Maurice Vachon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vachon et Mad Dog.
Maurice Régis Vachon
Nom(s) de ring Mad Dog Vachon[1]
Taille 1,75 m (5 9)
Poids 105 kg (231 lb)
Naissance 1er septembre 1929
Ville-Émard, Montréal, Drapeau : Québec Québec
Drapeau du Canada Canada
Décès 21 novembre 2013 (à 84 ans)
Omaha, Nebraska
Drapeau des États-Unis États-Unis
Débuts 1950[2]
Fin 1986

Maurice Vachon (né Maurice Régis Vachon dans Ville-Émard, à Montréal, le 1er septembre 1929, mort le 21 novembre 2013 à Omaha, au Nebraska) est un lutteur professionnel (catcheur) québécois, aussi connu sous le surnom Mad Dog Vachon.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né le 1er septembre 1929 à Ville-Émard, un quartier ouvrier de Montréal, il est le deuxième d'une famille de 13 enfants, d'un père « homme fort » et policier[3], Ferdinand Vachon, et de Marguerite Picard[4]. Il est baptisé Maurice Régis Vachon, le 4 septembre, dans la paroisse de Notre-Dame-du-Perpétuel-Secours[5]; le parrain est Maurice Picard, son oncle, la marraine est Victoria Ouellette, sa grand-mère maternelle. En 1932, la famille déménage dans la paroisse Saint-Jean de Matha, voisine. Il s'initie à la lutte amateur dès l'âge de 12 ans. À l'âge de seulement 18 ans (fait rare dans ce sport), il représente le Canada aux Jeux olympiques de Londres en 1948 et termine au 7e rang dans la catégorie des 78 kg (172 lb). Il participe ensuite, à 20 ans, en 1950, aux Jeux de l’Empire britannique (ensuite connus sous le nom de Jeux du Commonwealth), où il remporte la médaille d'or (en).

Il est d'abord portier, videur, durant quelques années, dans un Cabaret ou débit de boisson nocturne montréalais. Sa carrière de lutteur professionnel débute ensuite, dans les années 1950. Son surnom de « Mad Dog » (chien enragé : à l'humeur massacrante, intimidante) lui est octroyé par Don Owen (en), un promoteur de Portland, en Oregon, au terme d'un combat pendant lequel il s'en est pris non seulement à son adversaire mais aussi à l'arbitre et à un policier. Ce dernier, aux dires de Vachon, a été projeté « dans la troisième rangée ».

Dans les années 1970, Maurice « Mad Dog » Vachon et son frère Paul « Butcher » Vachon livrent, en duo, des combats épiques aux « frères » Leduc, deux bûcherons chauves qui n'ont entr'eux, en réalité, aucun lien de parenté. Ces combats font courir les foules et plus de 17 000 personnes se déplacent pour voir les quatre hommes en découdre dans une cage, en 1972.

En 1985, il participe à l'émission Les supers étoiles de la lutte. Vachon prend sa retraite le 13 octobre 1986, au centre Paul-Sauvé de Montréal. Un an plus tard, il est victime d'un grave accident de la route qui force l'amputation de sa jambe droite au-dessous du genou[6]. Quelque 40 000 admirateurs, dont le premier ministre du Canada, Brian Mulroney, lui envoient des vœux de prompt rétablissement. Mais sa popularité ne se dément pas et, durant sa retraite, il joue dans des publicités, il participe à des émissions de télévision, il écrit sa biographie et il réalise un album de rap en français. Il prenait alors plaisir à évoquer sa popularité en disant qu'il avait tout fait pour être haï, sans y parvenir[7] : « J'ai passé ma vie à vouloir me faire détester, mais je réalise que j'ai manqué mon coup[8]. »

Maurice Vachon a été intronisé au Temple de la renommée de la WWE le 27 mars 2010. Maurice Vachon, atteint de diabète et confiné depuis quelques années à un fauteuil roulant, est mort le 21 novembre 2013 dans sa maison d'Omaha, au Nebraska[8],[9].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (de) « Profil de Maurice Vachon », sur genickbruch.com (consulté le 26 novembre 2009).
  2. (en) « Profil de Maurice Vachon », sur Online World of Wrestling (consulté le 26 novembre 2009).
  3. [vidéo] (13 min 25 s) + textes : « « Mad Dog » Vachon, un dur au coeur tendre », dans les archives de Radio-Canada.
  4. « Maurice Vachon lutteur : lignée du jour », sur genealogie.planete.qc.ca (consulté le 23 novembre 2013).
  5. Baptême no 205 de 1929, en cette paroisse Notre-Dame-du-Perpétuel-Secours, à Ville-Émard, Montréal.
  6. « Hommage à Maurice », sur lapresse.ca/le-soleil,‎ 22 novembre 2013 (consulté le 23 novembre 2013).
  7. La Presse canadienne, « Maurice Vachon était tout le contraire de « Mad Dog » », sur lapresse.ca,‎ 21 novembre 2013 (consulté le 23 novembre 2013).
  8. a et b Société Radio-Canada, « Mad Dog » n'est plus, sur radio-canada.ca,‎ 21 novembre 2013 (consulté le 23 novembre 2013).
  9. [vidéo] TVA, « Mad Dog » Vachon n'est plus, sur tvasports.ca,‎ 21 novembre 2013 (consulté le 23 novembre 2013).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]