall Of Fame 2011 par Triple H.

Shawn Michaels a été présent à Raw le 27 juin 2011, durant la Raw Roulette. À la fin d'une confrontation avec CM Punk, il porte le Sweet Chin Music sur David Otunga et Michael McGillicuty. Plus tard dans la soirée Drew McIntyre subira le même sort. Mi octobre 2011, la DX se réunit à Dallas pour lancer l'idée que la ville pourrait accueillir un futur WrestleMania. Cette séquence ne sera diffusée que sur le site officiel WWE.

Durant le Raw du 13 février 2012, HBK fait face à son ami Triple H pour tenter de le convaincre d'accepter le match contre l'Undertaker à WrestleMania XXVIII, sans succès. Triple H finira par accepter quelques jours plus tard après une provocation de l'Undertaker, lui rappelant que HBK serait meilleur que lui. Lors du Raw du 5 mars, il déclare après une discussion avec Triple H, qu'il sera l’arbitre officiel de son match à WrestleMania XXVIII. La semaine suivante, un face-à-face a lieu entre l'Undertaker et Shawn. Ce dernier, agacé par des rumeurs le disant incapable de terminer ce qu'il a commencé, déclare qu'en tant qu'arbitre de leur matc, il aura indirectement la possibilité de mettre enfin un terme à sa série d'invincibilité. Le 19 mars à Raw, les trois hommes sont réunis sur le ring. L'attitude de Shawn Michaels laisse planer le doute quant à son impartialité en tant qu'arbitre à WrestleMania. Lors du combat, il sera pris dans le Hell's Gate de l'Undertaker, puis plus tard portera le Sweet Chin Music sur l'Undertaker. À la fin du match, il portera assistance aux deux combattants afin de les aider à se relever. Des accolades suivront, ce respect mutuel sera salué par la foule.

Shawn Michaels reforme la DX le temps du 1000e épisode de Raw avec Triple H, Road Dogg, Billy Gunn et X-Pac et porte un Sweet Chin Music sur Damien Sandow. Le 6 août il revient à Raw à San Antonio, sa ville d'origine, et se retrouve confronté à Brock Lesnar deux semaines avant son match face à Triple H. On apprend que HBK sera présent dans le coin de Triple H à SummerSlam. Lors du Raw du 13 août, Brock Lesnar lui brise le bras. Il est par la suite retiré du programme du pay-per-view. Lors du Raw du 1er avril 2013, il fait son retour pour soutenir Triple H dans son match revanche contre Brock Lesnar, durant lequel Triple H mettra sa carrière en jeu, et lui révèle qu'il sera présent dans le coin de Triple H pour Wrestlemania XXIX. Lors de WrestleMania XXIX, il s'est pris un F-5 de Brock Lesnar qui l'a fait saigner du nez et a mis un Sweet Chin Music à Paul Heyman qui allait attaquer Triple H avec une chaise afin de casser le Kimura Lock qu'il portait sur Brock Lesnar. Lors de SummerSlam, il fait partie du pannel et donne son avis sur les matchs de la soirée comme celui de John Cena et de Daniel Bryan pour le titre WWE, où il précise qu'il aimerait voir Bryan gagner car il pense que l’ère de Cena touche à sa fin, et que Bryan mérite amplement le titre.

Lors du Raw du lendemain de Battleground, Brad Maddox demande à l'univers de la WWE de voter pour l'arbitre spécial du match entre Daniel Bryan et Randy Orton à Hell in a Cell. Shawn Michaels est choisi pour être l'arbitre du match. À Hell in a Cell, Shawn Michaels porte le Sweet Chin Music sur Daniel Bryan et permet donc a Randy Orton de gagner le titre de champion de la WWE. Il effectue donc un heel turn. Le lendemain il confirme son heel turn lors de son discours face à Daniel Bryan. Le 9 décembre à RAW 2013, il attaque CM Punk puis se fait attaquer par Daniel Bryan.

Caractéristiques au catch[modifier | modifier le code]

Michaels exécutant un Sweet Chin Music sur Chris Jericho
Shawn Michaels effectuant un Diving elbow drop lors de Wrestlemania XIX à Seattle, en 2003
  • Équipes et clans


  • Surnoms
    • The Heartbreak Kid / HBK
    • Sexy Boy
    • The Showstopper
    • The Headliner
    • The Main Event
    • Mr. WrestleMania
    • The Most Honored Champion In WWE History
    • The Icon
    • Mr. Hall of Fame
    • The Best Of The Best
  • Musiques d'entrée
Musique d'entrée Compositeur Période Fédération(s)
Living After Midnight Judas Priest 1988 WWF
Rockin' Rockers ? 1988-1991 WWF
Rhapsody In A Blue Jim Johnston 1991-1992 WWF
Sexy Boy (Sherri Martel Version) Sherri Martel, Jim Johnston, Jimmy Hart & JJ Maguire 1992-1993 WWF
Sexy Boy (V1) Shawn Michaels, Jim Johnston, J.J. Maguire & Jimmy Hart 1993-1997 ; 1998-2000 WWF
Break It Down The DX Band 1997-1998 ; 2006-2007 ; 2009-2010 ; 2012 WWF/E
Bad Attitude ? 1997 WWF
Sexy Boy (V2) Shawn Michaels, Jim Johnston, J.J.Maguire & Jimmy Hart 2002-… WWE

Palmarès[modifier | modifier le code]

Championnats remportés[modifier | modifier le code]

Michaels, faisant le "X" de DX
  • Texas Wrestling Alliance
    • 1 fois TWA Heavyweight Champion[5]

Récompenses de magazines[modifier | modifier le code]

PWI 500, les cinq cents meilleurs catcheurs de l'année[224]
Année 1991 1992 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999-2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009
Rang 37 en augmentation 16 en augmentation 3 en diminution 5 en augmentation 2 en augmentation 1 en diminution 18 en diminution 49 - en augmentation 32 en augmentation 9 en diminution 34 en augmentation 9 en augmentation 6 en diminution 7 en diminution 14
PS 50, les cinquante meilleurs catcheurs de l'année
Année 1994 1995 1996 1997 1998-2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010
Rang 1 en diminution 3 en augmentation 1 en diminution 3 - en augmentation 13 en augmentation 5 en augmentation 2 en diminution 23 en augmentation 8 en augmentation 1 en diminution 38 en diminution 46

Vie privée[modifier | modifier le code]

Shawn Michaels, le 4 août 2004

Ses deux meilleurs amis sont Ric Flair et Triple H, qui est le parrain de son fils.

