Hypophyse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Vue tridimensionnelle de l'hypophyse (en rouge)
Emplacement de l'hypophyse (orange)

L'hypophyse (hypophysis) ou glande pituitaire est une glande endocrine qui se trouve dans une cavité osseuse la fosse hypophysaire qui se situe dans l'os sphénoïde. Elle est protégée par la selle turcique. Elle est reliée à une autre partie du cerveau appelée l'hypothalamus par une tige hypophysaire (également appelée tige pituitaire). Elle produit des hormones qui gèrent une large gamme de fonctions corporelles, dont les hormones trophiques qui stimulent les autres glandes endocrines. Cette fonction inspirait les scientifiques à l'appeler la « glande maîtresse » du corps, mais aujourd'hui on sait que l'hypophyse est régulée par les hormones (neuro-hormones) émises par l'hypothalamus.

Cet organe existe sous sa forme typique chez tous les vertébrés.

Anatomie[modifier | modifier le code]

Hypophyse et glandes pinéales

L'hypophyse est divisée en deux lobes : l'anté-hypophyse (adénohypophyse) en avant, et la post-hypophyse (neurohypophyse) en arrière. L'adénohypophyse dérive du plafond de la cavité buccale primitive (stomodeum), tandis que la neurohypophyse est une extension de l'hypothalamus, relié à celui-ci par la tige pituitaire, et contient les axones de neurones dont les corps cellulaires se trouvent dans l'hypothalamus. On peut également trouver entre l'anté-hypophyse et la post-hypophyse, une troisième structure, l'hypophyse intermédiaire, bien développée chez certaines espèces animales : chez l'homme, l'hypophyse intermédiaire est seulement visible en période fœtale et jusqu'à l'âge de dix ou vingt ans ; chez l'adulte, il subsiste quelques structures kystiques.

Anté-hypophyse[modifier | modifier le code]

Article détaillé : anté-hypophyse.

L'anté-hypophyse contient de nombreux types cellulaires différents qui sécrètent chacun une ou plusieurs des hormones suivantes :

L'anté-hypophyse est en relation avec l'hypothalamus et les relations sanguines entre les deux glandes se font par le biais du système vasculaire porte hypothalamo-hypophysaire, qui permet le transport des neurohormones sécrétées par l'hypothalamus.

Post-hypophyse[modifier | modifier le code]

La post-hypophyse ou neurohypophyse est en fait une projection de l'hypothalamus, elle consiste en une agglomération d'axones projetés par les noyaux contenant les corps cellulaires des neurones. Ces neurones sont en contact avec des capillaires sanguins entrant par l'artère hypophysaire inférieure et sortant par la veine hypophysaire. Les axones vont sécréter dans ces capillaires sanguins le contenu des granules de sécrétion qu'ils contiennent, qui vont libérer les deux neurohormones qui sont sécrétées au niveau de la neurohypophyse, soit la vasopressine et l'ocytocine. Elle ne produit pas ses propres hormones ; elle ne fait qu'entreposer et distribuer les hormones ocytocine et vasopressine sous forme de neurosécrétions.

Histologie[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (avril 2013). Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

D'un point de vue histologique, l'hypophyse se divise en deux parties :

  • l'adénohypophyse et
  • la neurohypophyse.

Grossièrement, elles équivalent aux anté-hypophyse et post-hypophyse, à la différence que les termes de « neuro- » et d'« adéno-hypophyse » sont des termes histologiques et pas anatomiques.

La neurohypophyse[modifier | modifier le code]

On lui distingue trois régions (de haut en bas)[1] :

  • l'infundibulum
  • la tige pituitaire
  • le lobe nerveux

La tige pituitaire est composée des axones des neurones des noyaux supra-optique et para-ventriculaire de l'hypothalamus. Ces axones ne sont pas myélinisés[2][réf. insuffisante].

Le lobe nerveux est composé des pituicytes, qui sont des cellules gliales. Il contient également les terminaisons axonales des neurones hypothalamiques, dans lesquelles on trouve des neurohormones (Arginine-Vasopressine et Ocytocine). Les capillaires et les nerfs sont équipés d'une lame basale.

L'adénohypophyse[modifier | modifier le code]

Son organisation se fait en cordons qui contiennent au centre des cellules folliculostellaires et en périphérie des cellules hormonogènes. Elles sont entourées d'une lame basale au travers de laquelle les cellules hormonogènes déversent leurs produits de sécrétion. Ceux-ci traversent alors un tissu conjonctif lâche avant de rejoindre les capillaires veineux puis de rejoindre la circulation générale.

Embryologie[modifier | modifier le code]

Elle est formée par la soudure de deux invaginations :

  • l'infundibulum provenant du diencéphale (donne la post-hypophyse)
  • la poche de Rathke provenant de la cavité orale (donne l'anté-hypophyse)

L'anté-hypophyse se forme à partir d'un diverticule dorsal de la bouche primitive : cette ébauche est appelée la Poche de Rathke, constituée d'un feuillet antérieur (futur anté-hypophyse), d'un feuillet postérieur (futur hypophyse intermédiaire), et d'une région centrale, la fente hypophysaire.

La post-hypophyse se forme à partir d'une projection du plancher du diencéphale, qui donnera l'hypothalamus et la post-hypophyse, reliés par la tige pituitaire. Cette ébauche tend à se rapprocher de l'ébauche de l'antéhypophyse, puis fusionne avec elle durant la période fœtale.

Exploration[modifier | modifier le code]

Imagerie[modifier | modifier le code]

Biologie[modifier | modifier le code]

Pathologie[modifier | modifier le code]

Hypopituitarisme[modifier | modifier le code]

IRM : micro adénome hypophysaire lactotrope

En cas de défaut de production d'hormones, on parle d'hypopituitarisme (insuffisance antéhypophysaire). Il peut s'agir d'un déficit d'une ou plusieurs hormones (insuffisance somatotrope isolée chez l'enfant par exemple, se traduisant par un retard de croissance).

Adénomes[modifier | modifier le code]

L'hypersécrétion est due le plus souvent à un adénome. Les adénomes sont par ordre de fréquence :

  • adénome lactotrope (sécrétion de prolactine d'où hyperprolactinémie)
  • adénome somatotrope (sécrétion de GH d'où acromégalie)
  • adénome gonadotrope ou non-sécrétant (synthèse de LH et FSH, pas toujours libérée dans le sang)
  • adénome corticotrope (sécrétion d'ACTH d'où maladie de Cushing)
  • adénome thyréotrope (très rare, hyperthyroïdie par excès de TSH)
  • il existe des adénomes mixtes : somatotrope et lactotrope surtout, mais d'autres associations sont possibles.

On parle de « micro adénome » (moins de 1 cm) ou de « macro adénome » hypophysaire (plus de 1 cm).

Un macro adénome peut fournir un excès d'hormone(s) et, dans le même temps, comprimer l'hypophyse saine, entraînant un déficit d'une ou plusieurs autres hormones.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Drs M. Bernier et C. Villa Histologie de l'hypophyse normale et des adénomes, diaporama de cours, université Paris Descartes, 2011
  2. Anonyme. Le système endocrinien Diaporama de 67 cadres.

Voir aussi[modifier | modifier le code]