Petro Porochenko

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Petro Porochenko
Petro Poroshenko, en 2014.
Petro Poroshenko, en 2014.
Fonctions
Ministre des Affaires étrangères d'Ukraine
Président Viktor Iouchtchenko
Premier ministre Ioulia Tymochenko
Prédécesseur Volodymyr Khandohiy
Successeur Kostyantyn Hryshchenko
Député à la Verkhovna Rada
1998 – septembre 2007
Biographie
Nom de naissance Petro Oleksiyovitch Porochenko
Date de naissance (48 ans)
Lieu de naissance Bolhrad, RSS d'Ukraine (URSS)
Nationalité Ukrainienne

Petro Oleksiyovytch Porochenko[1], né le à Bolhrad, est un homme d'affaires et homme politique ukrainien. Il a été ministre des Affaires étrangères entre 2009 et 2010.

Biographie[modifier | modifier le code]

Petro Porochenko naît en 1965, à Bolhrad, dans l'oblast d'Odessa. En 1989, il obtient un diplôme d’économie à la faculté de relations internationales et de droit international de l'université d'État de Kiev.

Carrières dans les affaires[modifier | modifier le code]

Après son diplôme, Porochenko crée une société de commerce de fèves de cacao. Dans les années 1990, il prend la contrôle de plusieurs entreprises de confiserie, qu'il fusionnera dans le groupe Roshen[2], devenant ainsi le plus grand producteur de confiseries d'Ukraine. Ses succès dans l'industrie du chocolat lui vaudront le surnom de « Roi du chocolat »[3].

Porochenko s'est diversifié dans d'autres secteurs d'activité, puisqu'il détient notamment plusieurs sites de production d'automobiles et d'autobus, le chantier naval Leninska Kuznya[4], la chaîne de télévision 5 Kanal[5] et le magazine Korrespondent (en)[6].

Selon le magazine Forbes, sa fortune serait estimée à 1,6 milliard de dollars[7].

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Petro Porochenko devient député à la Rada en 1998. Il est d'abord membre du Parti social-démocrate d'Ukraine (unifié) (SDPU(O)), à l'époque parti le plus fidèle au président Leonid Koutchma. En 2000, il quitte le SDPU(O) pour créer un mouvement indépendant de centre-gauche, Solidarité. En 2001, il participe à la fondation du Parti des régions, également fidèle à Koutchma (le parti Solidarité ne rejoint cependant pas le Parti des régions)[8].

En décembre 2001, Porochenko se désolidarise des soutiens de Koutchma pour devenir le chef de campagne de Viktor Iouchtchenko, au sein de la coalition d'opposition Notre Ukraine. À l'issue des élections législatives de 2002, Notre Ukraine remporte le plus de suffrages, et Porochenko obtient un siège au Parlement. Il présidera la commission parlementaire du budget.

Il est un proche conseiller de Iouchtchenko, ce dernier étant le parrain des filles de Porochenko[2]. Il est l'un des principaux financeurs de Notre Ukraine et de la Révolution orange.

À la suite de l'élection de Viktor Iouchtchenko à la présidence, Porochenko est nommé secrétaire du Conseil national de sécurité et de défense d'Ukraine. En septembre 2005, à la suite de la crise de confiance consécutive aux soupçons de corruption dans le milieu politique ukrainien, ce poste lui est retiré par le président Iouchtchenko[2]. Le gouvernement de Ioulia Tymochenko, rivale de Porochenko, doit également démissionner[9].

En mars 2006, Petro Porochenko est réélu au parlement au sein de la coalition Notre Ukraine. Il préside la Commission des finances et des banques. Il se présente pas aux élections législatives de 2007.

Depuis février 2007, il préside le Conseil de la Banque nationale d'Ukraine[10],[11].

Le , il est proposé au poste de ministre des Affaires étrangères par le président Iouchtchenko[12], et est officiellement nommé par le Parlement deux jours plus tard[13]. Le , le président le réintègre dans le Conseil national de sécurité et de défense[14]. Poroshenko soutient la candidature de l'Ukraine à l'OTAN[15].

Bien que son portefeuille de ministre lui soit retiré par le président Viktor Ianoukovytch le , ce dernier déclare vouloir coopérer avec Porochenko à l'avenir[5].

En mars 2014, avant même qu'il n'ait déclaré officiellement sa candidature, il apparaît dans les sondages comme favori pour l'élection présidentielle prévue en mai 2014[16].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Graphie francophone
  2. a, b et c (ru) « Порошенко Петр », Korrespondent (consulté le 2 décembre 2011)
  3. (en) « Bribes and bureaucrats: Doing business in Ukraine », BBC,‎ 7 mars 2011
  4. (en) « Development of shipbuilding industry », Leninska Kuznya Plant Joint Stock Co. (consulté le 6 décembre 2011)
  5. a et b (en) « Poroshenko is not going to sell Channel 5 TV », Kyiv Post,‎ 23 mai 2010
  6. (en) « Poroshenko: Will not run in 2015 race », Kyiv Post,‎ 23 mai 2010
  7. http://www.lesoir.be/507372/article/actualite/fil-info/fil-info-monde/2014-03-28/ukraine-milliardaire-pro-europeen-porochenko-candidat-presidentielle
  8. (en) « New «region» formed in Ukrainian Parliament », Policy Department Center,‎ 26 mars 2001
  9. (en) « Ukrainian Experts on Tymoshenko's Dismissal », University of Ottawa - Ukrainian Studies,‎ 8 septembre 2005
  10. (en) « Regions Party not to vote for Poroshenko’s appointment Ukraine’s foreign minister », Kyiv Post,‎ 8 octobre 2009
  11. (en) « Petro POROSHENKO: The factors of foreign threats and domestic crisis will help to reveal and unite the responsible politicians », sur www.day.kiev.ua (consulté le 2 décembre 2011)
  12. (en) « Ukrainian president proposes Petro Poroshenko for foreign minister », Interfax-Ukraine,‎ 7 octobre 2009
  13. (en) « Rada appoints Poroshenko Ukraine's foreign minister », Interfax-Ukraine,‎ 9 octobre 2009
  14. (en) « Poroshenko put on Ukraine's NSCD », Kyiv Post,‎ 12 octobre 2009
  15. (en) « Poroshenko: Ukraine could join NATO in 1-2 years, with political, public will », Kyiv Post,‎ 4 décembre 2009
  16. L'oligarque Porochenko favori de la présidentielle ukrainienne La Presse, 26 mars 2014

Source[modifier | modifier le code]