Il est marié à l'ancienne catcheuse de la WCW Nitro Girl, Rebecca Hickenbottom (née Curci), connue sous le nom de scène de Whisper. Ils se sont mariés le 31 mars 1999 à la Graceland Wedding Chapel à Las Vegas dans une cérémonie intime. Les seules personnes présentes étaient le couple et un « sosie » d'Elvis. Shawn Michaels a eu deux enfants, Cameron Kade (né le 5 janvier 2000) et une fille Cheyenne Michelle (née le 19 août 2004).

Le premier mariage de Hickenbottom, avec Theresa Wood, ne dura pas et finit par un divorce à l'amiable[225].

Hickenbottom a de nombreux tatouages. Il a un tatouage représentant un cœur transpercé d'une épée, lui-même étant enserré par un serpent formant un S[226]. Un autre se trouve sur un annulaire gauche, un R pour sa femme Rebecca[226]. Sur son poignet gauche, se trouve un bracelet tatoué au nom de Cameron, son fils[226] et un deuxième au nom de sa fille Cheyenne. Le portrait de sa femme est tatoué sur sa jambe gauche[226], l'autre jambe portant l'image du Texas[226]. Enfin, il a un petit cœur brisé marqué des lettres "HBK", tatoué sur la hanche droite[226].

En 1996, Hickenbottom a posé pour une série de photographies non nues pour le magazine Playgirl[227]. Il ne sut qu'après avoir posé que Playgirl a un lectorat principalement homosexuel, qui a fait beaucoup rire ses collègues[227]. Il est ambidextre, ce qui lui causa des problèmes comme joueur de football, ayant un trouble de confusion droite-gauche[228]. Il utilise sa main droite pour dessiner et sa main gauche pour écrire[228]. Il utilise généralement la jambe droite pour exécuter son Sweet Chin Music, mais n'a pas de préférence pour son Elbow Drop.

Hickenbottom est un fan des San Antonio Spurs. Il a été vu portant des maillots des Spurs et a assisté à des matchs de l'équipe[229]. John "Bradshaw" Layfield a raconté une anecdote sur Hickenbottom détenant un passe saisonnier durant le Royal Rumble de 2007[230].

Hickenbottom est un chrétien born again. Il a été élevé comme catholique romain, mais devint chrétien sans dénomination religieuse sous l'influence de sa femme Rebecca[4]. Sa tenue de combat contient plusieurs symboles de croix, et durant son avancée vers le ring, il se met normalement à genoux et récite une prière pendant les effets pyrotechniques. Il a été vu dans la congrégation au cours d'un service télévisé de John Hagee de l'Église Cornerstone dans sa ville natale de San Antonio, où il est aussi un enseignant de la Bible[4]. Il est aussi apparu dans un programme de la Trinity Broadcasting Network (TBN) avec l'ancien catcheur Sting[231] et a assisté à l'enterrement de Sherri Martel et d'Eddie Guerrero.

Shawn Michaels a aussi déclaré dans un interview qu'il avait arrêté sa carrière à cause de la maladie de son fils Cameron (son fils est diabétique).

Filmographie[modifier | modifier le code]

Jeux vidéo[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Shaun Assael et Mike Mooneyham, Sex, Lies, and Headlocks: The Real Story of Vince McMahon and World Wrestling Entertainment, Crown,‎ 2002 (ISBN 1-4000-5143-6)
  • (en) Shawn Michaels et Aaron Feigenbaum, Heartbreak and Triumph: : The Shawn Michaels Story, WWE Books,‎ 2005 (ISBN 978-0-7434-9380-2)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « Profil de Shawn Michaels », sur WWE.com (consulté le 24 novembre 2013)
  2. a, b, c, d et e (en) Jaya Roopansingh, « Shawn Michaels, still the show-stopper », sur Slam! Sports, Canadian Online Explorer (consulté le 29 mars 2008)
  3. (Michaels et Feigenbaum 2005, p. 57)
  4. a, b, c, d, e et f  The Shawn Michaels Story: Heartbreak & Triumph [DVD]. WWE Home Video.
  5. a, b, c et d (en)« Bio de Shawn Michaels », sur SLAM! Wrestling (consulté le 2 octobre 2009)
  6. (Michaels et Feigenbaum 2005, p. 88)
  7. (Michaels et Feigenbaum 2005)
  8. (en) (Michaels et Feigenbaum 2005)
  9. a, b et c (en) (Michaels et Feigenbaum 2005)
  10. a et b (en) (Michaels et Feigenbaum 2005)
  11. (en) Jon Robinson, « IGN: Shawn Michaels Interview », sur IGN Sports, News Corporation,‎ 28 janvier 2005 (consulté le 6 août 2008)
  12. (en) Scott Keith, « The SmarK Retro Repost - Survivor Series 1992 », sur 411mania,‎ 28 juillet 1992 (consulté le 3 avril 2014)
  13. (en) « WWF Saturday Night's Main Event #31 27.10.1992 », sur Cagematch (consulté le 3 avril 2014)
  14. (de) « WWF Monday Night RAW #17 », sur Cagematch (consulté le 3 avril 2014)
  15. (en) « WWF House Show 06.06.1993 », sur Cagematch (consulté le 3 avril 2014)
  16. (en) Erik Beaston, « Full Career Retrospective and Greatest Moments for Shawn Michaels », sur Bleacher Report,‎ 23 octobre 2013 (consulté le 3 avril 2014)
  17. (en) Scott Keith, « The SmarK Retro Rant for WWF Survivor Series 1993 », sur Inside Pulse,‎ 25 octobre 2009 (consulté le 3 avril 2014)
  18. (en) « Résultats WrestleMania 10 (1994) », sur Online World of Wrestling (consulté le 26 juillet 2009)
  19. a et b (en) « 24 days of WrestleMania Memorabilia Countdown: No. 7, Shawn Michaels », sur Wrestling Information Archive (consulté le 9 juin 2009)
  20. (en) « WWF House Show 28.08.1994 », sur Cagematch (consulté le 3 avril 2014)
  21. (de) « Résultats SummerSlam 1994 », sur Cagematch (consulté le 3 avril 2014)
  22. (en) Scott Keith, « The SmarK Retro Repost - Survivor Series 1994 », sur 411 mania,‎ 28 juillet 2002 (consulté le 4 avril 2014)
  23. a et b (en) « Résultats Royal Rumble 1995 », sur Online World of Wrestling (consulté le 26 juillet 2009)
  24. (en) « Résultats WrestleMania 2 (1995) », sur Online World of Wrestling (consulté le 26 juillet 2009)
  25. (en) « WWF In Your House 2: The Lumberjacks », sur Cagematch (consulté le 4 avril 2014)
  26. (en) Scott Keith, « The SmarK Rant for WWF Summerslam 1995 », sur Inside Puls,‎ 11 août 2009 (consulté le 7 avril 2014)
  27. (en) « Profil de la Kliq », sur Online World of Wrestling (consulté le 7 avril 2014)
  28. a et b (en) « Résultats Royal Rumble 1996 », sur Online World of Wrestling (consulté le 26 juillet 2009)
  29. (en) « Résultats WrestleMania 12 (1996) », sur Online World of Wrestling (consulté le 26 juillet 2009)
  30. (de) « WWF Survivor Series 1996 », sur Cagematch (consulté le 7 avril 2014)
  31. (en) « Résultats Royal Rumble 1997 », sur Online World of Wrestling (consulté le 26 juillet 2009)
  32. (en) « Résultats SummerSlam 1997 », sur SLAM! Wrestling (consulté le 14 juin 2009)
  33. (en) Scott Keith, « The SmarK Rant For WWE Bad Blood 2004 », sur 411 mania,‎ 24 juin 2004 (consulté le 6 avril 2014)
  34. (en) Larry Watson, « The Montral Screwjob », sur Online World of Wrestling (consulté le 29 avril 2014)
  35. (en) « Résultats Survivor Series 1997 », sur SLAM! Wrestling (consulté le 26 juillet 2009)
  36. (en) Larry Watson, « The Montral Screwjob », sur Online World of Wrestling (consulté le 6 avril 2014)
  37. (en) « Résultats Royal Rumble 1998 », sur SLAM! Wrestling (consulté le 26 juillet 2009)
  38. (en) (Assael et Mooneyham 2002, p. 202)
  39. a et b (en) « WWE RAW – 1998 », sur Online World of Wrestling (consulté le 6 avril 2014)
  40. (en) Mr. X, « Foley win Rocks WWF », sur Slam! Sports, Canadian Online Explorer,‎ 9 janvier 2008 (consulté le 17 juillet 2008) : « Michaels, who brought Degeneration X along with him, was later betrayed by his comrades, when he was locked out of the building and pounded by the corporate thugs. That allows Michaels to be absent for awhile and he'll have back surgery. »
  41. (en) Dylan Diot, « From The Shelf- WWF Judgment Day 2000 », sur 411 mania,‎ 7 octobre 2013 (consulté le 8 avril 2014)
  42. (en) Stu Stauber, « 411's WWF Raw Is War Report 6.26.00 », sur 411 mania,‎ 26 juin 2000 (consulté le 8 avril 2014)
  43. a, b, c et d (en) (Michaels et Feigenbaum 2005)
  44. (en) « WWE Summerslam 2002 Review », sur Wrestling 101,‎ 2 septembre 2003 (consulté le 6 avril 2014)
  45. (de) « WWE Survivor Series 2002 », sur Cagematch (consulté le 6 avril 2014)
  46. (en) « WWE PPV WRESTLING RESULTS ARMAGEDDON 2002 », sur Online World of Wrestling (consulté le 6 avril 2014)
