Élections législatives ukrainiennes de 2012

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Précédent 2007 Drapeau : Ukraine 2017 Suivant
Élections législatives ukrainiennes de 2012
Les 450 sièges de la Rada
Mykola Azarov 27 April 2010-1 small version.jpg
Parti des régions - Mykola Azarov
Voix 6 116 815
  
30,00 %
Sièges obtenus 187 Green Arrow Up.svg 12
Yulia Tymoshenko, 2010.JPG
Union panukrainienne « Patrie » - Yulia Tymoshenko
Voix 5 208 402
  
25,54 %
Sièges obtenus 102 Red Arrow Down.svg 54
Vitali Klitschko 2009 01 27.jpg
Alliance démocratique ukrainienne pour la réforme - Vitaliy Klychko
Voix 2 847 939
  
13,96 %
Sièges obtenus 40
Petro Symonenko.jpg
Parti communiste d'Ukraine - Petro Symonenko
Voix 2 687 246
  
13,18 %
Sièges obtenus 32 Green Arrow Up.svg 5
Тягнибок by Russianname.jpg
Union panukrainienne « Liberté » - Oleh Tyahnybok
Voix 2 129 906
  
10,44 %
Sièges obtenus 37 Green Arrow Up.svg 37
Carte
Résultats des élections
Président du parlement
Sortant
Élu

Les élections législatives ukrainiennes de 2012 sont les élections des 450 députés de la Rada, le Parlement unicaméral de l'Ukraine, qui ont eu lieu le dimanche 28 octobre 2012, pour un mandat de cinq ans. Le nouveau mode de scrutin prévoit que la moitié des députés seront élus à la proportionnelle et l'autre moitié au scrutin majoritaire uninominal à un tour.

Contexte[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

En 2010, les Ukrainiens étaient appelés à élire le nouveau président. De Viktor Ianoukovytch et Ioulia Tymochenko, c'est le premier, candidat officiel du Parti des régions, ancien Premier ministre, qui fut élu chef de l'État, par une majorité d'Ukrainiens, déçus par les espoirs perdus de la Révolution orange de 2004, qui vit la victoire de Viktor Iouchtchenko ; cinq ans après son élection, cet ancien chef du gouvernement, qui survécut, durant sa première campagne présidentielle, en 2004, à une tentative de meurtre, fut jugé, par une grande partie de ses compatriotes, responsable de la situation économique particulièrement fragile, assumée par le pays.

En 2010, c'est contre la seconde égérie de la Révolution orange, la charismatique Ioulia Tymochenko, que Viktor Ianoukovytch fut porté au pouvoir. Sa marge de manœuvre étant fortement limitée — Ianoukovytch n'ayant été élu qu'avec 49 % — le nouveau président compta sur ses amis et ses alliés politiques pour renverser le Cabinet Tymochenko et, de facto, nommer un nouveau Premier ministre. Le 11 mars 2010, un peu plus d'un mois après l'élection de Ianoukovytch au palais Maryinsky, c'est un proche du chef de l'État, l'ancien ministre des Finances, Mykola Azarov, qui est élu Premier ministre par le Parlement, la Verkhovna Rada Oukraïny.

En 2012, l'Ukraine est profondément divisée : d'un côté, les partisans du Président Ianoukovytch, de l'autre, les soutiens, particulièrement nombreux, de l'ancien Premier ministre Tymochenko, ex-rivale du Président Ianoukovytch, condamnée en 2011 à sept ans de prison pour « détournements de fond », à la suite de l'approbation, par son gouvernement, de contrats gaziers très chers, coûtant des millions de Hryvnias à l'État ukrainien, selon les porte-paroles de la présidence. De plus, si la Révolution orange permit l'évolution des choses en Ukraine — une démocratie plus participative, des élections surveillées dans le dessein d'éviter les fraudes — le mandat présidentiel de Ianoukovytch est marqué par des menaces portées contre la liberté de la presse et la multiplication des arrestations et autres évènements judiciaires portés à charge contre les anciens ministres du Cabinet Tymochenko.

