Vésicule séminale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les vésicules séminales, ou glandes vésiculeuses[1], sont les deux glandes débouchant dans la prostate pour se relier aux canaux déférents qui devient à ce niveau le canal éjaculateur. Elles appartiennent à l'appareil reproducteur masculin. Elles produisent un liquide riche en fructose. Ce liquide permet de nourrir les spermatozoïdes. Elles se situent en dérivation sur les voies spermatiques, mesurent 5 à 10 cm de long, pour un volume de 5 à 10 ml.

Les vésicules séminales sont androgéno-dépendantes. La castration entraîne leur involution. Leur sécrétion est le plasma séminal dont les caractéristiques sont :

  • un pH alcalin ;
  • contient de nombreux éléments riches en fructose qui est dosé dans la biochimie du sperme (s'il n'y a pas de fructose cela signifie qu'il y a un obstacle entre les vésicules séminales et les voies spermatiques) ;
  • contient beaucoup de prostaglandines qui aident à la fécondation en rendant le mucus de la femelle plus réceptif au mouvement du sperme et en entraînant des contractions péristaltiques renversées dans l'utérus et les trompes de Fallope afin que les spermatozoïdes puissent atteindre les ovaires plus rapidement, certains y arrivant ainsi en cinq minutes[2] ;
  • contient des protéines :
    • les facteurs de décapacitation qui se fixent sur les spermatozoïdes au moment de l'éjaculation,
    • les facteurs de coagulation du sperme jouant un rôle de protection des spermatozoïdes dans le vagin (dont le pH est acide),
    • les facteurs immuno-suppresseurs.

Cette sécrétion nommée liquide séminal est évacuée lors de l'éjaculation, et mélangée avec les sécrétions prostatiques.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en)Terminologia Histologica - International Terms for Human Cytology and Histology, FICAT (Federative International Committee on Anatomical Terminology), Wolters Kluwer/Lippincott Williams & Wilkins: Philadelphia 2008.
  2. (en) GUYTON & HALL, Textbook of Medical Physiology, Eleventh Edition, Elsevier Saunders, 2006, p. 996-1010.