  47. (en) Michael Barrett, « Full WWE RAW Results - 1/13/03 (Vince makes an announcement) », sur WrestleView,‎ 13 janvier 2003 (consulté le 19 avril 2014)
  48. (en) « Résultats Royal Rumble 2003 », sur Online World of Wrestling (consulté le 26 juillet 2009)
  49. (en) « Résultats Wrestlemania XIX (2003) », sur SLAM! Wrestling (consulté le 9 juin 2009)
  50. (en) « Résultats SummerSlam 2003 », sur SLAM! Wrestling (consulté le 14 juin 2009)
  51. (en) « Résultats Survivor Series 2003 », sur SLAM! Wrestling (consulté le 26 juillet 2009)
  52. (en) Adam Martin, « Full WWE RAW Results - 12/29/03 - San Antonio, Texas (Last RAW of 2003) », sur WrestleView,‎ 30 décembre 2003 (consulté le 23 avril 2014)
  53. (en) « Résultats Royal Rumble 2004 », sur SLAM! Wrestling (consulté le 26 juillet 2009)
  54. (en) « Résultats WrestleMania 20 », sur SLAM! Wrestling (consulté le 26 juillet 2009)
  55. (en) Kevin G Sowers, « 4/18 WWE Backlash PPV review: Sowers's detailed "alt perspective" report », sur Pro Wrestling Torch,‎ 18 avril 2004 (consulté le 27 avril 2014)
  56. (en) Wade Keller, « 6/13 WWE Bad Blood PPV review: Ongoing "virtual time" coverage of live event », sur Pro Wresstling Torch,‎ 13 juin 2004 (consulté le 28 avril 2014)
  57. (en) Mallory Mahling, « 6/14 WWE Raw: Mallory's "Virtual Time" Alt. Perspective Coverage », sur Pro Wrestling Torch,‎ 14 juin 2004 (consulté le 28 avril 2014)
  58. (en) Scott Keith, « The SmarK Rant for WWE Unforgiven 2004 », sur Inside Pulse,‎ 16 septembre 2004 (consulté le 28 avril 2014)
  59. (en) Wade Keller, « KELLER'S WWE TABOO TUESDAY PPV REPORT 5 YRS. AGO (10-19-04): Triple H vs. Shawn Michaels, Randy Orton vs. Ric Flair, Shelton Benjamin IC Title victory vs. Chris Jericho », sur Pro Wrestling Torch,‎ 19 octobre 2004 (consulté le 28 avril 2014)
  60. (en) Adam Martin-date=9 janvier 2005, « New Year's Revolution (RAW) PPV Results - 1/9/05 - San Juan, PR », sur WrestleView (consulté le 28 avril 2014)
  61. (en) « Résultats Royal Rumble 2005 », sur SLAM! Wrestling (consulté le 26 juillet 2009)
  62. (en) « Résultats WrestleMania 21 », sur SLAM! Wrestling (consulté le 26 juillet 2009)
  63. (en) Paul Nemer, « RAW Results - 4/4/05 - Los Angeles, California (Fallout from Mania) », sur WrestleView,‎ 4 avril 2005 (consulté le 29 avril 2014)
  64. (en) Mallory Mahling, « 4/11 WWE Raw Report: Mallory's "Virtual Time" Alternative Perspective Coverage », sur Pro Wrestling Torch,‎ 11 avril 2005 (consulté le 29 avril 2014)
  65. (en) Adam Martin, « Backlash (RAW) PPV Results - 5/1/05 - from Manchester, NH », sur WrestleView,‎ 1 mai 2005 (consulté le 29 avril 2014)
  66. (en) Adam Martin, « Vengeance (RAW brand) PPV Results - 6/26/05 - Las Vegas, Nevada », sur WrestleView,‎ 26 juin 2005 (consulté le 2 mai 2014)
  67. (en) Wade Keller, « KELLER'S RAW REPORT 7/4: Hogan & Michaels vs. Angle & Carlito, Cena on Highlight Reel », sur Pro Wrestling Torch,‎ 7 juillet 2005 (consulté le 2 mai 2014)
  68. (en) Hunter Golden, « RAW Results - 7/11/05 - East Rutherford, NJ (Matt Hardy Returns...) », sur WrestleView,‎ 11 juillet 2005 (consulté le 4 mai 2014)
  69. (en) Wade Keller, « KELLER'S RAW REPORT 7/18: Ongoing "virtual time" analysis of live show », sur Pro Wrestling Torch,‎ 18 juillet 2005 (consulté le 4 mai 2014)
  70. (en) « Résultats SummerSlam 2005 », sur SLAM! Wrestling (consulté le 14 juin 2009)
  71. (en) Alex Obal, « 411's WWE Raw Report 08.22.05 », sur 411 mania,‎ 22 août 2005 (consulté le 4 mai 2014)
  72. (en) Adam Martin, « RAW Results - 9/5/05 - Nashville, TN (HBK, & Master Lock Challenge) », sur WrestleView,‎ 6 décembre 2005 (consulté le 4 mai 2014)
  73. (en) Chris Sokol, « Unforgiven marred by unfortunate ending », sur Slam! Wrestling,‎ 19 septembre 2005 (consulté le 4 mai 2014)
  74. (en) Wade Keller, « KELLER'S RAW REPORT 10/3: Ongoing "virtual time" analysis of live WWE Homecoming », sur Pro Wrestling Torch,‎ 3 octobre 2005 (consulté le 4 mai 2014)
  75. (en) Chris Sokol, « Taboo Tuesday delivers decently », sur Slam! Wrestling,‎ 2 novembre 2005 (consulté le 5 mai 2014)
  76. (en) Jack Bramma, « Ring Crew Reviews: WWE Survivor Series 2005 », sur 411 mania,‎ 15 novembre 2011 (consulté le 5 mai 2014)
  77. (en) Dusty Giebink, « 12/12 WWE Raw review: Dusty Giebink’s Raw Deal report », sur Pro Wrestling Torch,‎ 13 décembre 2005 (consulté le 6 mai 2014)
  78. (en) Hunter Golden, « RAW Results - 12/26/05 - Bridgeport, CT (McMahon/Beat the Clock) », sur WrestleView,‎ 26 décembre 2005 (consulté le 5 mai 2014)
  79. (en) Hunter Golden, « RAW Results - 1/2/06 - East Rutherford, NJ (First Blood, NYR, More) », sur WrestleView,‎ 2 janvier 2006 (consulté le 6 mai 2014)
  80. (en) Chris Sokol, « Edge surprise champ after Revolution », sur Slam! Wrestling,‎ 9 janvier 2006 (consulté le 6 mai 2014)
  81. (en) Wade Keller, « KELLER'S RAW REPORT 1/16: Ongoing "virtual time" coverage of live show », sur Pro Wrestling Torch,‎ 16 janvier 2006 (consulté le 6 mai 2014)
  82. (en) Hunter Golden, « RAW Results - 1/23/06 - Charlotte, NC (Mystery Tag Match, Rumble) », sur WrestleView,‎ 24 janvier 2006 (consulté le 7 mai 2007)
  83. (en) « Résultats Royal Rumble 2006 », sur SLAM! Wrestling (consulté le 26 juillet 2009)
