Pilosité humaine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Distribution de la pilosité chez la femme et l'homme.
Schéma d'un follicule pileux.

La pilosité humaine axillaire ou pubienne est plus ou moins abondante chez tous les humains au sein même d'une population, mais la présence de poils au niveau des aisselles et des organes génitaux est constante. Dans l'espèce humaine, il y a de manière invariable le même nombre, ainsi que le même emplacement, de follicules pileux et de poils qui en résultent. Les seules différences, que l'on peut constater chez l'Homme, proviennent de l'influence des hormones androgènes (testostérone essentiellement) sur les follicules pileux donnant lieu à des variations de type de poil. Ces influences dépendent de la sensibilité physiologique des récepteurs aux androgènes et du taux de production de ceux-ci.

Influences[modifier | modifier le code]

La revue Nature a publié en 1970 un article établissant[1] que la pousse de la barbe chez l'homme était sensiblement plus rapide pendant ses périodes d'activité sexuelle.

Le minoxidil, médicament qui devait au départ être testé comme hypotenseur, s'est révélé lors des essais favorable au développement des pilosités y compris sur des zones glabres. Il est, depuis, utilisé pour lutter contre la chute des cheveux, et même pour aider à leur repousse. Cependant les bénéfices du traitement (qui demande un contrôle médical) disparaissent progressivement à son arrêt.

Une légende urbaine veut que plus on coupe un poil, plus il repousse et durcit : le poil est un phanère mort, constitué de kératine donc le couper n'a aucun impact sur son cycle. Par contre, l'arracher stimule son follicule et peut favoriser la pousse d'un poil plus puissant[2].

Types de poils et densité pilaire[modifier | modifier le code]

L'homme, la femme ou l'enfant ont un capital moyen de 5 millions de follicules pileux, 1 million sur la tête et 4 millions sur le corps. Selon le cycle pilaire et son ratio de poils anagènes/télogènes, la densité pilaire varie selon la zone du corps (50 poils/cm2 sur le visage et de 10 poils/cm2 en moyenne sur le reste du corps). Une variété existe également au niveau du type de poils (poil terminal : diamètre de 80 μm, longueur de plus de 2 cm ; poil intermédiaire : diamètre entre 40 et 80 μm, longueur inférieure à 2 cm ; poil fin appelé duvet : diamètre entre 5 et 40 μm, longueur inférieure à 5 mm)[3].

Cheveux[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Cheveux.

Les cheveux sont les poils poussant sur la tête des êtres humains


Pilosité faciale[modifier | modifier le code]

La pilosité faciale est un caractère sexuel secondaire que l'on retrouve principalement chez les individus masculins. L'apparition de la pilosité faciale se fait tardivement lors de la puberté : duvet de la lèvre supérieure vers 15 ans, sur les joues vers 16 ans, puis sur le menton. Une barbe adulte complète n'est généralement possible qu'après 20 ans.

Pilosité pubienne[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Pilosité pubienne.

La pilosité pubienne est un des caractère sexuel secondaire (apparaissant à la puberté chez l'être humain) de l'homme et de la femme. Elle constitue l'apparition de poils au niveau du pubis, de forme triangulaire.(c'est-à-dire, sur la partie inférieure et médiane du bas-ventre.)

Idéologies[modifier | modifier le code]

La différence de pilosité entre groupes de populations humaines est une réalité parfois utilisée par certaines idéologies racistes. En effet, cet état de fait est parfois utilisé pour les hiérarchiser en catégories plus ou moins évoluées. Pour les anti-racistes, ces différences ne tiendraient pas compte des différences de pilosité qui peuvent exister au sein même d'une population. Par exemple, Yu Zhenhuan dit « l'enfant poilu », né en 1978 dans la province de Liaoning, Chine, est considéré comme l'homme le plus poilu au monde alors qu'il est d'origine asiatique[4]. Les deux approches n'ont rien de scientifique : les variations interindividuelles et entre les groupes sont des réalités qui ne s'excluent pas et qui n'ont rien à voir avec le degré d'évolution.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Effects of sexual activity on beard growth in men, Nature, 226, 869-870
  2. dermatologue Richard Cloutier, « Pourquoi les poils des bras cessent-ils de pousser alors que les cheveux croissent sans limite ? », émission Les Années lumière, 21 avril 2013
  3. D. Van Neste, C. Tetelin, « Éléments de micro-anatomie du follicule pileux : Anatomie et physiologie », L'Eurobiologiste, vol. 31, no 227,‎ 1997, p. 5-12
  4. (en) World's Hairiest Man - Yu Zhenhuan, 29 décembre 2009, www.worldsbiggests.com
  5. « La sombre histoire de la femme la plus laide du monde » sur courrierinternational.com.