Sergueï Lavrov

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lavrov.
Sergueï Lavrov
Sergueï Lavrov, le 17 mars 2010.
Sergueï Lavrov, le .
Fonctions
Ministre des Affaires étrangères de la Russie
En fonction depuis le
Président Vladimir Poutine
Dmitri Medvedev
Vladimir Poutine
Prédécesseur Igor Ivanov
Biographie
Date de naissance (64 ans)
Lieu de naissance Moscou
Nationalité Drapeau de la Russie Russe
Parti politique Russie unie
Conjoint Maria Lavrova
Enfant(s) Ekaterina
Diplômé de Institut d'État des relations internationales de Moscou

Signature

Sergueï Lavrov

Sergueï Viktorovitch Lavrov (en russe : Сергей Викторович Лавров), né le à Moscou en Russie, est un homme politique russe d'origine arménienne (par son père qui était issu de la communauté arménienne de Tbilissi) et membre du parti Russie unie. Il a remplacé Igor Ivanov au poste de ministre des Affaires étrangères de la Russie le 9 mars 2004. Il possède le rang d'ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de Russie. Il est membre permanent du conseil de sécurité de Russie.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il naît à Moscou d'un père russe (selon ce qui est inscrit au ministère des Affaires étrangères de Russie) en fait d'origine arménienne d'après ses propres révélations[1]. Sa mère est fonctionnaire au ministère du commerce intérieur d'URSS. Il étudie à l'école secondaire n°2 de Noguinsk, puis reçoit une médaille d'argent de l'école n°607 de Noguinsk avec enseignement renforcé en anglais, à la fin de ses études secondaires.

  • 1972 : Diplômé à Moscou de l'Institut d'État des relations internationales du ministère des Affaires étrangères de l'URSS.
  • 1972 : en poste à l'ambassade de l'URSS au Sri Lanka.
  • De 1976 à 1981 : travaille au Département des organisations internationales du ministère des Affaires étrangères de l'URSS.
  • De 1981 à 1988 : premier secrétaire, conseiller puis conseiller en chef de la Représentation permanente de l'URSS auprès de l'ONU.
  • De 1988 à 1990 : chef adjoint du Département des relations économiques internationales du ministère des Affaires étrangères de la Russie.
  • De 1990 à 1992 : directeur du Département des organisations internationales et des problèmes globaux du ministère des Affaires étrangères de la Russie.
  • De 1992 à 1994 : Vice-ministre des Affaires étrangères de la Fédération de Russie.
  • De 1994 à 2004 - Représentant permanent de la Fédération de Russie auprès de l'ONU.

Il parle couramment l'anglais, le français et le cinghalais. Il est marié et père d'une fille, Ekaterina.

Il avait de mauvais rapports avec Condoleeza Rice. Le Daily Telegraph révéla le 12 septembre 2008 que le ministre employa dans une conversation téléphonique avec son jeune homologue britannique David Miliband, dans le contexte du conflit russo-géorgien en Ossétie du Sud d'août 2008 : « Who are you to fucking lecture me [2]? », ce qui fit la une des tabloïds anglais.

En 2013, il est particulièrement actif dans la défense d'un statu quo à propos de la guerre civile syrienne en refusant une intervention militaire non encadrée par l'ONU[3] et en signant avec son homologue américain John Kerry à Genève une résolution mettant sous contrôle international les armements chimiques de Bachar el-Assad, ce à quoi s'oppose la rébellion islamique.

En 2014, il est en première ligne face à John Kerry qu'il rencontre plusieurs fois dans le cadre de la crise de Crimée et des suites de la révolution de Maïdan.

Décorations[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. En 2005 à Erevan (Arménie), en réponse à une question concernant ses racines arméniennes, Lavrov répondit « mes racines sont en fait géorgiennes — mon père est de Tbilissi, mais je suis de sang arménien ». Elena Souponina ; « "Sergueï Lavrov a des racines géorgiennes, mais de sang arménien ». Vremya Novosteï, n°28, 18 février 2005.
  2. Ce qui pourrait se traduire par : « Qui êtes-vous pour me faire cette putain de leçon ? ».
  3. Pierre Avril, « Lavrov, le nouveau "M. Niet" russe », in Le Figaro, vendredi 13 septembre 2013, page 6.

Liens externes[modifier | modifier le code]