Cette page est proposée comme article de qualité. Cliquez pour voter.

Junkyard Dog

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Fairytale bookmark silver light.png Vous lisez un « bon article ».

Sylvester Ritter

Photographie du catcheur Junkyard Dog. Torse nu, vêtu d'un pantalon rouge, il se tient debout dans le coin d'un ring.

Junkyard Dog dans le coin du ring

Données générales
Nom complet Sylvester Ritter
Nom de ring Leroy Rochester[1]
Stagger Lee
Big Daddy Ritter
Junkyard Dog
Nationalité Drapeau des États-Unis États-Unis
Né(e) le 13 décembre 1952,
Wadesboro (Caroline du Nord)
Mort(e) le 2 juin 1998 (à 45 ans)[1],
Forest (Mississippi)
Taille 6 3 (1,91 m)[1]
Poids 280 lb (127 kg)[1]
Catcheur (ou catcheuse) décédé(e)
Fédération(s) Stampede Wrestling
Mid-South Wrestling
World Wrestling Federation
World Championship Wrestling
United States Wrestling Association
Entraîné(e) par Sonny King
Larry Johnson
Stu Hart
Carrière pro. 1977 – 1995

Sylvester Ritter, né le 13 décembre 1952, décédé le 2 juin 1998 à l'âge de 45 ans, est un catcheur (lutteur professionnel) américain, principalement connu pour son travail à la Mid-South Wrestling et à la World Wrestling Federation sous le gimmick (personnage incarné) de Junkyard Dog, souvent abrégé en JYD. Il est l'un des lutteurs les plus charismatiques de son époque, notamment lors de son apogée au début des années 80. Son style de catch brawling, puissant, à base de coups de poing et de coups de tête (headbutts), a contribué à sa renommée. Il entrait sur le ring avec une chaîne attachée à un collier de chien autour du cou.

Durant sa carrière au sein de la Mid-South Wrestling, il remporte trois fois le championnat de Louisiane poids-lourds, quatre fois le championnat nord-américain poids-lourds et huit fois le championnat par équipe. Il entre dans l'histoire du catch en participant au premier match à enjeu de WrestleMania, où il affronte Greg « The Hammer » Valentine pour le titre de champion intercontinental. Junkyard Dog est intronisé au WWE Hall of Fame à titre posthume en 2004, puis au Professional Wrestling Hall of Fame and Museum en 2012.

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Ritter a grandi avec sa sœur Christine et ses cousins auprès de sa grand-mère, Arzie Lee Ritter, son père ne l'ayant pas reconnu et sa mère étant souvent absente. Il suit ses études au Fasion high school (le lycée des Noirs) de Wadesboro où il joue au football américain et ses prestations sur le terrain lui permettent d'être régulièrement invité par l'entraîneur du Bowman high school (le lycée des Blancs) aux entraînements avant de rejoindre ce lycée, ce qui lui attire les foudres du Grand Dragon du Ku Klux Klan local[2].

Il rejoint l'Université d'État de Fayetteville où il joue au sein de l'équipe de football américain au poste d'offensive lineman en plus de faire de la lutte et de l'athlétisme. Il n'est pas choisi par une équipe de la National Football League au cours de la Draft 1975 mais a participé au camp d'entraînement des Oilers de Houston et il n'est pas retenu en raison de problèmes aux genoux. L'année suivante, il tente sa chance chez les Packers de Green Bay mais une blessure met fin à sa carrière de footballeur. Il travaille ensuite comme adjoint du shérif du Comté de Mecklenburg[2].

Carrière[modifier | modifier le code]

Les débuts (1977-1979)[modifier | modifier le code]

Sylvester Ritter débute sous son véritable nom à l'International Wrestling Association en Caroline du Nord le 25 décembre 1976[3]. Il part ensuite travailler dans le sud des États-Unis où il travaille à la Mid-South Wrestling (une fédération qui regroupe l'Oklahoma, Arkansas, Louisiane et Mississippi) et à la Championship Wrestling Association du Tennessee où il travaille sous le nom de Leroy Rochester. Il y remporte le championnat par équipe de la Mid-South avec Gypsy Joe, lors d'un tournoi organisé pour cause de titre vacant, le 25 décembre 1977[4]. Ils perdent leurs titres en janvier 1978 contre Lanny Poffo et Bobby Eaton[5]. Là bas Bill Watts, le promoteur de la NWA Mid America, le considère comme trop peu crédible sur le ring et le renvoie après lui avoir dit qu'il peut revenir après s'être amélioré techniquement car il souhaite mettre sur le devant de scène un catcheur afro-américain[6],[7].

Durant son court passage sur le circuit indépendant en Allemagne en août et septembre 1978[8],[9], il rencontre un des membres de la Famille Hart qui lui conseille d'aller au Canada à la Stampede Wrestling où il s'entraîne auprès de Stu Hart et adopte le nom de Big Daddy Ritter et devient le 1er décembre 1978 le championnat d'Amérique du Nord de la Stampede après sa victoire sur Alo Leilani[10],[11]. Il perd ce titre le 6 avril 1979 face à Jake Roberts mais reprend possession du titre le 1er juillet face à ce dernier dans un match de l'échelle[12],[13]. Son second règne se termine le 11 août après avoir perdu face à Larry Lane[14].

Mid-South Wrestling (1979-1984)[modifier | modifier le code]

Rivalité avec les Fabulous Freebirds et premiers titres (1980)[modifier | modifier le code]

En septembre 1979, Ritter retourne à la Mid-South Wrestling grâce à la recommandation de l'adjoint de Watts Grizzly Smith (le père de Jake Roberts), où Bill Watts lui crée son personnage de Junkyard Dog, dont le nom fait référence à Bad, Bad, Leroy Brown, une chanson de Jim Croce[15]. Watts souhaite alors élever au rang de star un catcheur afro-américain dans sa fédération et il choisit Ritter bien que d'autres catcheurs ont été envisagés comme Bobo Brazil qui a été jugé à 55 ans l'époque comme trop vieux. Tony Atlas et Rocky Johnson ont aussi été envisagés pour ce rôle mais leurs prétentions salariales ont été jugées trop élevées[16]. Rapidement, il va devenir la principale vedette de cette fédération notamment en Louisiane où le Municipal Auditorium a été surnommé le « The Dog’s Yard » quand la Mid-South se produit dans cette salle[7]. Au cours des premiers matchs, il est entré sur le ring avec une brouette pleine de déchets mais elle a été vite remplacé par un collier de chien rattaché à une chaîne en métal[17].

Le 14 mars 1980, il bat Ernie Ladd et devient champion de Louisiane poids-lourds[18]. Dès lors, il entre en rivalité avec le clan de catcheurs heel des Fabulous Freebirds (Buddy Roberts, Michael Hayes et Terry Gordy) après avoir perdu son titre au profit de Terry Gordy le 22 avril[19]. Avec l'aide de Buck Robley, il devient champion par équipe le 6 avril en battant deux des membres des Fabulous Freebirds (Terry Gordy et Michael Hayes)[20]. Ces derniers reprennent possession du titre grâce à la victoire de Terry Gordy et Buddy Roberts[Note 1] le 9 juin[21]. Parallèlement, il devient champion du Mississippi poids-lourds en battant Bull Ramos le 9 avril[22]. De ce fait, il détient dès lors trois titres (champion de Louisiane, du Mississippi et champion par équipe) simultanément, jusqu'au 22 avril.

Il obtient un match revanche contre Terry Gordy pour le championnat de Louisiane poids-lourds et récupère la ceinture le 20 mai[23]. À la suite d'une blessure scénaristique (kayfabe) infligée par les Fabulous Freebirds le 13 juin à la suite d'un Hair vs. Hair match[Note 2] où JYD a été « aveuglé » par la crème épilatoire utilisée pour ce match, les ceintures de champion du Mississippi poids-lourds et de champion de Louisiane poids-lourds sont déclarées vacantes et pour faire monter la tension dans cette rivalité il a été diffusé une vidéo de JYD qui se plaint de ne pas pouvoir voir sa fille La Toya qui est né peu de temps avant[24],[25],[26]. Lors de son retour en août, il affronte de nouveau les membres des Fabulous Freebirds dans une série de matchs en cage et de dog collar matchs[Note 3]. Le 19 septembre, il fait équipe avec Terry Orndorff pour reprendre les ceintures de champions par équipe en battant Terry Gordy et Buddy Roberts[27].

Le conflit avec les Fabulous Freebirds prend fin lors d'un Loser Leaves Town match (match handicap où les perdants doivent quitter la ville) opposant Junkyard Dog et Terry Orndorff contre les trois membres des Fabulous Freebirds le 23 septembre[28]. En novembre 1980, il perd le championnat par équipe contre Ernie Ladd et Leroy Brown[27].

Championnat par équipe et rivalité avec les Wild Samoans (1981-1982)[modifier | modifier le code]

1981 est pour Junkyard l'année du championnat par équipe, qu'il remporte à cinq reprises. Le 29 janvier, accompagné par Killer Karl Kox, ils prennent possession des ceintures face à Ernie Ladd et Leroy Brown[29]. Ils perdent le titre trois jours plus tard, le 1er février, lors d'un match revanche[30]. Junkyard choisit alors Dick Murdoch comme coéquipier et ils obtiennent une nouvelle opportunité pour le titre le 30 mars. Ils battent Ernie Ladd et Leroy Brown et sont les nouveaux champions par équipe[27], mais le titre est rendu vacant le jour même pour cause d'arbitre non officiel. Ils sont de nouveau champions le 27 avril en battant The Grappler et Super Destroyer dans un match par équipe en cage[31].

En juin, ils perdent les ceintures au profit des Wild Samoans (Afa et Sika Anoa'i), mais obtiennent un match revanche le mois suivant, qu'ils remportent[27]. Ils perdent de nouveau le titre face aux Wild Samoans entre juillet et octobre[27]. À la suite d'un changement de coéquipier, Junkyard Dog, associé dès lors à Mike George, bat une fois de plus les Wild Samoans et récupère les ceintures le 15 octobre[32]. En solo, il devient pour la troisième fois champion de Louisiane poids-lourds en battant The Great Kabuki le 7 décembre[33]. Les Wild Samoans prennent leur revanche en janvier 1982 et récupèrent les ceintures de champion par équipe[27]. La rivalité prend fin quand Junkyard, cette fois-ci accompagné par Mr. Olympia, s'empare une dernière fois du titre le 5 mai 1982[27].

Conquête du championnat nord-américain poids-lourds et départ (1982-1984)[modifier | modifier le code]

Après 18 mois de conquête des ceintures par équipe, Junkyard Dog lorgne à présent le championnat nord-américain poids-lourds de la Mid-South Wrestling qui est le titre majeur de la fédération. Il remporte le titre en battant Bob Roop malgré l'intervention de Paul Orndorff en faveur de Roop le 21 juin 1982, rendant de fait vacant son titre de champion de Louisiane poids-lourds[13],[24]. Deux jours seulement après sa victoire, il est dépossédé du titre par Ted DiBiase, qui a par la suite effectué un heel turn[34],[35]. DiBiase a formé avec Matt Borne et Jim Duggan un clan surnommé le Rat Pack et avec Borne ils remportent les ceintures par équipe de JYD et Mr. Olympia le 27 octobre grâce à l'intervention de Duggan qui a porté un Spear sur Junkyard Dog[34],[36]. À la suite d'un match l'opposant à DiBiase où le perdant doit quitter la ville pendant 90 jours[13], Sylvester Ritter réapparait masqué sous le pseudonyme de Stagger Lee en novembre. Le 25 du même mois, il récupère le titre nord-américain poids-lourds de Ted DiBiase[35],[37]. Le titre est rendu vacant en février 1983 à la suite de la disparition de Stagger Lee et du retour de Junkyard Dog[34]. Le 16 avril 1983, Junkyard affronte Mr. Olympia, qui est devenu le rival de JYD, dans un match en cage et devient le nouveau champion nord-américain poids-lourds, lors du Superdome Extravaganza au Superdome de La Nouvelle-Orléans, devant 21 400 spectateurs[38],[39]. Il perd le titre face à Butch Reed le 16 juillet[35] mais remet la main dessus le 26 octobre, de nouveau contre Butch Reed[35]. Quelques mois avant son départ pour la World Wrestling Federation, il est dépossédé du titre par Mr. Wrestling II le 12 mars 1984[35].

World Wrestling Federation (1984-1988)[modifier | modifier le code]

Junkyard Dog se tient debout dans le coin gauche du ring. Au premier plan, le catcheur Brutus Beefcake regarde le public.
Junkyard Dog (à gauche) et Brutus Beefcake, sur un ring de la WWF.

Ritter débute à la World Wrestling Federation le 10 août 1984[40], toujours avec son personnage de Junkyard Dog où il reste face et prend l'habitude de faire monter sur le ring de jeunes spectateurs pour danser avec eux à la fin de ses combats.

L'apogée (1985)[modifier | modifier le code]

Quelques mois après ses débuts, il affronte Greg « The Hammer » Valentine pour le championnat intercontinental lors de l'édition inaugurale de WrestleMania le 31 mars 1985. À la fin du match, Tito Santana vient sur le ring et informe l'arbitre que Valentine a remporté le match de manière illégale en s'aidant des cordes. De fait, l'officiel du match annonce la reprise du match. Valentine refuse la décision arbitrale et quitte le ring, donnant la victoire à Junkyard par décompte à l'extérieur mais pas la ceinture[41]. Le 11 mai, il participe à la 1re édition du Saturday Night's Main Event en battant Pete Dougherty[42]. Lors de la 3e édition du Saturday Night's Main Event le 2 novembre, il est battu par Terry Funk[43]. Cinq jours plus tard, il remporte le tournoi du pay-per-view The Wrestling Classic. Ce tournoi comporte seize catcheurs et est organisé en élimination directe. Il élimine Iron Sheik et Moondog Spot, pour enfin battre en finale[Note 4] Randy « Macho Man » Savage[44].

Les prestations notables (1986)[modifier | modifier le code]

Même si Junkyard Dog ne remporte pas d'autres titres au sein de la World Wrestling Federation, il est néanmoins présent dans les événements majeurs de la fédération. Le 4 janvier 1986, lors du Saturday Night's Main Event IV, il est aux côtés de Hulk Hogan lors de sa défense du championnat poids-lourds de la WWF contre Terry Funk[45]. Plus tard dans la soirée, il fait équipe avec Ricky Steamboat pour battre M.. Fuji et The Magnificent Muraco[45]. Lors du Saturday Night's Main Event V qui a lieu le 1er mars 1986, il bat dans un match simple Adrian Adonis[46]. Le 7 avril 1986, il combat dans la partie de WrestleMania 2 se déroulant à Los Angeles, Californie[Note 5]. En équipe avec Tito Santana, ils perdent contre Terry Funk et Hoss Funk[47]. Il se met en équipe avec Hulk Hogan pour battre les frères Funk lors d'un match revanche de WrestleMania 2 lors du Saturday Night's Main Event VI du 3 mai 1986[48].

Junkyard entre en rivalité avec Harley Race dès que celui-ci remporte le tournoi du King of the Ring en juillet 1986[49]. Durant cette rivalité, deux matchs sont programmés dans des événements majeurs de la fédération. Au Saturday Night's Main Event IX du 3 janvier 1987, il bat « King » Harley Race par disqualification à la suite d'une attaque illégale de son manager Bobby Heenan. Après le combat, Junkyard en profite pour dérober la parure royale de son adversaire[50]. À la suite de ce vol, un match spécial où le perdant doit s'incliner (« Loser Must Bow » match) est organisé lors de WrestleMania III le 29 mars 1987. Junkyard perd le match et s'incline devant le roi accompagné de Bobby Heenan et The Fabulous Moolah. Il parvient néanmoins à lui voler une nouvelle fois sa parure royale pour l'humilier[51]. La rivalité entre les deux hommes prend fin en septembre 1987, quand un nouveau roi est proclamé à l'issue du King of the Ring 1987.

Les dernières prestations (1988)[modifier | modifier le code]

Junkyard participe au 1er Royal Rumble en 1988 en entrant en 20e et dernière position[Note 6]. Il est éliminé au bout de deux minutes et huit secondes par Dino Bravo, sans avoir éliminé de participants[52]. À WrestleMania IV, il participe à une bataille royale de 20 catcheurs. Il est le 18e éliminé à la suite d'une alliance de Bad News Brown et Bret « The Hitman » Hart[53]. Le 29 août 1988, lors de la 1re édition de SummerSlam, il perd par disqualification face à Rick Rude à la suite d'une intervention de Jake Roberts[54],[55]. Son dernier combat à la fédération a lieu le 29 octobre 1988[56].

World Championship Wrestling et fin de carrière (1988-1995)[modifier | modifier le code]

Junkyard Dog fait son arrivée sur les rings de la World Championship Wrestling (version National Wrestling Alliance (NWA))[Note 7] le 12 décembre 1988, en équipe avec Rick Steiner et Ivan Koloff face à Eddie Sweat, Randy Hogan et Keith Steinborn[57]. Quelques jours plus tard, il participe à Starrcade 1988 où il perd dans un match par équipe avec Ivan Koloff face aux Russian Assassins[58]. Plus tard dans la soirée, il remporte un Bunkhouse Stampede (une bataille royale où les armes sont autorisées et où les catcheurs sont en tenue civile)[58]. De janvier 1989 à juin 1990, Junkyard tente à sept reprises de gagner le championnat du monde poids-lourds de la NWA détenu par Ric Flair, sans succès. Le 17 février 1991, dans un spectacle non télévisé, il devient le premier champion du WCW World 6-Man Tag Team avec Ricky Morton et Tommy Rich, en battant Dr. X, Dutch Mantell et Buddy Landel[59]. Il perd le titre en compagnie de Tommy Rich dans un match handicap contre Badstreet, Michael Hayes et Jimmy Garvin le 3 juin 1991[60]. Il quitte la fédération en juillet 1993[61].

Il combat parallèlement au sein de la United States Wrestling Association où il remporte son dernier titre le 21 septembre 1992 en battant Eddie Gilbert pour le championnat du monde poids-lourds unifié. Il perd ce titre trois semaines plus tard au profit de Butch Reed[62],[63].

Junkyard Dog termine sa carrière en faisant des apparitions sporadiques dans des fédérations mineures du Mississippi et du Nevada. Ses combats sont alors jugés médiocres et son dernier match se déroule le 24 juin 1995 à Las Vegas, où il est battu par The Honky Tonk Man[64],[65]. Il a aussi entraîné son neveu Rodney Begnaud qui s'est fait connaître sous le nom de ring de Rodney Mack[66].

Reconnaissance de ses pairs et décès[modifier | modifier le code]

La fédération Extreme Championship Wrestling intronise Sylvester Ritter en tant que légende hardcore du catch lors du pay-per-view Wrestlepalooza le 3 mai 1998[55],[67].

Un mois plus tard, le 1er juin, il décide d'aller à la cérémonie de remise de diplôme de fin d'études secondaires de sa fille en Caroline du Nord mais il arrive en retard[68]. Il rentre chez lui en Louisiane et le 2 juin, il meurt dans un accident de la route sur l'Interstate 20, près de Forest (Mississippi) après s'être endormi au volant[69].

Il entre au Hall of Fame de la WWE à titre posthume lors des événements annexes de WrestleMania XX le 13 mars 2004[55],[70]. Lors de la cérémonie, il est introduit par Ernie Ladd et est représenté par sa fille LaToya Ritter[71]. Il entre également au Professional Wrestling Hall of Fame and Museum lors de l'édition 2012[72].

Caractéristiques au catch[modifier | modifier le code]

  • Thèmes d'entrée
Musiques d'entrée[7],[74]
Chanson Compositeurs Périodes Fédération(s)
Another One Bites the Dust
Queen 1979-1984 Mid-South
Grab Them Cakes
Cindy Lauper et Junkyard Dog 1984-1988 WWF
Big Entrance
WCW Theme Library 1988 WCW
New Orleans Ramble
WCW Theme Library Inconnue WCW
Body Speak
Richard Myhill 1990 WCW
Diddley Do
WCW Theme Library 1990-1992 WCW
The Hustler
WCW Theme Library 1991-? WCW

Palmarès[modifier | modifier le code]

Récompenses des magazines[modifier | modifier le code]

Classement PWI 500 de Junkyard Dog[83]
Année 1991 1992 1993 1994 1995 1996
Rang
158 en augmentation 112 en diminution 132 en diminution 146 en augmentation 219 en diminution 275

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Greg Klein, The King of New Orleans: How the Junkyard Dog Became Professional Wrestling's First Black Superstar, ECW Press,‎ 2012, 178 p. (ISBN 978-1-77041-030-5, lire en ligne)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Durant leur carrière, les Fabulous Freebirds ont une règle non officiel qui permet à deux des trois membres de l'équipe de défendre les titres par équipe.
  2. Un match où le perdant se fait couper les cheveux par son rival.
  3. La stipulation de ce type de match s'inspire du gimmick de Junkyard Dog : les catcheurs sur le ring doivent être attachés par le cou avec une chaîne.
  4. Junkyard Dog n'eut que deux combats au lieu de trois avant la finale, à la suite du double décompte extérieur de Tito Santana et de Paul Orndorff en quart de finale.
  5. WrestleMania 2 se déroula simultanément dans trois villes (New York, Chicago et Los Angeles).
  6. Ce Royal Rumble ne comprenait que 20 participants au lieu de 30.
  7. À l'époque, la World Championship Wrestling est sous la bannière de la National Wrestling Alliance. Elle devient une fédération autonome en janvier 1991.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f (en) « Wrestler Profile : Junkyard Dog », sur Online World of Wrestling (consulté le 24 avril 2012)
  2. a et b (Klein 2012, p. 16-22)
  3. (en) « IWA @ Durham », sur Wrestlingdata (consulté le 6 janvier 2015).
  4. a et b (en) « Historique du NWA Mid-America Tag Team Title », sur Wrestling-titles (consulté le 28 avril 2012)
  5. (en) « Wrestler Profile : Bobby Eaton », sur Online World of Wrestling (consulté le 7 mai 2012)
  6. (Klein 2012, p. 3-4)
  7. a, b et c (en) Gene Guillot, « Mid-South wrestling, Junkyard Dog left an indelible mark on New Orleans », sur nola.com,‎ 4 avril 2014 (consulté le 7 janvier 2015).
  8. (de) « Liste des combats de Junkyard Dog (août 1978) », sur genickbruch (consulté le 28 avril 2012)
  9. (de) « Liste des combats de Junkyard Dog (septembre 1978) », sur genickbruch (consulté le 28 avril 2012)
  10. (Klein 2012, p. 4)
  11. (en) « Stampede @ Calgary », sur Wrestlingdata (consulté le 6 janvier 2015).
  12. (en) « Stampede @ Calgary », sur Wrestlingdata (consulté le 27 janvier 2015).
  13. a, b et c (en) Brad Garoon, « BG Says: WrestleTapes.net’s Best Of The Junkyard Dog », sur 411 mania,‎ 8 décembre 2005 (consulté le 6 janvier 2015).
  14. (en) « Stampede @ Edmonton », sur Wrestlingdata (consulté le 6 janvier 2015).
  15. (en) Jack Hunter, « How capitalism and the Junkyard Dog helped integrate pro wrestling », sur Rare.Us,‎ 10 février 2014 (consulté le 7 janvier 2015)
  16. (Klein 2012, p. 53-58)
  17. (en) Michael Weyer, « Shining a Spotlight 1.18.13: The King of New Orleans », sur 411 mania,‎ 18 janvier 2013 (consulté le 14 février 2015).
  18. (en) « Mid-South @ Shreveport », sur Wrestlindata (consulté le 7 janvier 2015).
  19. (en) « Mid-South @ Baton Rouge », sur Wrestlingdata (consulté le 7 janvier 2015).
  20. (en) « Mid-South @ Monroe », sur Wrestlingdata (consulté le 7 janvier 2015).
  21. (en) « Mid-South @ New Orleans », sur Wrestlingdata (consulté le 7 janvier 2015).
  22. (en) « Mid-South @ Jackson », sur Wrestlingdata (consulté le 7 janvier 2015).
  23. (en) « Mid-South @ Baton Rouge », sur Wrestlingdata (consulté le 7 janvier 2015).
  24. a, b et c (en) « Historique du MSWA Louisiana Heavyweight Title », sur Wrestling-titles (consulté le 28 avril 2012)
  25. a et b (en) « Historique du MSWA Mississippi Heavyweight Title », sur Wrestling-titles (consulté le 9 mai 2012)
  26. (Klein 2012, p. 69-73)
  27. a, b, c, d, e, f, g et h (en) « Historique du Mid-South Tag Team Title », sur Wrestling-titles (consulté le 3 mai 2012)
  28. (en) « Mid-South @ Baton Rouge », sur Wrestlingdata (consulté le 23 janvier 2015).
  29. (en) « Mid-South @ Biloxi », sur Wrestlingdata.
  30. (en) « Mid-South @ Lake Charles », sur Wrestlingdata (consulté le 27 janvier 2015).
  31. (en) « Mid-South @ New Orleans », sur Wrestlingdata (consulté le 28 janvier 2015).
  32. (en) « Mid-South @ Jackson », sur Wrestlingdata (consulté le 27 janvier 2015).
  33. (en) « Mid-South @ New Orleans », sur Wrestlingdata (consulté le 28 janvier 2015).
  34. a, b et c (Klein 2012, p. 90-95)
  35. a, b, c, d, e et f (en) « Historique du NWA Tri-State & MSWA North American Heavyweight Title », sur Wrestling-titles (consulté le 3 mai 2012)
  36. (en) Bob Colling, « Colling It In The Ring: Legends of Mid-South Wrestling Disc 1 », sur 411 mania-consulté le=29 janvier 2015,‎ 31 janvier 2014.
  37. (en) « Résultats du Superdome Extravaganza novembre 82 », sur prowrestlinghistory.com (consulté le 12 mai 2012)
  38. (en) « Résultats du Superdome Extravaganza (avril 83) », sur prowrestlinghistory.com (consulté le 12 mai 2012)
  39. (Klein et 2012 96-97)
  40. (de) « Liste des combats de Junkyard Dog (août 1984) », sur genickbruch (consulté le 3 mai 2012)
  41. (en) Linden Walker, « WrestleMania I review », sur Figure Four/Wrestling Observer Newsletter,‎ 31 janvier 2007 (consulté le 27 janvier 2015)
  42. (en) Matt Peddycord, « PDRwrestling Review: Saturday Night’s Main Event #1 (May 1985) », sur 411 mania,‎ 10 mai 2010 (consulté le 27 janvier 2015)
  43. (en) « Saturday Night’s Main Event #3 (11.85) », sur PDRWrestling (consulté le 27 janvier 2015)
  44. (en) J. D. Dunn, « Dark Pegasus Video Review: The Wrestling Classic », sur 411 mania,‎ 6 août 2007 (consulté le 27 janvier 2015)
  45. a et b (en) « PSaturday Night’s Main Event #4 (01.86) », sur PDRWrestling (consulté le 27 janvier 2015)
  46. (en) Josh Nason, « WWF Saturday Night's Main Event Episode 5 review: Hulk Hogan vs. Don Muraco, British Bulldogs debut, racial stereotyping, more! », sur Figure Four/Wrestling Observer Newsletter,‎ 6 septembre 2014 (consulté le 28 janvier 2015)
  47. (en) ason Powell, « Powell's WrestleMania 2 review: Hulk Hogan vs. King Kong Bundy in a cage match for the WWF Championship, Roddy Piper vs. Mr. T in a boxing match », sur Pro Wrestling Dot Net,‎ 1 avril 2014 (consulté le 28 janvier 2015)
  48. (en) Josh Nason, « WWF Saturday Night's Main Event Episode 6 review: Hogan/JYD vs. Funks, Snake vs. Dragon, Uncle Elmer's Fried Pig Parts », sur Figure Four/Wrestling Observer Newsletter,‎ 13 septembre 2014 (consulté le 28 janvier 2015)
  49. (en) « Résultats du King of the Ring 1986 », sur prowrestlinghistory.com (consulté le 12 mai 2012)
  50. (en) Josh Nason, « WWF Saturday Night's Main Event episode 9 review: Hulk Hogan vs. Paul Orndorff steel cage match, Roddy Piper vs. Adrian Adonis, Randy Savage », sur Figure Four/Wrestling Observer Newsletter,‎ 4 octobre 2014 (consulté le 28 janvier 2015)
  51. (en) Rob McNew, « WrestleMania III Review », sur 411 mania,‎ 9 mars 2009 (consulté le 28 janvier 2015)
  52. (en) Marc Elusive, « On the Marc Reviews: 1988 Royal Rumble », sur 411 mania,‎ 5 janvier 2012 (consulté le 31 janvier 2015)
  53. (en) Rob McNew, « WrestleMania IV Review », sur 411 mania,‎ 10 mars 2009 (consulté le 31 janvier 2015)
  54. (en) Ryan Byers, « 411’s Roundtable Review: Summerslam 1988 », sur 411 mania,‎ 8 août 2006 (consulté le 31 janvier 2015)
  55. a, b et c (en) Brian Shields, Main Event: WWE in the Raging 80s, Pocket Books,‎ 2006, 207 p. (ISBN 978-1-4165-3257-6, lire en ligne), p. 65 à 67
  56. (de) « Liste des combats de Junkyard Dog (octobre 1988) », sur genickbruch (consulté le 9 mai 2012)
  57. (de) « Liste des combats de Junkyard Dog (décembre 1988) », sur genickbruch.com (consulté le 13 mai 2012)
  58. a et b (en) Bob Barron, « 411 Video Review: Starrcade 1988 », sur 411 mania,‎ 2 juin 2002 (consulté le 1 février 2015)
  59. (de) « Résultats du WCW house show du 17/02/91 », sur genickbruch.com (consulté le 14 mai 2012)
  60. (de) « Résultats de l'enregistrement TV WCW (03/06/91) », sur genickbruch.com (consulté le 14 mai 2012)
  61. (de) « Liste de ses combats à la WCW en 1993 », sur genickbruch.com (consulté le 14 mai 2012)
  62. (en) « USWA @ Memphis », sur Wrestlingdata (consulté le 31 janvier 2015).
  63. (en) « USWA @ Memphis », sur Wrestlingdata (consulté le 31 janvier 2015).
  64. (Klein 2012, p. 154)
  65. (de) « Liste de ses 10 derniers combats », sur genickbruch.com (consulté le 15 mai 2012)
  66. (en) Larry Csonka, « 411’s Spotlight Interview: Rodney Mack », sur 411 mania,‎ 4 avril 2006 (consulté le 6 février 2015).
  67. (en) « Wrestlepalooza 1998 », sur prowrestlinghistory.com (consulté le 14 mai 2012)
  68. (Klein 2002, p. 155)
  69. (en) « Junkyard Dog dies », sur Slam! Wrestling,‎ 3 juin 1998 (consulté le 7 février 2015).
  70. (en) « Facts & Stats: WrestleMania XX », sur wwe.com (consulté le 15 mai 2012)
  71. (en) « WWF Hall of Fame 2004 », sur prowrestlinghistory.com (consulté le 15 mai 2012)
  72. (en) Greg Oliver, « Superfly, JYD, Samoans, Cornette among 2012 PWHF inductees », sur Slam! Wrestling,‎ 3 décembre 2011 (consulté le 31 janvier 2015).
  73. a et b (en) « Bio de Junkyard Dog », sur wwe.com (consulté le 3 mai 2012)
  74. a et b (de) « Profil de Junkyard Dog », sur genickbruch.com (consulté le 21 juin 2012)
  75. (en) « Liste du PWHF », sur Professional Wrestling Hall of Fame and Museum (consulté le 3 mai 2012)
  76. (en) « Historique du Stampede Wrestling North American Heavyweight Title », sur Wrestling-titles (consulté le 28 avril 2012)
  77. (en) « History of the Ladder Match », sur Online World of Wrestling (consulté le 28 avril 2012)
  78. (en) « Historique du USWA Unified World Heavyweight Title », sur Wrestling-titles (consulté le 3 mai 2012)
  79. (en) « Historique du WCW World 6-Man Tag Team Title », sur Wrestling-titles (consulté le 3 mai 2012)
  80. (en) Kevin Powers et Zach Linder, « WCW World Six-Man Tag Team Championship », sur wwe.com (consulté le 12 mai 2012)
  81. (en) « résultat du PPV The Wrestling Classic », sur prowrestlinghistory.com (consulté le 3 mai 2012)
  82. (en) « And the winner is... », sur wwe.com (consulté le 4 mai 2012)
  83. (en) « Classement PWI500 de Junkyard Dog », sur Internet Wrestling Data Base (consulté le 11 janvier 2015).
  84. (en) « Liste des vainqueurs du Most Inspirational Wrestler de 1972 à 2011 », sur Cagematch (consulté le 3 février 2015).
  85. (en) « Liste des vainqueurs du Most Popular Wrestler », sur Cagematch (consulté le 3 février 2015).
  86. (en) « Liste des vainqueurs du Comeback Of The Year », sur Cagematch (consulté le 3 février 2015).
  87. (de) « Liste des lauréats des Wrestling Observer Newsletter Awards de l'année 1982 », sur Genickbruch (consulté le 10 février 2015).
  88. (de) « Liste des lauréats des Wrestling Observer Newsletter Awards de l'année 1986 », sur Genickbruch (consulté le 10 février 2015).
  89. a et b (de) « Liste des lauréats des Wrestling Observer Newsletter Awards de l'année 1990 », sur Genickbruch (consulté le 10 février 2015).
  90. (de) « Liste des lauréats des Wrestling Observer Newsletter Awards de l'année 1987 », sur Genickbruch (consulté le 10 février 2015).

Autres sources[modifier | modifier le code]

Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 28 juin 2012 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.