Rikidōzan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Cet article concerne le catcheur. Pour le film, voir Rikidozan.
Mitsuhiro Momota
Image illustrative de l'article Rikidōzan
Rikidōzan en 1954.

Nom(s) de ring Rikidōzan
Mitsuhiro Momota
Taille 1,75 m (5 9)
Poids 110 kg (240 lb)[1]
Naissance [1]
Hamgyong du Sud, Drapeau de la Corée du Nord Corée du Nord
Décès (à 39 ans)
Tōkyō, Japon
Débuts 28 octobre 1951[2]

Mitsuhiro Momota (百田 光浩, Momota Mitsuhiro?), né Kim Sin-nak (김신락) le et décédé le [2], est un catcheur professionnel mieux connu sous son nom de lutteur Rikidōzan (japonais : 力道山, coréen : 역도산), considéré comme le « père du Puroresu » et l'un des hommes les plus influents de l'histoire du catch japonais.

Biographie[modifier | modifier le code]

Rikidōzan en tant que Sekiwake en 1949.

Enfance et sumo[modifier | modifier le code]

Rikidōzan est né en Hamgyong du Sud en Corée alors occupée par le Japon le 14 novembre 1924 sous le nom coréen de Kim Sin-nak (김신락)[3]. Il est ensuite adopté par un fermier membre de la famille Momota vivant dans la Préfecture de Nagasaki au Japon[3]. Face à la discrimination dont souffrent les coréens au Japon, il change son nom en Mitsuhiro Momota et cache ses origines coréennes[4]. Il est ensuite entraîné pour devenir sumotori[3] et débute sa carrière à l'âge de 15 ans[5]. Il part pour Tōkyō et prend alors le shikona (nom de lutteur) de Rikidōzan, travaille au sein de plusieurs prestigieuses équipes de sumo dont l'équipe Nishonoseki (en)[4]. En 1949, il devient sekiwake[5],[6] mais, malgré sa popularité, met brusquement fin à sa carrière de sumotori environ deux ans plus tard avant même de devenir yokozuna ; ce départ peut être expliqué par des tensions avec les membres de l'équipe, des raisons financières ou une discrimination due à ses origines coréennes[3],[6]. Il continue néanmoins à s'entraîner et rencontre Masutatsu Ōyama, le fondateur du kyokushinkai[5].

Carrière de catcheur[modifier | modifier le code]

Il débute sa carrière de catcheur le 28 octobre 1951 dans un match de dix minutes face à Bobby Bruns à Tōkyō[5],[4] qui se déroule deux semaines après un spectacle de catch américain et six ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale[3]. Rikidōzan se présente alors comme un héros national[5], effectuant une série de victoires face à des catcheurs américains[3],[4]. Il devient grâce à cela très populaire auprès des japonais. Il part à Hawaï avec Bruns et y gagne son premier titre, le titre par équipe de la NWA Hawaï[7]. Il participe ensuite à plus de 260 matchs en en perdant seulement 5[5].

Il retourne au Japon en 1953 et y fonde la première fédération de catch du pays, la Nihon Puroresu Kyōkai (日本プロレス協会, Japan Pro Wrestling Alliance?, appelée également Japan Wrestling Association) qui est affiliée à la National Wrestling Alliance et à laquelle participent d'anciens sumotoris ou d'anciens judokas[8],[9],[10]. Il y entraîne notamment Antonio Inoki et Shōhei Baba[11]. La première représentation de la fédération a lieu les 19 et 20 février 1954 où il fait équipe avec le judoka Masahiko Kimura pour battre une équipe américaine, les Sharpe Brothers qui jouent le rôle des vilains[5]. Le spectacle, qui voit donc « les japonais battre les américains », se déroule en public et est également diffusé en direct à la télévision japonaise[5]. Le 22 décembre 1954, se tient le « Duel du siècle » où Rikidōzan bat Masahiko Kimura pour le titre de Champion poids lourd japonais[12],[13]. Ce match choque le public, notamment à cause de la défaite de la légende du judo, et incitera même des yakuzas à souhaiter la mort de Rikidōzan[12].

Décès[modifier | modifier le code]

Le 8 décembre 1963, alors qu'il se trouvait dans une boîte de nuit à Tōkyō, Rikidōzan est poignardé à l'abdomen par le yakuza Katsuji Murata appartenant à l'organisation criminelle Sumiyoshi-ikka affilié au Sumiyoshi-rengo. Selon les témoignages, Rikidōzan, après avoir jeté Murata dehors, continua à faire la fête et refusa d'être soigné[3]. D'autres disent qu'il a été conduit à l'hôpital et vu par un médecin qui lui a dit que sa blessure n'était pas grave[3]. Il décède une semaine plus tard des suites d'une péritonite à l'âge de 39 ans[14].

Il avait deux fils, Yoshihiro Momota et Mitsuo Momota, ce dernier a commencé une carrière de catcheur en 1970 et a travaillé à la All Japan Pro Wrestling et à la Pro Wrestling NOAH[11].

Dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

Affiche du film Rikidōzan monogatari dotō no otoko dans lequel joue Rikidōzan en 1955.

Rikidōzan apparaît dans 29 films[15] dont Otsukisama ni wa warui kedo (お月様には悪いけど?) de Kiyoshi Horīke sorti en 1954[16], Yagate aozora (やがて青空?) de Motoyoshi Oda[16] et Rikidōzan monogatari dotō no otoko (力道山物語 怒濤の男?) de Kenjiro Morinaga sortis en 1955 et dans lesquels il joue son propre rôle.

En 2004, est sorti le film Rikidozan (역도산, Yeokdosan) réalisé par le coréen Song Hae-sung, retraçant son histoire, avec Sol Kyung-gu dans le rôle du catcheur[17].

Palmarès et récompenses[modifier | modifier le code]

  • Japan Pro Wrestling Alliance (en)
    • 4 fois JWA All Asia Tag Team Champion avec Toyonobori en 1960, 1962 et 1963[18]
    • 1 fois JWA All Japan Tag Team Champion avec Toyonobori[19]
    • 1 fois JWA All Asia Heavyweight Champion en 1955[20]
    • 1 fois NWA International Heavyweight Champion en 1958[21]
    • 1 fois Japanese Heavyweight Champion en 1954[13]
  • North American Wrestling Alliance
    • 1 fois WWA World Heavyweight Champion (version Los Angeles) en 1962[22]
  • NWA San Francisco
    • 1 fois NWA Pacific Coast Tag Team Champion (version San Francisco) avec Dennis Clary en 1952[23]
    • 1 fois NWA World Tag Team Champion (version San Francisco) avec Kōkichi Endō en 1956[24]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « Profil de Rikidōzan », sur Online World of Wrestling (consulté le 16 octobre 2009)
  2. a et b (en) « Rikidōzan », sur Puroresu Dojo (consulté le 17 octobre 2009)
  3. a, b, c, d, e, f, g et h (en) « The Proud Life and Sad Death of Rikidozan », sur American Chronicle,‎ 2 juillet 2007 (consulté le 19 octobre 2009)
  4. a, b, c et d (en) « Biographie de Rikidozan », sur The TRC Professional Wrestling Hall of Fame (consulté le 25 octobre 2009)
  5. a, b, c, d, e, f, g et h (en) « Rikidozan the Legend of pro wrestling », sur Los Angeles Dojo (consulté le 25 octobre 2009)
  6. a et b (en) « (some sumo) Rikidozan former rikishi from asahi shimbun », sur Banzuke.com - Your Sumo Information Archive,‎ 24 mai 1999 (consulté le 25 octobre 2009)
  7. a et b (en) « Historique du NWA Hawaii Tag Team Championship », sur Pro-Wrestling Title Histories (consulté le 17 octobre 2009)
  8. (en) « Japan Wrestling Association », sur Online World of Wrestling (consulté le 27 octobre 2009)
  9. (en) « Japan Wrestling Association », sur Pro-Wrestling Title Histories (consulté le 27 octobre 2009)
  10. « Japan Wrestling Association », sur Willywrestlefest.fr (consulté le 27 octobre 2009)
  11. a et b (de) « Profil de Rikidōzan », sur Genickbruch.com (consulté le 4 novembre 2009)
  12. a et b (en) « Masahiko Kimura biography », sur JudoInfo.com (consulté le 7 décembre 2009)
  13. a et b (en) « Historique du Japanese Heavyweight Championship », sur Pro-Wrestling Title Histories (consulté le 17 octobre 2009)
  14. (en) Gavin Marshall, « Death of a Hero », sur Puroresu Dojo, Wrestling Revue,‎ avril 1964 (consulté le 5 novembre 2009)
  15. (ja) « Filmographie de Rikidōzan » (consulté le 27 octobre 2009)
  16. a et b (en) Rikidōzan sur l’Internet Movie Database
  17. « Rikidozan », sur Sancho does Asia - Revue électronique des cinémas d'Asie et d'ailleurs (consulté le 19 octobre 2009)
  18. (en) « Historique du JWA All Asia Tag Team Championship », sur Pro-Wrestling Title Histories (consulté le 17 octobre 2009)
  19. (de) « Historique du JWA All Japan Tag Team Championship », sur genickbruch.com (consulté le 17 octobre 2009)
  20. (en) « Historique du JWA All Asia Heavyweight Championship », sur Pro-Wrestling Title Histories (consulté le 17 octobre 2009)
  21. (en) « Historique du NWA International Heavyweight Championship », sur Pro-Wrestling Title Histories (consulté le 17 octobre 2009)
  22. (en) « Historique du WWA World Heavyweight Championship », sur Pro-Wrestling Title Histories (consulté le 17 octobre 2009)
  23. (en) « Historique du NWA Pacific Coast Tag Team Championship », sur Pro-Wrestling Title Histories (consulté le 17 octobre 2009)
  24. (en) « Historique du NWA World Tag Team Championship (San Francisco version) », sur Pro-Wrestling Title Histories (consulté le 17 octobre 2009)
  25. (en) « Professional Wrestling Hall of Fame and Museum », sur Pro-Wrestling Title Histories (consulté le 17 octobre 2009)
  26. (en) « Wrestling Observer Newsletter Hall of Fame », sur Pro-Wrestling Title Histories (consulté le 17 octobre 2009)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Ho In Li, I am a Korean: The story of the world professional wrestling champion Rikidozan, Foreign Languages Publishing House,‎ 1989, 200 p. (OCLC 25966342, présentation en ligne)
  • (en) Robert Whiting, Tokyo Underworld The fast times and hard life of an American gangster in Japan, New York: Pantheon Books,‎ 1999, 372 p. (ISBN 0679419764, présentation en ligne)