Vitali Klitschko

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Vitali Klitschko
Vitali Klitschko le 27 janvier 2009.
Vitali Klitschko le 27 janvier 2009.
Fiche d’identité
Nom complet Vitali Volodimirovitch Klitchko
Surnom Ironfist / Dr.
Nationalité Drapeau : Ukraine Ukrainien
Date de naissance 19 juillet 1971 (43 ans)
Lieu de naissance Belovodskoïe (RSS kirghize)
Drapeau de l’URSS Union soviétique
Taille 2,02 m (6 8)
Catégorie Poids lourds et
super-lourds (amateurs)
Palmarès
Professionnel Amateur
Combats 47 210
Victoires 45 195
Victoires par KO 41 80
Défaites 2 15
Titres professionnels Champion du monde poids lourds
WBO (1999-2000)
WBC (2004-2005, 2008-2013)
The Ring (2004-2005)
WBC Emeritus (2013-)

Champion d'Europe poids lourds
EBU (1998-1999, 2000)
Titres amateurs Médaillé d'argent
Championnats du monde 1995 (poids super-lourds)
Dernière mise à jour : 7 février 2014

Vitali Klitschko (en ukrainien : Віталій Кличко) est un boxeur et homme politique ukrainien né le 19 juillet 1971 à Belovodskoïé en RSS kirghize. Champion du monde poids lourds (mesurant 2,02 m) tout comme son frère Wladimir Klitschko, leur père était un colonel de l'armée de l'air soviétique. Le 25 mai 2014, il est élu maire de Kiev.

Formation[modifier | modifier le code]

Il est titulaire d'un doctorat en sciences et techniques des activités physiques et sportives auprès de l'université de Kiev.

Carrière de boxeur[modifier | modifier le code]

Kick boxing[modifier | modifier le code]

En 1985, Vitali Klitschko et sa famille déménagent à Kiev, il s'initie au kick-boxing. Après trois ans, il entre dans l'équipe nationale junior. Il remporte deux titres de champion du monde en amateur et quatre en professionnel. Son palmarès professionnel est de 34 victoires, dont 22 par KO, et d'une seule défaite.

Boxe amateur[modifier | modifier le code]

En boxe anglaise, Vitali dispute 210 combats amateurs. Il remporte trois championnats d'Ukraine. Sa carrière décolle en 1995 lorsqu'il gagne la médaille d'argent des championnats du monde de boxe amateur 1995 et les Jeux mondiaux militaires. Il manque les jeux olympiques d'Atlanta 1996[1], contrôlé positif à la nandrolone. Dans son autobiographie, l'Ukrainien l'attribue à un traitement pour une blessure à la jambe. Son frère Wladimir gagnera la médaille d'or des jeux olympiques en catégorie super-lourds. Le palmarès amateur de Vitali est de 195 victoires contre 15 défaites.

Débuts en professionnel[modifier | modifier le code]

Passé professionnel dans la catégorie des lourds, il s'engage avec l’écurie Universum de Hambourg (Allemagne). Il dispute son premier combat le 16 novembre 1996 et l'emporte par KO. Il remporte 18 victoires de rang, toutes avant la limite, avant de gagner le titre Inter-Continental WBO le 2 mai 1998. Le 24 octobre de la même année, il rencontre l'Allemand Mario Schießer pour le titre de champion d'Europe EBU, et l'emporte par KO au 2e round. Il défend son titre victorieusement à deux reprises.

Champion du monde WBO[modifier | modifier le code]

Après 24 victoires, toutes obtenues par KO, il rencontre Herbie Hide pour le titre de champion du monde poids lourds WBO le 26 juin 1999[2]. Au 2e round, il envoie Hide à terre d'une droite plongeante. Celui-ci se relève mais retourne au sol sur un direct du gauche plus tard dans le round, et perd par KO, Vitali remporte son premier titre de champion du monde à 27 ans. Le 9 octobre de la même année, il défend son titre en mettant KO en trois rounds l'Américain invaincu Ed Mahone[3] puis Obed Sullivan qui ne répond pas à l’appel de la 10e reprise.

Klitschko contre Chris Byrd[modifier | modifier le code]

Le 1er avril 2000, il fait face à Chris Byrd[4]. Largement en tête sur les cartes des trois juges avec plusieurs points d'avance après huit reprises, il se blesse à l'épaule durant la neuvième. Il la finit difficilement et doit abandonner le combat, cette blessure aurait pu être préjudiciable à la suite de sa carrière. Pour le public qui voyait l'Ukrainien maîtriser le combat c'est l'incompréhension, et la réputation de Vitali en souffre, particulièrement aux États-Unis d'où vient Byrd.

Vers la reconquête du titre[modifier | modifier le code]

Le 25 novembre 2000, il rencontre Timo Hoffmann pour reconquérir le titre de champion d'Europe EBU. Pour la première fois de sa carrière, il gagne un combat sans mettre son adversaire KO. Il a cependant une large avance aux points sur les cartes des juges. Le 27 janvier 2001, il gagne le titre WBA Inter-Continental, et le défend victorieusement à trois reprises.

Klitschko contre Lennox Lewis[modifier | modifier le code]

Le 21 juin 2003, Lennox Lewis était censé rencontrer Kirk Johnson pour défendre son titre WBC des poids lourds, mais ce dernier se blesse, et Vitali Klitschko accepte de le remplacer au pied levé. Il ne dispose que de onze jours d'entraînement[5]. Lewis est favori à quatre contre un. Pourtant, Klitschko crée la surprise en bousculant Lewis dès le début du combat. Ce dernier, qui n'a jamais été aussi lourd, se fatigue rapidement mais réplique néanmoins. Le match est très violent. Un direct droit de Lewis à la 3e reprise provoque une coupure à l'œil de l'Ukrainien qui saigne abondamment. Avant le septième round, le médecin de coin décide d'arrêter le combat, la coupure de Vitali s’aggravant, malgré les protestations de ce dernier qui mène sur les cartes des juges 4 rounds à 2. Lewis gagne ainsi une victoire controversée. Vitali Klitschko a lui gagné en crédibilité avec ce combat. Malgré l'annonce d'un deuxième combat, Lewis part peu après à la retraite privant ainsi Klitschko de sa revanche. Il déclarera plus tard que Lewis fut son adversaire le plus coriace, restant cependant persuadé que le champion britannique avait pris sa retraite par peur d'un deuxième combat[6].

Reconquête du titre face à Corrie Sanders[modifier | modifier le code]

Après avoir battu Kirk Johnson en 2 rounds, Vitali a une autre occasion de reconquérir un titre de champion contre le gaucher sud-africain Corrie Sanders[7] qui avait battu son frère Wladimir quelques mois plus tôt. Il se font face le 24 avril 2004. Corrie Sanders envoie de puissants coups qui déstabilisent Vitali comme rarement dans sa carrière. En fin de première reprise, un direct du gauche de Sanders manque d'envoyer Vitali au tapis. Ce dernier malgré tout contrôle le combat, dès la 2e reprise il commence à doubler ses jabs, et le visage de Sanders est marqué. Les deux hommes se donnent sans retenue dans la 2e partie du 3e round. Dans les deux reprises suivantes néanmoins, Sanders est particulièrement inactif, Klitschko tente beaucoup plus de coups et touche fréquemment : Dans la 5e, Sanders place un seul coup, quand Vitali en place 38. Le Sud-Africain réplique dans le 6e round, mais se fait sévèrement contrer. Au 8e round, Klitschko place des séries qui éprouvent Sanders qui réplique de moins en moins et qui est arrêté par l'arbitre. Vitali est double champion du monde.

Première retraite[modifier | modifier le code]

Le 11 décembre 2004, Vitali bat Danny Williams[8] par KO technique après l'avoir envoyé à terre à quatre reprises. Ce sera son dernier combat avant des années : le 9 novembre 2005, il annonce son retrait des rings. Neuf jours avant son combat prévu contre Hasim Rahman, il se blesse sérieusement, souffrant d'une rupture du ligament croisé antérieur, un mal nécessitant au moins un an de soins de suite après la chirurgie. « J’ai passé plus de temps à affronter des blessures que des adversaires sur le ring » déclare l’Ukrainien dans un communiqué. On parle d'un come-back contre Oleg Maskaev en 2007, mais le combat n'aura finalement pas lieu.

Retour gagnant[modifier | modifier le code]

Finalement, en 2008, il fait son véritable retour. Le 11 octobre 2008, il reprend à Berlin la ceinture de champion du monde WBC en battant le Nigérian Samuel Peter, ce dernier abandonnant à l'appel du 9e round[9]. Il entre dans le cercle des rares triples champions du monde de boxe. Son frère Wladimir détenant les ceintures IBF et WBO, c'est la première fois que deux frères détiennent en même temps une ceinture mondiale.

Il enchaine ensuite les défenses victorieuses : Le 21 mars 2009, l'arbitre arrête Juan Carlos Gómez à la 9e reprise. Le public américain fonde beaucoup d'espoirs sur l'Américain Chris Arreola, invaincu et de 10 ans le cadet de l'ukrainien. Vitali et lui sont opposés le 26 septembre 2009 au Staples Center de Los Angeles[10]. Klitschko domine le combat, Arreola abandonne entre le 10e et le 11e round. Le 12 décembre 2009, il bat par décision unanime Kevin Johnson[11].

Le 29 mai 2010, il remporte sa 40e victoire, la 38e avant la limite, en mettant KO au 10e round le boxeur polonais Albert Sosnowski[12] puis domine aux points l'ancien champion du monde américain Shannon Briggs le 16 octobre à Hambourg[13]. Le 19 mars 2011, il bat à Cologne l'ancien champion olympique, le Cubain Odlanier Solis, qui se blesse à la jambe dans les derniers instants du premier round[14].

Le 10 septembre 2011, à désormais 40 ans, il combat l'ancien double champion du monde Polonais Tomasz Adamek qui combat devant son public au stade municipal de Wrocław et gagne par arrêt de l'arbitre au 10e round[15]. Son adversaire suivant est le britannique Dereck Chisora[16]. Ce dernier le provoque en donnant une gifle et en crachant de l'eau au visage de son frère Wladimir peu avant le combat. Vitali l’emporte aux points à l'unanimité des juges. Le 8 septembre 2012, il bat Manuel Charr qui est arrêté au 4e round suite à une coupure.

Champion Emeritus[modifier | modifier le code]

Le 16 décembre 2013, Vitali décide de mettre sa carrière entre parenthèses, et abandonne son titre WBC pour se consacrer à la politique dans son pays. Le boxeur, qui devait impérativement remettre en jeu son titre de la catégorie-reine, a reçu de la part de la WBC le statut de « Champion Emeritus » : en effet, à quarante-deux ans, il est très impliqué dans les événements politiques de son pays ; ainsi, ce nouveau statut de « champion émérite » lui permet de disputer directement et quand il le souhaite le titre WBC qu'il soit vacant ou détenu par un nouveau champion, s'il décide de revenir sur le ring.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Il se présente aux élections municipales de Kiev en 2006 en tant que tête de liste d'une coalition unissant les partis Pora! et Parti des réformes et de l'ordre. Avec un programme basé sur la lutte contre la corruption, il termine deuxième derrière Leonid Chernovetskyi. En 2010 il prend la tête de l'Alliance démocratique ukrainienne pour la réforme, et se présente aux élections parlementaires ukrainiennes de 2012. Tête de liste il se fait élire, son parti remportant un total de 40 sièges. Vitali est l'un des leaders des manifestations pro-européennes de 2013 en Ukraine.

Il envisage de présenter sa candidature à l'élection présidentielle de 2014, à la suite destitution du président Viktor Ianoukovitch[17], avant de se désister en faveur de Petro Porochenko. Il est finalement élu maire de Kiev le 25 mai 2014[18].

Titres professionnels en boxe anglaise[modifier | modifier le code]

Titres Mondiaux Majeurs :

  • WBO Champion Poids lourds 1999-2000
  • WBC Champion Poids lourds 2004-2005
  • (2) WBC Champion Poids lourds 2008-2013
  • WBC Emeritus Champion Poids lourds 2013-

Titres Mondiaux Mineurs :

  • The Ring Champion Poids lourds 2004-2005

Titres Régionaux/Internationaux :

  • WBO Inter-Continental Champion Poids lourds
  • EBU Champion Poids lourds
  • (2) EBU Champion Poids lourds
  • WBA Inter-Continental Champion Poids lourds

Distinctions :

  • Comeback de l'année Ring Magazine : 2008

Anecdotes[modifier | modifier le code]

  • Vitali a disputé 17 championnats du monde, 15 victoires dont 12 avant la limite et 2 défaites.
  • La chanson Sonne, du groupe de métal Rammstein était, dans sa première mouture, consacrée à Vitali Klitschko, pour constituer sa musique d'entrée sur le ring.
  • Son frère Wladimir et lui ont promis à leur mère qu'ils ne s'affronteraient jamais sur un ring.
  • Vitali apparaît dans le film Ocean's Eleven, où son frère Wladimir affronte Lennox Lewis.
  • Vitali détient le deuxième plus gros pourcentage de k-o (87.23) de l'histoire des lourds derrière Rocky Marciano (87.76)

Notes et références[modifier | modifier le code]


Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :