Antigène prostatique spécifique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'antigène prostatique spécifique (PSA pour prostate-specific antigen) est une protéine fabriquée exclusivement par la prostate ; il sert à liquéfier le sperme afin de faciliter le déplacement des spermatozoïdes. On suppose également qu'il aide à dissoudre la muqueuse cervicale, favorisant ainsi l'entrée du sperme.

Le PSA est présent dans le sang de tous les hommes. Le dosage de son taux sanguin est utilisé pour le diagnostic ou le suivi du cancer de la prostate.

De hauts taux de PSA sont associés à l'hypertrophie bénigne de la prostate (HBP) et au cancer de la prostate. Le PSA est normalement présent dans le sang des hommes à un taux infime. Il s'y trouve sous deux formes : libre ou conjugué. De hauts taux de PSA suggèrent la présence d'un cancer de la prostate. Le PSA peut également être augmenté en cas d'infection de la prostate, d'irritation, d'hypertrophie bénigne de la prostate, d'éjaculation récente, de toucher rectal, etc.

Le taux considéré normal de PSA est 4 ng/ml, même si des taux plus bas ont été proposés, sans preuve d'une amélioration du rapport bénéfices/risques[1]. Des taux entre 4 et 10 ng/ml sont considérés comme suspects.

Cependant, l'utilisation du PSA, en tant qu'outil de dépistage systématique du cancer de la prostate, n'a pas fait la preuve de son intérêt[2]. En France, Haute Autorité de santé a publié en 2012 une recommandation déconseillant « Le dépistage du cancer de la prostate par dosage du PSA présente un intérêt non démontré chez les hommes présentant des facteurs de risque »[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Prostate Specific Antigen Levels in the United States: Implications of Various Definitions for Abnormal, Journal of the National Cancer Institute, 2005;97:1132–37
  2. Djulbegovic M, Beyth RB, Neuberger MM et Als. « Screening for prostate cancer: systematic review and meta-analysis of randomised controlled trials », BMJ, 2010;341:c4543
  3. Prostate : la fausse piste du test, Libération 4 avril 2012, consluté le 18 juin 2013.