  84. (en) « WWE RAW RESULTS January 30, 2006 », sur Obsessed with Wrestling (consulté le 7 mai 2014)
  85. (en) Erik Launiainen, « /13 WWE Raw Report (Hour Two): Detailed review of TV broadcast », sur Pro Wrestling Torch,‎ 13 février 2006 (consulté le 9 mai 2014)
  86. (en) Hunter Golden, « RAW Results - 2/20/06 - Trenton, NJ (WrestleMania title shot, more) », sur WrestleView,‎ 20 février 2006 (consulté le 9 mai 2014)
  87. (en) « WWE RAW RESULTS February 27, 2006 », sur Obsessed With Wrestling (consulté le 9 mai 2014)
  88. (en) « The Return of Saturday Night's Main Event March 18, 2006 », sur Obsessed with Wrestling (consulté le 14 mai 2014)
  89. (en) « Résultats WrestleMania 22 », sur SLAM! Wrestling (consulté le 26 juillet 2009)
  90. (en) Hunter Golden, « RAW Results - 4/3/06 - Chicago, IL (WrestleMania 22 Fallout, More) », sur WrestleView,‎ 3 avril 2006 (consulté le 21 mai 2014)
  91. (en) « WWE RAW RESULTS April 17, 2006 », sur Online World of Wrestling (consulté le 21 mai 2014)
  92. (en) « WWE RAW RESULTS », sur Online World of Wrestling (consulté le 21 mai 2014)
  93. (en) Michael Benjamin, « YouChoose Reviews: Backlash 2006 », sur 411 mania,‎ 15 mai 2013 (consulté le 21 mai 2014)
  94. (en) Adam Martin, « RAW Results - 5/15/06 - Lubbock, TX - (NEW IC Champion and more) », sur WrestleView,‎ 16 mai 2006 (consulté le 22 mai 2014)
  95. (en) J.D. Dunn, « The 2006 Vengeance Breakdown », sur 411 mania,‎ 1 juillet 2006 (consulté le 22 mai 2014)
  96. (en) Clinton Fitch, « 7/15 WWE SNME HOLT report: Second detailed in-person report including off-air happenings », sur Pro Wrestling Torch,‎ 18 juillet 2006 (consulté le 23 mai 2014)
  97. (en) « Résultats SummerSlam 2006 », sur SLAM! Wrestling (consulté le 14 juin 2009)
  98. (en) Wade Keller, « KELLER'S WWE RAW REPORT 8/21: Ongoing "virtual time" coverage of show », sur Pro Wrestling Torch,‎ 21 août 2006 (consulté le 6 juin 2014)
  99. (en) James Caldwell, « 8/28 WWE Raw: Caldwell's ongoing Alternate Perspective review », sur Pro Wrestling Torch,‎ 28 août 2006 (consulté le 6 juin 2014)
  100. (en) Maxwell Baumbach, « Lest We Forget: WWE Unforgiven 2006 », sur 411 mania,‎ 16 avril 2013 (consulté le 6 juin 2014)
  101. (en) Hunter Golden, « Raw Results - 10/2/06 - Topeka, KS (Cena vs. Edge & New IC Champ) », sur WrestleView,‎ 2 octobre 2006 (consulté le 6 juillet 2014)
  102. (en) « WWE RAW RESULTS October 23, 2006 », sur Online World of Wrestling (consulté le 6 juillet 2014)
  103. (en) James Caldwell, « CALDWELL'S CYBER SUNDAY PPV REPORT 11/5: Ongoing "virtual time" coverage of live PPV », sur Pro Wrestling Torch,‎ 5 novembre 2006 (consulté le 6 juillet 2014)
  104. (en) Wade Keller, « KELLER'S WWE RAW REPORT 11/6 (hour two): Piper & Flair vs. Orton & Edge, Maria vs. Umaga », sur Pro Wrestling Torch,‎ 6 novembre 2006 (consulté le 7 juillet 2014)
  105. (en) Wade Keller, « KELLER'S WWE RAW REPORT 11/20 (hour two): DX & Cena & Flair vs. Show & Orton & Edge & Kenny, Lita vs. Mickey », sur Pro Wrestling Torch,‎ 20 novembre 2006 (consulté le 13 juillet 2014)
  106. (en) Brian Elliott, « WWE kills 'Survivor Series' », sur Slam! Wrestling,‎ 27 novembre 2006 (consulté le 13 juillet 2014)
  107. (en) Hunter Golden, « Raw Results - 12/4/06 - Charleston, SC (DX/Hardys vs. RKO & MNM) », sur WrestleView,‎ 4 décembre 2006 (consulté le 13 juillet 2014)
  108. (en) « WWE RAW RESULTS December 18, 2006 », sur Online World of Wrestling (consulté le 13 juillet 2014)
  109. (en) Dale Plummer et Nick Tylwalk, « Cena retains, Triple H injured at Revolution », sur Slam! Wrestling,‎ 8 janvier 2007 (consulté le 13 juillet 2014)
  110. (en) Hunter Golden, « Raw Results - 1/15/07 - Bossier City, LA (HBK & RKO, Cena - Umaga) », sur WrestleView,‎ 15 janvier 2007 (consulté le 13 juillet 2014)
  111. (en) Hunter Golden, « Raw Results - 1/22/07 - Lafayette, LA (HBK vs. Edge, Royal Rumble) », sur WrestleView,‎ 22 janvier 2007 (consulté le 13 juillet 2014)
  112. (en) « Résultats Royal Rumble 2007 », sur SLAM! Wrestling (consulté le 26 juillet 2009)
  113. (en) James Caldwell, « CALDWELL'S WWE RAW REPORT 1/22: Live coverage on pre-Rumble edition of Raw », sur Pro Wrestling Torch,‎ 22 janvier 2007 (consulté le 13 juillet 2014)
  114. (en) Joe Fitzpatrick, « 2/2 WWE Smackdown TV review: Fitzpatrick's detailed early report from Australia Fox 8 », sur Pro Wrestling Torch,‎ 2 février 2007 (consulté le 13 juillet 2014)
  115. (en) Hunter Golden, « Raw Results - 2/5/07 - Sioux City, IA (WM 23 matches announced...) », sur WrestleView,‎ 5 février 2007 (consulté le 13 juillet 2014)
  116. (en) James Caldwell, « CALDWELL'S NO WAY OUT REPORT 2/18: Ongoing "virtual time" coverage of live PPV », sur Pro Wrestling Torch,‎ 18 février 2007 (consulté le 13 juillet 2014)
  117. (en) Arnold Furious, « 411’s LIVE Raw Report 02.26.2007: Donald Trump selects his representative », sur 411 mania,‎ 26 février 2007 (consulté le 13 juillet 2014)
  118. (en) « Résultats Wrestlemania 23 », sur SLAM! Wrestling (consulté le 27 juillet 2009)
  119. (en) Hunter Golden, « Raw Results - 4/2/07 - Dayton, OH (Wrestlemania 23 Fallout - more) », sur WrestleView,‎ 2 avril 2007 (consulté le 13 juillet 2014)
  120. (en) Greg Parks, « 4/23 WWE Raw: Parks's ongoing Alt. Perspective of the show », sur Pro Wrestling Torch,‎ 23 avril 2007 (consulté le 13 juillet 2014)
  121. (en) Jack Bramma, « Ring Crew Reviews: WWE Backlash 2007 », sur 411 mania,‎ 6 juillet 2010 (consulté le 13 juillet 2014)
  122. (en) Brian Elliott, « WWE just passes on Judgment Day », sur Slam! Wrestling,‎ 21 mai 2007 (consulté le 13 juillet 2014)
  123. (en) Cassidy Haslett, « Shawn Michaels Profile », sur Wrestling101,‎ 7 juin 2007 (consulté le 13 juillet 2014)
  124. (en) Hunter Golden, « Raw Results - 10/15/07 - Birmingham (Orton vs HBK, Cyber Sunday) », sur WrestleView,‎ 15 octobre 2007 (consulté le 14 juillet 2014)
  125. (en) Dale Plummer, « Raw: The lobbying continues for Cyber Sunday », sur Slam! Wrestling,‎ 23 octobre 2007 (consulté le 14 juillet 2014)
  126. (en) Chris Sokol, « Cyber Sunday succeeds on many levels », sur Slam! Wrestling,‎ 29 octobre 2007 (consulté le 14 juillet 2014)
  127. (en) « WWE RAW RESULTS November 5, 2007 », sur Online World of Wrestling (consulté le 14 juillet 2014)
  128. (en) « Résultats Survivor Series 2007 », sur SLAM! Wrestling (consulté le 26 juillet 2009)
  129. (en) Hunter Golden, « Raw Results: 12-3-07 N. Charleston, SC (Jericho-Umaga - Orton-HBK) », sur WrestleView,‎ 3 décembre 2007 (consulté le 14 juillet 2014)
  130. (en) Wade Keller, « KELLER'S WWE ARMAGEDDON PPV REPORT 12/16: Ongoing "virtual time" coverage of live PPV event », sur Pro Wrestling Torch,‎ 16 décembre 2007 (consulté le 14 juillet 2014)
  131. (en) Wade Keller, « KELLER'S WWE RAW REPORT 1/21: Ongoing "virtual time" coverage of program in HD », sur Pro Wrestling Torch,‎ 21 janvier 2008 (consulté le 15 juillet 2014)
  132. (en) « Résultats Royal Rumble 2008 », sur SLAM! Wrestling (consulté le 27 juillet 2009)
  133. (en) James Caldwell, « CALDWELL'S WWE NO WAY OUT REPORT 2/17: Ongoing "virtual time" coverage of PPV », sur Pro Wrestling Torch,‎ 17 février 2008 (consulté le 15 juillet 2014)
  134. (en) Hunter Golden, « Raw Results - 2/25/08 - Phoenix, AZ (Flair/HBK and Tag Main Event) », sur WrestleView,‎ 25 février 2008 (consulté le 15 juillet 2014)
  135. (en) Arnold Furious, « 411’s LIVE Raw Report 03.10.08: Opening talky bit », sur 411 mania,‎ 10 mars 2008 (consulté le 15 juillet 2014)
  136. (en) « Résultats WrestleMania XXIV », sur SLAM! Wrestling (consulté le 27 juillet 2009)
  137. (en) Wade Keller, « KELLER'S WWE SMACKDOWN REPORT 4/4: Batista confronts Shawn Michaels, Kane vs. Undertaker, MVP vs. Hardy, New Diva Debuts », sur Pro Wrestling Torch,‎ 5 avril 2008 (consulté le 15 juillet 2014)
  138. (en) Mitch Passero, « Smackdown Results - 4/25/08 - Greensboro, NC (World Title & more) », sur WrestleView,‎ 25 avril 2008 (consulté le 15 juillet 2014)
  139. (en) Scott Slimmer, « 411’s Instant Access 04.27.08: WWE Backlash 2008 », sur 411 mania,‎ 27 avril 2008 (consulté le 15 juillet 2014)
  140. (en) James Caldwell, « CALDWELL'S WWE RAW REPORT 4/28: Ongoing "virtual time" coverage of post-Backlash Raw », sur Pro Wrestling Torch,‎ 28 avril 2008 (consulté le 15 juillet 2014)
  141. (en) James Caldwell, « CALDWELL'S WWE JUDGMENT DAY REPORT 5/18: Ongoing "virtual time" coverage of live PPV », sur Pro Wrestling Torch,‎ 18 mai 2008 (consulté le 15 juillet 2014)
  142. (en) Hunter Golde, « Raw Results - 5/26/08 - Denver, CO - (Major Announcement & more) », sur WrestleView,‎ 26 mai 2008 (consulté le 15 juillet 2014)
  143. (en) James Caldwell, « CALDWELL'S WWE RAW REPORT 5/19: Ongoing "virtual time" coverage of live Raw », sur Pro Wrestling Torch,‎ 19 mai 2008 (consulté le 15 juillet 2014)
  144. (en) James Caldwell, « CALDWELL'S WWE ONE NIGHT STAND REPORT 6/1: Ongoing "virtual time" coverage of live PPV », sur Pro Wrestling Torch,‎ 1er juin 2008 (consulté le 15 juillet 2014)
  145. (en) Hunter Golden, « Raw Results - 6/9/08 - Oakland, CA (McMahon's Million - HHH/Hardy) », sur WrestleView,‎ 10 juin 2008 (consulté le 17 juillet 2014)
  146. (en) James Caldwell, « CALDWELL'S WWE NIGHT OF CHAMPIONS PPV REPORT 6/29: Ongoing "virtual time" coverage of live PPV », sur Pro Wrestling Torch,‎ 29 juin 2008 (consulté le 17 juillet 2014)
  147. (en) Dave Hillhouse, « The Great American Soap Opera », sur Slam! Wrestling,‎ 20 juillet 2008 (consulté le 17 juillet 2014)
  148. (en) « Résultats SummerSlam 2008 », sur SLAM! Wrestling (consulté le 27 juillet 2009)
  149. (en) Daniel Wilcox, « 411's WWE Raw Report 8.25.08 », sur 411 mania,‎ 25 août 2008 (consulté le 17 juillet 2014)
  150. (en) « Scramble matches make for wild Unforgiven », sur Slam! Wrestling,‎ 8 septembre 2008 (consulté le 18 juillet 2014)
  151. (en) Dale Plummer, « Raw: Climbing the ladder to No Mercy »,‎ 16 septembre 2008
  152. (en) Daniel Wilcox, « 411's WWE Raw Report 9.22.08 », sur 411 mania,‎ 22 septembre 2008 (consulté le 19 juillet 2014)
  153. (en) James Caldwell, « CALDWELL'S WWE RAW REPORT 9/29: Ongoing "virtual time" coverage of live USA Network broadcast », sur Pro Wrestling Torch,‎ 29 septembre 2008 (consulté le 19 juillet 2014)
  154. (en) James Caldwell, « CALDWELL'S WWE NO MERCY REPORT 10/5: Ongoing "virtual time" coverage of live PPV », sur Pro Wrestling Torch,‎ 5 octobre 2008 (consulté le 19 juillet 2014)
  155. (en) Hunter Golden, « Raw Results - 10/13/08 - Anaheim, CA », sur WrestleView,‎ 13 octobre 2008 (consulté le 19 juillet 2014)
  156. (en) Wade Keller, « KELLER'S WWE CYBER SUNDAY PPV REPORT 10/26: Triple H vs. Vladimir Kozlov or Jeff Hardy, Batista vs. Chris Jericho, Rey Mysterio vs. Kane (ongoing live coverage) », sur Pro Wrestling Torch,‎ 26 octobre 2008 (consulté le 19 juillet 2014)
  157. (en) « WWE RAW 2008 10 27 », sur Online World of Wrestling (consulté le 19 juillet 2014)
  158. (en) « Résultats Survivor Series 2008 », sur SLAM! Wrestling (consulté le 26 juillet 2009)
  159. (en) Hunter Golden, « Raw Results - 12/1/08 - Washington, DC », sur WrestleView,‎ 2 décembre 2008 (consulté le 19 décembre 2014)
  160. (en) « WWE RAW 2008 12 08 », sur Online World of Wrestling (consulté le 19 décembre 2014)
  161. (en) Hunter Golden, « Raw Results - 12/22/08 - Toronto, ON », sur WrestleView,‎ 22 décembre 2008 (consulté le 20 juillet 2014)
  162. (en) James Caldwell, « CALDWELL'S WWE RAW REPORT 12/29: Ongoing "virtual time" coverage of live Raw with JBL vs. Michaels vs. Orton vs. Jericho, Divas battle royale », sur Pro Wrestling Torch,‎ 29 décembre 2008 (consulté le 20 juillet 2014)
  163. (en) Brian Elliott, « Raw: JBK-HBK storyline moves along », sur Slam! Wrestling,‎ 6 janvier 2009 (consulté le 20 juillet 2014)
  164. (en) Nick Tylwalk, « Raw: Cena and Michaels collide in Sioux City », sur Slam! Wrestling,‎ 13 janvier 2009 (consulté le 20 juillet 2014)
  165. (en) Mark Satrang, « Royal Rumble: Cena versus JBL », sur Examiner.com,‎ 29 janvier 2009 (consulté le 20 juillet 2014)
  166. (en) James Caldwell, « CALDWELL'S WWE RAW REPORT 1/26: Ongoing "virtual time" coverage of live Raw with Royal Rumble fall-out », sur Pro Wrestling Torch,‎ 26 janvier 2009 (consulté le 20 juillet 2014)
  167. (en) Hunter Golden, « RAW RESULTS - 2/2/09 », sur WrestleView,‎ 2 février 2009 (consulté le 20 juillet 2014)
  168. (en) Jack Bramma, « Ring Crew Reviews: WWE No Way Out 2009 », sur 411 mania,‎ 3 avril 2011 (consulté le 21 juillet 2014)
  169. (en) « WWE RAW 2009 02 16 », sur Online World of Wrestling (consulté le 21 juillet 2014)
  170. (en) Mike Tedesco, « SMACKDOWN RESULTS - 2/20/09 », sur WrestleView,‎ 21 février 2009 (consulté le 21 juillet 2014)
  171. (en) « WWE RAW 2009 02 23 », sur Online World of Wrestling (consulté le 21 juillet 2014)
  172. (en) James Caldwell, « CALDWELL'S WWE RAW REPORT 3/2: Ongoing "virtual time" coverage of live USA Network broadcast », sur Pro Wrestling Torch,‎ 2 mars 2009 (consulté le 21 juillet 2014)
  173. (en) Greg Parks, « PARKS' WWE SMACKDOWN REPORT 3/6: Ongoing "virtual time" coverage of the show, including Big Show vs. Edge contract signing », sur Pro Wrestling Torch,‎ 6 mars 2009 (consulté le 22 juillet 2014)
  174. (en) Hunter Golden, « RAW RESULTS - 3/9/09 », sur WrestleView,‎ 9 mars 2009 (consulté le 22 juillet 2014)
  175. (en) Rob McNew, « 411's WWE Raw Report 03.16.09 », sur 411 mania,‎ 16 mars 2009 (consulté le 22 juillet 2014)
  176. (en) Hunter Golden, « RAW RESULTS - 3/23/09 », sur WrestleView,‎ 23 mars 2009 (consulté le 23 juillet 2014)
  177. (en) James Caldwell, « CALDWELL'S WWE SMACKDOWN REPORT 3/27: Cena dumps Show, HBK vs. Taker 1990s flashback, Rey vs. Chavo WCW flashback », sur Pro Wrestling Torch,‎ 28 mars 2009 (consulté le 25 juillet 2014)
  178. (en) Hunter Golden, « RAW RESULTS - 3/30/09 », sur WrestleView,‎ 30 mars 2009 (consulté le 25 juillet 2014)
  179. (en) Mark Satrang, « WrestleMania XXV: Undertaker versus Shawn Michaels », sur Examiner.com,‎ 5 avril 2009 (consulté le 25 juillet 2014)
  180. (de) « Liste des matchs de l'année selon le Wrestling Observer Newsletter », sur Genickbruch (consulté le 25 juillet 2014)
  181. (en) Mike Mooneyham, « Shawn Michaels taking much-needed break », sur Post and Courier,‎ 26 avril 2009 (consulté le 26 juillet 2014)
  182. (en) « WWE RAW 2009 08 10 », sur Online World of Wrestling (consulté le 26 juillet 2014)
  183. (en) Wade Keller, « KELLER'S WWE RAW REPORT 8/17: Results, star ratings, thoughts, observations, nitpicks, quotebook », sur Pro Wrestling Torch,‎ 23 août 2009 (consulté le 26 juillet 2014)
  184. (en) Dale Plummer et Nick Tylwalk, « TLC Match and the return of a fan favorite liven up SummerSlam », sur Slam! Wrestling,‎ 24 août 2009 (consulté le 26 juillet 2014)
  185. (en) Hunter Golden, « RAW RESULTS - 8/24/09 », sur WrestleView,‎ 24 août 2009 (consulté le 28 juillet 2014)
  186. (en) Brian Elliott, « Montreal fans 'screwed' again in Breaking Point sham », sur Slam! Wrestling,‎ 14 septembre 2009 (consulté le 30 juillet 2014)
  187. (en)« D-Generation X bat The Legacy à Hell in a Cell 2009 », sur WWE.com (consulté le 24 novembre 2013)
  188. (en)« Team SmackDown bat Team Raw à Bragging Rights 2009 », sur WWE.com (consulté le 24 novembre 2013)
  189. (en)« John Cena bat Triple H et Shawn Michaels aux Survivor Series 2009 », sur WWE.com (consulté le 24 novembre 2013)
  190. (en)« DX bat JeriShow à TLC 2009 », sur WWE.com (consulté le 24 novembre 2013)
  191. (en) « Chris Jericho remporte l'Elimination Chamber match à Survivor Series 2009 », sur WWE.com (consulté le 24 novembre 2013)
  192. (en)« Les résultats de WrestleMania XXVI », sur WWE.com (consulté le 24 novembre 2013)
  193. (en)« Historique du AWA World Tag Team Championship », sur Pro-Wrestling Title Histories (consulté le 2 octobre 2009)
  194. (en)« Historique du NWA Central States Tag Team Championship », sur Pro-Wrestling Title Histories (consulté le 2 octobre 2009)
  195. (en)« Historique du AWA Southern Tag Team Championship », sur Pro-Wrestling Title Histories (consulté le 2 octobre 2009)
  196. (en)« Historique du TASW Texas Tag Team Championship », sur Pro-Wrestling Title Histories (consulté le 2 octobre 2009)
  197. (en)« Premier règne de champion de la WWF de Shawn Michaels », sur WWE.com (consulté le 23 novembre 2013)
  198. (en)« Second règne de champion de la WWF de Shawn Michaels », sur WWE.com (consulté le 23 novembre 2013)
  199. (en)« Troisième règne de champion de la WWF de Shawn Michaels », sur WWE.com (consulté le 23 novembre 2013)
  200. (en)« Règne de champion du Monde poids lourds de la WWE de Shawn Michaels », sur WWE.com (consulté le 23 novembre 2013)
  201. (en)« Premier règne de champion Intercontinental de la WWF de Shawn Michaels », sur WWE.com (consulté le 23 novembre 2013)
  202. (en)« Second règne de champion Intercontinental de la WWF de Shawn Michaels », sur WWE.com (consulté le 23 novembre 2013)
  203. (en)« Troisième règne de champion Intercontinental de la WWF de Shawn Michaels », sur WWE.com (consulté le 23 novembre 2013)
  204. (en)« Règne de champion européen de la WWF de Shawn Michaels », sur WWE.com (consulté le 23 novembre 2013)
  205. (en)« Premier règne de champion du Monde par équipes de la WWF de Shawn Michaels », sur WWE.com (consulté le 23 novembre 2013)
  206. (en)« Second règne de champion du Monde par équipes de la WWF de Shawn Michaels », sur WWE.com (consulté le 23 novembre 2013)
  207. (en)« Troisième règne de champion du Monde par équipes de la WWF de Shawn Michaels », sur WWE.com (consulté le 23 novembre 2013)
  208. (en)« Quatrième règne de champion du Monde par équipes de la WWF de Shawn Michaels », sur WWE.com (consulté le 23 novembre 2013)
  209. (en)« Cinquième règne de champion du Monde par équipes de la WWF de Shawn Michaels », sur WWE.com (consulté le 23 novembre 2013)
  210. a, b, c, d, e et f (de)« Résultats Slammy awards 1996 », sur genickbruch.com (consulté le 2 octobre 2009)
  211. a et b (de)« Résultats Slammy awards 1997 », sur genickbruch.com (consulté le 2 octobre 2009)
  212. (de)« Résultats Slammy awards 2008 », sur genickbruch.com (consulté le 2 octobre 2009)
  213. (en)http://www.wrestleview.com/viewnews.php?id=1289602337
  214. (de) « Observer: Best Babyface Performer », sur genickbruch.com (consulté le 2 octobre 2009)
  215. (de) « Observer: Best Feud of the Year », sur genickbruch.com (consulté le 2 octobre 2009)
  216. (de) « Observer: Best Worked Match Of The Year », sur genickbruch.com (consulté le 2 octobre 2009)
  217. (de) « Observer: Most Charismatic Wrestler », sur genickbruch.com (consulté le 2 octobre 2009)
  218. (de) « Observer: Tag Team of the Year », sur genickbruch.com (consulté le 2 octobre 2009)
  219. (de) « Observer: Worst Feud of the Year », sur genickbruch.com (consulté le 2 octobre 2009)
  220. (de) « Wrestling Observer Newsletter Hall of Fame », sur genickbruch.com (consulté le 2 octobre 2009)
  221. (en) « Pro Wrestling Illustrated Award Winners - Match of the Year (1972-2007) » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-03-24
  222. (en) « Pro Wrestling Illustrated - Most Popular Wrestler of the Year » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-03-24
  223. « PWI Achievement Awards: Comeback », Pro Wrestling Illustrated,‎ 2011-01-06 (consulté le 2011-01-07)
  224. (en) « Classement PWI 500 de Shawn Michaels », sur Internet Wrestling Data Base (consulté le 4 avril 2014)
  225. (Michaels et Feigenbaum 2005, p. 194)
  226. a, b, c, d, e et f Zack Zeigler, « Shawn Michaels: Superstardom and salvation in ink », World Wrestling Entertainment,‎ 13 mars 2008 (consulté le 14 mars 2008)
  227. a et b (Michaels et Feigenbaum 2005, p. 233)
  228. a et b (Michaels et Feigenbaum 2005, p. 15)
  229. « Image of HBK », World Wrestling Entertainment (consulté le 13 juin 2008)
  230.  Royal Rumble 2007 [DVD]. WWE Home Video.
  231. « TBN Newsletter », Trinity Broadcasting Network (consulté le 17 juillet 2008)
  232. http://smackdown.neoseeker.com/wiki/WWE_SmackDown!:_Here_Comes_The_Pain
  233. http://uk.ign.com/articles/2004/08/18/smackdown-vs-raw-final-roster
  234. http://www.giantbomb.com/wwe-smackdown-vs-raw-2006/3030-10338/
  235. http://www.jeuxvideo.com/forums/1-13050-33598-1-0-1-0-0.htm
  236. http://smackdown.neoseeker.com/wiki/WWE_SmackDown!_vs_RAW_2009
  237. http://www.thesmackdownhotel.com/svr2010/roster/
  238. http://bleacherreport.com/articles/455882-thqs-smackdown-vs-raw-2011-mostly-complete-roster-revealed
  239. http://wwe13.2k.com/roster
  240. http://bleacherreport.com/articles/1823304-wwe-2k14-breaking-down-full-roster-in-latest-release
  241. (en) 2k, « WWE 2K15 ROSTER », sur 2k.com,‎ 16 août 2014 (consulté le 16 août 2014)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :