George Foreman

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Foreman.
George Foreman
George Foreman le 22 mai 2007.
George Foreman le 22 mai 2007.
Fiche d’identité
Nom complet George Foreman
Surnom Big George
Nationalité Drapeau des États-Unis États-Unis
Date de naissance 10 janvier 1949 (65 ans)
Lieu de naissance Marshall, Texas
Taille 1,92 m (6 4)
Catégorie Poids lourds
Palmarès
  Professionnel
Combats 81
Victoires 76
Victoires par KO 68
Défaites 5
Matchs nuls 0
Titres professionnels Champion du monde poids lourds (1973-1974, 1994-1995)
Titres amateurs Champion olympique aux Jeux de Mexico en 1968 (poids lourds)
Dernière mise à jour : 7 février 2014

George Foreman est un boxeur américain né le 10 janvier 1949 à Marshall au Texas.

Boxant dans la catégorie poids lourds, il a notamment été champion olympique en 1968 et champion du monde professionnel WBA et WBC de 1973 à 1974, avant de perdre son titre contre Mohamed Ali lors d'un combat mythique à Kinshasa au Zaïre, puis IBF et WBA de 1994 à 1995.

Biographie[modifier | modifier le code]

Débuts prometteurs[modifier | modifier le code]

Foreman a une enfance difficile dans le ghetto de Houston au Texas quand il découvre la boxe. Après une courte mais bonne carrière amateur (22 victoires et 3 défaites), il représente les États-Unis aux Jeux olympiques de Mexico en 1968 où il gagne la médaille d'or dans la catégorie des lourds. Juste après sa victoire, il reste sur le ring et brandit un petit drapeau américain. Quelques semaines après le trouble médiatique des sprinteurs Tommie Smith et John Carlos qui, médaillés d'or et de bronze, brandissaient leur poing en l'air sur le podium la tête basse en signe de protestation contre la ségrégation aux USA, le geste de Foreman est mal interprété. Le boxeur recevra de nombreuses critiques.

Il débute sa carrière professionnelle l'année suivante. Entrainé par Dick Sadler et l'ancien champion des mi-lourds Archie Moore, Foreman se fait vite une réputation. Ce colosse au physique puissant possède un style assez simple qui s'appuie avant tout sur sa force de frappe phénoménale. Sa garde de bras en avant semble peu correcte mais reste très efficace (Mohamed Ali l'a comparé à une momie). Ses crochets et ses uppercuts ont réalisé certains des plus spectaculaires KO des années 1970, mais Foreman n'hésite pas non plus à utiliser son jab. Moins au point que ceux des autres champions, il lui permet néanmoins d'occasionner de lourds dégâts. Foreman se distingue également par sa capacité à encaisser les coups (il n'a été mis KO qu'une seule fois) et surtout par son endurance, au départ son principal point faible qu'il tournera habilement comme l'un de ses plus sérieux avantages.

En 1969, il participe à 13 combats : seuls 2 adversaires parviennent jusqu'à la limite, les autres sont tous KO avant le 5e round. George combat surtout à New York et à Houston, son fief. En 1970, il continue sa progression par 12 victoires dont 11 KO. Il affronte une première fois Gregorio Peralta qui sera le seul à tenir la distance contre lui cette année-là. Foreman bat aussi George Chuvalo en 3 rounds, pourtant réputé pour son menton et alors qu'il avait résisté 15 rounds face à Ali. En 1971, il gagne encore 7 combats, tous par KO, puis il bat une seconde fois Gregorio Peralta en Californie. Il fait ensuite une tournée à travers le Texas dont il est devenu le meilleur boxeur. À la fin de l'année 1971, il est désigné challenger no 1 pour le titre mondial par les instances de la boxe. Il lui faudra pourtant patienter un an avant de rencontrer le champion du monde. En attendant ce combat, il affronte 5 adversaires en 1972 qu'il bat tous en 2 rounds : personne ne résiste alors à son extraordinaire force de frappe.

Foreman-Frazier[modifier | modifier le code]

Le 22 janvier 1973 à Kingston en Jamaïque, il se retrouve face au champion du monde invaincu Joe Frazier encore auréolé de sa fameuse victoire contre Mohamed Ali en 1971. Foreman craint son adversaire et dès les premiers instants, il comprend que le célèbre crochet gauche du champion peut le vaincre à tout moment. Foreman fait alors tout pour mettre son adversaire KO le plus rapidement possible et pour le tenir à distance. Il le pousse avec ses deux bras, et grâce à son allonge supérieure, de nombreux crochets atteignent leur cible. Il envoie ainsi "Smoking Joe" au sol à trois reprises. Frazier est sauvé par le gong et peut récupérer. Il reprend le combat imperturbable mais Foreman lui assène de nouveaux uppercuts dévastateurs. L'un d'entre eux l'envoie à nouveau au sol. Il se relève difficilement en titubant et tournant le dos au challenger qui d'un coup derrière la tête le renvoie une cinquième fois au tapis. Frazier ne veut pas renoncer mais un nouveau crochet du droit le fait décoller du sol et l'envoie à terre une sixième et dernière fois. Joe Frazier, la bouche en sang, se redresse mais l'arbitre met fin au combat, Foreman est champion du monde, il s'agit de sa plus célèbre victoire[1].

Foreman-Norton[modifier | modifier le code]

Le nouveau champion remet son titre en jeu le 1er septembre 1973 à Tokyo contre le médiocre José Roman qu'il bat facilement l'envoyant lui aussi à 3 reprises au sol dès le 1er round, mais Roman contrairement à Frazier ne se relève pas. Ce championnat du monde est le plus rapide de l'histoire des lourds.

Le 25 mars 1974 à Caracas au Venezuela, Foreman affronte un adversaire plus sérieux : Ken Norton, le challenger no 1. Le premier round est peu actif et Norton, très prudent, tourne autour de Foreman sans prendre de risque. Au round suivant, le combat prend une autre tournure. Norton subit les enchaînements dévastateurs du champion qui a compris qu'en laissant durer le combat, il risquait de se faire battre à l'usure. Norton tombe à la renverse dans les cordes et l'arbitre le compte. Il se relève et recule. Foreman le poursuit pour le renvoyer contre les cordes et les genoux au sol. L'arbitre est surpris et commet l'erreur de ne pas compter Norton. Foreman l'achève d'un magnifique uppercut, le challenger se relève avec difficulté mais son entraîneur jette l'éponge. Avec ce combat, Foreman atteint son apogée. Comme Joe Louis ou Rocky Marciano, il aurait pu avoir un règne long jalonné de nombreuses victoires, mais Mohamed Ali croisa sa route.

Foreman-Ali[modifier | modifier le code]

Le nouveau promoteur Don King organise un championnat du monde entre Foreman et Ali dans l’actuel Stade Tata Raphaël (baptisé « Stade du 20 mai » à l’époque) à Kinshasa au Zaïre. Le The Rumble in the Jungle est le premier championnat du monde à être organisé en Afrique. Mobutu Sese Seko, le dictateur du pays, offre 5 millions de dollars aux deux adversaires. Ali, qui contrairement à Foreman a toujours soutenu la cause des noirs, devient vite le favori de la population zaïroise. Foreman, considéré comme une brute et plus distant avec les médias (tout le contraire de son adversaire), souffre de son manque de popularité et d'être relégué dans le rôle du « méchant » alors qu'il détient le titre.

Ali doit ses deux seules défaites à Frazier et à Norton (l'un l'a envoyé au sol, l'autre lui a cassé la mâchoire) et s'il a réussi à prendre sa revanche, ce fut aux points et dans les deux cas le combat fut très disputé. Quand on sait ce qui est advenu à Frazier et Norton lors de leur rencontre contre Foreman, la presse ne se fait pas d'illusion sur les chances d'Ali donné sur le déclin, moins rapide qu'avant, gagnant moins par KO qu'autrefois. À 32 ans, certains journalistes imaginent déjà que ce combat sera son dernier contre le jeune champion de 25 ans.

Conscient de la situation, Ali étudie le style de Foreman et ses victoires précédentes. Il comprend que pour battre ce colosse, il ne faut pas l'attaquer d'entrée de jeu avec agressivité sous peine de finir KO mais de l'obliger à boxer plus de 5 rounds pour le fatiguer. Foreman n'a en effet pas l'habitude puisqu'il a quasiment assommé tous ses adversaires dans la première moitié du combat. Ali pour sa part est habitué aux combats qui durent 12 ou 15 rounds. Alors qu'il entraîne son endurance en parcourant Kinshasa en footing sous les acclamations du public, Foreman s'entraîne simplement à frapper au sac, persuadé qu'il viendra à bout facilement de l'ex-champion vieillissant. Ali lance une véritable opération de désinformation aux médias en racontant à qui veut l'entendre qu'il va « danser » sur le ring comme jamais et battre Foreman par sa vitesse et sa mobilité exceptionnelles. Très peu de gens remarquent qu'il se laisse enfermer dans les cordes et frapper durement par ses sparrings-partners pour s'entraîner à la douleur.

Le 30 octobre 1974, dans un stade rempli par 100 000 Africains, Ali remporte un premier round très acharné. Mais brutalement, au début du 2e round, il se laisse coincer dans les cordes et encaisse les crochets du champion, tout en prenant soin de ne pas baisser sa garde. Au troisième round, il est encore debout. Sa tactique apparaît alors : laisser Foreman se fatiguer. Si celui-ci matraque avec puissance, la plupart de ses coups finissent dans les bras et les gants d'Ali au lieu d'atteindre son torse et son visage. En revanche, les contres de ce dernier font souvent mouche et il en rajoute dans les provocations pour énerver Foreman. Progressivement, George est dominé et continue à se fatiguer inutilement. Toujours dangereux, il réussit néanmoins quelques bons coups mais Ali parvient à l'envoyer au sol au huitième round pour la première fois de sa carrière. Compté KO, Foreman se relève une seconde trop tard. Ali met ainsi fin à son bref mais puissant règne de deux ans[2].

Jusqu'ici invaincu avec 40 victoires, Foreman a subi sa plus grande défaite. Il ne sera plus jamais mis KO. Ironiquement, c'est là son combat le plus connu du public. Frustré des moqueries d'Ali, il n'accepte pas sa défaite et accuse son adversaire d'avoir fait détendre les cordes du ring et de l'avoir empoisonné. Plus tard, il reconnaîtra qu'il lui était supérieur. Déprimé, Foreman ne fait pas un seul combat en 1975 et se consacre à quelques exhibitions.

Foreman-Lyle[modifier | modifier le code]

En 1976, il fait son retour contre Ron Lyle à Las Vegas. Lyle est comme l'ex-champion un boxeur très musclé et puissant. Ce combat est avant tout un défi physique entre les deux détenteurs de la plus importante force de frappe des années 1970. Foreman n'a plus boxé depuis un an et cherche par cette victoire une chance de rencontrer Ali à nouveau. Ron Lyle semble s'adapter mieux que lui à l'adversaire. Lors de sa rencontre contre Ali l'année précédente, le champion avait utilisé la même tactique que contre Foreman mais Lyle n'était pas tombé dans le piège, obligeant Ali à boxer au centre. Il perdit certes le combat mais après avoir mis son illustre adversaire en difficulté. Dès le premier round, le ton est donné. Les deux boxeurs frappent en puissance. La violence est telle qu'après trois rounds ils apparaissent épuisés. Au quatrième round, Lyle envoie Foreman au tapis. Celui-ci l'envoie au sol à son tour sous les acclamations d'un public en délire. À la fin du round, Foreman retourne au sol, à genoux, le visage par terre (où il laisse une trace de sang). Le combat semble bien fini mais il trouve finalement cet instinct de conservation qui lui a manqué en Afrique et se relève. Au cinquième round, Foreman frappe sans arrêt sans se protéger et abat définitivement Lyle. Ce combat sera élu combat de l'année 1976 par Ring Magazine.

Fin de première carrière[modifier | modifier le code]

Foreman continue sa carrière en espérant reprendre son titre, une opportunité qui ne se présentera pas, notamment parce qu'Ali refuse de lui accorder une revanche[réf. nécessaire].

Il boxe encore trois adversaires au cours de l'année 1976, dont une revanche victorieuse contre Joe Frazier.

En 1977 il affronte Jimmy Young (un boxeur qui a perdu aux points contre Ali et Norton l'année précédente). Techniquement au point, il fait subir à Foreman la deuxième défaite de sa carrière. Foreman se retrouve au sol mais perd aux points. Au soir du combat, George a une vision de Jésus. Il prend alors sa retraite à 28 ans et devient pasteur.

Les journalistes qui le trouvent trop jeune pour se retirer des rings sont sévères avec lui, mais Foreman n'en démord pas et change de personnalité. Autrefois égoïste, il dépense sa fortune pour bâtir un centre d'aide aux jeunes en difficulté à Houston ainsi qu'une église.

Retour au sommet[modifier | modifier le code]

À court d'argent, Foreman fait son retour en 1987 à 38 ans, 10 ans après son départ. Pour quelques milliers de dollars, il affronte de mauvais boxeurs. Si ses réflexes et sa vitesse ont disparu, sa force est toujours là et son obésité ne lui causera pas de problème. Jusqu'en 1990, personne ne le prend au sérieux. Il boxe à travers toute l'Amérique et devient très populaire, le crâne rasé, souriant. Sous le nouveau surnom de « Big George », il obtient une réputation de « héros » alors qu'autrefois il était considéré comme un « méchant ».

La notoriété de Foreman est telle qu'on pense lui opposer le champion du monde Mike Tyson à Pékin en 1989. La révolte étudiante de cette époque empêche le projet de se concrétiser.

Le 15 janvier 1990, Big George détruit Gerry Cooney en deux rounds comme du temps de son apogée. Cette victoire spectaculaire le remet au-devant de la scène, son punch lui permettant de gagner contre n'importe qui sur un seul coup.

Il demande à Don King d'affronter Mike Tyson qui vient de perdre son titre contre James Douglas mais le manageur de Tyson se montrera toujours réticent compte tenu des aptitudes hors norme de Foreman[3].

Finalement il peut concrétiser son rêve contre Evander Holyfield le 19 avril 1991. Foreman perd aux points mais à 42 ans ressort grandi de ce combat et sa réputation d'encaisseur n'est plus à faire.

En 1992, il bat Alex Stewart dans un combat très violent. Foreman envoie Stewart au sol mais finit le combat avec le visage boursouflé. En 1993, il tente de s'emparer du titre WBO contre Tommy Morrisson. Cette nouvelle défaite aux points semble indiquer définitivement la fin de sa carrière. Pourtant, Foreman s'accroche toujours car s'il cherche à redevenir champion, c'est avant tout pour exorciser le souvenir de sa défaite contre Ali (il a avoué en faire des cauchemars) et celui de sa carrière à demi ratée. En 1994, il rencontre Michael Moorer à Las Vegas. Les chances sont minces pour Big George de battre le nouveau champion à près de 46 ans. Dominé et extrêmement lent, Foreman réussira au dixième round sur un seul coup (un simple direct) à mettre KO Moorer et à redevenir champion[4]. Presque 20 ans jour pour jour après son combat en Afrique, Foreman s'est enfin remis de sa défaite contre Ali. Après l'arrêt du combat par l'abritre, il aura un regard vers le ciel et s'agenouillera en prières sur le ring, au milieu d'une liesse indescriptible. Il a détenu le record du plus vieux boxeur à avoir gagné un titre de champion jusqu'en 2011, Bernard Hopkins ayant gagné contre Jean Pascal à 46 ans, 4 mois et 6 jours ; toutefois il reste le plus vieux poids lourd à avoir eu un titre de champion du monde.

Foreman perd ses titres IBF et WBA en refusant d'affronter certains challengers et continue à boxer. Trop lent, il ne fait plus un seul KO et subit la cinquième défaite de sa carrière en 1997 contre Shannon Briggs. Il se retire alors définitivement.

Médaillé d'or olympique, double champion du monde, avec 81 combats, 76 victoires (68 KO) et 5 défaites (1KO), il est l'un des meilleurs puncheurs de l'histoire de ce sport et fait partie du club très fermé des champions qui ont accompli plus de 50 KO. Foreman est surtout célèbre pour son parcours singulier, son record surprenant de plus vieux champion et son retour parfaitement réussi. Père d'une nombreuse famille, il est aussi devenu un chef d'entreprise prospère qui a vendu son très célèbre grill à travers le monde (il a aussi écrit quelques livres de cuisine).

Foreman est apparu aux côtés de Frazier, Ali, Norton et Holmes dans le documentaire Champions forever où il apparaît très modeste et parle avec plaisir d'anecdotes de ses combats.

En 2001, ses combats contre Ali et Frazier sont mis en scène par Michael Mann dans le film AliWill Smith incarne Ali et James Toney Frazier.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]



Filmographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]