Par ailleurs, la promesse électorale de Viktor Ianoukovytch, qui souhaitait, en 2010, faire du russe une langue régionale au statut particulier pour les régions russophones, divisa profondément le pays.

Sur le plan économique, l'Ukraine est entrée dans une période de récession, avec des prévisions de croissance proches de zéro pour l'année 2012. Les taux d'intérêts élevés, la perte de confiance dans la hryvnia, la monnaie nationale, et la dégradation du climat des affaires conduisent à la détérioration de la situation économique[1].

Sur le plan international, l'Ukraine est en situation d'isolation diplomatique. Les projets d'accords économiques et douaniers avec ses principaux partenaires commerciaux, l'Union européenne et la Russie, sont dans l'impasse. Les investissements étrangers sont faibles et le Fonds monétaire international a interrompu en 2010 le versement d'aides financières en raison de l'insuffisance des réformes structurelles[2].

Mode de scrutin[modifier | modifier le code]

Les élections législatives ont pour objet l'élection des 450 députés de la Verkhovna Rada Oukraïny, le Parlement unicaméral de l'Ukraine, pour un mandat de cinq ans. La moitié d'entre eux sont élus au scrutin majoritaire, et l'autre moyen au scrutin proportionnel. Pour être représentée au Parlement, une liste électorale doit recueillir au moins 5 % des suffrages exprimés. 5 771 personnes sont candidates, dont 2 644 dans les circonscriptions votant au système proportionnel et 3 127 dans les circonscriptions votant au système majoritaire[3].

Campagne électorale[modifier | modifier le code]

Le Bloc Ioulia Tymochenko (BIouT) réuni en congrès désigne le 30 juillet 2012 Ioulia Tymochenko tête de liste, à titre symbolique car elle ne pourra pas faire campagne en raison de son incarcération pour abus de pouvoir[4]. La commission électorale centrale refuse d'enregistrer sa candidature par 10 voix sur 15 en raison de son casier judiciaire[5].

En mai 2012, à l'occasion d'une manifestation pour la libération de Ioulia Tymochenko, les opposants au président Viktor Ianoukovytch présentent un programme commun pour les élections législatives, fondé sur un slogan en trois points : « un État juste, un gouvernement honnête, une vie décente »[6].

Le 15 octobre, 3000 militants du parti nationaliste Svoboda manifestent à Kiev pour commémorer le 70e anniversaire de la création de l'Armée insurrectionnelle ukrainienne et recueillir de nouveaux soutiens en vue des élections législatives[7].

Le 19 octobre 2012, le chef du parti d'opposition UDAR, le champion du monde de boxe Vitali Klitschko, annonce que son parti ne fera pas alliance avec le reste de l'opposition[8].

Quelques jours avant le scrutin, les électeurs se disent désenchantés par la politique. La moitié d'entre eux s'attendent à des fraudes électorales, et plus de 70 % annoncent qu'ils n'iront pas manifester même si les résultats de l'élection sont falsifiés. Selon une note de la Fondation Robert-Schuman, « il est peu probable que cette élection modifie les rapports de force ». L'Union européenne considère que cette élection perd une partie de sa légitimité en raison de l'absence d'une opposante majeure au gouvernement, Ioulia Tymochenko[9].

Le Parti des régions au pouvoir est crédité de 25 % des intentions de vote. Le système électoral qui confère une importante prime majoritaire au parti arrivé en tête, et l'alliance avec le Parti communiste d'Ukraine, crédité de 8 % des voix, pourraient lui permettre de conserver la majorité parlementaire[2]. L'opposition est divisée, ce qui peut affaiblir son influence en raison des aspects majoritaires du mode de scrutin. Le parti Batkivshina (« Mère patrie ») de Ioulia Tymochenko est crédité de 15 à 24 % des intentions de vote ; le parti populiste UDAR (« Coup ») de Vitali Klitschko est classé deuxième dans les sondages. Le Parti social-démocrate ukrainien dont fait partie le footballeur Andriy Chevtchenko ne devrait pas franchir le seuil de 5 % des suffrages nécessaire pour entrer au Parlement, mais il participe à l'émiettement des voix d'opposition[9]. Le parti d'extrême-droite Svoboda attire de plus en plus de sympathisants et pourrait entrer au Parlement[10]. D'importantes disparités régionales sont observées entre l'Est et l'Ouest du pays. A l'Est, le Parti des régions est crédité de 40 % des intentions de vote, alors qu'à l'Ouest, l'opposition pro-occidentale et nationaliste est attendue en tête des résultats[11].

Sincérité du scrutin[modifier | modifier le code]

Selon l'OSCE, le vote s'est déroulé normalement dans 96 % des bureaux de vote. Le décompte a rencontré des difficultés dans 11 % des bureaux, même si l'OSCE relève que « le décompte était généralement transparent et en règle avec les procédures prescrites ». L'OSCE affirme ensuite que 25 des 161 districts observés ont connu de « sérieux problèmes » lors de la centralisation des résultats, notamment 3 cas de tricherie probable ayant influencé le résultat. Enfin, l'organisation européenne constate que la Commission centrale électorale a annulé les résultats dans 5 des 225 districts[12].

L'organisation non-gouvernementale Comité des électeurs d'Ukraine (CVU) dénonce de très nombreux actes de corruption pendant la campagne électorale. Selon le CVU, les candidats offrent de l'argent et surtout toutes sortes de biens matériels, notamment alimentaires, pour influencer les électeurs. Ces pratiques sont interdites mais ne sont pas effectivement sanctionnées[13].

Le 25 octobre, la secrétaire d'État des États-Unis Hillary Rodham Clinton et la Représentante de l'Union européenne pour les affaires étrangères Catherine Ashton publient une tribune conjointe dans le International Herald Tribune dans laquelle elles évoquent « d'inquiétantes tendances » dans l'évolution politique de l'Ukraine. Selon elles, « les élections législatives en Ukraine à la fin de ce mois vont constituer un important baromètre de l'état de [ses] institutions »[14]. Le même jour, l'opposante Ioulia Tymochenko fait une déclaration à la presse dans laquelle elle dit craindre l'instauration d'une dictature par le président Viktor Ianoukovytch à l'issue d'élections falsifiées ; elle affirme : « Si grâce à vos voix Ianoukovitch survit à ces élections en tant qu'homme politique, il va finir d'instaurer sa dictature et ne rendra plus le pouvoir de façon pacifique. »[15]

Sondages d'opinion[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.
Sondages publiés avant la campagne
Date Institut Parti des régions Union panukrainienne « Patrie » Front pour les changements UDAR - Vitaliy Klychko Notre Ukraine Union panukrainienne « Liberté » Bloc Lytvyn Parti communiste d'Ukraine Autres Contre tous Indécis Abstention
Septembre 2011 Rating 21,9 % 18,9 % 11,0 % 5,4 % 0,8 % 4,2 % 1,6 % 5,7 % 10,7 % 11,3 % 12,6 %
Décembre 2011 Rating 19,4 % 20,3 % 11,3 % 5 % 0,9 % 4,4 % 1,2 % 8,1 % - 14,0 % 9,4 %
Février 2012 Rating 18,8 % 20,3 % 11,7 % 6,9 % 0,7 % 4,5 % 1,6 % 7,6 % - 18,2 % 6,1 %
Mars 2012 Rating 21,3 % 20,9 % 9,9 % 7,2 % 1,0 % 4,3 % 1,5 % 7,4 % - 17,7 % -
Mai 2012 Rating 22,0 % 25,6 % 9,2 % 0,6 % 4,4 % 0,8 % 7,6 % - 19,0 % 18,6 %
Aout 2012 Rating 24,6 % 26,2 % 11,8 % 0,8 % 4,2 % 1,3 % 9,4 % - 18,6 % 15,7 %
Septembre 2012 GfK 25,0 % 15,0 % 17,0 % - 3,0 % - 9,0 % - 13,0 % -
Sept/oct 2012 KIIS 20,1 % 12,1 % 11,5 % - 4,7 % - 7,8 % - 27,2 % 12,4 %
Octobre 2012 Rating 23 % 16,5 % 17,9 % 1,0 % 6,0 % - 12,8 % - 17,2 % 11,7 %

Résultats[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

Chiffres de la Commission électorale


Résultats des élections législatives[réf. nécessaire]
Votants 20 759 472
Bulletins enregistrés 20 759 472
Bulletins blancs ou nuls 389 050 1,87 %
Suffrages exprimés 20 370 422 98,13 % 445 sièges à pourvoir
Liste Tête de liste Suffrages Pourcentage Sièges acquis Var.
Parti des régions Néant 6 116 815 30,03 %
185 / 445
Union panukrainienne « Patrie » Néant 5 208 390 25,57 %
101 / 445
Alliance démocratique ukrainienne pour la réforme Néant 2 847 878 13,98 %
40 / 445
Parti communiste d'Ukraine Néant 2 687 246 13,19 %
32 / 445
Union panukrainienne « Liberté » Néant 2 129 246 10,45 %
37 / 445
Ukraine - En avant ! (Parti social-démocrate ukrainien) Néant 322 202 1,58 %
0 / 445
Notre Ukraine Néant 226 482 1,11 %
0 / 445
Parti radical Néant 221 136 1,09 %
1 / 445
Autres listes sans élu Néant 611 027 3 %
0 / 445
Centre unifié Néant 0 0 %
3 / 445
Parti populaire Néant 0 0 %
2 / 445
Union Néant 0 0 %
1 / 445
Candidats indépendants Néant 0 0 %
43 / 445


Le mode de scrutin attribue 225 sièges à la représentation proportionnelle (RP) et 220 sièges au scrutin uninominal majoritaire à un tour (MU1). Le détail des attributions est comme suit:

Références[modifier | modifier le code]

  1. « L'économie ukrainienne se détériore avant les législatives », L'Express, 25 octobre 2012.
  2. a et b « Législatives désabusées en Ukraine », Les Échos, 25 octobre 2012.
  3. Analyse des élections législatives en Ukraine un mois avant la tenue du scrutin, Fondation Robert-Schuman, 1er octobre 2012.
  4. « Timochenko symboliquement tête de liste aux législatives en Ukraine », Le Monde, 30 juillet 2012.
  5. « Timochenko ne sera pas tête de liste aux législatives en Ukraine », Le Monde, 8 août 2012.
  6. « Ukraine : dans la rue, l’opposition prend date pour les législatives », Radio France internationale, 12 mai 2012.
  7. « Démonstration de force des nationalistes ukrainiens », Euronews, 15 octobre 2012.
  8. « Ukraine: Vitaly Klitschko fait cavalier seul aux élections », 20 minutes, 19 octobre 2012.
  9. a et b « Les Ukrainiens désenchantés par la politique », La Croix, 25 octobre 2010.
  10. « La montée du parti d’extrême-droite Svoboda », Euronews, 24 octobre 2012.
  11. « Législatives ukrainiennes : le pays divisé entre l’Est et l’Ouest », Euronews, 25 octobre 2012.
  12. (en) Organization for Security and Co-operation in Europe, « Ukraine, Parliamentary Elections, 28 October 2012: Final Report »,‎ 2012-10-28
  13. « Ukraine: chocolats, vélos et agneaux pour acheter les électeurs », RTBF, 25 octobre 2012.
  14. « Ukraine: mise en garde de Clinton », Le Figaro, 25 octobre 2010.
  15. « En Ukraine, Ioulia Timochenko appelle à "chasser la mafia du pouvoir" », Le Monde, 25 octobre 2012.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]