Joe Louis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Joe Louis
Image illustrative de l'article Joe Louis
Fiche d’identité
Nom complet Joseph Louis Barrow
Surnom The Brown Bomber
Nationalité Drapeau des États-Unis États-Unis
Date de naissance 13 mai 1914
Lieu de naissance LaFayette, Alabama
Date de décès 12 avril 1981 (66 ans)
Lieu de décès Las Vegas, Nevada
Taille 1,88 m (6 2)
Catégorie Poids lourds
Palmarès
  Professionnel
Combats 71
Victoires 68
Victoires par KO 54
Défaites 3
Titres professionnels Champion du monde poids lourds (1937-1949)
Titres amateurs Vainqueur des Golden Gloves en 1934 (poids mi-lourds)
Dernière mise à jour : 7 février 2014

Joe Louis est un boxeur américain né le 13 mai 1914 à LaFayette, Alabama, et mort le 12 avril 1981 à Las Vegas, Nevada.

Louis était le fils de Munroe Barrow et Lillie (Reese) Barrow, et le septième de huit enfants. Munroe était majoritairement afro-américain avec une ascendance blanche, tandis que Lillie était à moitié Cherokee.

Biographie[modifier | modifier le code]

En amateur, Joe Louis remporta 43 de ses 50 combats par KO. Il devient boxeur professionnel en 1934 après s'être imposé aux Golden Gloves dans la catégorie mi-lourds[1].

Le « Bombardier brun » fut champion du monde des lourds entre 1937 et 1949. Il devint champion du monde le 22 juin 1937 à Chicago. Il resta invaincu jusqu'en 1949. Au cours des vingt-cinq combats qu'il disputa pour défendre son titre, seulement trois allèrent à la limite.

Sa carrière fut mise en veilleuse au cours de la Seconde Guerre mondiale. Le sergent Joe Louis effectua pendant le conflit 96 exhibitions devant plus de 2 millions de soldats américains.

Face à face avec Max Schmeling (1936).

Joe Louis ne compte que trois défaites au cours de sa carrière. La première eut lieu le 6 juin 1936 face à l'Allemand Max Schmeling par KO à la 12e reprise[2]. La revanche entre Louis et Schmeling se tint le 22 juin 1938, et le Bombardier brun imposa sa loi à l'icône du régime nazi (qui devint plus tard son ami, payant d'ailleurs plusieurs de ses opérations et participant aussi à ses frais d'enterrement). Devant 80 000 spectateurs au Yankee Stadium, Louis terrassa le colosse Schmeling en deux minutes et quatre secondes[3]. Il ouvrit la voie aux sportifs noirs au même titre qu'un Jesse Owens.

Les deux autres défaites de Louis eurent lieu à l'occasion d'une tentative de come-back au début des années 1950. Il s'incline en 15 rounds face à Ezzard Charles[4] puis face à Rocky Marciano, le 26 octobre 1951, par KO au 8e round au Madison Square Garden[5]. Joe Louis compte ainsi 3 défaites pour 65 (ou 68 ou 69 selon les sources) combats disputés chez les professionnels, dont 54 gagnés par KO. Il fut désigné boxeur du siècle en 1981.

La ville de Détroit, où Louis habita la plupart du temps, a construit un mémorial en son honneur. Une salle omnisports, qui accueille aujourd'hui l'équipe de la Ligue Nationale de Hockey des Red Wings de Détroit, la Joe Louis Arena, porte aussi son nom[6].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]


Précédé par Champion du monde poids lourds Suivi par
James J. Braddock
Joe Louis
22 juin 1937 - 1er mars 1949
Ezzard Charles


Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :